Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=125

Mai 2014



Mise en place de la région luthérienne-réformée « Est-Montbéliard »

 

29 janvier 2015 2015

29 mai – 1er juin 2014 / Avignon

Du 29 mai au 1er juin 2014 s’est déroulé le deuxième synode de l’Église protestante unie de France. Depuis sa création à Lyon à l’Ascension 2013, cette Église gardait une organisation confessionnelle au niveau régional et était subdivisée en huit régions de tradition réformée et deux inspections luthériennes.

Le Synode d’Avignon a décidé de la mise en place d’une région luthérienne-réformée dénommée « Est-Montbéliard ». Suite à un vote unanime (90 pour, 0 contre), les régions luthérienne de Montbéliard et réformée Est constituent une région unie à partir du 1er juillet 2014. (d’après eglise-protestante-unie.fr)



 


Un musée des martyrs anglicans et catholiques d’Ouganda

 

29 janvier 2015 2015

28 mai 2014 / Uganda

Préparant la création d’un Musée des Martyrs de l’Ouganda, l’archevêque catholique de Kampala, Cyprian Kizito Lwanga, et son homologue anglican l’archevêque Stanley Ntangali, se sont rendus ensemble dans les sanctuaires situés à Namugongo. Ainsi, dans la prédication au sanctuaire catholique, l’archevêque anglican a souligné que « les martyrs sont notre symbole de la foi », d’où l’importance de les imiter dans leur amour de Dieu. À son tour, l’archevêque catholique a encouragé les fidèles à se rendre en pèlerinage à Namugongo à tout moment de l’année, et non seulement le 3 juin, jour où l’on fait mémoire des martyrs d’Ouganda dans la liturgie des deux Églises. (d’après newvision.co.ug)

Photo (Le sanctuaire catholique de Namugongo) : © africamission-mafr.org



 


Le pape François et le patriarche Bartholomée à Jérusalem

 

16 novembre 2014 2014

Les rencontres du pape François et du patriarche œcuménique Bartholomée ont marqué le cinquantenaire de celles du pape Paul VI et du patriarche Athénagoras.

Du 24 au 27 mai 2014, le pape François et le patriarche œcuménique Bartholomée ont l’un et l’autre effectué un pèlerinage en Terre Sainte. Le cœur de ces pèlerinages respectifs, comme ils l’avaient chacun annoncé avant de partir, a été leurs rencontres pour marquer le cinquantenaire de celle du pape Paul VI et du patriarche Athénagoras. Ils se sont retrouvés à trois reprises, en trois endroits différents. La première rencontre eut lieu le dimanche 25 mai dans l’après-midi, à la Délégation apostolique, pour signer une déclaration commune et pour un échange privé qui dura beaucoup plus longtemps que ce qui avait été prévu par le protocole. La deuxième eut lieu dans la soirée du dimanche, à l’église de l’Anastasis (ou Saint-Sépulcre) pour un temps de prière et de pèlerinage là où le Christ est mort et est ressuscité pour l’humanité. Enfin, ils se retrouvèrent une troisième fois pour un échange de cadeaux, à la résidence d’été du patriarche de Jérusalem Théophile III, sur le Mont des Oliviers, d’où le Christ est monté au ciel et ce, à quelques jours de la fête de l’Ascension, célébrée cette année le même jour par tous les chrétiens.

Il y a cinquante ans, tout paraissait inhabituel : que le pape parte à l’étranger, que le pape et le patriarche se rencontrent, que des chrétiens de différentes confessions puissent être ensemble à Jérusalem. Aujourd’hui tout cela paraît normal.

La déclaration commune du pape et du patriarche est à mettre en lien avec les déclarations signées lors d’entrevues historiques, à l’occasion du séjour des papes à Constantinople : la première, à l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II au patriarche Dimitrios, le 30 novembre 1979, a lancé les travaux de la commission mixte de dialogue théologique entre les deux Églises. La deuxième, lors de la rencontre entre Benoît XVI et le patriarche Bartholomée, au Phanar le 30 novembre 2006, a permis la reprise du travail de la commission mixte, après une longue interruption. Espérons que cette nouvelle déclaration permette de surmonter les difficultés que rencontre la commission dans son travail actuel, alors qu’elle traite d’un point crucial du débat théologique, l’articulation entre primauté et conciliarité. Mais le communiqué redit aussi, avec force, la volonté de parvenir à la pleine communion, comme but de cette unité voulue par le Christ. Cet appel encourage à aller de l’avant et à ne pas en rester au témoignage commun – au service des plus pauvres ou de la sauvegarde de la création – de deux Églises encore séparées, mais à accomplir le chemin jusqu’au bout.

