Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=151

Année 2014



Dialogue international entre baptistes et méthodistes

 

24 juin 2014 2014

30 janvier – 5 février 2014 / Birmingham

La première rencontre du dialogue international entre baptistes et méthodistes a eu lieu à la faculté de théologie Beeson de l’université de Samford, à Birmingham (États-Unis) du 30 janvier au 5 février 2014. Les quatorze théologiens (sept de chaque confession) venant du monde entier ont échangé sur l’histoire et la théologie de chacune des deux familles d’Églises.

Parmi les membres de cette nouvelle commission de dialogue, on notera la présence de Valérie Duval-Poujol, de la Fédération des Églises évangéliques baptistes de France. Présidente de la Commission œcuménique de la Fédération protestante de France et membre du Comité mixte de dialogue baptiste-catholique en France, elle enseigne l’exégèse biblique à l’Institut catholique de Paris et a collaboré à la dernière version (2010) de la traduction œcuménique de la Bible (TOB).

En se focalisant sur la justification et la sanctification, le dialogue international abordera en 2015 des thèmes qui différencient baptistes et méthodistes.

Photo : © bwanet.org



 


Festival de la BD chrétienne

 

24 juin 2014 2014

30 janvier 2014 / Angoulême

Lors de la 41e édition du festival de la bande dessinée chrétienne, le Prix œcuménique 2014 a été conféré à l’album Ardalén - Vent de mémoires de Miguelanxo Prado, aux éditions Casterman. Une mention spéciale a été attribuée à L’envolée sauvage (4 tomes) de Laurent Galandon, Arno Monin et Hamo, aux éditions Bamboo. Les bandes dessinées récompensées ont été choisies parmi les titres francophones parus entre octobre 2012 et novembre 2013. Dans les onze membres du jury œcuménique, on trouvait des spécialistes de la bande dessinée, des dessinateurs, des bibliothécaires et des historiens, de confession catholique ou protestante. Dans le cadre du festival a été organisée une veillée œcuménique, la prédication étant assurée par le pasteur luthérien Jean-Pierre Molina, président du jury œcuménique. (d’après www.bdchretienne.net).

Photo : D.R.



 


« Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? »

 

24 juin 2014 2014

21 janvier 2014 / Saintes - La Rochelle

Pendant la Semaine de prière pour l’unité chrétienne, les Églises de Charente-Maritime ont proposé le 21 janvier 2014 – en journée à Saintes, et le soir, à la Rochelle – un temps d’étude et d’échanges s’inspirant du verset psalmique « Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? », (Ps 8,5). Dans ses « Libres propos d’un catholique sur la nature humaine et sa relation au salut », le père Yves-Marie Blanchard, professeur d’exégèse à l’Institut catholique de Paris et délégué à l’œcuménisme pour le diocèse de Poitiers, a témoigné d’un « optimisme anthropologique » honorant la « théologie grecque du Logos » et « la figure biblique de la Sagesse ». Le pasteur Michel Block, de l’Église protestante unie de France, responsable de l’œcuménisme pour le Consistoire de Charente-Maritime, a brossé un exposé historique concernant les manières dont la Réforme décline cette affirmation fondamentale : « on ne peut parler de l’homme que devant Dieu ». Le père Philippe Dautais, prêtre orthodoxe, fondateur et responsable, avec son épouse, du Centre d’études et de prière Sainte-Croix en Dordogne et délégué à l’œcuménisme pour la région Sud-Ouest, a déployé la déification de l’homme opérée par l’Esprit Saint et ses conséquences sur les questions éthiques. Les participants apprécièrent la qualité des interventions et l’heureuse manière dont elles se sont croisées, chacun des intervenants se laissant étonner et interroger par les deux autres. Sans s’être concertés au préalable, tous les trois firent référence, en lui rendant hommage, à Irénée de Lyon : « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, et la vie de l’homme c’est de voir Dieu ». Un magnifique point d’orgue. (d’après Annie Wellens).

photo : © Yaroslav Dobrynine



 


Le Christ est-il divisé ? (1 Co 1,1-17)

 

11 juillet 2014 2014

Les chrétiens du Canada qui ont préparé le thème de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2014 nous posent la question provocatrice de Paul : « Le Christ est-il divisé ? »

Les chrétiens du Canada qui ont préparé le thème de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2014 nous posent la question provocatrice de Paul : « Le Christ est-il divisé ? » Dans la foi, nous répondons : « non », bien sûr ! Cependant nos communautés ecclésiales continuent de montrer des déchirures scandaleuses. C’est dans cet état de fait de la séparation que Paul nous appelle à être « unis dans un même esprit et une même pensée ».

Nous réfléchissons et prions en 2014 avec le début de la première épître aux Corinthiens (1 Co 1,1-17). Paul nous y désigne un chemin sur lequel nous pouvons reconnaître et recevoir les dons des autres, même au sein de nos divisions. Honorer les dons faits à chacun nous conduit peu à peu vers l’unité pour laquelle le Christ a prié.

C’est la Croix – à la fois fragmentée et incomplète, et pourtant lumineuse – qui a été placée au cœur du visuel élaboré par Unité Chrétienne pour cette Semaine de prière.

« Quand je serai élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » (Jn 12,32).

Inlassablement, le Christ ouvre les bras jusqu’aux extrémités du monde pour accueillir et réunir tout le genre humain en lui. Unité de l’Église et unité de l’humanité sont inséparables. Mais la division des chrétiens ne masque-t-elle pas le dessein divin de tout rassembler dans le Christ ? Par leurs scissions, les baptisés n’ont-ils pas défiguré le message de réconciliation de l’Évangile ? C’est ce que montre la croix fragmentée du premier plan, mosaïque colorée mais incomplète.

« Il est fidèle, le Dieu qui vous a appelés à la communion avec son fils Jésus Christ, notre Seigneur ».

La Croix continue d’éclairer le monde et de lui offrir la grâce et la paix. C’est pourquoi nous apercevons la croix lumineuse au second plan du visuel, le Christ présent et agissant malgré nos infidélités.

Que percevons-nous ? Les cubes tombent-ils de la croix ou à l’inverse remontent-ils à partir du tas déjà sur le sol ? Voyons-nous l’unité visible de l’Église continuer à se démolir aujourd’hui ou au contraire peu à peu se reconstruire dans le mouvement œcuménique ?

Anne-Noëlle CLÉMENT
directrice du centre œcuménique
Unité Chrétienne, Lyon



 


La Bible s’invite en websérie

 

24 juin 2014 2014

18 janvier 2014 / Internet

En 2011 paraissait ZeBible, une Bible papier dont la traduction en français courant est accompagnée de 180 pages d’outils pour aider le lecteur à entrer dans le texte biblique. Publiée avec les encouragements du Conseil d’Églises chrétiennes en France, cette Bible (70 000 exemplaires vendus) vise d’abord à encourager les jeunes à lire la Bible avec plaisir ainsi qu’à y chercher des réponses aux questions essentielles de la vie.

Déjà complété d’un site internet, le projet ZeBible a lancé une série de vidéos intitulée « 2DAY et 2NIGHT ». 2DAY présente l’histoire divertissante de Quentin, un « reviveur » qui peut vivre deux fois ses journées. 2NIGHT prolonge l’expérience, en établissant un lien entre la vie du jeune et la Bible. « Avec humour et fraîcheur, la websérie se veut un laboratoire de recherche et de créativité », commente Elsbeth Scherrer, secrétaire générale de l’Alliance biblique française. « C’est un projet inédit pour la jeunesse chrétienne issue de différentes Églises et de sensibilités diverses » explique Élisabeth Terrien, responsable des relations publiques pour ZeBible. Le premier épisode diffusé le 18 janvier a reçu un accueil très favorable de la communauté Facebook, qui rassemble près de 25 000 personnes. (d’après Réforme)

Photo : © webserie-2day.fr



 


Forum œcuménique « Temps et Éternité »

 

24 juin 2014 2014

17-19 janvier 2014 / Paris

Du vendredi 17 janvier au dimanche 19 janvier 2014 a eu lieu, à la paroisse Saint-Pierre du Gros Caillou à Paris, un forum œcuménique ayant pour intitulé : « Temps et Éternité ». Son programme était élaboré par un comité œcuménique constitué de Mgr Michel Aupetit, du père Nicolas Cernokrak, de Mgr André Dupleix et du pasteur Alain Joly. Le sujet du forum était abordé sous sept angles différents : la physique, l’histoire, l’économie, la philosophie, la symbolique, l’art et la spiritualité. Le père Richard Escudier, vicaire épiscopal pour l’œcuménisme et curé de la paroisse Saint-Pierre du Gros Caillou, a souligné que « nous progressons dans la recherche de l’unité entre chrétiens lorsque nous tournons ensemble notre regard sur les réalités du monde d’aujourd’hui ». Or, aujourd’hui, a-t-il signalé dans sa conférence inaugurale, le temps linéaire « cède à une espèce d’affolement » qui a comme résultat d’augmenter la communication tout en diminuant la véritable transmission. Voici pourquoi, il est « plus opportun aujourd’hui que jamais de s’interroger sur le sens du temps et son rapport à ce qui lui semble opposé, l’éternité ».

Une table ronde consacrée à la spiritualité et aux perspectives œcuméniques du sujet, suivie d’un concert commenté, a clôturé le forum. (d’après paris.catholique.fr ; Paris Notre-Dame)

Photo : D.R.



 


Délégation œcuménique finlandaise reçue par le pape

 

24 juin 2014 2014

17 janvier 2014 / Vatican

Lors de sa visite annuelle au Vatican, la délégation finlandaise œcuménique venue à l’occasion de la fête de saint Henri, patron de la Finlande, a été reçue pour la première fois par le pape François. Pour ce vingt-cinquième pèlerinage à Rome, la délégation était conduite par le primat de l’Église évangélique luthérienne de Finlande, l’archevêque Kari Mäkinen, accompagné du primat de l’Église orthodoxe de Finlande, l’archevêque Léon. En faisant allusion à la Semaine de prière pour l’unité chrétienne, le pape a souligné que son thème – l’interrogation de Paul : « Le Christ est-il divisé ? » (1 Co 1,13) adressé aux chrétiens divisés de Corinthe – interpelle encore les chrétiens d’aujourd’hui. L’accent de cette rencontre du 17 janvier 2014 était mis sur l’importance du témoignage commun des chrétiens, spécialement dans un contexte comme celui de l’Europe où la référence à Dieu est de moins en moins présente dans la société. (d’après VIS, Radio Vaticana)

Photo : © news.va



 


Conférence internationale « Genève 2 » : les Églises unanimes

 

24 juin 2014 2014

17 janvier 2014 /Genève

À l’approche des négociations dites de « Genève 2 », une trentaine de responsables d’Églises de Syrie et du monde entier se sont réunis du 15 au 17 janvier au siège du Conseil œcuménique des Églises à Genève. Ils ont appelé à ce que des mesures concrètes soient prises lors des négociations visant à mettre fin au conflit armé en Syrie. Dans une déclaration commune adoptée à l’issue de la rencontre, le groupe préconise une « cessation immédiate des confrontations armées et des hostilités en Syrie ». D’après le document, il n’existe pas de solution militaire au conflit. Le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, qui a participé à la réunion, a adressé le 20 janvier un message au président de la République française François Hollande, en émettant le souhait que cet appel des chrétiens du monde entier pour un vrai processus de paix en Syrie puisse « être entendu par les protagonistes et les réseaux d’influence impliqués dans ce terrible conflit ». « Nous représentons la majorité silencieuse, la voix des sans-voix », a déclaré pour sa part Aram Ier, catholicos de l’Église apostolique arménienne.

Dans un message adressé aux participants de la conférence, le patriarche Cyrille de Moscou a notifié que « le premier pas vers la paix et la stabilité doit être la libération des otages et l’interdiction de toute profanation des sanctuaires religieux ». Quant à Mgr Silvano Tomasi, représentant du Vatican auprès des Nations Unies à Genève, il a appelé à la « reconversion des fonds en faveur de l’assistance à la population », tout en précisant que « cet effort doit être soutenu par la généreuse solidarité de la communauté internationale ».

(d’après oikoumene.org ; protestants.org ; VIS)

Photo : © oikoumene.org



 


Décès du père Gustave Martelet

 

24 juin 2014 2014

14 janvier 2014 / Paris

Le père Gustave Martelet, théologien jésuite français, est décédé le 14 janvier 2014 à l’âge de 98 ans. Spécialiste de Teilhard de Chardin et du concile Vatican II, il avait été membre du Comité mixte de dialogue catholique/luthéro-reformé en France de 1987 à 2003. Après une licence de paléontologie, qui lui a permis de rencontrer Teilhard de Chardin, il soutient une thèse de théologie à l’Université grégorienne de Rome. Membre du Groupe des Dombes, le père Martelet enseigne la théologie pendant plus de cinquante ans à Paris, Rome et Lyon. Dans son œuvre impressionnante, on peut mentionner Idées maîtresses de Vatican II (1966), N’oublions pas Vatican II (1995), Deux mille ans d’Église en question (en trois volumes ; 1984-1990) ainsi que Teilhard de Chardin, prophète d’un Christ toujours plus grand (2005). Le père Gustave Martelet a reçu en 2013 le prix Cardinal Grente de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

Photo : © jesuites.com



 


L’archevêque de Canterbéry rencontre le patriarche œcuménique Bartholomée

 

24 juin 2014 2014

13-14 janvier 2014 / Istanbul

L’archevêque de Cantorbéry Justin Welby a effectué sa première visite officielle au siège du patriarcat œcuménique les 13-14 janvier 2014. Dans son allocution, Bartholomée Ie a souligné que l’amitié entre les deux Églises est une réalité « profondément ancrée dans l’histoire ». En effet, déjà au XVIIe siècle, le patriarche Cyrille Loukaris avait noué de multiples contacts avec l’Église d’Angleterre. Deux groupes – l’Anglican and Eastern Churches Association [1] (fondée en 1864) et la Confrérie de Saint-Alban & Saint-Serge [2] (fondée en 1928) – ont beaucoup œuvré pour l’approfondissement de la connaissance mutuelle entre anglicans et orthodoxes. Le dialogue théologique officiel a commencé en 1973 et a connu, jusqu’à présent, trois textes d’accord : celui de Moscou (1976), de Dublin (1984) et de Chypre (2006). Rappelant que le rapprochement entre les deux Églises s’accomplissait aussi dans le passé grâce à l’échange d’étudiants, le patriarche Bartholomée a émis le souhait que cette tradition puisse se poursuivre après la réouverture, qu’il ose envisager dans un futur proche, de l’école théologique de Halki.

L’archevêque Justin Welby, qui a visité cette école, a salué le patriarche œcuménique comme « un exemple de paix et de réconciliation », en faisant allusion à sa présence historique à l’intronisation du pape François. Dans son discours, il a souligné que souvent dans le monde « les religions sont utilisées comme prétextes de violence ». Il a imploré la miséricorde de Dieu pour la Syrie et pour les deux évêques (Mgr Yohanna Ibrahim et Mgr Boulos Yazigi) enlevés le 22 avril 2013.

Les deux prélats ont signé une déclaration commune dans laquelle ils expriment leur volonté ferme de continuer le dialogue théologique et d’apporter « un témoignage commun dans un monde de plus en plus sécularisé ».

L’archevêque de Cantorbéry a invité le patriarche à lui rendre visite à Londres en 2015.

(d’après archbishopofcanterbury.org et patriarchate.org)

Photo : © N. Manginas, patriarchate.org.



 


Décès du co-président de l’AORB Mgr Francis Deniau

 

24 juin 2014 2014

12 janvier 2014 / Paris

Mgr Francis Deniau, qui fut évêque de Nevers de 1998 à 2011, est décédé le 12 janvier 2014. Né le 3 octobre 1936 à Neuilly-sur-Seine il fut ordonné prêtre le 29 juin 1961 et nommé évêque de Nevers par le pape Jean-Paul II le 26 juin 1998. Dans son travail pastoral, il a notamment été aumônier d’étudiants, chargé de la formation des jeunes prêtres, aumônier national des Centres de préparation au mariage. En 2005 il fut sollicité par l’Alliance biblique française comme collaborateur pour la Bible destinée aux jeunes (15-25 ans) – ZeBible – un projet œcuménique, encouragé par le CÉCEF, qui a mobilisé 112 biblistes et responsables de jeunes. Avec le père Nicolas Cernokrak et le pasteur Claude Baty, il coprésidait l’Association œcuménique pour la recherche biblique depuis 2010. Cette association, fondée en 1966, a pour objectif de promouvoir et actualiser la TOB (traduction œcuménique de la Bible), dont la dernière révision date de 2010.

