Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Face-a-l-exode-des-chretiens-les-Eglises-en-Irak-coordonnent-leurs-efforts.html
        Face à l’exode des chrétiens, les Églises en Irak coordonnent leurs (...)

Face à l’exode des chrétiens, les Églises en Irak coordonnent leurs efforts

22 août 2014 / Erbil

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 22 août 2014

Des responsables d’Églises en Irak se sont rencontrés le 22 août 2014 au siège de l’Église chaldéenne à Erbil pour discuter de l’aide à apporter aux chrétiens exilés de Mossoul et de la plaine de Ninive, qui se trouvent sous le contrôle de « l’État islamique ». Afin de mieux agir ensemble, ils ont décidé de créer des comités de coordination qui vont se réunir régulièrement. Devant une quarantaine de représentants des formations politiques et des organismes locaux opérant au Kurdistan irakien, ils ont affirmé l’urgence de fournir aux familles des évacués des logements décents ou des habitations préfabriquées, étant donné que leur retour immédiat dans leurs résidences d’origine est difficilement envisageable. En effet, d’après Mgr Saad Sirop Hanna, évêque auxiliaire de Babylone des chaldéens, les chrétiens qui ont tenté de retourner dans les quelques villages libérés « se sont parfois trouvés sous les tirs de mortier des djihadistes ». Le patriarche Ignace Éphrem II Karim (syro-orthodoxe) a demandé la visite du secrétaire général de l’ONU, Ban Kimoon, et a souhaité la création d’une région autonome pour les chrétiens d’Irak. Le fait « qu’un groupe terroriste d’inspiration diabolique soit laissé libre d’agir est un scandale sans précédent » a souligné le patriarche d’Antioche des maronites Béchara Boutros Raï. Ignace Joseph III Younan (primat de l’Église syro-catholique) a demandé aux « nations libres qui adhèrent à la charte des droits de l’homme […] d’être fidèles à leurs principes ». Le patriarche Louis Raphaël Ier Sako, hôte de la réunion, a souligné que « seules les forces de l’État devraient prendre en charge » la défense des personnes agressées, en estimant que la création de milices sur une base ethnique et culturelle pourrait « anéantir l’Irak ». (d’après Fides et APIC).

Photo : D.R.


Document