Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/CECEF-Message-2015-04-02.html
      Message de Pâques 2015

Message de Pâques 2015

Message de Pâques préparé par deux associations de scouts et relayé par le Conseil d’Églises chrétiennes en France

English version below

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 2 avril 2015
  • 3 votes
Paris, le 2 avril 2015


À l’occasion de la fête de Pâques et à l’approche de la Conférence de l’ONU Paris Climat en décembre prochain, deux associations de scouts – les Éclaireurs et Éclaireuses Unionistes de France et les Scouts et Guides de France – ont préparé un message commun : elles y rappellent la responsabilité de chacun en ce qui concerne les changements climatiques et expriment leur engagement à éduquer les jeunes au respect de leur environnement.

Les responsables du Conseil d’Églises chrétiennes en France sont heureux de relayer ce message œcuménique en s’associant à cette invitation à la vigilance et à la sobriété. Ils souhaitent à toutes les communautés chrétiennes en France une très belle fête de Pâques. Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !


Message de Pâques

La fête de Pâques est un temps central dans la vie des chrétiens. Les différents événements que nous célébrons interrogent notre foi, notre engagement, notre sens des responsabilités et notre détermination à agir au service de Dieu et des autres.

Cette année, la France accueillera en décembre 2015 la 21ème conférence des Nations Unies sur le changement climatique, et c’est à la lumière de cet événement que nous voulons relire cette année le récit de la Passion et de Pâques.

« Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23.34). Le message de Jésus au moment de sa crucifixion ne peut manquer de nous frapper, car nous savons ce que nous faisons. Les preuves scientifiques s’accumulent et la réalité du réchauffement climatique, tout comme son origine essentiellement humaine, ne peut plus être sérieusement contestée. Pour autant, ce constat ne répond pas à la question du rôle que nous avons à jouer en tant que chrétiens. Les responsables des Églises nous ont invités avant Noël à nous interroger : avons-nous pris toute la mesure de la confession d’un Dieu créateur qui, par l’incarnation de son Fils, a choisi de partager la condition de créature ?

Œuvre de Dieu, cette Création nous a été confiée. Elle nous a été offerte avec une double injonction : « dominer et soumettre » (Genèse 1.28) mais aussi « cultiver et garder  » (Genèse 2.15). Il n’y a là nulle contradiction. Si nous avons un pouvoir légitime sur le monde, nous avons également un devoir envers lui, c’est l’essence même de toute responsabilité. Le récit du lavement des pieds nous rappelle que le maître doit d’abord être au service (Jean 13.4-11). La conférence des Nations Unies sur le changement climatique rassemblera des délégations de près de 200 pays. Quelle sera notre implication, notre responsabilité face à des enjeux mondiaux et à une négociation internationale ?

Là encore, le récit de Pâques et de la Passion peut nous aider à répondre. Jésus dit à ses disciples : « Restez éveillés et priez pour ne pas tomber dans la tentation. L’esprit de l’homme est plein de bonne volonté, mais son corps est faible » (Matthieu 26.41). Rester éveillés, c’est déjà se renseigner, chercher à comprendre ce que sont les changements climatiques et leurs causes. C’est aussi rester vigilants, interpeller nos responsables politiques à tous les échelons en leur posant cette simple question : et vous, qu’est-ce que vous faites pour le climat ? Et bien sûr prier pour que nos dirigeants parviennent à trouver ensemble des solutions pour la planète.

Pour autant, la deuxième partie de cette interpellation ne doit pas être oubliée. Chacun, à titre individuel, est plein de bonne volonté pour le climat. Nul ne souhaite la fonte des glaciers et la multiplication des catastrophes naturelles qui obligera des millions de personnes à abandonner leur terre. Mais que suis-je prêt à faire individuellement pour éviter cela ou, à tout le moins, pour aider les pays les plus pauvres à faire face aux conséquences d’une pollution dont nos pays développés restent historiquement les principaux responsables ? A quoi suis-je prêt à renoncer ? Ne dois-je pas dès à présent apprendre ou réapprendre à vivre dans la simplicité et la modestie ?

Le message de Pâques appelle à la confiance. La vie a vaincu la mort. C’est le défaitisme qui est vaincu. C’est la promesse d’une vie nouvelle. C’est le refus de baisser les bras face à l’ampleur apparente de la tâche.

