Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/L-Institut-oecumenique-de-Tantur,631.html
        Interview du P. Tom Stransky, ancien directeur de l’Institut de (...)

Interview du P. Tom Stransky, ancien directeur de l’Institut de Tantur

Parmi les instituts de formation œcuménique, Tantur est unique par son origine et ses buts, son emplacement et son contexte, ses programmes et ses participants.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 27 mai 2014

Parmi les instituts de formation consacrés à l’œcuménisme, Tantur est unique par son origine et ses buts, son emplacement et son contexte, ses programmes et ses participants. Tantur a ouvert en 1972 : depuis, plus de 5 000 catholiques, orthodoxes, anglicans, protestants, musulmans et juifs ont pris part à toutes sortes de formations. Père Tom Stransky, père pauliniste, présente cet institut qu’il a dirigé entre 1987 et 1999.

Origines

C’est par des actes officiels au concile Vatican II que l’Église catholique romaine est entrée dans le mouvement œcuménique comme partenaire actif et à part entière.

Au cours de la seconde session, au mois d’octobre 1963, le pape Paul VI nouvellement élu a rencontré les observateurs et invités envoyés par les autres confessions. Il a entendu le professeur Krister Skysgaard, de l’université de Copenhague, délégué de la Fédération luthérienne mondiale, lui faire une proposition qu’il était difficile de refuser : la nécessité de mener en commun des recherches théologiques complémentaires et l’intérêt œcuménique de mettre l’accent sur l’histoire du salut par une méthode d’approche « concrète et historique » : il fallait donc que quelqu’un quelque part fonde un institut œcuménique international de recherches théologiques. Des chercheurs en différentes disciplines pourraient y faire l’expérience d’une vie commune de prière, d’étude et de dialogue sur « le mystère du salut révélé par les Saintes Écritures, enseigné par l’Église primitive indivise, et exprimé dans l’expérience vécue des diverses communautés chrétiennes au fil du temps » (Oscar Cullmann, hôte du Secrétariat pour l’unité).

D’accord, mais qui, et où ? Le pape Paul VI reprit l’idée et envisagea Jérusalem après son pèlerinage en Terre Sainte en janvier 1964. La « cité élue de Dieu » (Ps 48,2) avait été témoin de la passion et de la mort, de la résurrection et de l’ascension de Jésus Christ, de la naissance de la foi. C’est à Jérusalem que Jésus, dans l’Esprit, a donné naissance à l’Église Mère, l’Église unique et indivise qui est devenue la mère de toutes les Églises de tous les pays. « Tout chrétien est né à Jérusalem. Pour tout chrétien, être à Jérusalem c’est être chez soi ».

Comme c’est le cas dans l’ensemble de la Terre Sainte, les chrétiens ne forment à Jérusalem que 2% de la population. Ils sont en petit nombre, mais répartis en de nombreuses Églises, dont les schismes et les divisions n’ont pas leur origine dans la Mère-Église, mais sont d’importation, ancienne ou récente : orthodoxes grecs, russes et roumains ; orthodoxes syriens, arméniens, coptes et éthiopiens ; catholiques en communion avec le siège de Rome : melkites, maronites, syriens, coptes et éthiopiens, latins ; anglicans, luthériens, baptistes, pentecôtistes, juifs messianiques, et sionistes fondamentalistes étrangers. 80% appartiennent aux Églises orientales (orthodoxes et catholiques) ; 15% à l’Église catholique latine.

Les chrétiens sont une petite minorité au sein de deux groupes majoritaires, les juifs et les musulmans. Les trois religions abrahamiques ont les yeux fixés sur une cité divisée et conflictuelle, mais sont appelées à devenir la cité unique de la paix de Dieu.

La vocation de Jérusalem est donc à la fois œcuménique et interreligieuse, celle d’une cité qui est une sorte de résumé des principaux conflits, des tensions qui existent dans le monde, au plan religieux aussi bien que culturel et politique.

Paul VI concrétisa le projet. Un conseil scientifique composé de théologiens catholiques, orthodoxes, protestants et anglicans (parmi eux un bon nombre avait été observateurs délégués et hôtes invités à Vatican II) fut constitué. Le pape mit à la disposition de l’institut un terrain de 11 hectares, au lieu-dit Tantur, qui signifie « lieu élevé », ou « monticule », en arabe ancien.

Le nouveau bâtiment, avec ses extensions, installé confortablement au sommet de la colline, a été construit pour répondre à des besoins précis : des quartiers d’habitation confortables (50 chambres avec salle de bains, plusieurs appartements, entièrement équipés, pour des familles ; une grande salle à manger, une grande chapelle ; des salles de classe, une salle de conférences, une bibliothèque.)

