Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Convocation-du-concile-panorthodoxe.html
    Convocation du concile panorthodoxe

Convocation du concile panorthodoxe

Les primats de l’Église orthodoxe se sont réunis pour finaliser l’ordre du jour et adopter le règlement du saint et grand concile de l’Église orthodoxe.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er avril 2016

Les primats de l’Église orthodoxe se sont réunis du 21 au 28 janvier 2016 au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy-Genève pour finaliser l’ordre du jour et adopter le règlement du saint et grand concile de l’Église orthodoxe, dont le processus préparatoire a été officiellement inauguré en 1961, lorsqu’à Rhodes a eu lieu la première conférence préconciliaire. Tous les hiérarques des quatorze Églises autocéphales ont participé à la réunion, à l’exception du patriarche d’Antioche Jean X, du métropolite de Varsovie et de toute la Pologne Savvas et de l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce Jérôme II, représenté, quant à eux, par les délégations officielles de leurs Églises. Vu la situation politique difficile au Proche Orient et les relations tendues entre la Turquie et la Russie en particulier, il a été décidé que le concile aura lieu, non pas à Constantinople comme annoncé , mais à l’Académie orthodoxe de Crète du 16 au 27 juin 2016. Un comité spécial, composé d’un représentant de chaque Église siégera du 9 à 16 juin, afin de rédiger le projet de message du concile, qui sera ratifié par les primats le 17 juin, avant d’être présenté au concile. Des liturgies panorthodoxes pour la fête de la Pentecôte et le dimanche de tous les saints, d’après le calendrier orthodoxe, marqueront le début et la fin des travaux. Les délégations, composées chacune de 24 évêques, « peuvent être accompagnées de conseillers spéciaux, ecclésiastiques, moines ou laïcs », au nombre de six personnes au maximum, aussi bien que par « trois assistants ». Les langues officielles seront le grec, le russe, le français et l’anglais, de même que l’arabe en tant que langue de travail. Les six thèmes, qui figureront à l’ordre du jour sont les suivants : la mission de l’Église orthodoxe dans le monde contemporain, la diaspora orthodoxe, l’autonomie et la manière dont elle doit être proclamée, le sacrement du mariage et ses empêchements, l’importance du jeune et son observance aujourd’hui, les relations des Églises orthodoxes avec l’ensemble du monde chrétien. Les thèmes de l’autocéphalie et la manière dont elle doit être proclamée, ainsi que celui des diptyques ou l’ordre des préséances des différents patriarcats, n’ayant pas été approuvés à l’unanimité, seront examinés ultérieurement. Au sujet des calendriers julien et grégorien, tous les deux suivis par différentes Églises orthodoxes, les primats ont trouvé « opportun » que chaque Église « soit libre » de mettre en pratique ce qu’elle considère comme approprié pour la formation spirituelle de ses ouailles, « sans pour autant modifier la date de la célébration commune de Pâques ». Il a été également décidé la publication des textes, relatif à ces sujets, qui ont été adoptés par les commissions préconciliaires et qui pourront être modifiés lors de la synaxe au mois de juin, si les amendements proposés sont adoptés « à l’unanimité » (principe selon lequel seront prises les décisions du concile). Chaque Église autocéphale ne disposera que d’un seul vote, élaboré sur le principe de la « majorité interne ». Ceci « n’exclut pas la prise de position négative » d’un ou plusieurs hiérarques d’une délégation, qui sera inscrite dans les Actes du concile.

Même si la plupart des travaux se dérouleront à huit clos, les primats ont invité aux sessions de l’ouverture et de la clôture des représentants des Églises catholique romaine, copte, éthiopienne, syro-jacobite, apostolique arménienne, anglicane, vieille catholique, de la Fédération luthérienne mondiale, tout en conviant aussi le secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises et le directeur de la Commission Foi et Constitution, le président de la Conférence des Églises européennes, le Secrétaire général du Conseil des Églises du Moyen-Orient et le président du Conseil de l’Église protestante d’Allemagne. (d’après centreorthodoxe.org, patriarchate.org et mospat.ru)



Zoom

Documents joints


Document