Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Louis-Derousseaux.html

Louis Derousseaux

Rencontre avec le Père Louis Derousseaux, théologien catholique

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er juillet 2007

Le Père Louis Derousseaux a été de longues années professeur de théologie fondamentale et de dogmatique à la faculté de théologie de l’université catholique de Lille, et il en a été le doyen. Ses compétences dans ce domaine ont compté dans le travail qu’il a mené pendant des lustres pour le rapprochement entre catholiques et anglicans, en tant que coprésident du Comité mixte de dialogue en France (Anglican - Roman Catholic Commission in France, French ARC), et expert auprès de la Commission épiscopale catholique pour l’unité des chrétiens. Pour « avoir contribué, de façon très remarquable, au progrès d’une meilleure entente et de relations plus proches avec la Communion anglicane », l’archevêque de Canterbury Rowan Williams, primat de la Communion anglicane, lui a fait remettre le 2 février 2007 la Croix de Saint Augustin.

Il n’a cessé, de voyage en rencontre et de recherche en lecture, d’élargir son regard, toujours intéressé par ce que les autres chrétiens ont à nous apprendre sur eux et sur nous-mêmes. Pour lui, les Églises chrétiennes vont à la sclérose si elles ne progressent pas sur la route de l’unité ; il ressent douloureusement les petitesses et les reculs qui jalonnent ce cheminement.

Je suis né en 1926 dans un gros village près de Lille, dans le « pays » de Weppes où il n’y avait pas un protestant... Ma famille était très croyante. Dès avant mes 10 ans, j’avais envisagé de devenir prêtre. Au grand séminaire de Lille, j’ai reçu une bonne formation, malgré de grosses difficultés de santé, dues aux séquelles de la guerre. C’était un lieu ouvert pour l’époque : on pouvait se plonger dans des auteurs comme le luthérien Oscar Cullmann ou le réformé Karl Barth. Le vieux professeur d’histoire de l’Église était un excellent pédagogue : il nous introduisait dans la dynamique de l’Église, de façon vivante. C’est par lui que j’ai commencé à me passionner pour l’anglicanisme et le Mouvement d’Oxford de Newman [1]. Je me souviens du passage au séminaire d’un chanoine anglican, très « High Church », qui voulait découvrir la vie d’un séminaire catholique et qui avait apporté des œuvres récentes de théologie anglicane, en particulier de Mascall. C’est ainsi que j’ai commencé à me sentir proche de l’Église anglicane.

Après la guerre, le mouvement œcuménique a vraiment démarré à Lille avec des réunions régulières de prêtres et de pasteurs de l’Église réformée, mais la proclamation du dogme de l’Assomption en 1950 lui a donné un coup d’arrêt, pendant quelques années. Sous l’impulsion du cardinal Liénart, évêque de Lille, qui avait une forte personnalité, les premières relations avec le patriarche Athénagoras se sont nouées bien avant le concile : tous les ans, des séminaristes et des prêtres du Patriarcat œcuménique étaient accueillis au Grand Séminaire de Lille.

J’ai été ordonné prêtre en 1949, après un parcours mouvementé, dû à des accidents de santé. Envoyé finir mes études à l’Institut catholique de Paris, j’avais envie d’étudier les Pères de l’Église : j’ai pu suivre le séminaire d’Henri-Irénée Marrou à la Sorbonne, les cours d’Oscar Cullmann à l’École pratique des Hautes Études, les cours du Père Jean Daniélou à la Catho : ce dernier était alors un grand éveilleur, un promoteur hardi du dialogue en tout domaine.

Plus tard, j’ai pris contact avec la paroisse orthodoxe russe de langue française de la crypte, rue Daru à Paris. J’y venais régulièrement, j’ai même fait partie du chœur. C’est ainsi que j’ai découvert plus concrètement la piété orthodoxe, en faisant la connaissance de Michel Evdokimov, qui était alors responsable de la chorale. J’avais commencé à découvrir le monde théologique orthodoxe au Séminaire en lisant Essai sur la théologie mystique de l’Église d’Orient de Vladimir Lossky (1944).