Contrairement à ce qui s’était passé il y a cinquante ans, le pape et le patriarche ont pu faire ensemble le pèlerinage au tombeau du Christ, entourés par le patriarche grec orthodoxe de Jérusalem Théophile III, le patriarche arménien Nourhan Manoogian et le frère Pierbattista Pizzaballa, custode franciscain de Terre Sainte, alors qu’habituellement ces trois communautés prient séparément. Étaient également présents les responsables d’autres Églises (copte, éthiopienne, syriaque, anglicane et luthérienne).

Cette démarche commune et humble de deux pèlerins qui se mettent à genoux pour prier longuement sur la pierre de l’onction, qui prient encore longuement et en silence à l’intérieur du Saint-Sépulcre, qui écoutent l’Évangile de la Résurrection en grec et en latin, montre les avancées qui se sont produites dans les dernières décennies. Mais c’est également un message pour l’avenir : les chrétiens doivent chercher l’unité en mettant leurs pas à la suite du Christ, en revenant à la source de leur foi qui est le Christ, mort et ressuscité, en avançant avec confiance, et non dans la crainte d’abandonner une once de vérité, car le Christ est lui-même, le Chemin, la Vérité et la Vie.

À Jérusalem, ces grands et intenses moments ont été accompagnés de petits gestes, non moins importants et tout aussi significatifs : c’est l’attention à l’égard du pape François du patriarche Bartholomée, qui ajuste la chaîne de sa croix pectorale, qui remet en place le camail que le vent a déplacé, qui traduit en italien les indications données en grec par un membre de la confrérie du Saint-Sépulcre. Mais c’est aussi le geste non moins significatif du pape François qui veut embrasser la main du Patriarche après son allocution et qui se termine par une embrassade fraternelle. Cette fraternité est indispensable pour avancer en frères, d’un même cœur, vers la maison du Seigneur.

P. Serge SOLLOGOUB
Diocèse des Églises orthodoxes russes en Europe occidentale (Patriarcat de Constantinople)
Membre du Comité mixte catholique-orthodoxe en France
et délégué à l’œcuménisme pour l’Île-de-France



 


Une traduction œcuménique de la déclaration sur la doctrine de la justification

 

29 janvier 2015 2015

25 mai 2014 / Hong Kong

En langue chinoise, la déclaration sur la doctrine de la justification signée à Augsbourg en 1999 était jusque-là disponible en deux traductions distinctes : une catholique et une luthérienne. Quinze ans après sa signature par la Fédération luthérienne mondiale et par l’Église catholique et après sa ratification par le Conseil méthodiste mondial, les difficultés linguistiques liées à la traduction de ce texte théologique pointu ont pu être surmontées et une nouvelle traduction commune a été rendue publique lors d’une célébration œcuménique le 25 mai 2014 à Hong Kong. (d’après lutheranworld.org)

Photo (L’évêque luthérienne Jenny Chan, le cardinal John Tong et le rév. Tin-yau Yuen, président de l’Église méthodiste, présentent la traduction commune. ) : © Francis Wong / lutheranworld.org



 


Nicée 2025

 

29 janvier 2015 2015

24-27 mai 2014 / Jérusalem

Du 24 au 27 mai 2014, le pape François et le patriarche Bartholomée se sont rencontrés à trois reprises à Jérusalem pour marquer le cinquantenaire des retrouvailles historiques du pape Paul VI et du patriarche Athénagoras, ainsi que pour réaffirmer dans une déclaration commune leur volonté de continuer sur la route « vers la pleine communion ».