(d’après bibli-oecumenique.org ; eglise.catholique.fr )

Photo : © eglise.catholique.fr.



 


50e anniversaire du Comité catholique pour la collaboration culturelle

 

4 octobre 2016 2016

11 janvier 2014 / Vatican

11 janvier 2014 / Vatican

Le pape François a reçu le 11 janvier en audience les membres du Comité catholique pour la collaboration culturelle avec les Églises orthodoxes et les Églises orientales, à l’occasion du 50e anniversaire de son institution. Dans le prolongement de la rencontre historique entre le pape Paul VI et le patriarche œcuménique Athénagoras, ce comité attribue des bourses à de jeunes orthodoxes qui étudient en Occident avec pour objectif d’approfondir la connaissance et l’amitié entre les Églises. L’un des premiers boursiers de ce programme fut l’actuel patriarche Bartholomée de Constantinople, qui a soutenu sa thèse de doctorat auprès de l’Institut pontifical d’études orientales de l’Université grégorienne de Rome.

En France, cette collaboration culturelle s’incarne notamment par l’accueil d’étudiants orthodoxes à Besançon pour un stage de français au Centre de linguistique appliquée. Chaque été depuis près de trente ans le Centre diocésain ouvre ses portes à un groupe de dix à quinze prêtres ou laïcs orthodoxes, venant du monde entier pour apprendre le français. Grâce à cette formation linguistique, certains d’entre eux ont pu approfondir leurs études théologiques en leur donnant une dimension œcuménique. C’est ainsi que plusieurs étudiants ont intégré le cursus proposé par l’Institut de théologie orthodoxe à Chambésy, en collaboration étroite avec la faculté de théologie catholique de Fribourg et la faculté autonome de théologie protestante de Genève.

En présence du cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, et de Mgr Johan Bonny, président du Comité, le pape a adressé dans son discours « un salut spécial » aux étudiants orthodoxes accueillis à Rome « non pas en tant qu’hôtes » mais comme « frères parmi des frères ». « Votre présence au milieu de nous est importante pour le dialogue entre les Églises d’aujourd’hui et surtout de demain », a souligné le pape.

(d’après zenit.org ; VIS ; Église de Besançon, octobre 2012)

Photo : D.R.



 


Les Églises rencontrent la présidence grecque de l’Union européenne

 

21 février 2014 2014


10 janvier 2014 / Athènes

10 janvier 2014 / Athènes

Le secrétaire d’État grec en charge des questions européennes, Dimitris Kourkoulas, a reçu à Athènes une délégation de représentants de la Conférence des Églises européennes (KEK) et de la Commission des épiscopats de la Communauté européenne (COMECE). Au centre des discussions se trouvaient les questions liées à la cohésion sociale et aux migrations en Europe. La délégation conduite par le métropolite Emmanuel (vice-président de la KEK) et l’archevêque catholique Nikolaos Foskolos (COMECE) a exprimé sa préoccupation face au taux de chômage des jeunes et au risque de « voir émerger une génération perdue sans perspective concrète ». Face à « la catastrophe humanitaire » en Syrie et les troubles politiques au Proche-Orient et en Afrique les Églises ont déclaré vouloir soutenir les efforts de la présidence de l’Union européenne « pour obtenir une plus grande solidarité entre les États membres en matière d’accueil des réfugiés ».

La délégation avait au préalable rencontré Sa Béatitude Ieronymos II, archevêque d’Athènes et primat de l’Église orthodoxe de Grèce, afin de s’informer de la situation actuelle en Grèce et des efforts que l’Église déploie pour diminuer la détresse qui y règne actuellement.

(d’après ceceurope.org & comece.eu)

Photo : D.R.



 


Le Chemin Neuf invité à résider au palais de Lambeth

 

4 octobre 2016 2016

1er janvier 2014 / Londres

Quatre membres du Chemin Neuf, une communauté catholique à vocation œcuménique d’origine française, ont été invités à s’installer au palais de Lambeth, la résidence londonienne de l’archevêque de Cantorbéry. À cette occasion Justin Welby, qui a été intronisé 105e archevêque le 21 mars 2013, a souligné que « l’Église est constamment appelée à réaliser son unité donnée par Dieu ». Le père Laurent Fabre, fondateur et responsable de la Communauté du Chemin Neuf – qui compte aujourd’hui près de 2 000 membres permanents, laïcs et ministres des Églises, dans 28 pays – , a dit avoir répondu avec une grande joie à « l’invitation étonnante » du primat de la Communion anglicane tout en soulignant que, sur le long et difficile chemin vers l’unité des chrétiens, « il y a souvent eu des surprises ». Ce choix résolument œcuménique de Justin Welby a été salué par l’archevêque catholique de Westminster, Mgr Vincent Nichols. Alors que depuis 25 ans des religieuses issues de plusieurs congrégations anglicanes assuraient une présence de prière à Lambeth, la Communauté du Chemin Neuf qui prend le relais à partir du mois de janvier 2014 a aussi pour mission de prier trois fois par jour dans la chapelle du palais afin de soutenir le ministère de l’archevêque. Le groupe est composé de Ione et Alan Morley-Fletcher, un couple anglican, d’Oliver Matri, un luthérien qui se prépare au pastorat et d’Ula Michlowicz, une religieuse consacrée de confession catholique.

(d’après www.chemin-neuf.org.uk et www.archbishopofcanterbury.org)

Photo : © Chemin Neuf



 


Le patriarche œcuménique Bartholomée docteur honoris causa de l’Institut catholique de Paris

 

11 juillet 2014 2014

Le 30 janvier 2014, le recteur Philippe Bordeyne a remis au patriarche œcuménique Bartholomée de Constantinople les insignes de docteur honoris causa de l’Institut catholique de Paris.

Le 30 janvier 2014, en présence du cardinal André Vingt-Trois, chancelier, et de nombreux invités de toutes confessions, le recteur Philippe Bordeyne a remis au patriarche œcuménique Bartholomée de Constantinople les insignes de docteur honoris causa de l’Institut catholique de Paris. Après une laudatio prononcée par le professeur Jean-Louis Souletie, directeur de l’Institut supérieur de liturgie et par le pasteur Jacques-Noël Pérès, directeur de l’Institut supérieur d’études œcuméniques, Bartholomée Ier a prononcé une leçon doctorale dont on lira ci-après quelques extraits.

C’est un grand honneur que l’Institut Catholique de Paris fait ce soir à notre humble personne en nous décernant ce doctorat honoris causa. Nous en sommes profondément reconnaissant. Nous y voyons un hommage au Trône œcuménique, à la Grande Église du Christ, pour les initiatives mises en œuvre depuis près d’un quart de siècle en faveur de la protection de la création matérielle, depuis que notre prédécesseur, le patriarche œcuménique Dimitrios, adressa le 1er septembre 1989 la toute première encyclique à toutes les Églises orthodoxes dans le monde, où il instituait le premier jour de l’année ecclésiastique orthodoxe comme jour de prière pour la protection et la préservation de l’environnement naturel. Cette initiative fut d’ailleurs reprise par la Conférence des Églises européennes et par le Conseil œcuménique des Églises. À sa suite, nous avons tâché d’éveiller le monde face à la destruction irréversible qui menace notre planète aujourd’hui. […]

L’air que l’on respire tout comme la mer et les océans qui nous entourent sont pour nous la source de vie biologique. S’ils sont souillés ou pollués, notre existence est menacée. Par conséquent la dégradation et la destruction de l’environnement sont une forme de suicide de l’humanité. Il apparaît que nous sommes inexorablement pris au piège de modes de vie et de systèmes qui ne cessent d’ignorer les contraintes de la nature que nous ne pouvons aucunement nier ni sous-estimer. Il ne faudrait pas que nous attendions d’être arrivés à un point de non-retour pour prendre conscience des capacités restreintes de notre planète. […]

Afin de remédier à la surexploitation des ressources naturelles qui mine notre planète et engendre sa pollution, la vision sacramentale de la création invite l’homme à revenir à un mode de vie « eucharistique » et « ascétique », ce qui veut dire être reconnaissant, rendre grâce à Dieu pour le don de la création en étant un intendant respectueux et responsable de la création. […]

Un esprit eucharistique implique donc d’utiliser les ressources naturelles du monde avec un esprit de reconnaissance, les offrant en retour à Dieu. En vérité, en plus des ressources de la terre, nous devons aussi nous offrir à lui. Au moment d’offrir la prière eucharistique dans l’Église orthodoxe, le prêtre affirme : « Ce qui est à Toi, le tenant de Toi, nous te l’offrons, en tout et pour tout ». Dans le sacrement de l’eucharistie, nous rendons à Dieu ce qui est à lui : nous lui offrons le pain et le vin, qui sont la transformation par le labeur de l’homme du blé et du raisin que nous a donné le Créateur. En retour, Dieu transforme le pain et le vin en mystère de communion eucharistique. L’offrande eucharistique est un bel exemple d’offrande synergique où l’homme collabore de manière constructive, et non destructrice, avec la volonté de Dieu. Faire fructifier de manière constructive, et non destructrice, les dons de Dieu doit être l’attitude de l’homme vis-à-vis de l’environnement naturel. […]

Cet esprit eucharistique cultive en nous un esprit ascétique. […] Malheureusement, au fil des siècles, la notion de jeûne et d’abstinence a perdu son sens, ou du moins sa connotation positive. […] Le jeûne ne nie pas le monde, mais affirme l’entière création matérielle. Il rappelle la faim des autres dans un effort symbolique de s’identifier, ou du moins de se rappeler, de la souffrance du monde, afin de languir pour sa guérison. Par le jeûne, l’acte de manger devient le mystère du partage, le souvenir qu’il « n’est pas bon que l’homme soit seul sur cette terre » (Gn 2,18) et que « ce n’est pas de pain seul que vivra l’homme » (Mt 4,4). Jeûner signifie alors jeûner avec et pour les autres. En fin de compte, le but d’un tel jeûne est de promouvoir et de célébrer le sens de l’équité dans ce que nous avons reçu. Tout comme n’importe quelle autre discipline ascétique dans la vie spirituelle, on ne peut jamais jeûner seul dans l’Église orthodoxe. Nous jeûnons toujours ensemble, et nous jeûnons à des moments établis. Le jeûne est un rappel solennel que tout ce que nous faisons est inséparable du bien-être ou de la blessure des autres. […]

Pour conclure, nous aimerions souligner que notre époque fait face à un défi unique. Jamais dans le passé, durant la longue histoire de notre planète, les hommes ne se sont trouvés à ce point si « développés » qu’ils ont pu rendre possible la destruction de leur propre environnement et de leur propre espèce. Jamais auparavant, dans la longue histoire de cette planète, les écosystèmes de la terre ne furent confrontés à des dégâts quasi irréversibles d’une telle ampleur. […]

La crise à laquelle notre monde est confronté ne se résume pas à une crise environnementale. Cette crise est avant tout spirituelle, puisqu’elle concerne notre façon d’envisager ou d’imaginer le monde. En se coupant de Dieu, l’humanité se coupe aussi de son prochain et de son environnement, et de ce fait, l’individualisme et l’utilitarisme nous conduisent à abuser de la création sacrée et nous mènent à l’impasse écologique contemporaine. Ayant perdu de vue la relation qui existe entre le Créateur et sa création, l’humanité a cessé d’être le prêtre et l’économe de la création et s’est transformée en un tyran qui abuse de la nature. Dès lors, l’homme traite sa planète de manière inhumaine et impie précisément parce qu’il ne la considère plus comme un don reçu d’en haut, comme un don reçu de Dieu. C’est pourquoi, avant de pouvoir traiter de manière efficace les problèmes de notre environnement, nous devons changer notre vision du monde. Sinon, nous ne faisons que traiter les symptômes et non leurs causes. Par conséquent, la question de l’environnement est indissociable de la question religieuse. […]

Comme nous l’avons conjointement exprimé avec le pape Benoît XVI, lors de sa visite officielle au Patriarcat œcuménique en 2006 : « Devant les grands dangers concernant l’environnement naturel, nous voulons exprimer notre souci face aux conséquences négatives pour l’humanité et pour la création tout entière qui peuvent résulter d’un progrès économique et technologique qui ne reconnaît pas ses limites. En tant que chefs religieux, nous considérons comme un de nos devoirs d’encourager et de soutenir tous les efforts qui sont faits pour protéger la création de Dieu et pour laisser aux générations futures une terre dans laquelle elles pourront vivre. »

Patriarche BARTHOLOMÉE

Photo (Le recteur Bordeyne remet les insignes de docteur honoris causa au patriarche Bartholomée.) : © Patrick Delance



 


Nouvel Comité de coordination de l’Église orthodoxe russe et de l’Église d’Angleterrearticle

 

23 juin 2014 2014

22 février 2014 / Londres

Le 22 février 2014 a eu lieu à Londres une réunion du Comité de coordination pour la coopération entre l’Église orthodoxe russe et l’Église [anglicane] d’Angleterre. Différentes questions ayant trait à la coopération entre les deux Églises ont été abordées, par exemple la formation d’étudiants de l’Église russe dans les universités de Grande-Bretagne. Les membres russes du Comité se sont également dits prêts à accueillir des étudiants britanniques dans les écoles de théologie de l’Église orthodoxe russe, et plus particulièrement à l’Institut des hautes études Saints-Cyrille-et-Méthode. Par ailleurs des échanges de groupes de pèlerins ont été envisagés.

À la veille de la réunion du Comité, le 21 février, a eu lieu un symposium, sur « Les valeurs traditionnelles à l’époque de la mondialisation ». Il était organisé par le Département des relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou, le diocèse anglican de Londres et l’ambassade de Russie à Londres, en présence de l’évêque Richard Chartres de Londres et du métropolite Hilarion de Volokalamsk, tous deux membres du Comité de coordination entre leurs deux Églises. (d’après mospat.ru)

photo (L’évêque Richard Chartres de Londres et le métropolite Hilarion de Volokalamsk) : © mospat.ru



 


Premier anniversaire du Conseil national des Églises chrétiennes en Égypte

 

23 juin 2014 2014

18 février 2014 / Caire

Le 18 février 2014, les chefs et représentants des principales confessions chrétiennes d’Égypte se sont réunis en assemblée en la cathédrale Saint-Marc au Caire. Accueillis par le patriarche copte orthodoxe Tawadros II, ils ont célébré le premier anniversaire de la création du Conseil national des Églises chrétiennes en Égypte. Il y a un an en effet, les chefs de cinq Églises (anglicane, copte catholique, copte orthodoxe, grecque orthodoxe et protestante) s’étaient réunis en ce même lieu pour signer les statuts d’un Conseil national des Églises chrétiennes dans un pays majoritairement musulman et en pleine tourmente révolutionnaire.

Après un an d’existence, des signes encourageants pour le Conseil sont visibles. « Cette année, pour la première fois » confie l’évêque copte catholique d’Assiout, Mgr Kyrillos William, « un évêque copte catholique a prié dans une église copte orthodoxe. Ça n’était jamais arrivé ». Par ailleurs, à l’initiative de ce même Conseil, des représentants des différentes Églises se sont rassemblés le 10 février en la co-cathédrale catholique de Notre-Dame d’Héliopolis au Caire, pour demander à Dieu le don de la paix et de l’unité entre eux et pour tout le pays. (d’après Fides)

Photo (Mgr Kyrillos William) : © AED



 


« L’Église : vers une vision commune »

 

23 juin 2014 2014

15-16 février 2014/ Lille

Les 15 et 16 février 2014, le séminaire interdiocésain de Lille a vécu un week-end œcuménique. Le père Jean-Luc Garin, supérieur du séminaire, et les séminaristes catholiques ont eu la joie d’accueillir le pasteur André Birmelé ainsi que les responsables de différentes Églises présentes sur l’agglomération lilloise : les pasteurs Eckhart Altemüller et Aurélie Derupt (Église protestante unie) et le père Aimilianos (Église orthodoxe grecque du patriarcat de Constantinople). Sœur Bénédicte (Diaconesse de Reuilly) et sœur Hélène (de la communauté de Grandchamp), qui vivent avec des religieuses catholiques au sein de la fraternité œcuménique de Lomme, participaient également à cette rencontre.