Cette bibliothèque est le plus beau capital de Tantur. 90% de ce qu’elle contient (60 000 ouvrages, 450 périodiques) ne peut être trouvé ailleurs à Jérusalem, ni probablement dans aucune des bibliothèques du Proche Orient. L’Association pour Tantur (basée à Paris) sélectionne et achète en permanence de nouveaux livres et périodiques en français.

Vivre ensemble et être « chez soi » tous ensemble, c’est qualitativement autre chose, dans le cadre d’une formation œcuménique, que d’être dispersés dans Jérusalem et de se retrouver à Tantur seulement pour les cours et les conférences.

À la suite de la guerre de 1967 entre Israéliens et Arabes, Tantur se trouve aujourd’hui exactement à la frontière, au-dessus du poste de contrôle entre la partie israélienne de Jérusalem et Bethléem la palestinienne. Comme un Janus, Tantur regarde les deux à la fois. C’est une sorte de « Suisse religieuse », neutre, mais ni froide ni indifférente aux hommes et à leurs conditions de lutte personnelles et collectives.

A l’origine l’un des buts était d’encourager les chrétiens du Moyen Orient – orthodoxes, catholiques, protestants – à participer aux sessions de Tantur. Ce rêve a été brisé pour tous ceux qui ne peuvent actuellement entrer en Terre Sainte parce qu’on leur refuse un visa, même quand ils viennent d’Égypte et de Jordanie qui ont des accords de paix avec Israël.

Formations

Depuis la fin des années 1980, Tantur a créé toute une série de formations qui d’année en année a augmenté le nombre de participants (jusqu’à 45-55, et 80-90 en juillet). Mais les quatre dernières années du conflit, avec l’inflation d’images dans les media, et la perception faussée d’une insécurité permanente, tous les jours et partout en Terre Sainte, ont abouti à faire baisser ce nombre jusqu’à une quinzaine de personnes. Une nouvelle augmentation progressive est cependant prévisible dès l’automne 2005.

Les chercheurs

La priorité de Tantur reste le dialogue interconfessionnel et interculturel par le biais des études supérieures et de la recherche. Tantur favorise les recherches sur les relations entre religion, culture et société ( politique religieuse et religion politique) ; sur les fondements bibliques et la pratique de l’œcuménisme dans la vie des Églises ; et celles qui concernent les relations des chrétiens avec les croyants d’autres religions, en particulier les juifs et les musulmans.

Le clergé, les missionnaires, les enseignants et autres collaborateurs d’Église

Pour ceux qui désirent approfondir leur engagement œcuménique dans leurs ministères religieux ou laïcs par la formation continue et le ressourcement spirituel, à travers l’expérience unique de la Terre Sainte (le « 5e Évangile ») : le programme-clé consiste en une session de trois mois (de septembre à mi-décembre, ou de mi-janvier à avril), comprenant études et spiritualité bibliques dans le contexte, excursions guidées dans la géographie et l’archéologie bibliques ; les Églises orientales, catholique et orthodoxes ; la spiritualité et la piété juive et islamique ; la situation sociale, politique et religieuse en Terre Sainte ; les fondements et la pratique des relations œcuméniques et interreligieuses.

L’été, deux sessions de quatre semaines (juin et juillet) mettent l’accent sur la Bible dans son contexte : lire et vivre la Bible au pays de la Bible.

Les cours sont donnés (en anglais) par le corps enseignant de Tantur et des enseignants chrétiens, musulmans et juifs d’universités de pays voisins.

Chaque candidat reçoit avec sa demande d’admission un document qui précise qu’il doit « avoir une certaine expérience œcuménique et souhaiter élargir sa vision et approfondir son engagement ». Trois profils principaux se présentent : ceux qui ont déjà une bonne expérience dépassant le niveau local et sont assez bien informés sur l’œcuménisme, sa nature et ses objectifs ; ceux qui ont eu des expériences pastorales limitées dans des rapports avec d’autres Églises mais ne savent pas comment les relier à la théologie œcuménique et aux traditions des diverses Églises ; le troisième profil n’a pour but avant l’arrivée qu’un long pèlerinage sur la terre de Jésus et des études bibliques en Terre Sainte. En fait, certains étudiants arrivent avec un intérêt limité pour l’œcuménisme pastoral, et avec moins d’information encore sur l’histoire et les objectifs du mouvement œcuménique.

Je suis à Tantur depuis 1987 (comme recteur jusqu’en 1999), j’ai enseigné à plus de 2000 personnes. J’ai rencontré une grande variété de chrétiens engagés. Ils témoignent de la fêlure principale du mouvement œcuménique d’aujourd’hui : une grande variété de visions, souvent limitées et contradictoires, de ce qu’est l’unité de l’Église, et une grande variété d’opinions sur la situation présente de l’œcuménisme. Résultat : un pot pourri de critères selon lesquels les avancées et les percées, les arrêts et les reculs sont perçus. Un « succès » pour l’un peut être considéré comme un « échec » pour un autre. Prenons, par exemple, les réactions opposées aux femmes prêtres et évêques, à l’autorisation donnée à l’avortement, à l’homosexualité active, au partage eucharistique.

