Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Face-a-l-elargissement-de-la-PMA-des-Eglises-reagissent.html
      Face à l’élargissement de la PMA des Églises réagissent

Face à l’élargissement de la PMA des Églises réagissent

27 juin 2017 / Paris

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 27 juin 2017

« La majorité des membres » du Comité consultatif national d’éthique [CCNE] s’est ditе favorable, dans un avis du 27 juin 2017, à l’ouverture de la procréation médicalement assistée [PMA] « aux couples femmes et aux femmes seules ». La Conférence des évêques de France a souligné « l’absence même de consensus au sien du CCNE », attestant qu’ « un large dialogue », en vue de la révision des lois de bioéthique prévue en 2018, est encore nécessaire « avant toute mesure législative ». Le communiqué, publié le 28 juin 2017, pointe plusieurs problèmes soulevés par la décision, dont notamment : « l’organisation d’une filiation sans père ; l’instrumentalisation de l’enfant pour soulager une souffrance ; le rôle de la médecine qui en viendrait à répondre à toute demande sociétale » avant de souligner que « l’ouverture de la PMA, pour des raisons autres que pathologiques » pourrait aboutir, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes », à la légalisation de la gestion pour autrui [GPA], pourtant décriée par le même avis du CCNE.

Le président de la Commission d’éthique protestante évangélique, le pasteur Luc Olekhnovitch, se demandait pourquoi l’avis, tout en reconnaissant que les études sur des enfants élevés par des couples homosexuels sont insuffisantes ou biaisées, au lieu de s’abstenir, « par principe de précaution », autorise de telles pratiques en les mettant d’emblée « sous conditions », sans pour autant les préciser.

Dans un document intitulé : « en marche vers une procréation mercantilement assistée », le Comité protestant évangélique pour la dignité humaine a recommandé « au gouvernement et aux nouveaux parlementaires de ne pas s’engager plus avant dans cette voie », qui ramène « l’humanité vers des rivages qu’elle prétendait avoir quittés : la marchandisation de l’être humain [...] trop encline à apporter de l’eau au moulin des promesses électorales ». Si ces dernières sont « le reflet de la volonté de certains », elles « ne sauraient être considérées comme l’intérêt de tous et en particulier des enfants », stipule le texte, avant de rappeler que « l’enfant n’est pas un droit ». (d’après ccne-ethique.fr, eglise.catholique.fr et cpdh.org)

Photo : © lamanifpourtous.fr


Document