Après un déjeuner partagé dans une ambiance fraternelle, l’après-midi a été plus studieuse : André Birmelé, professeur à la faculté de théologie protestante de Strasbourg, a commenté le document « L’Église : vers une vision commune » de la commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises. Après l’avoir situé parmi les autres textes déjà publiés par Foi et Constitution, il en a exposé la genèse, la méthode de travail et les enjeux principaux. Il en a aussi pointé les limites, les accords bilatéraux entre Églises permettant d’aller plus loin sur bien des questions ecclésiologiques traitées dans ce dialogue multilatéral.

L’intervention du pasteur Birmelé a suscité chez les séminaristes de nombreuses questions sur l’ordination presbytérale ou la succession apostolique, ainsi que des réflexions sur les enjeux œcuméniques actuels.

Le dimanche matin, deux groupes de séminaristes se sont dirigés l’un vers le temple de l’Église protestante unie, l’autre vers l’église orthodoxe, où ils ont été chaleureusement accueillis par les communautés. Rien de mieux pour rencontrer l’autre que d’aller le visiter sur son lieu de culte !

L’objectif de ce week-end était de faire vivre aux séminaristes une expérience œcuménique enrichissante : objectif atteint. (d’après Anne-Laure de La Roncière, déléguée diocésaine à l’œcuménisme)

Photo (Le professeur André Birmelé) : D.R.



 


Les chrétiens aux Jeux olympiques

 

24 juin 2014 2014

7-23 février 2014/ Sotchi

Parmi la centaine de représentants des grandes religions mondiales, de nombreux pasteurs et prêtres étaient présents aux XXIIe Jeux olympiques d’hiver (7-23 février 2014) et aux XIe Jeux paralympiques (7-16 mars) de Sotchi, une ville russe au bord de la mer Noire. Le patriarche de l’Église orthodoxe russe Cyrille a présidé, le 5 février, une liturgie au cours de laquelle il a béni les délégations nationales russe, moldave, biélorusse et ukrainienne en les exhortant à montrer le meilleur de leur « âme ». Destinée aux athlètes allemands présents à Sotchi une brochure a été éditée par les Églises catholique et protestante d’Allemagne, avec des extraits de la Bible et des prières. (d’après APIC, 29 janvier et Radio Ville-Marie)

Photo : D.R.



 


Rencontre du comité exécutif du Conseil œcuménique des Églises

 

24 juin 2014 2014

7-12 février 2014 / Bossey

Pour la première fois après la 10e assemblée du Conseil œcuménique des Églises (COE), son comité exécutif s’est réuni du 7 au 12 février 2014 à l’Institut œcuménique de Bossey. L’objectif de la réunion était de travailler sur le mandat qui lui a été confié par l’assemblée de Busan : rendre visible le « pèlerinage pour la justice et la paix » en proposant aux Églises des objectifs stratégiques. Trois déclarations ont été adoptées au cours de la rencontre. Le COE s’est dit particulièrement préoccupé par le nombre croissant de personnes déplacées, notamment en raison de l’escalade des violences en Syrie, en République centrafricaine et au Soudan du Sud. Il a en outre adopté une note sur la situation au Soudan du Sud condamnant fermement les violences récentes qu’a connues le plus jeune pays au monde. Le comité s’est également prononcé sur les drones armés – des véhicules aériens sans pilote – en désapprouvant leur utilisation au motif que ceux-ci posent « de sérieuses menaces à l’humanité ». Cette déclaration appelle la communauté internationale à s’élever contre des « pratiques illégitimes, en particulier contre les frappes de drones par les États-Unis au Pakistan ». (d’après oikoumene.org)

photo : © Mark Beach/ WCC



 


Quatre “dimanches autrement”.

 

23 juin 2014 2014

7-9 février 2014 / Chartres

Au premier semestre 2014, la Communauté du Chemin Neuf avait proposé aux chrétiens de Chartres de découvrir la célébration dominicale d’autres confessions chrétiennes. La démarche s’effectuait en deux temps : le vendredi, le responsable d’une Église présentait son culte ; le dimanche les participants étaient conviés à la célébration, suivie d’un repas fraternel.

Le succès de la proposition a été impressionnant : c’est ainsi que plus de 120 personnes ont assisté le dimanche 9 février à la divine liturgie orthodoxe (célébrée par le père Jean-Claude Pennetier), alors qu’elle réunit ordinairement une vingtaine de fidèles. Les trois autres dimanches avaient pour objectif de faire découvrir un culte protestant (assuré par Dina Rajohns, pasteure de l’Église protestante unie), une messe catholique (célébrée par le père Pascal Desquilbet) et une célébration évangélique (animée par le pasteur Nicolas Carré). Ce parcours a suscité l’intérêt de nouveaux participants qui ne fréquentaient pas les circuits œcuméniques et des catholiques, des orthodoxes et des protestants ont ainsi pu nouer des liens d’amitié. (d’après Vincent Le Callennec, délégué diocésain à l’œcuménisme)

Photo : D.R.



 


Un nouveau président de l’Église protestante de la Confession d’Augsbourg (ÉPCAAL)

 

24 juin 2014 2014

1er février 2014 / Strasbourg

Depuis le 1er février 2014, Christian Albecker (58 ans) est le nouveau président de l’Église protestante de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine (ÉPCAAL) comprenant quelque 220 000 luthériens. Après un parcours dans la fonction publique, ce laïc, père de trois enfants, a entrepris des études en théologie qui l’ont conduit à assurer la direction générale de la fondation protestante Sonnenhof, accueillant des personnes handicapées. Parmi les meilleurs souvenirs de son travail à la fondation il évoque les célébrations de confirmation et de profession de foi où les jeunes, catholiques et protestants, font une démarche commune, chacun restant fidèle à sa tradition.

Succédant au pasteur Jean-François Collange, Christian Albecker a été officiellement installé le dimanche 9 février à l’église Saint-Thomas de Strasbourg.

Le 18 février il a été élu à la présidence de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UÉPAL) qui regroupe les deux Églises luthérienne et réformée de la région qui ont un statut de droit public. (d’après Carrefours d’Alsace ; uepal.fr)

Photo (Jean-François Collange remet la Bible et la Confession d’Augsbourg à Christian Albecker.) : © uepal.fr



 


Conversations de Malines entre catholiques et anglicans

 

23 juin 2014 2014

30 mars - 3 avril 2014 / Cantorbéry

Un groupe de seize théologiens anglicans et catholiques s’est réuni du 30 mars au 3 avril 2014 à Cantorbéry (Grande-Bretagne) pour une réflexion commune sur le thème : « Mémoire, identité et différence ». Créé en 2013, ce groupe a repris l’appellation des « Conversations de Malines », en souvenir des échanges entre anglicans et catholiques qui eurent lieu dans les années 1920, sous les auspices du cardinal Mercier, archevêque de Malines.

Au cours de cette rencontre sont notamment intervenus le cardinal Godfried Danneels, archevêque émérite de Malines-Bruxelles et l’ancien archevêque de Cantorbéry Rowan Williams. Bien que non-officielles, ces Conversations bénéficient du soutien du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens et des responsables anglicans. Justin Welby, l’actuel archevêque anglican de Cantorbéry, accompagné du cardinal Vincent Nichols, archevêque catholique de Westminster, a reçu les participants au palais de Lambeth. Une troisième réunion est prévue en mars 2015. (d’après Joshua J.McElwee, National Catholic Reporter)

Photo (Le palais de Lambeth) : D.R.



 


Conférence œcuménique de Carême

 

23 juin 2014 2014

30 mars 2014 / Lyon

Pour la première fois, le Conseil paroissial de l’Église apostolique arménienne Saint-Jacques à Lyon avait organisé une conférence de carême rassemblant des chrétiens arméniens de trois confessions. Sur le thème : « Le Grand Carême : en quoi nous prépare-t-il à la fête de la Pâque ? », une soixantaine de personnes ont assisté à cette rencontre chaleureuse et conviviale le dimanche 30 mars 2014.
C’est d’abord Mgr Jean Teyrouzian, évêque de l’Église catholique arménienne, qui prit la parole pour souligner combien « le carême est une période unique ». Puis le pasteur Jacques Tchoghandjian, de l’Église évangélique arménienne expliqua que les Églises de la Réforme « n’imposent pas de pratiques de pénitence ou de jeûne », l’insistance portant durant cette période « sur la prédication et la méditation ». Dans une synthèse conclusive Mgr Norvan Zakarian, primat émérite du diocèse de France de l’Église apostolique arménienne, rappela l’injonction de St Jean-Baptiste : « Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est proche ». Il formula aussi le vœu qu’une prochaine rencontre similaire voie le jour autour de la grande figure de St Nersès le Grâcieux, auteur, au XIIe siècle, dont de nombreux hymnes et prières font partie des offices du Grand Carême.

Photo (De gauche à droite : Mgr Teyrouzian, Mgr Zakarian, Rev. Tchoghandjian) : D.R.



 


L’œcuménisme et les personnes en situation de handicap

 

23 juin 2014 2014

24-26 mars 2014 / Lyon

Depuis 1984, des catholiques et des protestants impliqués dans la pastorale des personnes handicapées, dans plusieurs pays d’Europe, se rencontrent tous les deux ans pour partager leurs expériences et réfléchir ensemble. C’est ainsi que du 24 au 26 mars 2014 s’est tenue à Lyon une réunion œcuménique autour du thème : « Croire ensemble : quelle accessibilité à la vie spirituelle et religieuse pour les personnes en situation de handicap ? Inclusion : quels défis, quels enjeux pour les Églises ? ». Deux théologiens ont apporté leur regard sur cette problématique, tout en accompagnant les travaux d’ateliers qui ont eu lieu durant ces trois jours. Le pasteur Marcel Manoël, de l’Église protestante unie de France, a exploré ce qu’est la foi, mise à l’épreuve par un handicap. De son côté, Agathe Brosset, théologienne catholique, s’interrogeait sur le nouveau visage de l’Église qui se dessine dans les rencontres et les compagnonnages avec les personnes handicapées. Les témoignages et les ateliers ont permis aux participants de partager les enjeux et les fruits de ces cheminements communs et de raviver l’élan vers la compréhension et l’estime de l’autre dans son altérité. (d’après Claudie Brouillet, déléguée nationale catholique pour la pastorale des personnes handicapées)

Photo : D.R.



 


Décès du patriarche Ignace Zakka Ier

 

23 juin 2014 2014

21 mars 2014 / Allemagne

Le patriarche d’Antioche et de tout l’Orient Ignace Zakka Ier (Iwas) est décédé le 21 mars 2014 à l’âge de 81 ans dans une clinique de Kiel (Allemagne). Né à Mossoul (Irak), il était le 140e primat de l’Église syriaque orthodoxe depuis 1980 ; il avait été observateur au concile Vatican II (1962-1965) ainsi que président du Conseil œcuménique des Églises de 1998 à 2006.

En 1984, il avait signé avec le pape Jean-Paul II une déclaration commune qui, en se basant sur le Credo de Nicée affirme que « les mésententes et les schismes qui sont survenus dans les siècles suivants entre les deux Églises […] n’atteignent pas la substance de leur foi », notamment « en ce qui concerne la doctrine de l’Incarnation ».

Alors que le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie qualifiait la mort du patriarche Ignace Zakka de « perte irréparable pour le monde chrétien », l’archevêque Justin Welby, primat de la Communion anglicane, a assuré l’Église orthodoxe syrienne de ses prières, dans ce temps difficile, tout en rendant grâce pour « la vie et le témoignage extraordinaires » du patriarche décédé.

Pour succéder à Ignace Zakka Ier, le Saint Synode de l’Église syriaque orthodoxe a élu le 31 mars 2014 Mar Ignace Éphrem II, docteur en théologie et ancien évêque de l’Église syriaque orthodoxe aux États-Unis. (d’après APIC, syrianorthodoxchurch.org et mospat.ru)

Photo : © syrianorthodoxchurch.org



 


Inquiétudes à propos d’une loi du parlement israélien

 

23 juin 2014 2014

19 mars 2014 / Genève

Le secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE) a exprimé le 19 mars 2014 sa « grave préoccupation » à propos d’une loi adoptée le 24 février par la Knesset (le parlement de l’État d’Israël) faisant pour la première fois la distinction entre les citoyens israéliens de confession musulmane et ceux de confession chrétienne. En joignant sa voix à celle des responsables d’Églises en Israël, le pasteur Olav Fykse Tveit a déploré que Knesset ait « transgressé toutes les distinctions appropriées entre l’État et l’autorité religieuse en essayant de définir la nature et le caractère des communautés chrétiennes en Israël contre leur propre volonté ». Il a demandé aux Églises membres du COE de « soulever cette question avec les représentants d’Israël et avec leurs propres gouvernements ».

Pour Mgr William Shomali, vicaire patriarcal latin pour Jérusalem et la Palestine, « les chrétiens, depuis treize siècles, se considèrent comme des arabes » ; il craint donc que cette « décision politique […] prépare le terrain pour enrôler les chrétiens dans l’armée ». (d’après oikoumene.org et news.va)

Photo (La Knesset) : D.R.



 


Le pape François rencontre le secrétaire général du COE

 

23 juin 2014 2014

7 mars 2014 / Vatican

Le 7 mars 2014, le pape François a rencontré au Vatican Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE). Le pasteur Tveit a exprimé sa satisfaction concernant l’appel du pape à prier pour la paix en Syrie, ainsi que son exhortation faite aux Églises pour qu’elles gardent toujours les pauvres à l’esprit. Lors de la rencontre qui s’est tenue sous les auspices du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, le pape a rappelé que « la voie vers la communion pleine et visible est un chemin qui apparaît aujourd’hui encore difficile et ardu », mais qu’il faut cependant poursuivre car les divisions des chrétiens « ne doivent pas être acceptées avec résignation, comme s’il s’agissait simplement d’une composante inévitable de l’expérience historique de l’Église ». D’après lui, « si les chrétiens ignorent l’appel à l’unité qui leur est adressé par le Seigneur, ils risquent d’ignorer le Seigneur lui-même et le salut qu’il offre à travers son Corps, l’Église ». (d’après oikoumene.org et vatican.va)

Photo : © L’Osservatore romano



 


Le concile panorthodoxe aura lieu en 2016

 

23 juin 2014 2014

6-9 mars 2014 / Istanbul

Les primats et les représentants des quatorze Églises orthodoxes autocéphales se sont réunis du 6 au 9 mars 2014 à Istanbul, dans la cathédrale Saint-Georges du Phanar, à l’invitation du patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée. La rencontre avait pour objet principal le futur concile panorthodoxe dont la préparation a débuté à la conférence de Rhodes en 1961.

Le patriarche Bartholomée a ouvert l’assemblée en soulignant devant les autres hiérarques leurs responsabilités pour l’unité de l’Église orthodoxe. Au cours de la réunion, chaque primat a pu prendre la parole pour exprimer ses remarques sur la tenue du concile. C’est ainsi que le patriarche Cyrille de Moscou a insisté sur le fait que le principe de consensus qui était jusqu’à présent observé dans les travaux préparatoires, devait être maintenu et non pas remplacé par un processus de décision à la majorité. Pour sa part, le primat de l’Église orthodoxe géorgienne, le patriarche Élie, a fait remarquer que, si les conciles œcuméniques avaient été organisés dans le but de défendre l’orthodoxie contre l’hérésie, l’objectif du prochain « grand et saint concile » – dont l’appellation n’est précisément pas « œcuménique » –, était différent : il devrait montrer au monde contemporain l’unité et l’unanimité des peuples orthodoxes.

