Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/50e-anniversaire-de-Vatican-II.html
        50e anniversaire de Vatican II - ouverture de l’Année de la Foi

50e anniversaire de Vatican II - ouverture de l’Année de la Foi

11 octobre 2012 / Rome

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 11 octobre 2012

Le 11 octobre, jour anniversaire de l’ouverture, 50 ans plus tôt, du concile Vatican II, Benoît XVI a célébré solennellement l’ouverture de l’Année de la Foi, une « année d’étude et d’approfondissement de l’enseignement conciliaire » pour Mgr Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. La dimension œcuménique de l’événement était marquée par la présence du primat de la Communion anglicane, Rowan Williams, et du patriarche Bartholomée de Constantinople qui, dans son allocution après la messe sur la place Saint Pierre, a évoqué les fruits du concile pour l’Église catholique et ses partenaires œcuméniques : « Nous avons contemplé le renouvellement de l’esprit et le “retour aux sources” à travers l’étude de la liturgie, la recherche biblique et patristique. Nous avons apprécié la progressive libération d’une scolastique rigide au profit de l’ouverture à la rencontre œcuménique, qui a conduit à l’annulation mutuelle des excommunications de 1054, à l’échange de vœux, à la restitution de reliques, à l’inauguration de dialogues importants et à des visites réciproques en nos Sièges respectifs. Ce cheminement n’a pas toujours été facile, sans douleur ni problèmes... Nous savons, en fait, qu’ “étroite est la porte et resserré le chemin” (Mt 7,14). La théologie fondamentale et les principaux thèmes du Concile Vatican II – le mystère de l’Église, la sacralité de la liturgie et l’autorité de l’évêque – sont difficiles à appliquer de façon sérieuse, les efforts pour les assimiler doivent durer toute la vie et engager l’Église tout entière. La porte devrait donc rester ouverte à une réception, un engagement pastoral et une interprétation ecclésiale du Concile Vatican II toujours plus profonds ». (d’après patriarcate.org)


Document