Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Les-chretiens-unis-par-le-sang-du-pere-Jacques-Hamel.html
    Les chrétiens unis par le sang du père Jacques Hamel

Les chrétiens unis par le sang du père Jacques Hamel

Réactions des Églises après l’événement tragique du 26 juillet 2016.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 11 octobre 2016

Le 26 juillet 2016, vers 9h25, deux individus porteurs d’armes blanches, d’une arme de poing ainsi que de faux engins explosifs, ont surgi dans la paroisse catholique Saint-Étienne de Saint-Étienne-du-Rouvray pendant la messe matinale et ont pris en otage les six personnes, qui s’y trouvaient : le prêtre, trois religieuses et un couple de paroissiens. Une des religieuses est parvenue à prendre la fuite et à donner l’alerte. La police, arrivée sur place, a tenté d’entamer une négociation à travers la porte latérale de la sacristie, ainsi qu’une incursion, mais n’a pu y parvenir car trois otages se trouvaient en position de rideau. Peu après, les otages sont sortis, suivis par les deux terroristes. En se lançant sur les forces d’interventions aux cris d’« Allahu akbar », les deux individus ont été neutralisés par la police. L’attentat a été revendiqué par Daech via son agence de propagande Amaq.

Les assaillants ont laissé dans l’église un paroissien grièvement blessé et le prêtre, âgé de 84 ans, égorgé. Le père Jacques Hamel, « ce saint prêtre », selon le pape François, « est mort précisément où il offrait le sacrifice de toute l’Église ».
Par « ce geste de barbarie, c’est la communauté chrétienne tout entière qui est touchée au cœur », a déclaré la Fédération protestante de France, en appelant à « résister » aussi bien « au fanatisme » qu’« aux tentatives de division par la terreur ». Au soir même de l’attentat, un grand « flashmob » dans le cadre du rassemblement protestant « le Grand Kiff », devant réunir plus de mille jeunes à Saint-Malo, a été annulé. Les participants, n’ayant pas « le cœur à la fête », ont préféré « en solidarité avec les frères et sœurs catholiques » se recueillir dans une manifestation « contre le malheur, la peur, et toute forme de violence » autour du Psaume 137, qui évoque la douleur du peuple de Dieu et la fidélité du Seigneur.

Dans un communiqué, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France a fustigé cet acte, qui a visé « l’ensemble de la communauté nationale […] et chacun de nous ». En exprimant « toute leur solidarité fraternelle à l’Église catholique de France », ils ont souligné que « la cohésion nationale » est « la seule réponse à la barbarie qui sonne à nos portes ».

Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, a décrété le vendredi 29 juillet 2016 « journée de jeûne et de prière pour notre pays et pour la paix dans le monde ». Le Conseil national des évangéliques de France, « en signe de solidarité chrétienne avec les catholiques » a encouragé ses fidèles à « saisir toutes les occasions individuelles et communautaires pour intercéder auprès de Dieu » afin « qu’Il réduise à néant les desseins de ceux qui veulent prendre des vies dans le but de semer la terreur ».

Les funérailles du père Hamel ont eu lieu, le 2 août, dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen en présence de nombreux représentants d’autres Églises chrétiennes et d’autres religions, dont une centaine de musulmans. L’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, dans son homélie a confié à l’assemblée les derniers mots du père Hamel, témoignant la foi et l’absence de vengeance du prêtre vis-à-vis de ses agresseurs : au lieu de les blâmer, à la suite des premiers coups de couteau qu’il a reçus, il a simplement dit à deux reprises : « Va-t’en, Satan ! » (d’après francetvinfo.fr, w2.vatican.va, protestants.org, eglise-protestante-unie.fr, aoef.fr, lecnef.org et rouen.catholique.fr)


Document