Les hiérarques ont décidé que la synaxe serait convoquée en 2016, la fête de la Pentecôte constituant le moment le plus opportun. Le rassemblement panorthodoxe se tiendra à l’église Sainte-Irène, cet édifice chrétien situé près de la basilique Sainte-Sophie ayant accueilli le deuxième concile œcuménique en 381.

En vue de l’intensification des travaux préparatoires, un comité inter-orthodoxe comprenant un hiérarque et un conseiller de chaque Église travaillera de septembre 2014 jusqu’à Pâques 2015. Son objectif est de revoir certains documents tels que « L’Église orthodoxe et le mouvement œcuménique », « Les liens de l’Église orthodoxe avec le reste du monde chrétien » ou encore la question du calendrier commun. Ses travaux seront approuvés par une commission panorthodoxe préconciliaire au premier semestre de 2015. Toutes les décisions, tant pendant les travaux du concile que lors des étapes préconciliaires, seront prises à l’unanimité. (d’après patriarchate.org, mospat.ru et orthodoxie.com)

Photo : © N. Manginas



 


Les semences d’aujourd’hui sont le pain de demain

 

23 juin 2014 2014

5 mars 2014 / Suisse

« Les semences d’aujourd’hui sont le pain de demain » : pour la 44e campagne œcuménique de carême en Suisse, c’est ce thème que les organismes « Actions de Carême » (catholique) et « Pain pour le prochain » (réformé) ont adopté, en collaboration avec « Être partenaires » (vieux-catholique). Avec pour son affiche une paire de jeans et une loupe, cette campagne invite tout d’abord à « voir » les injustices. À propos du jean, vêtement qui unit les générations, des problèmes apparaissent : l’exploitation intense de la terre pour la culture du coton et les conditions précaires de travail de ceux qui les fabriquent. Les chrétiens sont également invités à « agir » : une pétition a été lancée le 10 mars auprès des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF), demandant que les uniformes des employés (près de 330 000 par an) soient produits « dans des conditions durables et équitables », les CFF étant incités à rejoindre la Fair Wear Foundation, une association indépendante, à but non lucratif, qui œuvre pour l’amélioration des conditions du travail des gens impliqués dans la fabrication de vêtements. (d’après voir-et-agir.ch et APIC)

Photo : © voir-et-agir.ch



 


Sept semaines pour l’eau

 

23 juin 2014 2014

3 mars 2014

Comme chaque année depuis 2008, la campagne des « Sept semaines pour l’eau » a été lancée par le Réseau œcuménique de l’eau du Conseil œcuménique des Églises (COE) pour sensibiliser les chrétiens aux questions liées à l’eau, aux alentours de la Journée mondiale de l’eau du 22 mars. S’inspirant du thème de la 10e Assemblée du COE à Busan, la campagne 2014 proposait un « pèlerinage vers la justice de l’eau ». Dinesh Suna, coordinateur de ce Réseau, a souligné l’injustice qui frappe plus d’un tiers de la population mondiale, privé d’accès à l’eau et à l’assainissement. Dans la première des réflexions bibliques proposées chaque semaine, son auteur, George Zachariah (de l’Église Mar Thoma en Inde), souligne qu’avec la mondialisation l’eau est devenue une valeur marchande cédée au plus offrant, des lacs et des rivières étant même vendus à des multinationales. Il a rappelé qu’en 2010 les Nations Unies ont déclaré que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement constituent des droits humains. (d’après water.oikoumene.org et oikoumene.org)

Photo : © Alliance ACT / Paul Jeffrey



 


La nouvelle TOB en braille et en audio

 

23 juin 2014 2014

2 mars 2014 / Lausanne

Parmi les célébrations œcuméniques de la Parole qui ont lieu chaque mois à la cathédrale de Lausanne, celle du 2 mars 2014 était particulière. En effet, on y fêtait la sortie sur CD audio du Nouveau Testament de la Traduction œcuménique de la Bible (TOB) version 2010 – une coproduction de la Mission évangélique Braille (Vevey), de l’Étoile sonore (Collombey) et de la Fondation La Cause (Paris), à laquelle étaient également associées la Société biblique suisse et la Ligue pour la lecture de la Bible. L’enregistrement a été réalisé par des bénévoles français et suisses, catholiques, réformés et évangéliques. Organisée par la Communauté des Églises chrétiennes dans le canton de Vaud, la célébration fut également l’occasion de marquer la parution, volume par volume, d’une version en braille de cette version 2010 de la TOB pour remplacer la première édition des années 1980 aujourd’hui épuisée. C’est un diacre de l’Église évangélique réformée du Canton de Vaud, Alain Décoppet, malvoyant, qui a lu l’Évangile en braille, tandis que Marcel Chalaye, diacre catholique du diocèse de Grenoble, a confessé la foi de l’Église. (d’après Olivia Manderson, ceccv.ch)

Photo (Alain Décoppet à droite et Marcel Chalaye à gauche) : D.R.



 


Aumôniers de prison : première session œcuménique

 

23 juin 2014 2014

24-27 avril 2014 / Lyon

Du 24 au 27 avril, pour la première fois, une session œcuménique a réuni à Lyon une centaine d’aumôniers de prison, catholiques, protestants et quelques orthodoxes autour du thème « Tous au service du même Seigneur ». Les travaux ont été ouverts par le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, Mgr Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, et Mgr Marc Alric, aumônier national orthodoxe des prisons. Conférences, prières communes, témoignages, ateliers se sont succédé au cours des trois jours.

Lors d’une table ronde au début de la session, les trois cosecrétaires du Conseil d’Églises chrétiennes en France, sans faire l’impasse sur les difficultés œcuméniques actuelles, ont démontré que l’œcuménisme n’est pas une matière à option pour les Églises. D’après le pasteur Brice Deymié, aumônier national protestant, l’objectif de ce rassemblement était précisément d’offrir aux aumôniers une meilleure connaissance mutuelle, afin d’éviter tout « hiver œcuménique », entre « cohabitation polie » et « signes d’hostilité ». Or pour Mgr Marc, aumônier national orthodoxe, en prison les aumôniers sont appelés à transmettre non pas l’hostilité, mais l’amour de Dieu : « nous nous adressons à des hommes et des femmes condamnés par la société et nous leur rappelons que Dieu ne les condamne pas, qu’il les aime » en essayant de leur apprendre « à passer de la culpabilité au repentir ».

Il n’est pas exclu que les aumôniers puissent être enseignés par les prisonniers eux-mêmes : comme l’a rappelé Vincent Leclair, aumônier national catholique, des détenus « réussissent à vivre ensemble, à s’entraider et parfois à prier, de confessions différentes, en partageant les mêmes cellules surpeuplées et les mêmes difficultés quotidiennes ». (d’après reforme.net)

Photo : D.R.



 


Reconnaissance du baptême entre six Églises

 

23 juin 2014 2014

21 avril 2014 / Suisse

Le 21 avril 2014 – lundi de Pâques – une célébration œcuménique, autour du plus ancien baptistère suisse à Riva San Vitale (Ve siècle) a permis à six Églises de déclarer la reconnaissance mutuelle du baptême. En effet, quarante ans après une reconnaissance entre l’Église catholique romaine, l’Église catholique-chrétienne et la Fédération des Églises protestantes de Suisse (cosignée le 17 juillet 1973), trois autres Églises se sont jointes à cette démarche œcuménique. Il s’agit de l’Église anglicane, de l’Église évangélique méthodiste et de la Fédération d’Églises évangéliques luthériennes. Pour la pasteure Rita Famos, présidente de la Communauté de travail des Églises chrétiennes de Suisse, au sein de laquelle le document a été élaboré, « c’est un témoignage fort en faveur de l’unité de l’Église et un signal clair montrant au monde qu’elles veulent proclamer l’Évangile ensemble en paroles et en actes ». L’Armée du Salut, qui ne célèbre pas de baptêmes, et l’Alliance des communautés baptistes, qui ne baptisent pas les enfants, ont expliqué leurs positions dans une annexe au texte. Si des orthodoxes ont participé à l’élaboration du document, les responsables des communautés suisses ne l’ont pas signé car un tel engagement n’est pas de leur ressort, mais plutôt de celui des Églises-mères. (d’après dialogueoecumenique.eerv.ch)

Photo : D.R.



 


Une date unique de Pâques

 

23 juin 2014 2014

20 avril 2014

En 2014, les chrétiens orientaux et occidentaux – qu’ils se réfèrent au calendrier julien ou grégorien pour fixer la date de Pâques – avaient l’opportunité de fêter la résurrection du Christ le même jour partout dans le monde. Depuis le début du XXIe siècle c’est pour la sixième fois [1] que les disciples du Ressuscité ont ainsi eu l’opportunité de célébrer ensemble « la Fête des fêtes », la joie pascale étant manifestée au cours de nombreuses célébrations œcuméniques en France.

6h : à Prailles (Deux-Sèvres), les fidèles s’étaient retrouvés très tôt pour une marche silencieuse œcuménique, placée sous le signe de Jonas, suivie d’une prière dans la chapelle du monastère bénédictin de Pié-Foulard. Sœur Marie, prieure, a souligné que le Christ était venu nous chercher, comme Jonas dans les profondeurs de la terre. Un appel urgent pour la préservation de la création a été lancé lorsqu’à la fin de l’office des œufs de Pâques, symboles de vie, furent distribués.

6h30 : bravant la météo, c’est sur la plage que les chrétiens de Dunkerque se sont retrouvés pour une célébration œcuménique suivie d’un petit-déjeuner à la maison paroissiale Saint-Jean-Baptiste, montrant que la lumière est avant tout une réalité spirituelle.

7h08 : à Bordeaux, c’est à l’heure précise du lever du soleil qu’anglicans, catholiques, orthodoxes et protestants se sont réunis sur le bord de la Garonne. Pour la pasteure Valérie Mali, de l’Église protestante unie, ils voulaient par cette manifestation exprimer leur espérance à tous « les oubliés, les exclus, les persécutés » mais aussi se « laisser rejoindre par la lumière du Christ Ressuscité ».

7h30 : environ 2500 chrétiens franciliens de toutes confessions se sont rassemblés sur le parvis de la Défense pour proclamer ensemble : « Le Christ est ressuscité » ; « Il est vraiment ressuscité », avec notamment une prière aux quatre points cardinaux.

Les chrétiens pourront de nouveau célébrer ensemble le cœur de leur foi – la résurrection du Sauveur – en 2017, alors que se multiplient les appels à définir une date de Pâques commune comme l’a fait récemment le patriarche copte orthodoxe Tawadros II dans une lettre adressée au pape François.

Photo (Pâques œcuménique à Bordeaux.) : © Philippe Crombé,



[1Cette heureuse coïncidence s’était également produite en 2001, 2004, 2007, 2010 et 2011.

 


Pâques 2014 : une date commune pour tous

 

13 février 2017 2017

La proclamation œcuménique de la Résurrection a été organisée en de nombreuses villes de France.

En 2014, la date de Pâques était commune à toutes les Églises d’Orient et d’Occident.

Le Conseil d’Églises chrétiennes en France avait recommandé aux chrétiens de « célébrer tous ensemble – le 20 avril – le Christ ressuscité, notre paix, en qui sont détruits les murs de séparation (Ép 2,14-18) ».

La proclamation œcuménique de la Résurrection (parfois précédée par des actions communes pendant le temps de carême) a été organisée en de nombreuses villes de France :

Aix-en-Provence - dimanche 20 avril, 12h15, devant la cathédrale

Besançon - dimanche 20 avril, 7h30, place de la Révolution -> Tract

Bordeaux - dimanche 20 avril, 7h08, Miroir d’eau, face à la place de la Bourse
-> Tract

Brest - dimanche 20 avril, 9h, église Saint Marc -> En savoir plus

Cannes - dimanche 20 avril, 6h25, parc de la Croix des Gardes, suivie d’un petit-déjeuner.

Celles (Pays mellois – Deux-Sèvres) - dimanche 20 avril, Prailles, Monastère de Pié-Foulard,
6h, marche silencieuse vers le monastère
7h, prière de louange œcuménique à l’église suivie du petit déjeuner

Chalon-sur-Saône - dimanche 20 avril, 8h, square Chabas

Chambéry-Montagnole - dimanche 20 avril, 7h, parvis de l’église de Montagnole -> En savoir plus

Chartres - dimanche 20 avril, 8h15, parvis de la cathédrale

Dijon - dimanche 20 avril, 8h, place Wilson

Dunkerque - dimanche 20 avril, 6h30, plage de Malo devant le Kursaal, suivi d’un petit-déjeuner « œcuménique » à la maison paroissiale St-Jean-Baptiste (2 rue Paul Claudel). -> Tract

Épinal (Vosges) - dimanche 20 avril, 12h, place des Vosges -> En savoir plus

Gap - samedi 19 avril, 20h15, place de la cathédrale.

Hyères - dimanche 20 avril, 7h20, plage d’Aygade, suivi d’un petit-déjeuner.

Le Mans - dimanche 20 avril, 8h30, porche royal de la cathédrale. Prière animée par les responsables des différentes Eglises, suivie d’un café.

Lille - dimanche 20 avril, 8h, Accueil Marthe et Marie (1, place Érasme de Rotterdam, 59160 Lomme) -> Tract

Lyon - dimanche 20 avril,
6h30, devant le Foyer protestant de la Duchère (309 avenue A. Sakharov, Lyon 9e)
7h, parc de Gerland, entrée allée Pierre de Courbertin (Lyon 7e)
7h, l’église Saint-Thomas (16 avenue Pablo Picasso, Vaulx-en-Velin)
-> Tract

Montpellier - dimanche 20 avril, 10h, La Paillade, suivi d’un partage de brioches

Morlaix (Finistère) - dimanche 20 avril, 11h30, Centre évangélique protestant (2 Allée Verte, St Martin des Champs) -> En savoir plus

Orléans - dimanche 20 avril, 6h54, Campo Santo (rue Fernand Rabier) -> Tract

Paris - La Défense - dimanche 20 avril, 7h30, place de la Défense, pour les chrétiens d’Ile-de-France -> Tract
->
En savoir plus

Quimper - dimanche 20 avril, à la fin de la messe catholique du matin de Pâques, la cathédrale St Corentin -> En savoir plus

Le Raincy (Seine-Saint-Denis) - dimanche 20 avril
8h30 Petit déjeuner offert
9h15 Célébration œcuménique
-> Tract

Romainville (Seine-Saint-Denis) - dimanche 20 avril, 8h30, en l’église Saint Germain.

Royan - dimanche 20 avril, 8h, la plage de Pontaillac -> En savoir plus

Saint-Étienne - dimanche 20 avril, 7h, le Guizay -> Tract

Salon-de-Provence - dimanche 20 avril, 12h, parvis de la Collégiale Saint-Laurent.

Strasbourg - dimanche 20 avri, 12h30, parvis de la cathédrale
-> Tract
->
En savoir plus

Vence (Alpes-Martimes) - dimanche 20 avril, 7h, sur le parking, en haut du col de Vence.

Wissant (Pas-de-Calais) - dimanche 20 avril, 7h, la plage.

Et aussi :

Angers - Lundi 21 avril, 17h, marche œcuménique (départ Collégiale Saint‐Martin et arrivée place Saint‐Eloi) > Tract



 


Appel aux Églises à prier pour l’Ukraine

 

23 juin 2014 2014

17 avril 2014 / Ukraine

17 avril 2014 / Ukraine

À l’approche de la fête de Pâques, célébrée le même jour en 2014 par les chrétiens d’Orient et d’Occident, le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises, a demandé aux Églises de prier pour le rétablissement de la paix en Ukraine. Dans les mois qui ont précédé de nombreux responsables avaient exprimé leurs inquiétudes à propos des conflits en Ukraine, et de leur impact possible sur l’unité des chrétiens.

Dans une interview au National Catholic Reporter le 4 mars 2014, le métropolite Hilarion, responsable du Département des relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou, avait reproché à l’archevêque de l’Église gréco-catholique d’Ukraine et au primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine - Patriarcat de Kiev (non-reconnue par les autres Églises orthodoxes) « de demander aux autorités américaines d’intervenir dans la situation ukrainienne pour y mettre de l’ordre », en estimant que cette crise ukrainienne éloignait la perspective d’une rencontre entre le patriarche russe Cyrille et le pape François. (d’après oikoumene.org et ncregister.com).