L’avantage de cette expérience de vie en commun est que ces différentes visions et opinions font rapidement surface. Le temps ne manque pas pour des dialogues encadrés ou informels, des lectures en commun de textes-clé comme Ut unum sint de Jean Paul II, Baptême, Eucharistie, Ministères du Conseil œcuménique des Églises, ou Pour la conversion des Églises du Groupe des Dombes.

Tantur élargit et enrichit ses formations en invitant des professeurs du pays ou de passage, des personnalités, des responsables de communautés et des journalistes à participer à des discussions informelles après le repas, et à des forums ouverts. Les résidents peuvent s’ils le souhaitent rencontrer les indigènes et les étrangers qui se retrouvent chaque mois pour de courts exposés et discussions : la Fraternité œcuménique pour la recherche, le Club Arc-en-Ciel (chrétiens et juifs), le Groupe interreligieux (chrétiens, juifs et musulmans).

Tantur nourrit la vie des résidents par une prière en commun d’une demi-heure tous les jours avant le dîner. Chaque semaine une équipe de trois personnes de différentes confessions planifie la structure et le contenu de la prière quotidienne et des actions de grâces à table. Des Eucharisties sont organisées par ceux qui le désirent. Mais le dimanche, les résidents font connaissance avec les liturgies des paroisses et des monastères en Israël et en Palestine. La majorité d’entre eux connaissent mal les Églises orientales, qu’elles soient orthodoxes ou en communion avec Rome. Après cela ils connaissent d’expérience des chrétiens d’Orient, chez eux ou dans leurs églises.

Les groupes

Tantur collabore à la réalisation de programmes pour des groupes particuliers venus du monde entier. Par exemple, des mennonites nord-américains et leurs représentants au Proche Orient ; des journalistes de la presse chrétienne ; des scandinaves, luthériens et catholiques, participant aux fêtes de la Pâque juive dans des synagogues, et aux jours saints dans des mosquées.

Tous les ans en juillet, la Fondation britannique pour Tantur (homologue de l’Association française) finance une formation de trois semaines pour quarante étudiants en théologie sélectionnés (avant leur ordination) – anglicans, réformés, baptistes, méthodistes et catholiques – venant de séminaires et d’universités de Grande Bretagne (Oxford, Cambridge, Bristol, Edimbourg, Londres, Liverpool).

Au prochain semestre d’automne (2005) une douzaine d’étudiants diplômés du Peace Study Program (M.A.) de l’université Notre Dame (Etats Unis), venus de différentes zones de conflits dans le monde, se joindront aux étudiants juifs de l’université hébraïque et aux étudiants musulmans et chrétiens de l’université de Bethléem.

Les groupes locaux

Différents groupes mixtes d’Israéliens et de Palestiniens se rencontrent à Tantur – rarement avec beaucoup de publicité. Par exemple : des lycéens avec leurs enseignants ; ou des directeurs de camps d’été de jeunes ; ou des parents qui s’inquiètent des généralisations et des caricatures concernant « les Juifs » ou « les Arabes » ; des juristes que préoccupent les droits de l’homme. Les bureaux du Centre de recherche et d’information israélo-palestinien, qui étudie le contenu éducatif des manuels scolaires israéliens et palestiniens, se trouvent à Tantur même.

Ces groupes, qui sont de vrais signes d’espoir, qualifient Tantur d’« oasis de parole sensée » pour les juifs d’Israël, les musulmans et les chrétiens palestiniens.

Les conférences « Religion et culture »

Ces conférences annuelles, très populaires, réunissent des participants venus des pays environnants ou de bien plus loin, afin d’étudier ensemble les influences (positives ou négatives) de la religion sur les cultures, et celle des cultures sur les religions. On met l’accent, dans la perspective de l’objectif poursuivi, sur la relation entre les disciplines scientifiques et les diverses expériences de vie. Les thèmes de récentes conférences : la montée des fondamentalismes religieux ; femmes de foi (juives, chrétiennes, musulmanes) dans les cultures et les communautés religieuses du Moyen Orient ; liberté religieuse et prosélytisme : aspects politiques et juridiques ; « Qui dites-vous que je suis ? » ; témoignage commun des saints de Jérusalem (mai 2005).

Traduit de l’anglais par Catherine Aubé-Elie

Photo : D.R.

En savoir +

Source : © revue Unité des Chrétiens, N°139 - juillet 2005


Document