À son retour, le patriarche œcuménique a relevé devant l’agence catholique AsiaNews que le pape et lui-même avaient décidé qu’en 2025 serait célébré ensemble l’anniversaire de la tenue du premier concile œcuménique à Nicée, en 325. (d’après asianews.it et apostolicpilgrimage.org)

Photo (Le pape François et le patriarche Bartholomée prient devant la pierre d’onction à Jérusalem.) : © Nicholas Manginas, apostolicpilgrimage.org



 


Troisième Nuit des églises

 

29 janvier 2015 2015

24 mai 2014 / Lausanne

Le samedi 24 mai, entre 18h30 et minuit, la Nuit œcuménique des églises de la région de Lausanne a réuni plus de trois mille visiteurs. Pour sa troisième édition, trente communautés, anglicanes, catholiques, évangéliques, orthodoxes et réformées ont ouvert leurs portes. Plusieurs parcours « futés » organisés en fonction des lignes de bus ainsi qu’un espace d’accueil pour les enfants étaient proposés. Diverses activités, toutes gratuites, se sont déroulées dans chaque lieu. Ainsi vêpres, témoignages, créations d’artistes peintres, concerts, expositions interactives, itinéraires méditatifs, visites d’églises et de vitraux ont illustré le thème de cette manifestation : « Que la lumière soit fête ». Loin de tout prosélytisme, la motivation des organisateurs de la Communauté des Églises chrétiennes dans le canton de Vaud n’était pas « le souci des églises vides », mais la volonté commune de témoigner « de cette lumière aux multiples reflets dont nous sommes porteurs en Jésus-Christ ».

Venu d’Allemagne, ce projet de Nuit des églises a rencontré un grand succès en Autriche. En Suisse, c’est la ville de Saint-Gall qui a inauguré cette manifestation œcuménique en 2005, lorsque quarante églises ont accueilli 5000 visiteurs. (d’après nuitdeseglises.ch)

Photo : D.R.



 


Rassemblement œcuménique pour l’Europe

 

29 janvier 2015 2015

23 mai 2014 / Kehl

Le vendredi 23 mai 2014, au point de jonction entre l’Allemagne et la France, plusieurs responsables d’Églises se sont rassemblés au pied de la passerelle Mimram à Kehl pour dire que l’Europe est une chance pour les peuples allemands et français et pour tous les pays européens. À la veille des élections européennes, des chrétiens de différentes confessions guidés par Christian Albecker, président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine, Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg, Pauline Dif, représentante laïque de la communauté anglicane de Strasbourg, le père Vasile Iorgulescu, délégué orthodoxe à l’œcuménisme pour l’Est de la France, le pasteur Matthias Kreplin, de l’Église protestante de Baden, ont ainsi exprimé leur soutien à l’Europe. Ce temps fut suivi d’une prière commune en allemand et en français dans l’église Saint-Népomucene. (d’après uepal.fr et diocese-alsace.fr)

Photo : © uepal.fr



 


« 24 heures de Vie »

 

29 janvier 2015 2015

23-24 mai 2014 / Metz

Pour la sixième année consécutive, catholiques, évangéliques, orthodoxes et protestants ont vécu ensemble un temps d’évangélisation les 23 et 24 mai 2014 à Metz. Un concert en plein air du pasteur évangélique et chanteur Matt Marvane a ouvert cette manifestation constituée de « temps d’annonce explicite » de l’Évangile dans l’espace. Pendant ces « 24 heures de Vie » se sont succédé une marche priante et silencieuse aux flambeaux, des temps de louange et d’adoration, les laudes catholiques et les vêpres orthodoxes, mais aussi de nombreuses animations et des flashmobs. Les activités, toutes gratuites et ouvertes à tous, avaient comme objectif de témoigner de « l’amour de Dieu, révélé en Jésus Christ ». (d’après 24hdevie-metz.fr)



 


Lettre du CÉCEF au sujet de la basilique Sainte-Sophie

 

29 janvier 2015 2015

23 mai 2014 / Paris

Dans une lettre adressée à Mme Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, le 23 mai 2014, le Conseil d’Églises chrétiennes en France [CÉCEF] a exprimé sa préoccupation au sujet de l’éventuelle transformation de la basilique byzantine Sainte-Sophie de Constantinople en mosquée. En faisant état des déclarations du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan à ce sujet et notamment de son souhait d’y accomplir une prière musulmane le 29 mai 2014 pour commémorer la chute du Constantinople, le CÉCEF a rappelé que la basilique est « un musée ouvert à tous », appartenant à « l’héritage historique de l’humanité », à qui ne doit donc pas être réservé le même sort qu’aux églises de Nicée et Trébizonde, récemment converties en mosquées.

