Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Les-chretiens-unis-par-et-pour-les.html
    Les chrétiens unis par et pour les migrants

Les chrétiens unis par et pour les migrants

Un appel œcuménique depuis Lesbos

Le 16 avril 2016, le pape François, le patriarche œcuménique Bartholomée et l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce Jérôme ont signé une déclaration commune.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er juillet 2016

Le 16 avril 2016, le pape François, le patriarche oecuménique Bartholomée et l’archevêque Jérôme d’Athènes et de toute la Grèce ont visité le camp de Moria, situé sur l’île grecque de Lesbos – la porte d’entrée de nombreux réfugiés en Europe –, qui abrite environ 2 500 demandeurs d’asile. « C’est un triste voyage », a confié l’évêque de Rome aux journalistes en évoquant la rencontre non seulement avec « des personnes qui souffrent, ne sachant pas où aller », mais aussi avec « le cimetière qu’est la mer, où beaucoup de gens se sont noyés ». « L’Église de Grèce pleure tant de vie perdue en mer », a déploré l’archevêque d’Athènes en espérant toutefois, contre tout espoir à « ne plus jamais [y] voir les enfants hissés sur [ses] rives », mais « bientôt dans les mêmes lieux des enfants sereins et joyeux ». « N’oubliez pas l’hospitalité, car en la pratiquant, certains, sans le savoir ont accueilli des anges » (He 13,2) a exhorté le patriarche oecuménique tout en fustigeant « l’économie globalisée », qui a créé « une série de crises d’identité dans le monde contemporain » aussi bien que « la faim et la misère dans de nombreuses régions ». Avant d’aller déjeuner avec quelques réfugiés à l’intérieur même du camp, les prélats ont signé une déclaration commune dans laquelle ils ont plaidé pour « une fin de la guerre et de la violence au Moyen-Orient », tout en demandant à « tous les pays », « tant que le besoin perdure », d’étendre « l’asile temporaire » ou d’offrir « le statut de réfugié à ceux qui sont éligibles ». Le document invite la communauté internationale « à répondre avec courage » à « l’une de ses plus sérieuses crises humanitaires depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », non seulement en protégeant les minorités, mais aussi en éliminant « les routes qui ne sont pas sûres », notamment « celles à travers la mer Égée et toute la Méditerranée ». En effet, un large consensus international et un programme d’assistance sont « d’une nécessité urgente » afin
que tous les individus et les communautés « y compris les chrétiens » puissent jouir du « droit fondamental à vivre en paix et en sécurité », notamment en ayant la possibilité de rester « dans leurs pays ». Ils ont aussi exprimé leur « solidarité avec
le peuple grec », qui, « malgré ses propres difficultés économiques », a su répondre « avec générosité » au drame présent.

Le pape François, qui a accompli le voyage dans la journée, est rentré à Rome à bord de son avion avec douze réfugiés musulmans (dont six mineurs) venus de Damas et de Deir Azzor, après que Daech ait bombardé leurs maisons. (d’après VIS et AFP)


Document