Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Histoire-de-la-Reformation.html
    Histoire de la Réformation

Histoire de la Réformation

Mentalités, religion, société

Thomas KAUFMANN

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 30 juin 2015

C’est une aubaine que paraisse à la veille de la commémoration des cinq cents ans de la Réforme, la traduction en français de la somme du professeur Thomas Kaufmann parue en allemand en 2009. Il s’agit de l’histoire de la Réformation dans le Saint Empire romain germanique, entité politique d’une extrême complexité, que la première partie du livre décrit de manière approfondie. La situation sociale et religieuse est analysée finement (le culte, l’humanisme, l’imprimerie…) et l’auteur constate que vers 1500 « la situation [était] ouverte, ne devant pas déboucher nécessairement sur une Réformation » (p. 44). Cette première partie se termine par une présentation du développement religieux et théologique de Martin Luther (1483-1546).

La deuxième partie du livre est consacrée à la Réformation dans l’Empire de 1517 à 1530, de la querelle des indulgences, aux clarifications et divisions théologiques en passant par les relations avec Rome et avec le pouvoir politique. En moins de quinze ans le mouvement se diffuse largement et provoque de nombreux changements dans le quotidien des populations. C’est une des grandes qualités de ce livre que de mettre en valeur la dimension sociale de la Réformation : le mouvement des chevaliers (1522-1523), la guerre des paysans (1524-1525), la présence des Turcs aux portes de l’Empire vécue comme un châtiment divin, tout cela amplifié par la diffusion, grâce à l’imprimerie, de tracts, de caricatures, de libelles…

Une courte troisième partie présente « le caractère irrévocable de la Réformation » de 1530 à la paix d’Augsbourg en 1555 avec un chapitre consacré au Concile de Trente (1545-1563) perçu presque exclusivement comme un concile de « Contre-Réformation ».
La présence de reproductions de gravures, de courtes notices biographiques, d’une chronologie, d’un glossaire et d’un index, sans parler d’une abondante bibliographie font de ce livre un outil indispensable pour comprendre les origines « de la césure la plus radicale dans l’histoire du christianisme d’Europe latine, entraînant la pluralisation des formes de vie et d’interprétation du christianisme » (p. 508).

Christine ROBERGE

Genève, Labor et Fides, 2014, 702 p.,
49 €, 978-2-8309-1503-7



Lectures


Document