Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Le-rassemblement-a-Bari.html
    Le rassemblement à Bari

Le rassemblement à Bari

Une nouvelle étape de l’œcuménisme

Le 7 juillet, les responsables de la quasi-totalité des Églises chrétiennes en Orient et en Occident se sont réunis.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 10 juillet 2018
  • 0 vote

Le samedi 7 juillet à Bari (Italie du Sud), les responsables de la quasi-totalité des Églises chrétiennes en Orient et en Occident se sont rencontrés. Ensemble, ils ont prié et réfléchi à la situation au Proche-Orient. Bari conserve les reliques de saint Nicolas, figure emblématique de l’union entre les Églises. Jamais une rencontre de toutes les confessions chrétiennes présentes au Moyen-Orient n’avait été organisée à un tel niveau. Les patriarches ont prié Dieu dans toutes leurs langues, de l’arabe au syriaque, de l’arménien à l’assyrien. Ils ont demandé que Dieu « inspire des choses bonnes dans les cœurs de ceux qui veulent la guerre et pacifie leurs esprits tourmentés », selon les mots du patriarche Bartholoméos Ier de Constantinople.

Dénonçant fermement « le silence de tant et la complicité de beaucoup », le pape François a rappelé « l’indifférence qui tue ». Les chrétiens sont la « voix qui lutte contre l’homicide de l’indifférence ». « Cela suffit, les avantages de quelques-uns sur le dos d’un grand nombre ! » a-t-il demandé, fustigeant ainsi l’égoïsme. Il a rappelé également « le risque que la présence de nos frères et sœurs dans la foi soit effacée » au Moyen-Orient. Pour les hiérarques, cette rencontre est un signe prophétique. Les Églises chrétiennes sont toujours victimes de leur péché lorsqu’elles sont animées par des « logiques de pouvoir et de profit ». François a formé le vœu que « le Moyen-Orient ne soit plus un arc de guerre tendu entre les continents, mais une arche de paix accueillante pour les peuples et les croyances ».

Cette rencontre de Bari marque aussi une évolution remarquable dans le dialogue œcuménique. Souraya Bechealany, secrétaire générale du Conseil des Églises du Moyen-Orient, était présente à Bari avec les responsables des Églises. Elle y voit une expérience synodale entre les Églises. Ce rassemblement a manifesté « une hiérarchie fraternelle et non pyramidale. […] Chacun a pu prendre la parole, et, sur les choses fondamentales, il n’y a pas vraiment eu de divergences : quand la justice, la paix et la dignité au nom de Jésus-Christ sont en jeu, nous sommes tous d’accord. » « Bari représente un tournant dans l’histoire de l’œcuménisme », explique Andrea Riccardi, fondateur de la Communauté de Sant’Egidio. Il a en effet analysé cette réunion comme un presque ‘synode’ « entre le pape et les chefs des Églises du Moyen-Orient confrontés à une situation d’urgence terrible ». Ainsi, on est passé des dialogues œcuméniques bilatéraux aux échanges multilatéraux. Cette expérience, a poursuivi Andrea Riccardi, inaugure un chemin nouveau pour les chrétiens au Moyen-Orient et dans d’autres régions du monde. Le mouvement pour l’unité des chrétiens se déploie dans la solidarité avec les pauvres et dans la synodalité entre les communautés. (d’après La Croix, vaticannews.va et fr.zenit.org)

Photo : © Alberto Pizzoli (AFP)



Zoom


Document