Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/Quand-les-Eglises-racontent-leur-histoire.html
      « Quand les Églises racontent leur histoire… »

« Quand les Églises racontent leur histoire… »

17 octobre 2019 / Paris

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 17 octobre 2019
  • 1 vote

La chaire de théologie œcuménique du Centre Sèvres] [1] a organisé à Paris le 17 octobre 2019 une soirée débat sur le thème : « Quand les Églises racontent leur histoire… la mémoire au service de la réconciliation ». Quatre intervenants ont approfondi le sujet, si crucial pour le dialogue œcuménique. Tout d’abord la pasteure mennonite Anne-Cathy Graber membre de la Communauté de Chemin Neuf et co-titulaire de la chaire a mis en exergue la notion du right remembering ou du souvenir juste ayant permis à la Fédération luthérienne mondiale de demandé pardon le 22 juillet 2010 à la Conférence mennonite mondiale pour des persécutions que leurs ancêtres, les anabaptistes [2] ont subies. Le père Michel Fédou, co-titulaire de la chaire et le seul théologien français membre de la Commission internationale du dialogue entre l’Église catholique et la Fédération luthérienne mondiale, a présenté, entre autres, l’un des fruits les plus précieux de ce dialogue, à savoir le document Du conflit à la communion. Ce recueil ne présente pas deux visions de l’histoire de la Réforme, mais un seul et même récit, véhiculant ainsi, par-delà les épreuves et les débats, « une expérience de réconciliation ». Pierre-Olivier Léchot, professeur d’histoire à l’Institut protestant de théologie a invité à ne pas commettre dans le dialogue œcuménique « le péché capital » de l’historien, à savoir l’anachronisme. En outre, il a exprimé le souhait qu’à l’instar de la Suisse, une histoire œcuménique de la France soit prochainement publiée. Goran Sekulovski, professeur de patrologie à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge a évoqué le danger de vouloir expliquer l’autre Église par des notions, qui nous sont familières, mais dans lesquelles elle ne se reconnaît pas. Sans cacher les difficultés internes au monde orthodoxe, liées aussi bien au passé qu’au présent, il a présenté la manière dont le temps est bouleversé, notamment lors de la célébration de la liturgie, cet avant-goût de l’éternité, qui permet de se souvenir du futur, y compris de la deuxième parousie du Christ.

Photo : © I.K.
Goran Sekulovski, Anne-Cathy Graber, Michel Fédou et Pierre-Olivier Léchot ont investigué la mémoire en tant que source de réconciliation entre les chrétiens.

Notes

[1Inaugurée le 11 octobre 2018, la Chaire propose différents cursus de théologie œcuménique.

[2L’anabaptisme est un courant chrétien, issue de la Réforme du XVIes.,qui prône le baptême du croyant, volontaire et conscient.


Document