Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/LE-CONSEIL-D-EGLISES-CHRETIENNES.html
      Le Conseil d’Églises chrétiennes en France

Le Conseil d’Églises chrétiennes en France

N° 170 (avril 2013) : sommaire et éditorial.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er avril 2013

Sommaire

ÉDITORIAL : De nouvelles pages pour le « Livre de l’unité » (Franck Lemaître)

ESSENTIEL :

Échos de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2013 (Catherine Aubé-Elie)

Les nouvelles formes de religiosité en Europe nous interpellent Réunion du Comité mixte KEK-CCEE (Claire Sixt-Gateuille)

Rome a un évêque émérite. Réactions d’autres familles ecclésiales

CÉCEF : Actualité du Conseil d’Églises chrétiennes en France

DOSSIER : LE CONSEIL D’ÉGLISES CHRÉTIENNES EN FRANCE

Le Livre de l’unité. Message du CÉCEF aux communautés chrétiennes à l’occasion de ses vingt-cinq ans

Prix du CÉCEF pour un travail universitaire de recherche

La genèse du Conseil d’Églises chrétiennes en France (Michel Freychet)

Le CÉCEF au fil des ans (Michel Evdokimov)

Risquer des paroles. Un point de vue critique sur les déclarations publiques du CÉCEF (Michel Bertrand)

Les Conseils d’Églises chrétiennes dans la diversité des cultures politiques et ecclésiales

RENCONTRE avec Jean Tartier

JALONS SUR LA ROUTE DE L’UNITÉ : Novembre & décembre 2012, janvier 2013

LECTURES

AGENDA

Editorial

C’est le 17 décembre 1987 qu’est né le Conseil d’Églises chrétiennes en France (CÉCEF). Pour marquer ce vingt-cinquième anniversaire, Unité des Chrétiens a fait le choix de consacrer un numéro à cette instance œcuménique qui constitue – aux côtés d’autres structures associatives ou institutionnelles (les comités mixtes de dialogue théologique par exemple) – le visage le plus officiel et le plus stable des relations œcuméniques en France.

On compte aujourd’hui environ 120 Conseils nationaux d’Églises [1] à travers la planète, et bien d’autres au niveau régional ou local. En lisant la présentation qui est faite de certains d’entre eux dans les pages qui suivent, on percevra bien ce qui fait l’originalité du Conseil français. Par exemple, les Églises y sont représentées à parité, même celles qui sont numériquement plus petites. Autre spécificité : alors qu’ailleurs les catholiques ont rejoint un Conseil associant déjà anglicans, protestants et orthodoxes, en France l’Église catholique a été partie prenante de la création du CÉCEF, grâce notamment à Mgr Jean Vilnet, qui vient de nous quitter. Parmi les traits distinctifs du CÉCEF, on notera encore qu’il réunit non pas des délégués mais les plus hauts responsables de nos Églises, notamment les présidents de la Conférence épiscopale catholique, de la Fédération protestante et de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France.

Tel que le formule désormais son règlement intérieur, le CÉCEF est un « lieu d’écoute mutuelle » qui permet aux responsables d’Églises de s’informer sur les événements qui marquent la vie des Églises ; « lieu d’initiative », il leur permet aussi de promouvoir des manifestations œcuméniques en les organisant ou en les parrainant ; « lieu de dialogue », il leur permet encore de se concerter sur les questions sociétales, et d’exprimer une position commune.

Les réalisations de toutes natures qui ont jalonné la vie du CÉCEF depuis vingt-cinq ans ont constitué, page après page, un « Livre de l’unité », qu’il est bon de feuilleter avec gratitude. Au fil des ans, le CÉCEF s’est préoccupé de pauvreté, d’immigration, de paix… cette attention spéciale aux enjeux sociaux se traduisant régulièrement par des déclarations publiques. Si aujourd’hui les politiques et les médias attendent plutôt une prise de parole commune de tous les chefs religieux – une évolution qui a contribué à la création de la Conférence des responsables de culte en France en 2010 –, le CÉCEF n’a pas pour autant renoncé à s’exprimer au nom de la foi chrétienne chaque fois que nécessaire.

Progressivement la vie œcuménique en France a pu faire l’objet d’une épiscopè partagée par les responsables d’Église. Le Prix du CÉCEF remis pour la première fois en décembre 2012 à un travail universitaire favorisant le rapprochement des chrétiens est un signe fort de cette vigilance commune et de l’encouragement donné ensemble à la formation et à la recherche en œcuménisme.

Il convient toutefois de signaler que le CÉCEF reste un Conseil d’ Églises, et non pas le Conseil des Églises chrétiennes en France. Cette subtilité que permet la langue française est d’une grande portée puisque le nom même enregistre – comme une blessure et un appel – l’incomplétude de ce Conseil dans lequel toutes les familles ecclésiales ne sont pas encore représentées.
Ni union d’Églises (comme peut l’être l’Église protestante unie de France en train de naître), ni même confédération (à l’image de la Fédération protestante), le CÉCEF est une instance commune que se donnent des Églises, encore séparées [2], pour manifester leur unité germinative.

Au terme du pontificat de Joseph Ratzinger, on pourra relire une recommandation qu’il formulait pour éclairer le cheminement long et complexe vers la pleine unité visible. Il rappelait que le devoir d’un responsable d’Église « est de créer un espace d’accueil pour ce qui est théologiquement possible [… et] de ne pas seulement se demander si l’union et la reconnaissance de l’autre sont justifiables, mais de se demander avec encore plus d’insistance si la permanence dans la division est justifiable, car ce n’est pas l’unité qui a besoin d’être justifiée, mais la division » . C’est bien dans cet esprit que le CÉCEF pourra écrire de nouvelles pages du « Livre de l’unité ».

frère Franck LEMAÎTRE

Notes

[1L’Église catholique est membre à part entière de 70 d’entre eux ; ailleurs elle a souvent le statut d’observateur.

[2En cohérence avec ce qui a été défini à l’assemblée de Toronto du Conseil œcuménique des Églises (1950), l’appartenance à un Conseil d’Églises n’implique pas nécessairement pour une Église qu’elle considère les autres membres « comme des Églises au sens propre », en respectant ainsi les différentes auto-compréhensions ecclésiologiques.


Document