Vous avez dit qu’en 1960 vous aviez rencontré concrètement les anglicans ?

Cette année-là j’ai passé sept mois à Jérusalem, et ce séjour a transformé ma vie. J’étais en principe étudiant à l’École Biblique dominicaine mais je logeais chez les Pères Blancs de Sainte-Anne, dans la vieille ville, qui n’avait guère changé depuis les Croisés ! J’étais plongé pour la première fois dans une autre manière d’être chrétien, au milieu d’Églises aussi anciennes que mon Église latine.

La fête de Pâques rassemblait des foules, en des célébrations toutes différentes et qui se bousculaient parfois. Je n’étais pas scandalisé par les divisions mais plutôt impressionné par la vitalité de ces traditions anciennes. Pourtant le chemin de la reconnaissance et du respect mutuels s’annonçait bien long. C’est là aussi que j’ai fait ma première rencontre concrète avec une communauté anglicane, celle de la paroisse Saint-Georges, souvent invitée à Sainte-Anne, bien avant de découvrir les fastes religieux de l’Evensong dans les cathédrales de Cantorbéry et de Salisbury.

J’ai commencé à réaliser que l’Église latine n’est pas seule, que l’Église universelle est la communion des Églises locales, que le rôle du pape n’est pas de tout gouverner, mais d’être le sacrement de l’unité dans la foi et l’amour.

Vous avez pris part au dialogue de l’Église catholique avec le judaïsme ?

J’ai soutenu une thèse, en juin 1968, sur un thème de l’Ancien Testament [2], mais sans m’intéresser alors au monde juif contemporain. Plus tard, on m’a demandé de remplacer le chanoine Henri Renard, qui avait travaillé après guerre avec Jules Isaac à la naissance des groupes de l’Amitié judéo-chrétienne. C’est ainsi que j’ai été appelé à participer au Comité épiscopal pour les relations religieuses avec le judaïsme, où j’ai siégé quelques dizaines d’années, marquées par la crise du Carmel d’Auschwitz entre autres. Chargé de cours d’initiation au judaïsme vivant et d’un enseignement sur la signification des religions, j’ai été amené à situer les questions œcuméniques dans le paysage théologique.

Est-ce que le destin du peuple juif peut apporter quelque chose au rapprochement des chrétiens ?

Dans le dessein de Dieu, le peuple juif a une signification particulière : en lui Dieu s’est révélé, avec lui Dieu a fait alliance, une alliance jamais révoquée. Paul l’affirme en Romains 9-11, dans un texte qui a été longtemps oublié par la théologie chrétienne. Ce qui veut dire que le juif continue à faire partie de l’histoire du salut en même temps que le chrétien. Le juif a donc un statut différent des croyants des autres religions ; il nous rappelle sans cesse l’enracinement du Christ dans notre histoire, au moment où les chrétiens découvrent les richesses des grandes religions. Il nous rappelle aussi que la foi catholique romaine n’a pas vocation à tout absorber des valeurs des autres. Il peut y avoir une part irréductible, que nous avons à respecter.

Vous avez été plus de quinze ans coprésident du French ARC

Après le Concile, la première commission de dialogue mise en place par l’Église catholique en France, dès 1969, a été le Comité anglican-catholique, plus connu sous son nom anglais de French ARC. Quand Suzanne Martineau [3] a quitté son poste de coprésidente de ce comité en 1989, on m’a demandé de la remplacer, aux côtés de Martin Draper comme président du côté anglican – qui est devenu un grand ami. L’ambiance y était toujours très bonne, très cordiale. Nous avons mis au point en 1979 et finalement publié en 1990 un document important, qui reste sans pareil dans les dialogues entre Églises occidentales : Twinnings and Exchanges [4] . Contresigné par les autorités catholiques et anglicanes des deux côtés de la Manche, et visé par Rome, il stipule que les anglicans éloignés de leurs paroisses lorsqu’ils sont en France « peuvent demander à recevoir la Sainte Communion à une eucharistie catholique romaine ». Dans des circonstances précises, ce document autorise effectivement l’hospitalité eucharistique entre anglicans et catholiques.

