Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/L-ACAT-celebre-son-40e-anniversaire.html
        L’ACAT célèbre son 40e anniversaire

L’ACAT célèbre son 40e anniversaire

15 novembre 2014 / Paris

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 17 novembre 2014

Se lamenter, s’indigner, protester, intervenir en faveur des personnes victimes de « traitements inhumains, cruels ou dégradants ». Tel est le combat des militants de l’ACAT [Action des chrétiens pour l’abolition de la torture] depuis quarante ans. C’est en effet en 1974 qu’Édith du Tertre et Hélène Engel acquirent la certitude qu’il n’était pas possible de se taire, qu’il fallait nommer l’innommable et dénoncer la torture. Rassemblant autour d’elles des chrétiens de toutes confessions dans une coalition de courage, de prière et de plumes, les deux fondatrices de cette association œcuménique étaient convaincues que le partage fraternel et la communion de prière étaient une nécessité vitale face au choc qu’est la torture.
Au fil des décennies, l’ACAT n’a cessé d’inviter les Églises à mobiliser leurs ressources spirituelles pour prendre part à la lutte contre la torture. C’est donc avec une célébration œcuménique qu’a été marqué ce quarantième anniversaire à Paris, le 15 novembre 2014. Parrainé par le Conseil d’Églises chrétiennes en France, et en présence de trois de ses représentants, ce temps de prière évoqua la persévérance du peuple de Dieu au désert pendant quarante ans et celle des militants de l’ACAT dans leur combat pour que jamais ne soit oublié le supplicié que personne ne défend. Dans sa prédication, l’actuel président de l’ACAT, le père François Picart, exhorta les militants de l’ACAT à rester un peuple de prophètes pour aujourd’hui, en matière de droit d’asile par exemple.
Depuis quarante ans, l’ACAT rappelle combien la démarche œcuménique est précieuse pour agir en faveur de l’abolition de la torture : alors que le tortionnaire s’approprie la vérité et cherche à la façonner selon ses intérêts, l’action œcuménique « engage dans un rapport dialogal à la vérité qui la préserve de toute mainmise humaine, fût-elle religieuse ».

Photo : D.R.
Le père François Picart, Mgr Pascal Delannoy, le métropolite Emmanuel et le pasteur François Clavairoly.

En savoir +

Rapport 2014 de l’ACAT : Un monde tortionnaire.


Document