Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Suzanne-Martineau.html

Suzanne Martineau

Rencontre avec Suzanne Martineau, artisane du dialogue entre anglicans et catholiques français

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er octobre 2006

Suzanne Martineau a été toute sa vie - elle est née à la fi n de la Première Guerre mondiale- l’âme du dialogue entre anglicans et catholiques français, réussissant de façon unique à faire percevoir de l’intérieur les richesses du christianisme dans sa version anglicane. Sans l’avoir cherché, celle qui était toujours la seule femme dans ce domaine, a été appelée à participer au dialogue mis en place par l’Église catholique en France au sein de ce qu’on appelle le French ARC (comité de dialogue anglican/catholique) ; mais elle a eu aussi des responsabilités à Rome, au Secrétariat pour la promotion de l’unité des chrétiens, et pour la rédaction du Directoire œcuménique. Après avoir passé la première partie de sa vie en Angleterre, elle vit depuis les années soixante à Poitiers où elle poursuit infatigablement son activité, tout en retournant régulièrement au Royaume-Uni où elle a partout de nombreux amis. En 1989 l’archevêque Runcie, primat de la Communion anglicane, l’a décorée de la croix de Saint-Augustin, pour services rendus aux relations entre les deux Églises.

Comment vous est venue cette attirance pour l’anglicanisme ?

Mes parents étaient très ouverts ; chez nous on pensait qu’il fallait “aller voir ailleurs” : en vacances à Biarritz, nous allions de temps en temps aux offices de l’église russe - on ne comprenait pas vraiment, mais on aimait beaucoup... Adolescente, j’avais été extrêmement frappée par la lecture de l’intervention du délégué des jeunes Églises d’Asie à la Conférence missionnaire d’Edimbourg (1910) : il se disait reconnaissant de ce que les missionnaires occidentaux leur aient apporté Jésus-Christ, mais regrettait qu’ils aient en même temps apporté tous leurs “ismes” : anglicanisme, méthodisme, baptisme... et demandait instamment qu’on les laisse incarner le Christ dans leurs cultures propres.

“Aller voir ailleurs”, donc : vers mes douze ans je suis partie continuer mes études en Angleterre, dans un internat style public school. Je garde un excellent souvenir de ces années d’adolescence : nous avions un grand sentiment de liberté, et tout ce que nous faisions me paraissait intéressant : le sport, la musique, l’histoire... nous allions régulièrement aux offices bien sûr, et je chantais Evensong avec le chœur les dimanches soirs. C’est ainsi que je me suis peu à peu imprégnée de liturgie anglicane [1].

J’ai fait mes études supérieures à Oxford : de l’histoire - et c’est l’étude des XVI e et XIX e siècles, particulièrement marqués par l’impact d’évènements religieux importants, qui m’a poussée vers la théologie. J’en ai fait trois ans, toujours à Oxford, avec des professeurs de toutes confessions : anglicans mais aussi méthodistes, catholiques, réformés...

Je suis à cheval sur les deux confessions. C’est une question de culture : je suis catholique en France, mais je ne me sens pas capable de l’être en Angleterre. Je me suis toujours sentie très bien à l’office anglican ; impossible d’expliquer pourquoi... Cette influence de la culture sur l’expression de la foi est très importante. Prenez la cathédrale catholique de Londres : son style n’est pas anglais, et c’est vrai aussi pour les oratoires créés à la suite du cardinal John Henry Newman à Birmingham et à Londres : c’est clairement un style venu d’ailleurs. La religion est nécessairement inculturée, et on éviterait bien des problèmes en prenant en compte sérieusement cette réalité-là !

En France, ma chance a été de rencontrer le P. René Girault [2] qui, réticent au départ, allait de venir un acteur particulièrement dynamique et convaincant du rapprochement entre les chrétiens, dans la région de Poitiers où j’habitais et ailleurs. Dès les années 50, il organisait des veillées de prière pendant la Semaine de l’unité, mettant dans le coup les séminaristes dont il était le professeur, rencontrant le pasteur de Poitiers. Il était toujours plein d’idées et les mettait en pratique. Il invitait aux “instructions du soir” du séminaire, pendant la Semaine de l’unité, toutes sortes de personnalités pour parler des autres Églises.

Comment avez-vous vécu le Concile ?

J’ai assisté à quelques séances plénières, à partir de la deuxième session, bénéficiant de ce que j’étais « attachée » au Secrétariat pour l’unité en particulier pour faire des traductions.

J’allais aussi aux réunions hebdomadaires qui réunissaient observateurs et théologiens catholiques pour des conversations très ouvertes : tout le monde discutait ensemble... j’ai pu constater l’influence de ces réunions sur certains textes du concile.

Avant le Concile le P. Girault m’avait demandé de rédiger une sorte de manuel d’œcuménisme : Pédagogie de l’œcuménisme, un gros volume pour tenter d’expliquer de quoi il retournait ! C’est sans doute cet ouvrage qui m’a valu d’être invitée à participer à la rédaction de la deuxième partie du Directoire œcuménique [3], et de devenir consulteur au Secrétariat pour la Promotion de l’unité des chrétiens en 1968.