En tant que mouvements d’éducation populaire, nous travaillons activement à éduquer les jeunes à la contemplation et au respect de la Création. Mais nous les invitons aussi à rechercher l’essentiel et à savoir, parfois, renoncer au superflu… Une façon de vivre « plus sobre et plus solidaire » pour reprendre à nouveau les termes des responsables des Églises dans leur message de Noël. Le scoutisme démontre depuis plus de cent ans qu’une vie de simplicité, de collaboration, une vie en harmonie avec notre environnement est une vie qui comble de joie, en plus d’être un mode de vie qui préserve le climat.

Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

+ + + + + + + + + + + + + + + + + +

Paris, 2 April 2015


As we celebrate Easter and look towards the UN conference on climate in December, the Roman Catholic and Protestant scouting movements in France have prepared a joint Easter message : they underline that each of us has our own responsibility for the issue of climate change, and they commit themselves to educating young people to respect the environment.

The leaders of the Council of Christian Churches in France are pleased to be able to share this ecumenical message and to join in this call to remain vigilant and to exercise restraint. We wish a very happy Easter to all Christian communities in France and we extend these paschal greetings to Christians around the world working towards the Paris climate conference. Christ is risen ! He is risen indeed !

Easter Message

The celebration of Easter is at the very centre of the lives of Christians. The events that we commemorate at this time challenge our faith, our commitment, our sense of responsibility and our determination to act in service to God and to others.

This year, in December 2015, France will host the 21st United Nations conference on climate change. In the light of this event, we want to read again the accounts of the Passion and of Easter.
“Father, forgive them, for they know not what they do. “ (Luke 23.34). We cannot fail to be challenged by the words of Jesus at the moment of his crucifixion, for we know what we do. Scientific evidence is mounting up. The reality of climate change and human activity as its principal cause can no longer seriously be contested. As Christians, however, our role is to do more than simply state such facts. Before Christmas, our church leaders invited us to consider whether we had fully understood what it means to confess a creator God who through the incarnation of his Son, chose to share the condition of those whom God created.

Creation is God’s handiwork and we have been entrusted with it. It was given to us with a dual mandate : “to subdue and to have dominion” over the earth (Genesis 1.28) but also “to tend and watch over it” (Genesis 2.15). There is no contradiction here. If we legitimately have power over the world we also have a duty towards it. This is the very meaning of responsibility. The narrative of the washing of feet reminds us that the master has first of all to serve (John 13.4-11) The United Nations conference on climate change will bring together delegations from nearly 200 countries. What will be our involvement, our responsibility in the face of these global challenges and international negotiations ?

Once again the account of Easter and the Passion can help us to respond. Jesus said to his disciples : “Stay awake and pray that you may not come into the time of trial ; the spirit indeed is willing, but the flesh is weak” (Matthew 26.41). Staying awake means seeking information, trying to understand climate change and its causes. It is also about remaining vigilant, and asking a simple question of political leaders at all levels, “And you, what are you doing for the climate ?”, while also praying that our leaders will together find solutions for the planet.

However, we should not forget the second part of the mandate. Each of us, at an individual level, is full of good intentions about the climate. No one wants glaciers to melt or for millions of people to have to flee their land because of a proliferation of natural disasters. But each of us needs to ask what we are willing to do as an individual to prevent such things, or, at the very least, to help the poorest countries deal with the consequences of the pollution for which our developed countries remain principally responsible historically ? What am I willing to give up ? Do I not need, from this point forward, to learn or to learn anew how to live in simplicity and moderation ?

The Easter message is a call to have confidence. It is the triumph of life over death, and the defeat of defeatism. It is the promise of new life. It is the refusal to give up even when faced with the immensity of the task at hand.

As educational movements open to all, we are working actively to help young people consider and respect creation. But we are also asking them to focus on the things that are essential, and to be able to renounce excess … to seek a way of life “more restrained and in solidarity with others”, to recall again the words of the church leaders in their Christmas message. For more than a century, scouting has shown that a life of simplicity, of collaboration, a life in harmony with our environment is a way of living that is joyful, as well as a way of life that preserves the climate.

Christ is risen ! He is risen indeed !

En savoir +

PDF - 220.6 ko
Message de Pâques 2015 relayé par le Conseil d’Églises chrétiennes en France












cecef.fr



CÉCEF


Document