Photo : D.R.
La basilique Sainte-Sophie.



 


Timbuktu reçoit le prix du jury œcuménique

 

29 janvier 2015 2015

23 mai 2014 / Cannes

Le prix du Jury œcuménique 2014 a été attribué au film Timbuktu d’Abderrahmane Sissako. En présentant la vie et la résistance dignes d’hommes et de femmes, Timbuktu dénonce, d’après le Jury, « de manière forte, mais subtile les horreurs issues d’une vision extrémiste de la religion ». Ce film « d’une très grande beauté formelle » a été récompensé pour « son humour et sa retenue ».

Présent depuis 1974 au Festival de Cannes, le jury œcuménique est composé de six membres, des chrétiens engagés dans le domaine du cinéma nommés chaque année, par l’organisme protestant international du cinéma Interfilm et l’association catholique mondiale pour la communication Signis. Les membres délibèrent en toute indépendance sur trente à quarante films en se prononçant sur leurs qualités artistiques et les valeurs humaines et évangéliques qu’elles incarnent.

Comme les années précédentes, les membres de Jury ont pris part à une célébration œcuménique en l’église du Sacré-Cœur du Prado, à laquelle ont assisté d’autres responsables d’Églises, dont Mgr André Marceau, évêque de Nice et le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, qui a assuré la prédication.

Pour célébrer le 40e anniversaire du Jury, Interfilm et Signis ont remis un Prix spécial aux frères Jean-Pierre et Luc Dardenne pour l’ensemble de leur œuvre, empreinte de « profonde humanité ». (D’après Denyse Müller)

Peu avant, le 3 mai, le fondateur du Jury œcuménique du Festival de Cannes, le pasteur suisse Maurice Terrail, est décédé à l’âge de 82 ans. (d’après cannes.juryoecumenique.org et APIC)

Photo : © Daniel Béguin
Le Jury œcuménique 2014 à Cannes.



 


Le pape François rencontre le patriarche Karékine II

 

29 janvier 2015 2015

8 mai 2014 / Vatican

Le 8 mai 2014, le patriarche de l’Église apostolique arménienne Karékine II a été reçu par le pape François. Celui-ci a rappelé que le martyr n’est pas une réalité anachronique car « le nombre des disciples du Christ qui ont répandu leur sang pour Lui durant le siècle passé est certainement supérieur à celui des martyrs des premiers siècles ». Aux dires du pape, « les arméniens occupent une place d’honneur » parmi ces martyrs. « Comme jadis » a-t-il encore souligné, « le sang des martyrs est semence d’unité ».

Le patriarche Karékine II a, pour sa part, rappelé les liens historiques des deux Églises et l’importance du travail théologique accompli dans le cadre de la Commission internationale de dialogue théologique entre l’Église catholique et les Églises orthodoxes orientales. Avec gratitude, il a souligné que de nombreux prêtres arméniens qui aujourd’hui servent fidèlement son Église ont étudié dans des établissements catholiques. En informant le pape qu’un processus de canonisation des martyrs du génocide arménien est en cours, le patriarche Karékine II l’a invité en Arménie pour la commémoration du 100e anniversaire de cet événement tragique en 2015. (d’après VIS et armenianchurch.org)

Photo : D.R.



 


Les chrétiens de Syrie parlent d’une seule voix

 

29 janvier 2015 2015

8 mai 2014 / Genève

Invités le 8 mai 2014 au Club suisse de la Presse à Genève, et ensuite au Temple de la Fusterie, des représentants des Églises syriaque orthodoxe, grecque orthodoxe, grecque melkite catholique et catholique latine de Syrie ont témoigné de la situation dramatique dans laquelle se trouvent les communautés chrétiennes de leur pays. Ils ont souligné l’importance pour eux de parler d’une seule voix dans ce contexte difficile. Les plus importantes Églises de Syrie ont relevé que l’information des médias occidentaux sur la situation de leur pays est trop souvent biaisée et unilatérale. Ils ont déploré le fait que les journaux se contentent très souvent de publier, sans les vérifier, des informations diffusées par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, une ONG liée à l’opposition et basée au Royaume-Uni, au lieu de puiser à des sources moins connotées.