Photo (Des moines de la Laure des grottes de Kiev s’interposent entre les manifestants et la police.) : ©pravoslavie.ru



 


Prière œcuménique en mémoire des nouveaux martyrs

 

23 juin 2014 2014

15 avril 2014 / Rome

Au cœur de la Semaine sainte, faire mémoire des chrétiens de toutes confessions qui ont donné leur vie pour l’Évangile : tel est l’objectif de la communauté Saint’Egidio pour la prière œcuménique internationale qu’elle organise chaque année au cours de la semaine qui précède Pâques dans plusieurs pays européens. À Rome, c’est dans la basilique Sainte-Marie-du-Trastevere, qu’a eu lieu cette veillée œcuménique le mardi 15 avril 2014. Elle était présidée par le secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, qui a rappelé que beaucoup de chrétiens « ont été sacrifiés pour avoir refusé de se plier au culte des idoles du XXe siècle : le communisme, le nazisme, l’idolâtrie de l’État et de la race ». « Aujourd’hui encore, en divers endroits, nombre de nos frères et sœurs restent objets d’une haine antichrétienne », a-t-il ensuite dénoncé, « parce qu’ils sont les témoins tenaces d’une autre vision de la vie, faite d’abaissement, de service, de liberté, à partir de la foi ». (d’après santegidio.org et fr.radiovaticana.va)



 


« Pas à vendre » : la Fédération luthérienne mondiale actualise le message de la Réforme

 

7 juillet 2014 2014

La Fédération luthérienne mondiale montre l’actualité du message de la Réforme dans la perspective du 500e anniversaire de la Réforme en 2017

Dans une lettre adressée par son secrétaire général, le pasteur Martin Junge, aux Églises membres, la Fédération luthérienne mondiale montre l’actualité du message de la Réforme dans la perspective du 500e anniversaire de la Réforme en 2017 : à l’ère du marché, Dieu fait le don de sa grâce gratuitement.

En 2017, nous célébrerons le 500e anniversaire de la Réforme. Or, à mesure que cette date approche, une question se fait de plus en plus pressante : celle de l’impact que peut avoir aujourd’hui l’intuition théologique découverte à cette époque lointaine. Quel sens peut-il y avoir, pour notre époque, à annoncer que notre justification devant Dieu ne dépend pas de qui nous sommes et de ce que nous faisons, mais de qui est Dieu et de ce que fait Dieu ?

« Pas à vendre ».

Cette protestation a été fortement mise en avant dans le rapport du comité spécial de la Fédération luthérienne mondiale [FLM] intitulé « Luther 2017 - 500 ans de la Réforme », approuvé par le conseil de la FLM en juin 2013. Cette expression fait directement écho à l’objection ferme et catégorique de Martin Luther au fait que ce qui par nature échappe au contrôle des êtres humains et ne peut être considéré comme un bien à vendre ou à acheter faisait alors l’objet d’un véritable commerce : la grâce abondante et débordante qui pardonne et appelle chacun à une vie nouvelle. Ce que Dieu a donné gratuitement par l’intermédiaire des œuvres et des mérites de Jésus Christ ne peut pas faire l’objet d’un commerce et de la spéculation !
Par cette protestation sincère, la joie et la fraîcheur de l’Évangile éclairèrent à nouveau une multitude de personnes qui désespéraient jusque là d’obtenir la preuve de la faveur et de la miséricorde de Dieu, dont ils avaient besoin dans les blessures et les ambiguïtés de leurs vies.

À cet égard, l’actualité de ce message fondamental de l’Évangile de Jésus Christ tel qu’il a été dévoilé au XVIe siècle est stupéfiante. Il s’oppose aux tentatives récurrentes d’assujettir, de contrôler et de faire commerce de tout ce qui, en fin de compte, ne saurait être considéré comme une marchandise et qui ne devrait donc jamais être l’objet d’échanges commerciaux. Il remet en question le culte qu’on rend aujourd’hui au marché, alors que cette idolâtrie bouleverse fondamentalement les systèmes de valeur des individus et des sociétés, en ébranlant la cohésion sociale et en mettant en péril les équilibres financiers et écologiques.

Le comité spécial déjà mentionné a relevé trois domaines spécifiques où cette protestation « pas à vendre » est de grande portée.

Le salut n’est pas à vendre.

[…] L’aspiration de millions de gens à une vie en plénitude, leur espérance d’une vie digne et l’intuition qu’ils ont que, dans leurs souffrances, seul un miracle pourrait leur assurer la prospérité continuent d’alimenter un marché religieux florissant. Le message de la justification par la foi seule n’est pas évident et ne devrait jamais être considéré comme un acquis, même dans les Églises issues de la Réforme, car elles aussi doivent lutter pour laisser la justice divine l’emporter sur notre conception humaine de la justice. Le salut et la plénitude, la guérison des relations, la dignité de la vie, l’aspiration à la prospérité – rien de tout cela n’est à vendre.

Les êtres humains ne sont pas à vendre.

Une étude sur les conditions de vie des ouvriers étrangers sur les grands chantiers de construction a été récemment rendue publique. Les résultats de cette étude suscitent une question consternante : en a-t-on vraiment fini avec l’esclavage ? […] L’Évangile libérateur de Jésus Christ s’adresse à ces réalités et à ces personnes aussi, en exprimant une position solide et claire : les êtres humains, leurs droits et leur dignité ne sont pas des marchandises qui peuvent être négociées. Rien de tout cela n’est à vendre.

La création n’est pas à vendre.

[…] Au cours de mes récents voyages auprès des Églises membres de la FLM en Afrique, j’ai pris conscience de la pression considérable exercée par le manque d’eau potable, ainsi que par la vente et la location de vastes superficies de terrains communautaires. L’eau et la terre – des biens que les communautés villageoises agricoles détenaient en commun – sont de plus en plus soumis aux lois du marché. Elles sont devenues des marchandises, contraignant ces populations à émigrer et à s’établir dans des bidonvilles. La protestation « pas à vendre » de la Réforme pourrait contribuer de manière importante au débat public dans le monde, car elle rappellerait à la famille humaine qu’il existe des éléments et des aspects de la vie et du monde qui – dans l’intérêt non seulement de la vie éternelle mais aussi de la vie terrestre – ne doivent jamais devenir des marchandises.

Le message de la justification par la foi seule a un pouvoir de libération. Il a la capacité d’aller bien au-delà des cœurs des croyants et des murs de l’Église. Cependant, il exigera des Églises de pratiquer un authentique service pastoral et diaconal en veillant à ce qu’on écoute les récits de vie et les expériences des femmes, des hommes, des jeunes et des enfants et à ce que soit reçu ce message libérateur que tout n’est pas à vendre.

Martin JUNGE



 


Lire la Bible, écouter la Parole

 

23 juin 2014 2014

1-3 avril 2014 / Paris

Le colloque annuel de l’Institut supérieur d’études œcuméniques (ISÉO) de Paris, qui a eu lieu du 1er au 3 avril 2014, s’est intéressé aux enjeux et aux expériences œcuméniques dans la lecture de la Bible et l’écoute de la Parole de Dieu. Cette problématique a été traitée sous des angles variés. Ainsi, des théologiens de différentes confessions se sont penchés sur le statut des Écritures, sur les traductions de la Bible, sur la place de la Bible dans l’art et la liturgie, sur l’usage des outils bibliques dans les aumôneries (armée, prisons, hôpitaux).

Dans une conférence ouverte au public, le frère Enzo Bianchi, prieur du monastère de Bose (Italie), a rappelé que l’Église n’est pas un groupe qui s’est autoconvoqué, mais une assemblée réunie par la Parole de Dieu : « la Bible n’est rien sans le peuple » et « la raison d’exister du peuple se trouve dans la Bible ». Comme il est de coutume, trois étudiants en théologie, de confession catholique, orthodoxe et protestante, ont dressé un bilan de ce colloque qui, dans un climat d’amitié et de confiance, a permis aux intervenants de présenter même les points qui ne faisaient pas consensus entre les Églises, tels que la place des lectionnaires bibliques, ou encore la réception de la Traduction œcuménique de la Bible (TOB) en Afrique.

Il est revenu à Mgr Vincent Jordy, président du Conseil pour l’unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme, de conclure en attirant notamment l’attention sur le lien de l’Écriture avec l’histoire et sur la relation entre le Premier Testament et le Nouveau Testament, en invitant à poursuivre le travail sur les sources juives de l’Écriture. Il a également rassuré les participants sur les réflexions en cours, à propos de la traduction œcuménique du Notre Père et des échanges de chaire.

Photo : (Le pasteur Jacques-Noël Pérès, directeur de l’ISÉO, Nicolas Kazarian, assesseur orthodoxe, et Mgr Vincent Jordy) : D.R.



 


Mise en place de la région luthérienne-réformée « Est-Montbéliard »

 

29 janvier 2015 2015

29 mai – 1er juin 2014 / Avignon

Du 29 mai au 1er juin 2014 s’est déroulé le deuxième synode de l’Église protestante unie de France. Depuis sa création à Lyon à l’Ascension 2013, cette Église gardait une organisation confessionnelle au niveau régional et était subdivisée en huit régions de tradition réformée et deux inspections luthériennes.

Le Synode d’Avignon a décidé de la mise en place d’une région luthérienne-réformée dénommée « Est-Montbéliard ». Suite à un vote unanime (90 pour, 0 contre), les régions luthérienne de Montbéliard et réformée Est constituent une région unie à partir du 1er juillet 2014. (d’après eglise-protestante-unie.fr)



 


Un musée des martyrs anglicans et catholiques d’Ouganda

 

29 janvier 2015 2015

28 mai 2014 / Uganda

Préparant la création d’un Musée des Martyrs de l’Ouganda, l’archevêque catholique de Kampala, Cyprian Kizito Lwanga, et son homologue anglican l’archevêque Stanley Ntangali, se sont rendus ensemble dans les sanctuaires situés à Namugongo. Ainsi, dans la prédication au sanctuaire catholique, l’archevêque anglican a souligné que « les martyrs sont notre symbole de la foi », d’où l’importance de les imiter dans leur amour de Dieu. À son tour, l’archevêque catholique a encouragé les fidèles à se rendre en pèlerinage à Namugongo à tout moment de l’année, et non seulement le 3 juin, jour où l’on fait mémoire des martyrs d’Ouganda dans la liturgie des deux Églises. (d’après newvision.co.ug)

Photo (Le sanctuaire catholique de Namugongo) : © africamission-mafr.org



 


Le pape François et le patriarche Bartholomée à Jérusalem

 

16 novembre 2014 2014

Les rencontres du pape François et du patriarche œcuménique Bartholomée ont marqué le cinquantenaire de celles du pape Paul VI et du patriarche Athénagoras.

Du 24 au 27 mai 2014, le pape François et le patriarche œcuménique Bartholomée ont l’un et l’autre effectué un pèlerinage en Terre Sainte. Le cœur de ces pèlerinages respectifs, comme ils l’avaient chacun annoncé avant de partir, a été leurs rencontres pour marquer le cinquantenaire de celle du pape Paul VI et du patriarche Athénagoras. Ils se sont retrouvés à trois reprises, en trois endroits différents. La première rencontre eut lieu le dimanche 25 mai dans l’après-midi, à la Délégation apostolique, pour signer une déclaration commune et pour un échange privé qui dura beaucoup plus longtemps que ce qui avait été prévu par le protocole. La deuxième eut lieu dans la soirée du dimanche, à l’église de l’Anastasis (ou Saint-Sépulcre) pour un temps de prière et de pèlerinage là où le Christ est mort et est ressuscité pour l’humanité. Enfin, ils se retrouvèrent une troisième fois pour un échange de cadeaux, à la résidence d’été du patriarche de Jérusalem Théophile III, sur le Mont des Oliviers, d’où le Christ est monté au ciel et ce, à quelques jours de la fête de l’Ascension, célébrée cette année le même jour par tous les chrétiens.

Il y a cinquante ans, tout paraissait inhabituel : que le pape parte à l’étranger, que le pape et le patriarche se rencontrent, que des chrétiens de différentes confessions puissent être ensemble à Jérusalem. Aujourd’hui tout cela paraît normal.

La déclaration commune du pape et du patriarche est à mettre en lien avec les déclarations signées lors d’entrevues historiques, à l’occasion du séjour des papes à Constantinople : la première, à l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II au patriarche Dimitrios, le 30 novembre 1979, a lancé les travaux de la commission mixte de dialogue théologique entre les deux Églises. La deuxième, lors de la rencontre entre Benoît XVI et le patriarche Bartholomée, au Phanar le 30 novembre 2006, a permis la reprise du travail de la commission mixte, après une longue interruption. Espérons que cette nouvelle déclaration permette de surmonter les difficultés que rencontre la commission dans son travail actuel, alors qu’elle traite d’un point crucial du débat théologique, l’articulation entre primauté et conciliarité. Mais le communiqué redit aussi, avec force, la volonté de parvenir à la pleine communion, comme but de cette unité voulue par le Christ. Cet appel encourage à aller de l’avant et à ne pas en rester au témoignage commun – au service des plus pauvres ou de la sauvegarde de la création – de deux Églises encore séparées, mais à accomplir le chemin jusqu’au bout.

Contrairement à ce qui s’était passé il y a cinquante ans, le pape et le patriarche ont pu faire ensemble le pèlerinage au tombeau du Christ, entourés par le patriarche grec orthodoxe de Jérusalem Théophile III, le patriarche arménien Nourhan Manoogian et le frère Pierbattista Pizzaballa, custode franciscain de Terre Sainte, alors qu’habituellement ces trois communautés prient séparément. Étaient également présents les responsables d’autres Églises (copte, éthiopienne, syriaque, anglicane et luthérienne).

Cette démarche commune et humble de deux pèlerins qui se mettent à genoux pour prier longuement sur la pierre de l’onction, qui prient encore longuement et en silence à l’intérieur du Saint-Sépulcre, qui écoutent l’Évangile de la Résurrection en grec et en latin, montre les avancées qui se sont produites dans les dernières décennies. Mais c’est également un message pour l’avenir : les chrétiens doivent chercher l’unité en mettant leurs pas à la suite du Christ, en revenant à la source de leur foi qui est le Christ, mort et ressuscité, en avançant avec confiance, et non dans la crainte d’abandonner une once de vérité, car le Christ est lui-même, le Chemin, la Vérité et la Vie.

À Jérusalem, ces grands et intenses moments ont été accompagnés de petits gestes, non moins importants et tout aussi significatifs : c’est l’attention à l’égard du pape François du patriarche Bartholomée, qui ajuste la chaîne de sa croix pectorale, qui remet en place le camail que le vent a déplacé, qui traduit en italien les indications données en grec par un membre de la confrérie du Saint-Sépulcre. Mais c’est aussi le geste non moins significatif du pape François qui veut embrasser la main du Patriarche après son allocution et qui se termine par une embrassade fraternelle. Cette fraternité est indispensable pour avancer en frères, d’un même cœur, vers la maison du Seigneur.

P. Serge SOLLOGOUB
Diocèse des Églises orthodoxes russes en Europe occidentale (Patriarcat de Constantinople)
Membre du Comité mixte catholique-orthodoxe en France
et délégué à l’œcuménisme pour l’Île-de-France



 


Une traduction œcuménique de la déclaration sur la doctrine de la justification

 

29 janvier 2015 2015

25 mai 2014 / Hong Kong

En langue chinoise, la déclaration sur la doctrine de la justification signée à Augsbourg en 1999 était jusque-là disponible en deux traductions distinctes : une catholique et une luthérienne. Quinze ans après sa signature par la Fédération luthérienne mondiale et par l’Église catholique et après sa ratification par le Conseil méthodiste mondial, les difficultés linguistiques liées à la traduction de ce texte théologique pointu ont pu être surmontées et une nouvelle traduction commune a été rendue publique lors d’une célébration œcuménique le 25 mai 2014 à Hong Kong. (d’après lutheranworld.org)

Photo (L’évêque luthérienne Jenny Chan, le cardinal John Tong et le rév. Tin-yau Yuen, président de l’Église méthodiste, présentent la traduction commune. ) : © Francis Wong / lutheranworld.org



 


Nicée 2025

 

29 janvier 2015 2015

24-27 mai 2014 / Jérusalem

Du 24 au 27 mai 2014, le pape François et le patriarche Bartholomée se sont rencontrés à trois reprises à Jérusalem pour marquer le cinquantenaire des retrouvailles historiques du pape Paul VI et du patriarche Athénagoras, ainsi que pour réaffirmer dans une déclaration commune leur volonté de continuer sur la route « vers la pleine communion ».

