Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Les-patriarches-orientaux.html
        Les patriarches orientaux dénoncent l’extrémisme religieux

Les patriarches orientaux dénoncent l’extrémisme religieux

7 août 2014 / Liban

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 7 août 2014

Dans une déclaration commune datée du 7 août 2014, des patriarches orientaux catholiques et orthodoxes réunis au siège patriarcal maronite de Dimane (Liban) ont dénoncé « l’expulsion forcée des chrétiens de leurs foyers » ainsi que « les agressions contre les minorités religieuses et leurs églises » comme des « crimes contre l’humanité ». Le même jour, des troupes jihadistes de l’État islamique avaient mené une offensive dans la plaine de Ninive au nord de l’Irak.

Les signataires étaient les patriarches Jean X (grec-orthodoxe), Béchara Raï (maronite), Ignace Ephrém II Karim (syrien-orthodoxe), Ignace Joseph III Younan (syriaque-catholique), Grégoire III Laham (grec-catholique), Nersès Bedros (arménien-catholique) auxquels s’étaient joints le catholicos arménien orthodoxe Aram I et le nonce apostolique Gabriele Caccia, le patriarche des Chaldéens Louis Raphaël Sako retenu par la situation sans précédent en Irak, étant représenté.

En décrivant les actions menées contres les chrétiens de toutes confessions comme un acte qui « a été planifié par l’État islamique en Irak et au Levant et d’autres groupes jihadistes », les responsables d’Églises ont uni leurs voix pour demander « aux instances islamiques, sunnites et chiites, de promulguer des décrets religieux clairs jetant l’interdit sur l’agression contre les chrétiens et tous les autres innocents » ainsi qu’à « tous les Parlements du monde arabe et islamique de voter des lois favorisant l’ouverture, rejetant clairement toute forme d’exclusion religieuse de l’autre (takfir) ». En affirmant que « les prises de position islamiques, arabes et internationales restent timides et insuffisantes », le document condamne « le fait que quelques États européens encouragent l’exode des chrétiens, sous prétexte de les protéger ». Les hiérarques ont aussi souligné que contre l’extrémisme religieux « chrétiens et musulmans ont le devoir d’y faire face ensemble », tout en demandant au Conseil de sécurité des Nations Unies d’adopter une résolution claire pour la restitution des maisons et des biens spoliés « par tous les moyens possibles ». (d’après Patriarcat latin de Jérusalem)

Photo : DR

La lettre ‘noun’, initiale du mot arabe ‘nasrani’ - nazaréens, qui était dessinée sur les habitations des chrétiens expulsés de Mossoul est devenue le symbole par lequel des chrétiens de confessions différentes de par le monde ont manifesté leur soutien aux persécutés.


Document