A quoi a servi en France votre connaissance intime de l’anglicanisme ?

Depuis sa création en 1970, et jusqu’en 2000, j’ai participé au French ARC ; c’est la structure de dialogue au niveau national, à côté de la structure internationale ARCIC (Anglican-Roman Catholic International Commission). La commission avait d’abord un souci pastoral, celui des anglicans isolés en France, et l’ambition de faire connaître l’anglicanisme, en organisant rencontres et colloques. Elle étudiait aussi les documents rédigés par la Commission internationale, et avait été chargée de répondre aux propositions d’ARCIC I ; le petit groupe d’experts que j’avais constitué pour le faire a présenté ses conclusions à la Commission épiscopale pour l’unité, qui les a validées et transmises à Rome (qui a finalement accepté le document en 1994).

La French ARC a aussi produit en 1979 un document important, même s’il n’a jamais été officialisé (par crainte des réactions négatives des catholiques anglais) : les anglicans qui en feraient la demande seraient admis aux sacrements catholiques - ou protestants. Ce document a été publié d’abord dans le Bulletin du Diocèse de Poitiers, puis repris dans la Documentation catholique, et sa traduction en anglais, Guideline for Twinnings, a été envoyée à Rome, où le cardinal Willebrands l’a laissé passer. J’ai été aussi pendant plus de vingt ans expert auprès de la Commission épiscopale française pour l’unité des chrétiens – au titre de l’anglicanisme bien entendu.

Actuellement, le dialogue achoppe sur des questions qui ne sont pas directement théologiques.

Depuis 1992 l’Église d’Angleterre ordonne des femmes à la prêtrise, ce qui constitue une pomme de discorde explosive avec certains de ses partenaires œcuméniques : catholiques et orthodoxes en particulier. Mais si l’Église catholique avait donné son accord rapidement aux deux premières Déclarations communes produites par l’ARCIC sur Eucharistie et Ordination et ministères (publiées dans le Rapport final de 1982), au lieu d’attendre 1994 pour le faire, je pense qu’on aurait pu aboutir à une reconnaissance mutuelle des ministères, qu’il y aurait eu nécessairement un dialogue sur la question de l’ordination des femmes et que cela aurait peut-être empêché l’Église d’Angleterre de franchir le pas. Les catholiques d’Angleterre et du Pays de Galles eux-mêmes (qui pour des raisons historiques ne sont pas enclins à l’indulgence avec les anglicans, ni portés spontanément à l’œcuménisme, NDLR) avaient donné une appréciation très positive de ces deux documents ! La route de l’unité aurait été grande ouverte, peut être... alors que maintenant, objectivement, elle est en train de se charger d’obstacles.
Le problème se pose de façon encore plus aiguë avec l’ordination de femmes évêques, actuellement en discussion dans l’Église d’Angleterre. Comme l’a souligné le cardinal Kasper devant la Chambre des Évêques [4], l’évêque est symbole d’unité. Or la question divise non seulement avec les partenaires œcuméniques, mais encore à l’intérieur de l’Église d’Angleterre elle-même, et à l’intérieur des autres provinces de la Communion anglicane. Parce que l’évêque exerce un ministère d’unité, beaucoup d’anglicans qui acceptent les femmes prêtres n’accepteront pas d’évêques femmes. On atteint là les limites de la fameuse comprehensiveness [5] des anglicans, capables d’accueillir dans un même diocèse des courants très divers, quelquefois opposés. Je pense que là, c’est aller trop loin, on dépasse les limites de ce que peut apporter de bénéfique la comprehensiveness, parce qu’on met en péril des choses essentielles.

Les discussions sur l’homosexualité suscitent aussi des tensions très fortes.

L’homosexualité est un débat d’une tout autre nature : qu’est-ce qu’être homosexuel ? Est-ce une déformation de la nature ? Sinon, qu’est-ce que c’est ? C’est une question très complexe et difficile. Mais il a les mêmes conséquences néfastes que le débat sur la consécration de femmes évêques : la division entre les Provinces de la Communion anglicane, à l’intérieur d’elles, et l’éloignement de partenaires œcuméniques. J’ai assisté à quatre conférences de Lambeth [6] (1968, 1978, 1988, 1998) ; aux débats bien sûr, mais aussi à tout ce qui se passe en marge des débats, qui est souvent encore plus instructif.

La question est récurrente depuis la Conférence de Lambeth de 1988, au cours de laquelle les évêques africains avaient déjà mis en garde leurs collègues occidentaux ; ils considèrent toujours l’homosexualité comme un péché mortel. C’est une question compliquée, mais il ne me semble pas possible d’ordonner évêque un homme (ou une femme) vivant en couple homosexuel, ni de bénir des unions homosexuelles : là aussi, on va trop loin. Cependant, la question des femmes évêques me semble plus grave : elle touche aussi au ministère, mais de façon plus théologique.

