Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Jesus-Christ-notre-justice.html
      « Jésus-Christ, notre justice »

« Jésus-Christ, notre justice »

4-10 juillet 2018 / Selbitz (Allemagne)

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 4 juillet 2018
  • 0 vote

La 37e Rencontre internationale et interconfessionnelle des religieux et religieuses [EIIR] a eu lieu du 4 au 10 juillet 2018 sous l’intitulé « Jésus-Christ, notre justice. La vie consacrée comme expérience de grâce ». Rassemblant une quarantaine de participants de quinze pays divers, elle s’est tenue à Selbitz au nord de la Bavière où une communauté protestante très vivante, fondée il y a 70 ans, la Christus Bruderschaft a merveilleusement accueilli le groupe. Justice et grâce, ces deux thèmes centraux de la Réforme protestante, ont été le fil conducteur des journées. Les participants, lors de la visite d’un pan de mur symbolisant l’ancienne frontière du rideau de fer ayant séparé longtemps l’Allemagne, se sont vivement interrogé : « que signifie être aujourd’hui ouvriers de paix et de réconciliation » ?

Des messages fraternels du patriarche œcuménique Bartholomée, du cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et du secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale, le pasteur Martin Junge leur ont été envoyés. « Au cours des derniers mois, nous avons beaucoup réfléchi et discuté à propos de la justice de Dieu et de la justification du croyant, guérissant la mémoire commune de l’Église et reconnaissant notre culpabilité » a confié aux participants le métropolite Stephanos, président de la Conférence épiscopale orthodoxe en Allemagne, faisant écho à la fois aux travaux suscités par le cinquième centenaire de la Réforme et les prières œcuméniques vécues à cette occasion.

Chaque conférence a été d’une grande tenue, ouvrant des horizons à une vie religieuse qui soit toujours davantage témoin de la justice et de la grâce. Mendiants de l’Esprit, là se situaient l’attente et le désir portés par chacun(e), jeunes et moins jeunes. La grâce n’est-elle pas au cœur de la vie monastique dont le secret est de s’unir à la lumière du Thabor ? Dieu se révèle à ses biens aimés, à ceux qui ont le cœur pur, convoqués à une prière intense pour que des chemins d’unité ne cessent de s’affermir au sein des diverses Églises et que le monde soit transfiguré. « Témoigner ensemble de l’Évangile dans un monde qui résiste à la grâce est l’urgence de notre temps », a conclu Mgr Athénagoras, président des EIIR. (d’après Sœur Bénédicte et Martin Hoegger)

Photo : © eiir.wordpress.com
Le bureau actuel de l’EIIR – Mgr Athénagoras, Sœur Bénédicte et père Jose Maria Hernandez.


Document