À son retour, le patriarche œcuménique a relevé devant l’agence catholique AsiaNews que le pape et lui-même avaient décidé qu’en 2025 serait célébré ensemble l’anniversaire de la tenue du premier concile œcuménique à Nicée, en 325. (d’après asianews.it et apostolicpilgrimage.org)

Photo (Le pape François et le patriarche Bartholomée prient devant la pierre d’onction à Jérusalem.) : © Nicholas Manginas, apostolicpilgrimage.org



 


Troisième Nuit des églises

 

29 janvier 2015 2015

24 mai 2014 / Lausanne

Le samedi 24 mai, entre 18h30 et minuit, la Nuit œcuménique des églises de la région de Lausanne a réuni plus de trois mille visiteurs. Pour sa troisième édition, trente communautés, anglicanes, catholiques, évangéliques, orthodoxes et réformées ont ouvert leurs portes. Plusieurs parcours « futés » organisés en fonction des lignes de bus ainsi qu’un espace d’accueil pour les enfants étaient proposés. Diverses activités, toutes gratuites, se sont déroulées dans chaque lieu. Ainsi vêpres, témoignages, créations d’artistes peintres, concerts, expositions interactives, itinéraires méditatifs, visites d’églises et de vitraux ont illustré le thème de cette manifestation : « Que la lumière soit fête ». Loin de tout prosélytisme, la motivation des organisateurs de la Communauté des Églises chrétiennes dans le canton de Vaud n’était pas « le souci des églises vides », mais la volonté commune de témoigner « de cette lumière aux multiples reflets dont nous sommes porteurs en Jésus-Christ ».

Venu d’Allemagne, ce projet de Nuit des églises a rencontré un grand succès en Autriche. En Suisse, c’est la ville de Saint-Gall qui a inauguré cette manifestation œcuménique en 2005, lorsque quarante églises ont accueilli 5000 visiteurs. (d’après nuitdeseglises.ch)

Photo : D.R.



 


Rassemblement œcuménique pour l’Europe

 

29 janvier 2015 2015

23 mai 2014 / Kehl

Le vendredi 23 mai 2014, au point de jonction entre l’Allemagne et la France, plusieurs responsables d’Églises se sont rassemblés au pied de la passerelle Mimram à Kehl pour dire que l’Europe est une chance pour les peuples allemands et français et pour tous les pays européens. À la veille des élections européennes, des chrétiens de différentes confessions guidés par Christian Albecker, président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine, Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg, Pauline Dif, représentante laïque de la communauté anglicane de Strasbourg, le père Vasile Iorgulescu, délégué orthodoxe à l’œcuménisme pour l’Est de la France, le pasteur Matthias Kreplin, de l’Église protestante de Baden, ont ainsi exprimé leur soutien à l’Europe. Ce temps fut suivi d’une prière commune en allemand et en français dans l’église Saint-Népomucene. (d’après uepal.fr et diocese-alsace.fr)

Photo : © uepal.fr



 


« 24 heures de Vie »

 

29 janvier 2015 2015

23-24 mai 2014 / Metz

Pour la sixième année consécutive, catholiques, évangéliques, orthodoxes et protestants ont vécu ensemble un temps d’évangélisation les 23 et 24 mai 2014 à Metz. Un concert en plein air du pasteur évangélique et chanteur Matt Marvane a ouvert cette manifestation constituée de « temps d’annonce explicite » de l’Évangile dans l’espace. Pendant ces « 24 heures de Vie » se sont succédé une marche priante et silencieuse aux flambeaux, des temps de louange et d’adoration, les laudes catholiques et les vêpres orthodoxes, mais aussi de nombreuses animations et des flashmobs. Les activités, toutes gratuites et ouvertes à tous, avaient comme objectif de témoigner de « l’amour de Dieu, révélé en Jésus Christ ». (d’après 24hdevie-metz.fr)



 


Lettre du CÉCEF au sujet de la basilique Sainte-Sophie

 

29 janvier 2015 2015

23 mai 2014 / Paris

Dans une lettre adressée à Mme Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, le 23 mai 2014, le Conseil d’Églises chrétiennes en France [CÉCEF] a exprimé sa préoccupation au sujet de l’éventuelle transformation de la basilique byzantine Sainte-Sophie de Constantinople en mosquée. En faisant état des déclarations du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan à ce sujet et notamment de son souhait d’y accomplir une prière musulmane le 29 mai 2014 pour commémorer la chute du Constantinople, le CÉCEF a rappelé que la basilique est « un musée ouvert à tous », appartenant à « l’héritage historique de l’humanité », à qui ne doit donc pas être réservé le même sort qu’aux églises de Nicée et Trébizonde, récemment converties en mosquées.

Photo : D.R.
La basilique Sainte-Sophie.



 


Timbuktu reçoit le prix du jury œcuménique

 

29 janvier 2015 2015

23 mai 2014 / Cannes

Le prix du Jury œcuménique 2014 a été attribué au film Timbuktu d’Abderrahmane Sissako. En présentant la vie et la résistance dignes d’hommes et de femmes, Timbuktu dénonce, d’après le Jury, « de manière forte, mais subtile les horreurs issues d’une vision extrémiste de la religion ». Ce film « d’une très grande beauté formelle » a été récompensé pour « son humour et sa retenue ».

Présent depuis 1974 au Festival de Cannes, le jury œcuménique est composé de six membres, des chrétiens engagés dans le domaine du cinéma nommés chaque année, par l’organisme protestant international du cinéma Interfilm et l’association catholique mondiale pour la communication Signis. Les membres délibèrent en toute indépendance sur trente à quarante films en se prononçant sur leurs qualités artistiques et les valeurs humaines et évangéliques qu’elles incarnent.

Comme les années précédentes, les membres de Jury ont pris part à une célébration œcuménique en l’église du Sacré-Cœur du Prado, à laquelle ont assisté d’autres responsables d’Églises, dont Mgr André Marceau, évêque de Nice et le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, qui a assuré la prédication.

Pour célébrer le 40e anniversaire du Jury, Interfilm et Signis ont remis un Prix spécial aux frères Jean-Pierre et Luc Dardenne pour l’ensemble de leur œuvre, empreinte de « profonde humanité ». (D’après Denyse Müller)

Peu avant, le 3 mai, le fondateur du Jury œcuménique du Festival de Cannes, le pasteur suisse Maurice Terrail, est décédé à l’âge de 82 ans. (d’après cannes.juryoecumenique.org et APIC)

Photo : © Daniel Béguin
Le Jury œcuménique 2014 à Cannes.



 


Le pape François rencontre le patriarche Karékine II

 

29 janvier 2015 2015

8 mai 2014 / Vatican

Le 8 mai 2014, le patriarche de l’Église apostolique arménienne Karékine II a été reçu par le pape François. Celui-ci a rappelé que le martyr n’est pas une réalité anachronique car « le nombre des disciples du Christ qui ont répandu leur sang pour Lui durant le siècle passé est certainement supérieur à celui des martyrs des premiers siècles ». Aux dires du pape, « les arméniens occupent une place d’honneur » parmi ces martyrs. « Comme jadis » a-t-il encore souligné, « le sang des martyrs est semence d’unité ».

Le patriarche Karékine II a, pour sa part, rappelé les liens historiques des deux Églises et l’importance du travail théologique accompli dans le cadre de la Commission internationale de dialogue théologique entre l’Église catholique et les Églises orthodoxes orientales. Avec gratitude, il a souligné que de nombreux prêtres arméniens qui aujourd’hui servent fidèlement son Église ont étudié dans des établissements catholiques. En informant le pape qu’un processus de canonisation des martyrs du génocide arménien est en cours, le patriarche Karékine II l’a invité en Arménie pour la commémoration du 100e anniversaire de cet événement tragique en 2015. (d’après VIS et armenianchurch.org)

Photo : D.R.



 


Les chrétiens de Syrie parlent d’une seule voix

 

29 janvier 2015 2015

8 mai 2014 / Genève

Invités le 8 mai 2014 au Club suisse de la Presse à Genève, et ensuite au Temple de la Fusterie, des représentants des Églises syriaque orthodoxe, grecque orthodoxe, grecque melkite catholique et catholique latine de Syrie ont témoigné de la situation dramatique dans laquelle se trouvent les communautés chrétiennes de leur pays. Ils ont souligné l’importance pour eux de parler d’une seule voix dans ce contexte difficile. Les plus importantes Églises de Syrie ont relevé que l’information des médias occidentaux sur la situation de leur pays est trop souvent biaisée et unilatérale. Ils ont déploré le fait que les journaux se contentent très souvent de publier, sans les vérifier, des informations diffusées par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, une ONG liée à l’opposition et basée au Royaume-Uni, au lieu de puiser à des sources moins connotées.

Mgr Nicolas Antiba, archevêque grec melkite catholique de Bosra, au sud de la Syrie a vivement regretté le silence qui a couvert la destruction de trois églises de son diocèse et l’enlèvement du fils d’un de ses prêtres. D’après Mgr Dionysius Jean Kawak, archevêque de l’Église syrienne orthodoxe de Damas, « au moins un tiers des chrétiens ont déjà fui le pays ». Ainsi les hiérarques syriens ont-ils montré leur capacité à unir leurs voix pour crier justice. (d’après 2013.pressclub.ch/fr et realpolitik.tv)

Photo : D.R.



 


Les Églises européennes et les Roms

 

17 juin 2014 2014

5-7 mai 2014 / Athènes

Du 5 à 7 mai 2014, à l’invitation du Patriarcat œcuménique et sous les auspices de la Présidence grecque de l’Union européenne, le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE) et la Conférence des Églises européennes (KEK) ont tenu une consultation conjointe à Athènes sur le thème « Améliorer la situation des Roms [1] en Europe : défis et questions ouvertes ». Le vice-ministre grec des Affaires étrangères, Kyriakos Gerontopoulos, a souligné l’importance de « l’intégration sociale des Roms, tout en préservant les traditions culturelles roms et leurs modes de vie ». Les responsables d’Églises ont affirmé dans un communiqué, à l’issue de la rencontre, que « les frères et sœurs roms font partie de la vie de l’Église depuis des siècles ». En rappelant que « les Roms sont des citoyens de pays européens, avec des droits et des devoirs », ils ont plaidé pour l’accès libre au marché du travail, ainsi que pour le droit à l’éducation des enfants roms dans leurs propres langues. Le communiqué appelle les responsables politiques à « s’abstenir de l’anti-tsiganisme » et à considérer les Églises « comme des partenaires fiables » dans la mise en œuvre des programmes d’intégration. (d’après ccee.eu )

Photo (Les participants de la rencontre avec des enfants roms) : ©ccee.eu.



[1Selon l’usage actuel au Conseil de l’Europe, le terme « Roms » désigne les Roms, les Sintés (Manouches), les Kalés (Gitans) et les groupes de population apparentés en Europe, dont les Voyageurs et les branches orientales (Doms, Loms) ; il englobe la grande diversité des groupes concernés, y compris les personnes qui s’auto-identifient comme « Tsiganes » et celles que l’on désigne comme « Gens du voyage ».

 


Russell McDougall nouveau recteur de Tantur

 

16 février 2015 2015

2 mai 2014 / Jérusalem

Le 2 mai 2014 a été annoncée la nomination du P. Russell McDougall à la direction de l’Institut d’études œcuméniques de Tantur à Jérusalem. Encouragé par les observateurs non catholiques au concile Vatican II, le pape Paul VI avait créé cet institut afin de favoriser des séjours d’étude pour les théologiens et les chrétiens de toutes confessions, dans un climat de dialogue. L’Institut avait vu le jour en 1972, sur la colline de Tantur, au sud de Jérusalem, à proximité de Bethléem. Jusqu’à l’automne 2013, c’est un prêtre orthodoxe américain, le P. Timothy Lowe [1], qui était recteur de cet institut placé sous la responsabilité de l’Université Notre-Dame aux États-Unis.

À partir du 1er juillet 2014, c’est donc un prêtre catholique, membre de la congrégation de Sainte Croix fondatrice de cette université, qui sera à la tête de l’Institut de Tantur. Après des études à l’Université hébraïque de Jérusalem, R. McDougall a préparé un doctorat à l’Institut biblique pontifical de Rome. Il aura notamment pour mission de promouvoir les séjours sabbatiques pour des universitaires en résidence à Tantur.

En France l’association pour l’unité des chrétiens assure le soutien à cet institut auquel les offrandes de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne avaient été attribuées en janvier 2013, sur recommandation du Conseil d’Églises chrétiennes.

Photo : D.R.



 


Jazz à Vienne : la folie de la foi

 

16 février 2015 2015

29 juin 2014 / Vienne

Dans le cadre du festival Jazz à Vienne qui a réuni plus de mille artistes du 27 juin au 12 juillet, une célébration œcuménique a eu lieu le dimanche 29 juin 2014. Cette 17e édition de la célébration Gospel, préparée par une centaine de catholiques et de protestants a pu être entendu non seulement par la foule remplissant la salle de Manège de l’espace Saint Germain, mais aussi par beaucoup d’autres grâce à sa retransmission en direct sur l’antenne de la Radio chrétienne francophone (RCF - Lyon). À côté des deux grands invités du festival à Vienne Linda Lee Hopkins et Al Sanders, qui a défini le gospel comme « un discours chargé d’espoir », des chorales locales comme « Full Bloom » et « Entre Ciel et Terre » ont participé à l’animation de la louange.

Pour le père Jean Callies, curé de la cathédrale Saint-Maurice, le succès de la célébration s’explique par le travail préparatoire commun mené durant toute une année. Le pasteur Romain Gavache de l’Église protestante unie a expliqué qu’avec le thème retenu – « la folie de la foi » – il s’agissait de dire combien la confiance « se fait rare » dans le monde d’aujourd’hui alors que priment « le doute et la méfiance ». Il permettait aussi d’évoquer tout le mal commis « au nom de la foi » avec des « drames » comme la Saint-Barthélémy. (d’après rcf.fr)



 


Six patriarches antiochiens créent une commission conjointe

 

16 février 2015 2015

26 juin 2014 / Balamand

Pour la première fois, six patriarches orientaux se sont retrouvés le 26 juin 2014 à Balamand (Liban) à l’occasion de l’ouverture d’un congrès général de l’Église orthodoxe d’Antioche. Invité par le patriarche Jean X, les patriarches Béchara Raï (maronite), Ignace Ephrém II Karim (syrien-orthodoxe), Ignace Joseph III Younan (syriaque-catholique), Grégoire III Laham (grec-catholique) et Nersès Bedros (arménien-catholique) ont décidé « la création d’une commission conjointe consultative pour stimuler la coopération entre les Églises antiochiennes et organiser des actions conjointes ». Cette commission œcuménique devrait d’abord dresser un état des lieux de la présence chrétienne en Orient suite aux exodes forcés qui vident certaines régions de leurs populations chrétiennes.

Le patriarche Grégoire III Laham a émis le souhait que naisse dans les années à venir un congrès antiochien auquel prendraient part les membres et le clergé des Églises relevant du siège d’Antioche.

Les hiérarques ont réclamé « le retour de tous les otages laïcs et religieux, à commencer par les évêques Youhanna Ibrahim et Boulos Yazigi disparus depuis 14 mois » tout en déplorant « que le monde assiste lâchement et en silence aux pires des violations des droits de l’homme et des communautés de notre époque ». (d’après L’Orient-Le Jour et œuvre-orient.fr)

Photo : D.R.



 


Le mot « Allah » proscrit pour l’hebdomadaire catholique Herald

 

16 février 2015 2015

23 juin 2014 / Malaisie

La Cour fédérale de Malaisie a rejeté le 23 juin 2014 par quatre voix sur sept, le recours de l’hebdomadaire de l’Église catholique Herald, qui demandait à pouvoir continuer à employer l’appellation de Dieu en arabe : « Allah ».