Y a-t-il une réflexion sur ce problème au niveau œcuménique ?

Le primat de la Communion anglicane a demandé au président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’unité des chrétiens, le cardinal Kasper, d’envisager la création d’un groupe anglican-catholique qui permettrait de réfléchir ensemble aux questions ecclésiologiques soulevées par la situation, en s’appuyant sur le travail d’ARCIC I et II. C’est ainsi que quatre théologiens de chaque Église se sont réunis et ont rédigé un très intéressant document qui est actuellement à l’étude.

A votre avis, avec ces nouvelles questions, le mouvement œcuménique marque le pas ?

Cela dépend. L’Assemblée générale du COE à Porto Allègre en février dernier a fait un pas en avant très important en adoptant le mode décision par consensus, répondant à une exigence fondamentale des orthodoxes qui ne songent plus à partir désormais : c’est essentiel.

Quant à l’Église catholique romaine, il faudrait qu’elle se décentralise, accueille le principe de synodalité, laisse toute leur place aux Conférences épiscopales, leur accorde un pouvoir décisionnel local. On pourrait restaurer un style de patriarcat sous une forme ou une autre, comme la Communion anglicane l’a fait avec ses Provinces. Le texte Le Don de l’autorité de l’ARCIC (1999) est intéressant sur ces points. Dans la Communion anglicane des voix s’élèvent au moment des crises, comme en ce moment, pour demander non pas une autorité centrale – elle en voit le risque en regardant Rome ! – mais une structure “légère” qui dans l’écoute et le dialogue serait “la gardienne de l’unité de la communion”, alors qu’il n’existe actuellement que des instances consultatives (telles l’Anglican Consultative Council). Dans cet esprit, la Communion anglicane a rédigé un appel demandant que la primauté de l’évêque de Rome soit exercée collégialement et synodalement, pour aider “l’Église sur terre à être l’authentique koinonia catholique dans laquelle l’unité ne brade pas la diversité et la diversité ne met pas en péril mais renforce l’unité”.

Par contre, dans notre monde globalisé, trop de centralisation est néfaste : la perception qu’on peut a voir de la polygamie ou de l’homosexualité n’est pas la même selon qu’on est en Afrique ou au Canada. La proposition récente (7 juillet) de l’archevêque de Canterbury Rowan Williams d’instituer une Communion anglicane à deux vitesses, avec un certain nombre d’Églises qui choisiraient de rester membres en s’engageant dans une alliance formalisée, et des Églises “en lien” avec les premières, établissant avec elles le même genre de relations que l’Église d’Angleterre a avec les méthodistes, par exemple, est-elle la bonne solution, ou la moins mauvaise ?

Peut-on faire autrement pour éviter l’éclatement pur et simple de la Communion anglicane ?

L’un des problèmes, avec ces nouvelles divisions apparues depuis une vingtaine d’années sur des sujets de société (place des femmes, homosexualité), c’est qu’on ne sait plus avec qui on va dialoguer désormais, au plan œcuménique. Qui seront demain les interlocuteurs de l’Église catholique ? Des représentants de la nouvelle “Alliance” proposée par Williams ? Les autres dialogueront-ils à part ?

L’unité visible, pour vous, pourrait prendre quelle forme ?

Il est indispensable que chaque Église garde ses spécificités et une certaine liberté conforme à son “génie”, mais aussi qu’elle fasse partie d’une communion d’Églises, et que cette communion d’Églises se dote d’une instance gardienne de la communion - sur le modèle du rôle de l’évêque de Rome aux premiers siècles, sans doute ?
Nous avons besoin de l’Esprit Saint...

Propos recueillis par Catherine Aubé-Elie

En savoir +

Source : revue Unité des Chrétiens, N°144 - octobre 2006

Notes

[1L’enseignement religieux et les offices sont obligatoires dans les écoles anglaises, qu’elles soient publiques ou privées. (NDLR)

[2Le P. Girault est décédé à Poitiers le 21 avril 2006. Un hommage, auquel était associée Suzanne Martineau, lui a été rendu le 3 juin à Poitiers, en présence de représentants des diverses confessions chrétiennes.

[3En quelque sorte le recueil des “décrets d’application” de l’enseignement du concile sur l’œcuménisme dont la 1ère version est parue en 1967-70, la 2e en 1993. (NDLR)

[4Intervention devant la Chambre des évêques de l’Église d’Angleterre, 5 juin 2006 (Mission of Bishops in the Mystery of the Church : reflections on the question of ordaining women to Episcopal office in the Church of England).

[5Capacité à rassembler des éléments disparates dans un ensemble cohérent. (NDLR)

[6Les Conférences de Lambeth (du nom de la résidence de l’archevêque de Canterbury à Londres) réunissent tous les évêques anglicans tous les dix ans, depuis 1867. Les résolutions qui y sont votées n’ont valeur de loi que si chaque Eglise membre les entérine. (NDLR)


Document