Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Les-nouvelles-formes-de.html
        Les nouvelles formes de religiosité en Europe nous interpellent

Les nouvelles formes de religiosité en Europe nous interpellent

Réunion du Comité mixte KEK-CCEE de février 2013

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 4 février 2013
  • 0 vote

« Foi et religiosité dans une Europe qui change. Les nouveaux mouvements chrétiens en Europe : défis ou opportunités ? ». C’est sur ce thème qu’a travaillé le comité joint KEK-CCEE lors de sa rencontre annuelle à Varsovie, du 4 au 6 février 2013. Pasteur de l’Église protestante unie de France, Claire Sixt-Gateuille est l’une des sept membres (orthodoxes et protestants) que comprend la délégation de la Conférence des Églises européennes (KEK) aux côtés des sept représentants du Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE).

Eileen Barker, de la London School of Economics, a démontré que l’apparition de nouveaux mouvements religieux est tout sauf un phénomène récent (cf. les fondations monastiques au Moyen Âge, la multiplication d’Églises protestantes au XIXe siècle, etc), même s’il s’est accéléré depuis la Réforme. Le Professeur Wargacki, de l’université de Lublin, a souligné la grande diversité de ces mouvements et nous a invités à avoir une approche pragmatique et non pas idéologique de la question. Il s’est appuyé sur la sociologie et la neuro-psychologie pour présenter les phénomènes caractéristiques des nouveaux mouvements chrétiens (NMC), à savoir les « manifestations de l’Esprit », qu’il interprète comme des états modifiés de conscience, soulignant que ces phénomènes se produisent lorsque le cadre de vie d’un groupe de personnes se modifie très rapidement. Il a signalé que cinq minutes d’expérience spirituelle pouvaient déclencher une appartenance à une religion pour la vie entière.

Pour sa part, le cardinal Angelo Bagnasco a mis en valeur toute la richesse de la tradition catholique pour répondre aux attentes spirituelles contemporaines (initiation chrétienne, possibilités de valorisation du corps et de la joie dans les célébrations, charisme du ministère ordonné, communautés nouvelles, etc.), tout en mettant en garde contre les phénomènes d’auto-suggestion et l’exaltation collective.

Le métropolite Joseph de Roumanie a mentionné les éléments favorisant le développement des NMC : rivalités confessionnelles, passivité des laïcs lors des célébrations, vocabulaire peu accessible, manque de formation biblique. L’archevêque catholique Kevin McDonald a souligné que le contact avec les Églises et communautés néo-charismatiques est difficile car ces mouvements sont très peu organisés et que leur membres font rarement preuve d’une volonté de dialogue, avec parfois un discours très agressif vis-à-vis des Églises instituées.

A mon tour, j’ai présenté deux types de réaction des Églises historiques : la défense (travail des Églises majoritaires pour garder leur statut particulier dans l’espace public, priorité à la transmission et valorisation de la tradition) et l’adaptation (mise en place de petits groupes conviviaux, valorisation de la participation et de l’expression de foi personnelles, de la pluralité interne, nouvelles méthodes d’évangélisation, utilisation des nouveaux médias).

Lors des débats, il a été souligné que les NMC nous obligent à être nous-mêmes de façon plus fidèle et plus vivante. Dans ce contexte en perpétuel changement, marqué en Europe de l’Ouest par la privatisation de la foi, les Églises cherchent à mieux répondre aux attentes et besoins spirituels tout en offrant un cadre garant pour l’Évangile, qui est celui de l’institution ecclésiale (c’est leur force). Elles souhaitent adapter leur pratique sans se trahir, dans une démarche qui vise à inscrire l’Évangile dans la culture contemporaine, pour que chacun trouve sa place.

Lors de ce comité mixte, j’ai apprécié la qualité des exposés et la franchise des échanges qui les ont suivis, ainsi que l’accueil que nous ont offert les représentants des Églises présentes en Pologne. La prière et les temps d’échanges informels ont également constitué un temps précieux pour mieux se connaître et se comprendre les uns les autres. En dehors des échanges sur le thème, les secrétaires généraux ont présenté les activités de chacune des deux instances, passées et à venir, et nous avons réfléchi ensemble à des projets communs, en particulier un séminaire dans le cadre du dialogue chrétiens-musulmans prévu pour 2014 et la révision des lignes directrices de ce comité mixte pour les mettre en phase avec la Charte Œcuménique.

Claire SIXT-GATEUILLE


Document