C’est en 2007 que le ministère de l’Intérieur avait interdit au journal Herald d’utiliser le mot « Allah », pourtant commun à tous les chrétiens au Moyen-Orient, afin d’ « d’éviter toute confusion entre les différentes religions ».

La Fédération luthérienne mondiale a demandé aux autorités malaisiennes de « reconnaître qu’il n’y a pas de menace ou de manque de respect à l’islam lorsque des personnes d’autres religions utilisent le mot “Allah” ». Rédacteur de l’hebdomadaire, le père jésuite Andrew Lawrence, qui depuis des années doit faire face à des obstacles bureaucratiques pour éditer son journal et qui a reçu des menaces de mort, craint que cette interdiction « absurde » ne soit étendue à d’autres aspects de la vie ecclésiale. Dénonçant cette décision de la Cour fédérale, le Conseil d’Églises en Malaisie a rappelé qu’elle porte uniquement sur le journal Herald et que les chrétiens malaisiens continuent à avoir le droit d’utiliser le mot « Allah » dans leurs célébrations ainsi que dans la Bible, où cette appellation figure depuis le XVIe siècle. (d’après heraldmalaysia.com, lutheranworld.org et ccmalaysia.org)

Photo : D.R.



 


Quarante ans de la catéchèse œcuménique

 

16 février 2015 2015

22 juin 2014 / Oullins

Le 22 juin 2014 catholiques et protestants d’Oullins, dans la banlieue de Lyon, ont célébré le quarantième anniversaire de leur catéchèse biblique œcuménique, qui a débuté en 1974 à la demande des couples mixtes. Cette catéchèse, animée principalement par les parents, réunit aujourd’hui une centaine d’enfants et d’adolescents à raison d’une fois par mois. Lors de la célébration œcuménique la pasteure Françoise Sternberger de la paroisse d’Oullins (Église protestante unie) a souligné l’audace de ceux qui initièrent cette démarche inédite « qui suscita certainement à l’époque quelques doutes et moqueries » mais qui, quarante ans après, malgré tous les obstacles, « tient bien la route ». Résumant l’expérience des participants, le père Christian Delorme – de l’ensemble paroissial catholique d’Oullins – a déclaré : « nous n’avons pas cherché à inventer un “espéranto œcuménique” […], mais nous avons appris, en jouant chacun de notre instrument ecclésial propre, à composer et à faire entendre une douce musique de la réconciliation de nos Églises ». (d’après erfoullins.free.fr)

Photo : D.R.



 


Répertoire des communautés chrétiennes issues de la migration en Suisse

 

16 février 2015 2015

19 juin 2014 / Suisse

Grâce à la collaboration œcuménique de la Fédération des Églises protestantes de Suisse et de la commission Migratio de la Conférence des évêques catholiques suisses, un premier répertoire national de près de 400 communautés chrétiennes issues de la migration établies en Suisse a été publié le 19 juin 2014 par l’Institut de sociologie pastorale de Saint-Gall. L’objectif du répertoire, disponible gratuitement en français et en allemand sur le web, est d’aider les communautés « à établir des relations œcuméniques et une solidarité locale ». Ce répertoire sera régulièrement mis à jour. (d’après spi-stgallen.ch)

Photo (Couverture du répertoire)



 


Le CÉCEF appelle à la libération de Meriam Yehya Ibrahim Ishag

 

16 février 2015 2015

19 juin 2014 / Paris

Le Conseil d’Églises chrétiennes en France a publié le 19 juin un message demandant pour la libération de Meriam Yehya Ibrahim Ishag, à l’approche de la Nuit des veilleurs de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT). Chrétienne soudanaise de 27 ans, Meriam a été condamnée à mort le 15 mai 2014 par le tribunal de Khartoum pour « apostasie » et à cent coups de fouet pour « adultère », en raison de son mariage avec un chrétien. La jeune femme, mère d’un garçon de vingt mois a accouché d’une fille lors de son emprisonnement.

Le 23 juin, la Cour de cassation de la capitale soudanaise a annulé le verdict de peine de mort. Après sa libération, Meriam a trouvé refuge à l’ambassade des États-Unis avant de quitter le Soudan au mois de juillet. Le 24 juillet, elle a été reçue par le pape François au Vatican qui l’a remerciée pour son courageux témoignage de constance dans la foi. Meriam, quant à elle, a exprimé sa gratitude envers tous ceux qui ont prié et œuvré pour sa libération. (d’après cecef.fr, acatfrance.fr et VIS)

Photo (Meriam libérée avec sa petite fille Maya) : © Palazoo Chigi / Acat



 


L’archevêque Justin Welby rencontre le pape François

 

16 février 2015 2015

16 juin 2014 / Vatican

La lutte contre le trafic des êtres humains et les formes modernes d’esclavage se trouvaient au cœur de la rencontre entre le pape François et l’archevêque de Cantorbéry, qui a eu lieu au Vatican le 16 juin. En remerciant le primat de la Communion anglicane pour son travail contre « ce crime intolérable », le pape a réitéré leur engagement commun « à soulager les victimes et à faire obstacle à ce commerce tragique ». Justin Welby, pour sa part, a souligné l’importance du Réseau global pour la liberté né le 17 mars 2014, par lequel anglicans et catholiques notamment s’engagent à lutter contre ce fléau, qui touche près de trente millions de personnes dans le monde. Il a remercié son hôte d’avoir dénoncé, dans l’exhortation Evangelii gaudium (n° 211) « ce crime mafieux et aberrant », où « beaucoup ont les mains qui ruissellent de sang à cause d’une complicité confortable et muette ». (d’après L’Osservatore romano et archbishopofcanterbury.org)

Photo : © Anglican Centre in Rome



 


Les adieux de l’ISÉO à son directeur Jacques-Noël Pérès

 

16 février 2015 2015

13 juin 2014 / Paris

Le 13 juin 2014, professeurs, étudiants et anciens de l’Institut supérieur d’études œcuméniques (ISÉO) s’étaient rassemblés pour un après-midi festif autour de celui qui fut pendant six ans son directeur : Jacques-Noël Pérès.

C’est en 1982 que le pasteur luthérien, patrologue, avait rejoint l’ISÉO, qui associe trois instituts parisiens de formation théologique : l’Institut protestant de théologie, l’Institut catholique de Paris et l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge.

Après avoir remercié Jacques-Noël Pérès pour son engagement fidèle au service de l’unité des chrétiens et lui avoir souhaité une retraite heureuse, les participants ont exprimé leur reconnaissance devant Dieu par une prière œcuménique dans l’église Saint-Julien-le-Pauvre.

C’est le frère Michel Mallèvre qui prend le relais à la tête de l’ISÉO. Dominicain, directeur du Centre d’études œcuméniques Istina, il a été pendant six ans (de 2003 à 2009) directeur du Service national pour l’unité des chrétiens et rédacteur en chef de la revue Unité des Chrétiens.

La retraite du pasteur Pérès s’annonce déjà bien remplie car le 26 août 2014, il a été élu coprésident protestant du Groupe des Dombes. (d’après groupedesdombes.org)

Photo : © iptheologie.fr



 


Journées d’études œcuméniques sur l’apôtre Paul

 

16 février 2015 2015

12 juin 2014 / Fribourg

Pour marquer son 50e anniversaire, l’Institut d’études œcuméniques de l’université de Fribourg a accueilli Nicholas Thomas Wright, ancien évêque anglican de Durham et spécialiste de l’apôtre Paul. Dans le cadre de ces journées d’études consacrées à l’Apôtre des Nations, une table ronde a rassemblé le 12 juin plusieurs responsables d’Églises. À cette occasion, le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, a dénoncé tout immobilisme en œcuménisme, en affirmant que « ne pas vouloir aller plus loin est une hérésie ». À propos du modèle de l’unité dans la diversité, le pasteur Gottfried Locher, président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, a souligné la difficulté de définir et de vivre la différence. Pour Martin Bühlmann, directeur pour l’Europe germanophone du mouvement évangélique Vineyard, « l’unité est possible si je ne regarde pas d’abord ce qui “manque” à mon partenaire, mais si je concentre mon attention sur ce qu’il peut m’apporter ». Nicholas Wright a plaidé pour un dialogue où chacun se laisse « désarmer » par l’autre. Face aux questions éthiques qui divisent les Églises, le conférencier principal a dénoncé la séparation opérée dans la théologie entre la morale et l’exégèse biblique, proposant le retour à la source biblique, notamment aux écrits de l’apôtre Paul.

Une célébration œcuménique à la cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg a clôturé la journée, qui a rassemblé quelque 400 participants. (d’après glaubeundgesellschaft.ch et cath.ch)

Photo (De gauche à droite : Martin Bühlmann, Nicholas T. Wright, Kurt Koch, Gottfried Locher) : © APIC



 


Conférence internationale sur la Syrie

 

16 février 2015 2015

11 juin 2014 / Etchmiadzine

Une conférence internationale de deux jours intitulée « la crise en Syrie, un défi pour les communautés chrétiennes » a débuté le 11 juin à Etchmiadzine. Présidée par Sa Sainteté Karékine II, patriarche suprême et catholicos de tous les Arméniens et co-président du comité exécutif du Conseil œcuménique des Églises, la conférence a réuni plusieurs responsables d’Églises du Moyen-Orient, de Russie, d’Europe et des États-Unis ainsi que des représentants de l’ONU et des ambassadeurs accrédités en Arménie.

Déplorant l’attaque de la ville arménienne de Kessab en Syrie par des extrémistes venus de Turquie, le Premier ministre arménien Hovik Abrahamian, a souhaité que ce sommet des responsables religieux contribue à l’ébauche d’un dialogue politique et interreligieux dans le pays. Le secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises, le pasteur Olav Fykse Tveit, a rappelé l’urgence de la paix civile en Syrie. Les participants à la conférence ont pu entendre plusieurs exposés sur les développements politiques en Syrie et les perspectives d’aide humanitaire, mais aussi sur la présence et le témoignage chrétien au Proche-Orient et enfin sur la situation actuelle et l’avenir des communautés arméniennes dans ce contexte difficile. (d’après Philippe Sukiasyan et armenews.com)

Photo : D.R.



 


Les chrétiens en faveur de la réforme pénale

 

16 février 2015 2015

10 juin 2014 / Paris

En France, l’Assemblée nationale a adopté le 10 juin une réforme pénale dont l’objectif est l’abrogation des peines planchers et la mise en place d’une nouvelle peine hors prison, la « contrainte pénale ».

Dans un « Appel aux communautés catholiques de France en faveur de la réinsertion des personnes détenues » publié en mars 2014, la Conférence des évêques de France avait affirmé que « l’aumônerie catholique des prisons expérimente combien l’incarcération, en particulier pour de courtes peines, est un facteur désocialisant et déstructurant de la personne ». On y préconisait donc « la mise en place d’une peine alternative, assortie d’un accompagnement et d’un contrôle de la personne condamnée ».

La Fédération protestante de France s’est également réjouie le 17 juin de l’adoption de cette loi, en saluant « le courage de poser enfin la question de la pertinence des petites peines de prison ». D’après elle, « la contrainte pénale devrait sanctionner le délit sans pour autant isoler l’individu de son cadre social et ainsi lui donner toutes ses chances de maintenir son insertion dans la société ». (d’après prison.cef.fr et protestants.org)

Photo : D.R.



 


Catholiques et évangéliques évangélisent ensemble

 

16 février 2015 2015

6-12 juin 2014 / Avignon

Autour de la fête de la Pentecôte 2014, sept soirées d’évangélisation ont rassemblé catholiques charismatiques et évangéliques à Avignon. Au cours de ces soirées qui conjuguaient concerts, louanges, conférences et prières pour la guérison des malades, le pasteur évangélique Jean-Luc Traschel, directeur européen de l’Association internationale des ministères de guérison, et deux prêtres catholiques, Jean-Michel Tour et Baudouin Ardillier, ont apporté leur témoignage.

Dans le même esprit, à Lyon, près de 2000 catholiques et évangéliques s’étaient réunis à l’occasion de la fête de l’Ascension, en présence de Mgr Philippe Barbarin. (d’après eci-avignon.org et ccolyon.blogspot.fr)

Photo (Pasteur Jean-Luc Traschel) : D.R.



 


Catholiques et orthodoxes unanimes sur le clergé oriental marié

 

8 juillet 2014 2014

6 juin 2014 / États-Unis

Dans une déclaration publiée le 6 juin 2014, la Consultation théologique entre orthodoxes et catholiques d’Amérique de Nord a demandé à l’Église catholique de lever les restrictions sur le clergé oriental marié en Amérique du Nord. C’est en effet en 1929 que, par la promulgation du décret Cum data fuerit, la Sacrée Congrégation des Églises orientales avait demandé à l’Église grecque-catholique ruthène d’envoyer uniquement des prêtres célibataires aux États-Unis. Cette interdiction étendue par la suite à tout le clergé catholique oriental sur le Nouveau continent a eu comme conséquence, selon les membres de la Consultation « des divisions dans les communautés orientales et même dans les familles ». D’après la déclaration, l’abolition de cette restriction montrerait « l’ancienneté et la légitimité des traditions orientales » tout en assurant que « dans le cas de la restauration de la pleine communion entre les deux Églises, la tradition de l’Église orthodoxe ne sera pas remise en question ». (d’après usccb.org et assemblyofbishops.org)

Photo (La Consultation théologique entre orthodoxes et catholiques d’Amérique de Nord) : D.R.



 


Soixante-dixième anniversaire du Débarquement

 

16 février 2015 2015

6 juin 2014 / Normandie

Parmi les célébrations du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, un office œcuménique a eu lieu en présence des chefs de gouvernement anglais et français, David Cameron et Manuel Valls, ainsi que de nombreux vétérans. À cette célébration étaient notamment présents le cardinal André Vingt-Trois et l’évêque anglican Nigel McCulloch, aumônier national de la Légion royale britannique, avec la participation du chœur du St John’s College de Cambridge. Lors de la cérémonie fut bénie une nouvelle cloche « de la paix et de la liberté », destinée à la tour sud de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux. Surnommée « Thérèse-Bénédicte » (nom d’Edith Stein en religion), elle a pour marraine la reine Élisabeth II, représentée ce 6 juin 2014 par le prince de Galles. (d’après clochebayeux6juin2014.blogspot.fr)

Photo : D.R.



 


Face au changement climatique, les chrétiens jeûnent.

 

16 février 2015 2015

4 juin 2014 / Paris

Le 4 juin 2014, sur une péniche située symboliquement en face de l’Assemblée nationale, plusieurs responsables chrétiens ont participé au lancement d’un appel à jeûner le premier jour de chaque mois afin de marquer leur lutte contre le réchauffement climatique.

Proposée par la Fédération luthérienne mondiale en vue de la Conférence des parties de l’ONU (COP 21) qui se tiendra à Paris en décembre 2015, cette démarche de jeûne reste très libre dans sa forme : elle va de l’abstention de la nourriture pendant 24 heures jusqu’au « jeûne carbone », qui consiste à marcher ou à utiliser son vélo au lieu de sa voiture, à consommer moins d’électricité ou d’eau, etc.

Le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France et coprésident du Conseil d’Églises chrétiennes en France a appelé les chrétiens à s’unir autour d’« un œcuménisme du signe, même si c’est un signe insolite dans un monde où la frugalité et la sobriété […] ne sont pas à l’ordre du jour ». L’initiative n’était pas choisie au hasard car, comme le remarquait Nicolas Kazarian au nom de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, « par le jeûne l’humanité est renvoyée à sa relation primaire à la création, dans un mouvement de récapitulation et de réconciliation ». Pour Mgr Marc Stenger qui représentait la Conférence épiscopale catholique, il s’agissait d’exhorter « les gouvernements à prendre conscience de leur responsabilité et à œuvrer en faveur de résultats ambitieux dans les négociations sur le climat ».