L’une des tâches du French ARC est de traduire et de diffuser les textes de la commission internationale de dialogue (ARCIC) : comment étaient-ils accueillis ?

La première phase de dialogue entre anglicans et catholiques, ARCIC I (Anglican - Roman Catholic International Commission I), commencée en 1969, a pris fin en 1981 avec la publication des résultats de ses travaux. Mais ce texte est resté en panne dix ans à la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui devait donner son avis, alors qu’il avait été reçu tout de suite par les Conférences épiscopales catholiques d’Angleterre, des États-Unis et de France. Peut-être que si Paul VI avait vécu, les choses auraient pris une autre tournure : n’avait-il pas donné son calice à l’archevêque Runcie, successeur de l’archevêque Ramsey à Cantorbéry ?

Quand la Congrégation pour la doctrine de la foi a finalement donné son aval en 1991, les anglicans avaient eu le temps de penser : « si Rome ne s’intéresse pas à notre manière actuelle de concevoir l’Église, devons-nous attendre son approbation théologique ? » Le chanoine Greenacre a exprimé cette opinion dans son Epistula ad Romanos, publiée en 1982 dans Irénikon. L’ordination des femmes a rendu ensuite le dialogue plus difficile ; c’est sans doute ce qu’espéraient secrètement certaines autorités romaines. Pourtant le document qui présentait les résultats d’ARCIC I faisait état d’un substantial agreement (accord conséquent) sur l’Eucharistie et les ministères, même s’il restait des points à éclaircir sur l’autorité dans l’Église, ce qui a été la tâche d’ARCIC II. Ce document d’ARCIC I, qui est solide théologiquement et clairement rédigé, pourrait constituer une excellente base pour une catéchèse catholique !

La Congrégation pour la doctrine de la foi a par la suite interdit aux conférences épiscopales de commenter les textes publiés par les commissions de dialogue, ce qui revenait à supprimer toute possibilité de réception des accords par le peuple chrétien. En tout cas la réponse française a pu être publiée : précise, argumentée, nourrie par les contributions des facultés françaises de théologie, elle reste une contribution majeure au dialogue œcuménique avec l’anglicanisme.

Un document d’ARCIC II, Life in Christ, a proposé une réflexion sur la théologie morale et il a abordé des questions délicates comme l’homosexualité et les divorcés remariés. Ce texte nous a paru au French ARC mériter une traduction et une diffusion immédiates. Malheureusement ces réflexions n’ont suscité aucun écho : elles pourraient cependant aider à retrouver la tradition ancienne sur la conscience et la vie morale, au-delà des durcissements récents.

Où en est aujourd’hui le dialogue entre catholiques et anglicans, au niveau international ?

À Mississauga en 2002, quinze évêques catholiques et quinze anglicans ont créé l’IARCCUM (International Anglican - Roman Catholic Commission for Unity and Mission) : une commission dont la tâche n’est pas théologique, mais qui est chargée de rassembler tout ce qui a été fait et écrit par les deux Églises ensemble, pour aboutir à une proclamation de ce qui nous unit – une sorte d’ « accord de base », du genre de celui qui a été signé entre catholiques et luthériens avec la Déclaration sur la justification de 1999. Notre comité anglican-catholique français a beaucoup insisté pour qu’on recherche un accord de ce type, qui permettrait à tous d’avoir un accès plus facile aux textes d’accord, et de lancer les initiatives qui en découlent. Ce travail est en cours [5]. Il n’y a pas eu d’écho officiel aux textes récents sur « Le don de l’autorité » et « Marie, grâce et espérance dans le Christ ».