Mgr Nicolas Antiba, archevêque grec melkite catholique de Bosra, au sud de la Syrie a vivement regretté le silence qui a couvert la destruction de trois églises de son diocèse et l’enlèvement du fils d’un de ses prêtres. D’après Mgr Dionysius Jean Kawak, archevêque de l’Église syrienne orthodoxe de Damas, « au moins un tiers des chrétiens ont déjà fui le pays ». Ainsi les hiérarques syriens ont-ils montré leur capacité à unir leurs voix pour crier justice. (d’après 2013.pressclub.ch/fr et realpolitik.tv)

Photo : D.R.



 


Les Églises européennes et les Roms

 

17 juin 2014 2014

5-7 mai 2014 / Athènes

Du 5 à 7 mai 2014, à l’invitation du Patriarcat œcuménique et sous les auspices de la Présidence grecque de l’Union européenne, le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE) et la Conférence des Églises européennes (KEK) ont tenu une consultation conjointe à Athènes sur le thème « Améliorer la situation des Roms [1] en Europe : défis et questions ouvertes ». Le vice-ministre grec des Affaires étrangères, Kyriakos Gerontopoulos, a souligné l’importance de « l’intégration sociale des Roms, tout en préservant les traditions culturelles roms et leurs modes de vie ». Les responsables d’Églises ont affirmé dans un communiqué, à l’issue de la rencontre, que « les frères et sœurs roms font partie de la vie de l’Église depuis des siècles ». En rappelant que « les Roms sont des citoyens de pays européens, avec des droits et des devoirs », ils ont plaidé pour l’accès libre au marché du travail, ainsi que pour le droit à l’éducation des enfants roms dans leurs propres langues. Le communiqué appelle les responsables politiques à « s’abstenir de l’anti-tsiganisme » et à considérer les Églises « comme des partenaires fiables » dans la mise en œuvre des programmes d’intégration. (d’après ccee.eu )

Photo (Les participants de la rencontre avec des enfants roms) : ©ccee.eu.



[1Selon l’usage actuel au Conseil de l’Europe, le terme « Roms » désigne les Roms, les Sintés (Manouches), les Kalés (Gitans) et les groupes de population apparentés en Europe, dont les Voyageurs et les branches orientales (Doms, Loms) ; il englobe la grande diversité des groupes concernés, y compris les personnes qui s’auto-identifient comme « Tsiganes » et celles que l’on désigne comme « Gens du voyage ».

 


Russell McDougall nouveau recteur de Tantur

 

16 février 2015 2015

2 mai 2014 / Jérusalem

Le 2 mai 2014 a été annoncée la nomination du P. Russell McDougall à la direction de l’Institut d’études œcuméniques de Tantur à Jérusalem. Encouragé par les observateurs non catholiques au concile Vatican II, le pape Paul VI avait créé cet institut afin de favoriser des séjours d’étude pour les théologiens et les chrétiens de toutes confessions, dans un climat de dialogue. L’Institut avait vu le jour en 1972, sur la colline de Tantur, au sud de Jérusalem, à proximité de Bethléem. Jusqu’à l’automne 2013, c’est un prêtre orthodoxe américain, le P. Timothy Lowe [1], qui était recteur de cet institut placé sous la responsabilité de l’Université Notre-Dame aux États-Unis.

À partir du 1er juillet 2014, c’est donc un prêtre catholique, membre de la congrégation de Sainte Croix fondatrice de cette université, qui sera à la tête de l’Institut de Tantur. Après des études à l’Université hébraïque de Jérusalem, R. McDougall a préparé un doctorat à l’Institut biblique pontifical de Rome. Il aura notamment pour mission de promouvoir les séjours sabbatiques pour des universitaires en résidence à Tantur.

En France l’association pour l’unité des chrétiens assure le soutien à cet institut auquel les offrandes de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne avaient été attribuées en janvier 2013, sur recommandation du Conseil d’Églises chrétiennes.

Photo : D.R.



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=125


Document