Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/L-Edit-de-Milan-a-1700-ans.html
        L’Édit de Milan a 1700 ans

L’Édit de Milan a 1700 ans

15 mai / Milan

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 15 mai 2013

La visite du patriarche Bartholomée de Constantinople les 15 et 16 mai constituait le point central des commémorations inaugurées le 6 décembre 2012 par le diocèse de Milan en l’honneur du 1700e anniversaire de la promulgation en 313 de l’Édit de Milan, par les empereurs Constantin d’Occident et Licinius d’Orient. Le 15 mai, le patriarche et le cardinal Angelo Scola, archevêque de la capitale lombarde, ont dialogué en public sur le thème de la liberté religieuse, dont l’Édit de Milan est sans doute la première proclamation. Le 16 mai, ils ont présidé une célébration œcuménique et vénéré ensemble les reliques de saint Ambroise et des saints Gervais et Protais, dans la crypte de la cathédrale. L’encyclique publiée à cette occasion par le patriarche Bartholomée et les membres du Saint Synode de l’Église de Constantinople note que, 1700 ans après l’Édit de 313, les persécutions de croyants sont toujours d’actualité : « Nous exprimons notre préoccupation, angoisse et protestation face aux persécutions qui sévissent encore partout sur terre, surtout récemment à l’encontre des populations chrétiennes du Moyen-Orient ». Le 15 mai, le pape François a adressé un message à l’archevêque de Milan, rappelant que l’Édit de tolérance de 313 « ouvrit la voie à la diffusion de l’Évangile et contribua de façon décisive à faire naître la civilisation européenne… Puisse, aujourd’hui comme hier, le témoignage des chrétiens d’Orient et d’Occident, soutenus par l’Esprit du Ressuscité, favoriser la diffusion en Europe et dans le monde du message du salut. Puissent également les pouvoirs publics garantir le droit à l’expression de la foi et reconnaître la contribution que le christianisme continue d’apporter à la culture et à la société ».

Les 17 et 18 mai, le Patriarcat de Constantinople organisait à Istanbul, en collaboration avec le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCÉE), un séminaire pour marquer cet anniversaire. Ce fut l’occasion pour les délégués de l’une et l’autre Église de rappeler que « la liberté religieuse est un fondement précieux » et qu’« Église et État sont dans des rapports d’indépendance et d’autonomie, ce qui ne doit pas empêcher leur coopération pour promouvoir un ordre social basé sur la justice ». De nombreuses autres manifestations sont organisées tout au long de l’année en Europe : symposium en Roumanie, concert en Serbie en présence du président de la république et du patriarche Irénée, etc. (d’après Infocatho, 8 mai ; VIS, 16 mai ; APIC, 21 mai)

L’Édit de Milan a permis à chacun d’ « adorer à sa manière la divinité qui se trouve dans le ciel », ce qui autorisait en particulier les chrétiens à se soustraire à l’obligation de vénérer l’empereur comme un dieu, et a entraîné l’arrêt des persécutions.


Document