Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Benoit-XVI-en-visite-au-Liban.html
        Benoît XVI en visite au Liban

Benoît XVI en visite au Liban

Du 14 au 16 septembre 2012, Benoît XVI a effectué un voyage pastoral au Liban. Guerre en Syrie, colère après la diffusion sur internet d’une vidéo hostile à l’islam.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 16 septembre 2012

Du 14 au 16 septembre 2012, Benoît XVI a effectué un voyage pastoral au Liban. Guerre en Syrie, colère après la diffusion sur internet d’une vidéo hostile à l’islam… c’est dans un Moyen Orient sous haute tension qu’arrive le pape, qui se présente comme un « pèlerin de la paix ». Marqué par de nombreuses rencontres, ce séjour a permis à Benoît XVI de rencontrer des responsables d’autres familles ecclésiales, protestantes et orthodoxes, notamment le patriarche grec orthodoxe d’Antioche Ignace IV (Hazim) et le patriarche syriaque orthodoxe d’Antioche Mar Ignace Zakka Ier (Iwas).

Ecclesia in Medio Oriente

Deux ans après l’assemblée du Synode des évêques pour le Moyen Orient qui s’était tenue à Rome en octobre 2010, le pape a signé son Exhortation apostolique post-synodale, une « feuille de route » spirituelle mais aussi politique.

C’est d’abord aux populations chrétiennes qui expérimentent « de manière dramatique les convulsions humaines » que Benoît XVI s’adresse, en leur rappelant qu’elles vivent sur cette « terre choisie de manière particulière par Dieu », dans ce « creuset des premières formulations dogmatiques » ; en les encourageant à faire leur possible pour « rester dans leur pays et ne pas vendre leurs biens ».

Un Moyen Orient sans chrétiens n’est plus le Moyen Orient

Aux responsables politiques, le pape rappelle que la présence des chrétiens au Moyen Orient n’est « ni nouvelle ni accidentelle, mais historique » ; qu’ils ont donc « le droit de participer pleinement à la vie nationale », sans être « traités en citoyens ou en croyants mineurs ». Dénonçant une compréhension réductrice de la laïcité dans laquelle « la religion relève exclusivement de la sphère privée », Benoît XVI réaffirme que la liberté religieuse ne se résume pas à une simple liberté de culte, mais qu’elle inclut la possibilité de manifester publiquement sa propre croyance « sans mettre en danger sa vie et sa liberté personnelle ». Il signale notamment l’arrivée massive au Moyen Orient de travailleurs migrants, originaires d’Afrique ou d’Asie. À ces catholiques qui font croître les communautés latines, il est légitime de garantir « la libre expression de leur foi en favorisant la liberté religieuse et l’édification de lieux de culte ».

Une mosaïque d’Églises

Conscient de la multiplicité des Églises au Moyen Orient, le pape encourage les catholiques à « cultiver les relations avec les fidèles des diverses Communautés ecclésiales », dans le respect des richesses propres à chacune, « afin de raffermir la crédibilité de l’annonce de l’Évangile et le témoignage chrétien ». Quelques chantiers spécifiques sont mentionnés : « œcuménisme diaconal », traduction commune du Notre Père dans les langues vernaculaires de la région, lecture commune de la Bible, accord œcuménique sur la reconnaissance mutuelle du baptême…

Alors que beaucoup de catholiques orientaux émigrent en Europe ou en Amérique du Nord, Benoît XVI exhorte les évêques d’Occident « à les recevoir avec charité et estime comme des frères, à favoriser les liens de communion entre les émigrés et leurs Églises de provenance, à donner la possibilité de célébrer selon les propres traditions et à exercer des activités pastorales et paroissiales, là où cela est possible » . L’Exhortation apostolique s’achève par l’invitation faite aux chrétiens d’Occident à découvrir, lors de pèlerinages vers les lieux saints et apostoliques, « la richesse liturgique et spirituelle des Églises orientales ».

Franck LEMAÎTRE


Document