Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/nauguration-d-une-plaque-commemorative-de-la-Saint-Barthelemy.html
      Inauguration d’une plaque commémorative de la Saint-Barthélémy

Inauguration d’une plaque commémorative de la Saint-Barthélémy

13 avril 2016 / Paris

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 13 avril 2016

Le 13 avril [1] 2016, une plaque commémorative de la Saint-Barthélémy [2] a été inaugurée à Paris au pied du Pont Neuf sur le mur de soutien de la statue d’Henri IV, près du square du Vert-Galant. Lors de la cérémonie, le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, est intervenu en expliquant que ce terrible massacre, dans lequel ont péri plusieurs milliers de protestants à Paris et partout en France, s’est produit à cette époque où il était « trop tôt encore pour parler de dialogue œcuménique » ainsi que de « démocratie » ou encore de « laïcité » : des réalités qui ont « manqué trop longtemps au pays ». Or, les religions « peuvent être parole de paix » et contribuent déjà « depuis si longtemps » à « l’humanisation des humains » en œuvrant pour cette « promesse encore inaccomplie » d’une société qui accepte d’affronter « ses contradictions non pas dans la violence mais dans le débat ».

La Maire de Paris, Madame Anne Hidalgo, a désigné comme source du massacre « une pluralité de causses » mêlant le culturel, le religieux et le politique, favorisées par le « fanatisme des élites » ou « l’inculture des masses ». Soulignant que les dirigeants ont toujours « une responsabilité imminente dans la répression des minorités », elle a insisté sur « l’importance des ponts que nous ne devons jamais cesser de jeter les uns envers les autres » en préférant « les risques du dialogue au confort du monologue » car le dernier « ne mène qu’à des catastrophes ». (d’après protestants.org)

Photo : © protestants.org
L’assemblée au moment de l’inauguration de la plaque. Du gauche à droite : le père Emmanuel Gougaud, directeur du Service national pour l’unité des chrétiens, Monsieur Haïm Korsia, grand rabbin de France, Monsieur Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman, Monseigneur Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris, le pasteur François Clavairoly et la Maire de Paris, Madame Anne Hidalgo.

Notes

[1La date du 13 avril n’ayant pas été choisie par hasard, car le même jour en 1598 le roi Henri IV est entré à Nantes où deux semaines plus tard il signera l’Édit du même nom, accordant la liberté de culte aux protestants français.

[2Cf. Liliane CRÉTÉ, « La Saint-Barthélémy : une mémoire douloureuse » in Unités des Chrétiens, n°174 - avril 2014, p. 25-28.


Document