Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Vingt-ans-de-conversations-catholiques-evangeliques.html
    Vingt ans de conversations catholiques-évangéliques

Vingt ans de conversations catholiques-évangéliques

La Conférence des évêques de France et le Conseil national des évangéliques de France ont célébré le 20e anniversaire du Groupe national de conversations catholiques-évangéliques.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 28 juin 2018
  • 0 vote

La Conférence des évêques de France et le Conseil national des évangéliques de France ont célébré le 20e anniversaire du Groupe national de conversations catholiques-évangéliques en organisant une soirée sur le thème « Évangéliser aujourd’hui », le mardi 29 mai, dans les locaux de l’Église évangélique baptiste de Paris de l’avenue du Maine (14e).

Ce bel anniversaire fut l’occasion de rendre gloire à Dieu pour ces années de conversations théologiques, spirituelles où le Christ a créé de nouveaux liens entre ses disciples. Il permit aussi de relire le passé et d’envisager l’avenir.

En France, les conversations entre catholiques et évangéliques sont nées de la rencontre, en 1996, de Mgr Gérard Daucourt, président de la Commission épiscopale pour l’unité des chrétiens, et du pasteur strasbourgeois Daniel Rivaud, de la Fédération des Églises du Plein Évangile. À l’ignorance ou la défiance réciproques succédaient le désir de comprendre l’autre comme un véritable ami du Christ. Catholiques et évangéliques ont appris à se connaître et à dépasser les préjugés. Leurs échanges aboutirent en 1998 à la constitution du Groupe national de conversations catholiques-évangéliques. Mgr Éric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris et Président de la Commission doctrinale de la CÉF et Monsieur le Pasteur Clément Diedrichs, directeur général du CNÉF, intervinrent à partir du deuxième ouvrage commun du groupe Évangéliser ensemble, des catholiques et des évangéliques s’interpellent (Salvator et Excelsis, 2017).

Mgr de Moulins-Beaufort évoqua la transformation actuelle des sociétés. De moins en moins homogènes, elles ne transmettent plus la religion automatiquement. Chacun doit donc se décider personnellement pour Jésus. Il développa trois motifs pour une évangélisation plus que jamais nécessaire. Commentant Rm 5, il appela d’abord les chrétiens à dénoncer le péché comme source du mal. En attendant la résurrection de la chair, nous avons à laisser l’amour de Dieu pénétrer nos actes et nos pensées. Il faut donc être capable de reconnaître son péché et d’accueillir un libérateur. Toute l’histoire de l’humanité doit donc se comprendre comme l’accueil ou le refus de la Bonne Nouvelle de Jésus. Le rôle des chrétiens est donc de mettre les êtres humains en capacité de se prononcer pour ou contre Dieu. Il défendit également la thèse de l’évangélisation comme une récapitulation des trésors de l’humanité. Le moteur de l’évangélisation est ce besoin des chrétiens de recevoir tous les modes d’intelligence de l’humanité pour mieux entrer dans la compréhension de Dieu. L’évangélisation rassemble le Corps du Christ.

Monsieur le pasteur Clément Diedrichs évoqua la foi en la puissance de la grâce divine, source d’un message commun des catholiques et évangéliques pour le monde d’aujourd’hui. Pour lui, les conversations catholiques – évangéliques sont une magnifique surprise de la prévenance de Dieu. Il rappela les points de contacts, grâce au renouveau charismatique, mais aussi, dans la prise en compte des difficultés liées à la sécularisation. Les temps changent et les Églises se retrouvent ensemble dans le même statut de veilleurs et de prophètes. Elles proclament aujourd’hui résolument que Jésus est Sauveur. Elles veulent oser des actions communes pour la défense de la vie, des pauvres, des étrangers, sans se laisser arrêter par les différences encore séparatrices. Le pasteur Diedrich a tracé les lignes d’un message commun de nos Églises à la société. Elles doivent d’abord sans cesse demander la liberté de culte face aux tentations, même en France, d’aseptiser la vie publique. Elles dénoncent les tentations de construire une société fondée sur l’argent. Il leur faut encore plus prendre soin des faibles. Elles sont invitées à reconnaître la puissance de la grâce et à louer le Seigneur ensemble.

Cette invitation à la louange fut honorée par la magnifique chorale de la paroisse baptiste au cours d’un temps de prière d’action de grâce à Dieu pour le chemin parcouru. À la fin de la soirée, un buffet festif fut l’occasion de prolonger les échanges. Dès à présent, le Groupe national de conversations continue ses travaux préparant une suite du livre Évangéliser aujourd’hui. Les signes et miracles, la médiation entre Dieu et les hommes, le prosélytisme et la vie du chrétien dans le monde actuel seront abordés. Il y a donc encore du travail ! Néanmoins, après tant d’années d’incompréhension, catholiques et évangéliques peuvent se reconnaître frères dans la foi en Jésus-Christ, Fils de Dieu et Sauveur. Ils sont heureux de recevoir du Christ la mission de cheminer dans la vérité et dans l’amour !

Photo en haut de page : © Vincent Miéville
Le pasteur de l’église accueille intervenants et participants.



Zoom


Document