J’avoue redouter la prochaine Conférence de Lambeth, en 2008 : comment les évêques de la Communion anglicane parviendront-ils à éviter le schisme qui menace, depuis que l’Église épiscopalienne des États-Unis a ordonné un évêque ouvertement homosexuel, provoquant la fronde d’une grande partie des Églises d’Afrique et d’Asie ? La Communion anglicane ressent douloureusement la nécessité d’une autorité primatiale reconnue par les provinces ; peut-être que cette crise fera surgir du nouveau. Le texte d’ARCIC II sur « Le don de l’Autorité » faisait le bilan de ce que Rome pouvait apporter dans le domaine de la primauté, et de ce que la Communion anglicane pouvait partager de sa vie synodale à tous les niveaux.

Où en est le mouvement œcuménique dans son ensemble ?

Rien n’est jamais définitivement gagné pour l’œcuménisme, qui se porte plutôt moins bien qu’il y a trente ans : partout existe une tentation de repli identitaire. Chez nous, certaines décisions claires du Concile commencent à être contestées ou freinées : à savoir le lien de l’Église catholique avec l’ensemble des baptisés, le rôle de la synodalité... Mais ailleurs aussi : l’Église réformée de France, seule de toutes les Églises réformées du monde, a refusé le BEM [6] ; ce qui ne facilite pas le dialogue sur l’hospitalité eucharistique !

Je considère comme une grande grâce d’avoir travaillé avec un ami, le pasteur Teulon de Lille, pendant dix-sept ans. De tendance théologique barthienne, il a dû faire face aux remous de mai 68 et défendre l’institution de la paroisse ! Je me souviens d’avoir accepté de présenter et de défendre la pensée de Karl Barth à un groupe de sa paroisse qui se voulait rénovateur...

Il nous faut rester vigilants pour que l’impulsion œcuménique du Concile ne soit pas affaiblie ni contestée : l’unité des chrétiens reste un objectif essentiel.

L’œcuménisme, c’est important ?

Extrêmement important ! Prendre son parti de la division des chrétiens, c’est être infidèle au Christ, c’est refuser de se convertir, c’est désespérer de la Bonne Nouvelle. Grâce au dialogue avec les autres chrétiens, nous perdons de nos préjugés, de notre suffisance, nous nous ouvrons mieux à l’essentiel du Christ, nous devenons responsables ensemble pour annoncer l’Évangile au monde. La dimension œcuménique est devenue une dimension essentielle et irréversible de notre Église, comme Jean-Paul II l’affirme avec force dans Ut Unum Sint. C’est la chance et le devoir de notre Église, de toutes les Églises.

Propos recueillis par Catherine Aubé-Elie

En savoir +

Source : revue Unité des Chrétiens, N°147 - juillet 2007

Notes

[1Initié en 1833 par des universitaires d’Oxford, désireux de revenir à la ferveur et à la richesse liturgique de l’Église des origines, et de limiter l’ingérence de l’État. Une de ses figures de proue, John Henry Newman, devint catholique et cardinal.

[2La Crainte de Dieu dans l’Ancien Testament. Royauté, Alliance, Sagesse dans le royaume d’Israël et de Juda. Recherches d’exégèse et d’histoire sur la racine Yâré (Paris, Cerf, 1970, épuisé).

[4Twinnings and Exchanges. Guidelines proposed by the Anglican - Roman Catholic Committees of France and England.

[5La commission IARCCUM a publié récemment un texte, Growing Together in Unity and Mission. Building on 40 years of Anglican - Roman Catholic dialogue, qui comprend deux parties : une synthèse des travaux de l’ARCIC I et II, avec des encadrés sur les points qui font encore difficultés, et des propositions concrètes pour vivre la communion déjà atteinte.

[6En fait, l’ERF, en lien avec l’EELF a demandé en 1985 l’approfondissement de certains thèmes, notamment "Paroel et sacrement’ [NDLR]


Document