Cette démarche internationale soutenue par plusieurs personnalités telles que Nicolas Hulot, envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète, est parrainée par 35 organisations, notamment chrétiennes, dans 21 pays. (d’après fastfortheclimate.org)

Photo : © fastfortheclimate.org



 


Quatrième Forum orthodoxe-catholique

 

16 février 2015 2015

2-6 juin 2014 / Minsk

Du 2 au 6 juin 2014 s’est tenu à Minsk le quatrième forum orthodoxe-catholique avec pour thème « Religion et diversité culturelle : défis pour les Églises chrétiennes en Europe ». Organisé par le Conseil des conférences épiscopales européennes (CCÉE) de l’Église catholique et les Églises orthodoxes présentes en Europe, ce sommet coprésidé par le métropolite Gennadios de Sassime (Patriarcat œcuménique) et le cardinal Peter Erdő (président du CCÉE) a réuni plus de 35 hiérarques et théologiens venus de 21 pays européens. Dans le message publié à l’issue de la rencontre les participants observent qu’« aujourd’hui, pour beaucoup d’Européens, il n’y a plus de points de repère stables qui puissent constituer un modèle pour leur conduite morale et qui leur permettent d’évaluer ce qui est juste et ce qui ne l’est pas ». Or pour les orthodoxes et les catholiques, « la clé de la liberté est d’accepter que nous recevons tout de Dieu et non pas que nous pouvons disposer de tout arbitrairement comme si nous nous étions créés nous-mêmes ».

Le prochain forum aura lieu en l’automne 2016 à Paris et sera consacré aux problèmes de migration. (d’après ccee.eu et mospat.ru)

Photo : D.R.



 


La cathédrale de Lille accueille le chœur de Cantorbéry

 

16 février 2015 2015

1er juin 2014 / Lille

Le chœur de la cathédrale anglicane de Cantorbéry (une trentaine de choristes, hommes et enfants) a enchanté les fidèles rassemblés dans la cathédrale de Lille le dimanche 1er juin 2014. À l’initiative du chanoine Debbie Flach, en charge de la paroisse anglicane de Lille et de la déléguée diocésaine à l’œcuménisme Anne-Laure de la Roncière, l’office du soir anglican (Evensong) a été célébré en présence de Mgr Laurent Ulrich, qui assura la prédication, et de membres du clergé anglican, catholique et orthodoxe de la métropole lilloise. Pour les nombreux participants, venus d’une grande diversité d’Églises de tout le département, cette prière commune était l’occasion de découvrir la beauté de la liturgie anglicane et de savourer la richesse des compositions musicales de ce répertoire. C’est cette tradition ininterrompue dans les églises anglicanes du chant des vêpres que le Comité mixte anglican-catholique veut faire redécouvrir aux chrétiens en France, notamment lorsqu’anglicans et catholiques sont réunis pour la prière commune.

Photo : © F. Richir



 


Le pape demande pardon aux pentecôtistes

 

16 février 2015 2015

28 juillet 2014 / Caserte

Le 28 juillet le pape François s’est rendu à Caserte (Italie) pour une visite au pasteur évangélique Giovanni Traettino avec qui il s’était lié d’amitié lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires. Après un entretien personnel, une rencontre a eu lieu avec quelque 350 évangéliques dans l’église pentecôtiste de la Réconciliation.

D’après le pasteur Traettino, le fait que le pape François a rencontré Jésus lui-même est une évidence, qui explique sa sympathie envers ceux qui partagent la même relation avec le Seigneur et qui veulent vivre l’Évangile. Selon lui, la rencontre ne portait pas sur des questions théologiques ou doctrinales, mais elle s’inscrivait dans un dialogue fraternel.

Commentant le récit biblique des fils de Jacob vendant leur frère Joseph, le pape a évoqué les lois par lesquelles, dans l’Italie fasciste des années 1930, les pentecôtistes furent réprimés. Il a alors déclaré : « parmi ceux qui ont rédigé ces lois, qui ont persécuté et dénoncé nos frères pentecôtistes […], il y avait des catholiques. Je suis le pasteur des catholiques : je vous demande pardon pour cela ».

Le secrétaire général de l’Alliance évangélique mondiale le pasteur Geoff Tunnicliffe a félicité le pape d’avoir pris une telle mesure publique et demandé pardon, tout en affirmant pour sa part que « dans l’histoire il y a eu des situations où les catholiques ont été victimes de discrimination de la part de protestants, y compris évangéliques ; je suis vraiment désolé pour ce genre d’actions, parce que si nous pouvons être en désaccord théologique, cela ne devrait jamais conduire à la discrimination ou à la persécution de l’autre ». (d’après radiovaticana.va)

Photo (Le pasteur Giovanni Traettino et le pape François à Caserte.) : D.R.



 


Nouveaux consulteurs du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens

 

16 février 2015 2015

22 juillet 2014 / Vatican

Le 22 juillet 2014, le pape François a effectué plusieurs nominations pour le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Comme tout dicastère romain, le travail de ce Conseil s’appuie sur des évêques membres et des experts. Parmi eux, on notera le choix du frère Enzo Bianchi, fondateur et prieur de la communauté monastique et œcuménique de Bose, qui compte aujourd’hui environ quatre-vingts membres. Dans la liste des dix nouveaux consulteurs figure également le frère Franck Lemaître, dominicain, directeur du Service national pour l’unité des chrétiens et rédacteur en chef de la revue Unité des Chrétiens. (d’après news.va et monasterodibose.it)

Photo (Le frère Enzo Bianchi et le pape François.) D.R.



 


L’Église d’Angleterre vote pour l’ordination des femmes évêques

 

16 février 2015 2015

14 juillet 2014 / York

Le 14 juillet 2014, le synode général de l’Église anglicane d’Angleterre réuni à York a approuvé l’ordination épiscopale des femmes. Dans une lettre adressée « aux interlocuteurs œcuméniques », l’archevêque de Cantorbéry a affirmé que cette décision était une occasion « de joie profonde pour beaucoup, notamment pour de nombreuses femmes dans le clergé » qui, depuis 1992, peuvent accéder à la prêtrise. Reconnaissant que ce choix pouvait constituer un obstacle aux rapprochements avec d’autres familles ecclésiales, Justin Welby a cependant redit son souhait d’une plus grande unité de tous les chrétiens.

En rappelant que son Église bénéficie depuis longtemps déjà du ministère d’hommes et de femmes, le pasteur Ken Howcroft, président de l’Église méthodiste de Grande-Bretagne, a salué cette « décision courageuse » qui sera une « bénédiction » pour les anglicans. Pour l’Union baptiste d’Angleterre dans laquelle des femmes exercent des responsabilités au niveau régional, ce choix « enraciné bibliquement » est « culturellement approprié ».

Le Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou a exprimé sa « déception » face à cette décision qui « contredit la manière d’agir du Sauveur Lui-même et des saints apôtres ». D’après le communiqué, elle « n’a pas été dictée par une nécessité théologique ou des besoins ecclésiaux, mais par le désir de se conformer à l’idée laïque de l’égalité des sexes ». Pour sa part, le père Anthony Currer, responsable des relations avec les anglicans au sein du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens a reconnu que cette décision ne facilitera pas les relations avec l’Église catholique, tout en affirmant qu’elle « ne change pas fondamentalement la donne », puisqu’il y a déjà des femmes évêques dans d’autres Églises de la Communion anglicane et que l’une d’entre elles est membre de la Commission internationale de dialogue anglicane-catholique [ARCIC]. (d’après archbishopofcanterbury.org, methodist.org.uk, baptist.org.uk, mospat.ru et La Croix)

Photo : D.R.



 


Trente-cinqième rencontre interconfessionnelle des religieux/ses

 

16 février 2015 2015

12-18 juillet 2014 / Assise

C’est à Assise, du 12 au 18 juillet 2014, qu’a eu lieu la 35e session de l’association des Rencontres internationales et interconfessionnelles de religieux et religieuses (EIIR). Le thème de la session « Appelés à la sainteté – Le ciel est en vous, soyez le ciel pour vos contemporains » a été étudié par une soixantaine de différentes confessions venant de toute l’Europe, mais aussi de Syrie et du Liban. Retentissant à travers toute la Bible, cet appel à la sainteté résonnait de manière particulière en ce lieu privilégié qu’est Assise, où les paysages eux-mêmes invitent à la contemplation et à la prière. L’intervention de sœur Paula, qui a vécu trente ans en Syrie, et celle de l’archimandrite Kasianos (envoyé par le patriarche orthodoxe d’Antioche Jean X) ont permis de nourrir l’attention toute particulière que les participants portaient à la situation dramatique au Moyen-Orient. Leurs témoignages, ainsi que celui d’un sous-diacre ukrainien, ont ouvert les cœurs en permettant une communion profonde avec les témoins de la foi qui risquent aujourd’hui leur vie pour l’Évangile. (d’après sœur Dominique Devillers)

Photo (Sœur Paula et le père Kasianos lisent les noms des chrétiens morts pour l’Évangile dans les années 2013-2014.) : D.R.



 


L’année 2017 : Ensemble sur le chemin

 

16 février 2015 2015

8 juillet 2014 / Rome - Genève

Afin de faciliter la réception du récent document Du conflit à la communion de la Commission internationale catholique-luthérienne, le site internet 2017 gemeinsam unterwegs (2017 : Ensemble sur le chemin) a été ouvert pour les Églises catholique et protestante [EKD] en Allemagne.

Des questions sensibles y sont abordées, par exemple le 8 juillet : « Quand l’Église catholique reconnaîtra-t-elle l’Église protestante comme une Église ? ». Pour susciter la discussion, une première réponse est apportée par deux responsables d’Église, le président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et le secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale. Dans son bref article, le cardinal Kurt Koch souligne que « l’Église catholique reconnaît l’Église protestante dans la façon dont cette dernière se conçoit » avant de rappeler que son autocompréhension est différente de celle de l’Église catholique, d’où l’importance de la poursuite du dialogue. De son côté, le pasteur Martin Junge affirme que les Églises protestantes n’ont pas besoin d’une reconnaissance extérieure pour se comprendre comme Églises, même si dans le dialogue avec l’Église catholique cette question demeure « une étape nécessaire ». Ces réponses génèrent des commentaires nombreux et argumentés des visiteurs. (d’après www.2017gemeinsam.de)



 


COE : réunion du Comité central

 

16 février 2015 2015

2-8 juillet 2014 / Genève

Huit mois après l’assemblée du Conseil œcuménique des Églises (COE) à Busan, le Comité central, qui en est la principale instance dirigeante, a tenu sa réunion biennale à Genève du 2 au 8 juillet 2014. En nommant le pasteur Olav Fykse Tveit pour un nouveau mandat de secrétaire général, les 150 membres du Comité ont défini les orientations des activités du Conseil pour la période 2014-2017.

Les participants ont aussi adopté plusieurs déclarations en lien avec le « pèlerinage de justice et de paix » inauguré à Busan. C’est tout d’abord pour la promotion d’un monde dénucléarisé que les Églises ont uni leurs voix en martelant que « les armes nucléaires sont incompatibles avec une paix véritable ».

Ils ont bien sûr dénoncé la violence discriminatoire qui a complètement vidé de sa population chrétienne la ville de Mossoul en Irak. En exprimant leur solidarité aux artisans de paix en Israël et Palestine, ils ont plaidé pour la mise en œuvre de mesures économiques favorisant la justice dans ces régions. (d’après oikoumene.org)

Photo : © oikoumene.org



 


Un nouveau service de la Fédération protestante de France

 

16 février 2015 2015

1er juillet 2014 / Paris

Après deux années de réflexion, le Conseil de la Fédération protestante de France [FPF] a décidé du regroupement du service œcuménique et du projet Mosaïc au sein d’une nouvelle instance appelée Service des relations avec les Églises chrétiennes. Placée sous la responsabilité de la pasteure Jane Stranz de l’Église protestante unie de France, elle aura pour mission de poursuivre le dialogue avec les Églises catholique et orthodoxe, mais aussi de favoriser la collaboration des différentes Églises protestantes, notamment celles qui ne sont pas membres de la FPF et celles qui rassemblent des protestants issus de la migration.

Photo (Pasteure Jane Stranz) : D.R.



 


Interdiction de l’alcool

 

29 janvier 2015 2015

27 août 2014 / Kerala (Inde)

Sous la pression des milieux hindouistes dans l’État de Kerala, le premier ministre de de cet état, Oommen Chandy, a décrété que la production, la consommation et la vente d’alcool seraient interdites pour une période de dix ans à compter du 1er avril 2015.

Cette décision a été accueillie de manières diverses par les responsables d’Églises présentes dans cet état indien où 20 % de la population est chrétienne. D’après Mgr Philipose Mar Chrysostom de l’Église malankare de Mar Thomas, les Églises peuvent envisager l’utilisation du jus de raisin en remplacement du vin. L’archevêque catholique de Verapoly, Francis Kallarackal, qui ne partage pas cet avis, a déclaré que l’usage du vin lors de la liturgie « doit continuer ». Tout en estimant que l’interdiction de l’alcool peut être bénéfique pour la société, l’évêque Thomas Oommen de l’Église de l’Inde de Sud (qui a uni des anglicans et des protestants) n’a pas accepté l’extension de cette interdiction au vin eucharistique. Jusqu’ici, des autorisations avaient été délivrées aux Églises, leur permettant de produire et d’utiliser du vin pour la célébration de l’eucharistie. Des activistes hindouistes ont cependant souligné que les Églises ne pouvaient pas s’élever au-dessus de la loi et ont demandé que le gouvernement annule ces dérogations. (d’après ucaneuws.com)

Photo : D.R.



 


MissionRespekt

 

29 janvier 2015 2015

27-28 août 2014 / Berlin

Plus de 250 responsables d’Églises se sont réunis les 27 et 28 août 2014 à Berlin pour un colloque œcuménique consacré au document « Le témoignage chrétien dans un monde multireligieux. Recommandations de conduite ». Fruit de cinq ans de collaboration entre le Conseil œcuménique des Églises, le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux et l’Alliance évangélique mondiale, ce texte qui établit un large consensus des Églises sur la mission a été publié en 2011.

Organisé par une vingtaine d’Églises – l’Église protestante d’Allemagne (EKD), l’Église catholique mais aussi des Églises évangéliques et pentecôtistes – et des organismes missionnaires, le colloque de Berlin « MissionRespekt » a permis d’étudier la manière dont ce document a déjà été reçu au Brésil, en Inde et aux Pays-Bas et de réfléchir à la manière dont ses recommandations pratiques pourraient être mises en œuvre pour l’évangélisation en Allemagne. Il a aussi été question de la persécution institutionnalisée des chrétiens, dans certaines parties de l’Inde par exemple, et du droit d’asile qu’il faudrait leur accorder.

Ce même document a également fait l’objet d’un colloque à São Paolo du 21 au 24 août 2014, organisé par le Conseil national des Églises chrétiennes du Brésil. (d’après oikoumene.org et Fides)



 


Face à l’exode des chrétiens, les Églises en Irak coordonnent leurs efforts

 

29 janvier 2015 2015

22 août 2014 / Erbil

Des responsables d’Églises en Irak se sont rencontrés le 22 août 2014 au siège de l’Église chaldéenne à Erbil pour discuter de l’aide à apporter aux chrétiens exilés de Mossoul et de la plaine de Ninive, qui se trouvent sous le contrôle de « l’État islamique ». Afin de mieux agir ensemble, ils ont décidé de créer des comités de coordination qui vont se réunir régulièrement. Devant une quarantaine de représentants des formations politiques et des organismes locaux opérant au Kurdistan irakien, ils ont affirmé l’urgence de fournir aux familles des évacués des logements décents ou des habitations préfabriquées, étant donné que leur retour immédiat dans leurs résidences d’origine est difficilement envisageable. En effet, d’après Mgr Saad Sirop Hanna, évêque auxiliaire de Babylone des chaldéens, les chrétiens qui ont tenté de retourner dans les quelques villages libérés « se sont parfois trouvés sous les tirs de mortier des djihadistes ». Le patriarche Ignace Éphrem II Karim (syro-orthodoxe) a demandé la visite du secrétaire général de l’ONU, Ban Kimoon, et a souhaité la création d’une région autonome pour les chrétiens d’Irak. Le fait « qu’un groupe terroriste d’inspiration diabolique soit laissé libre d’agir est un scandale sans précédent » a souligné le patriarche d’Antioche des maronites Béchara Boutros Raï. Ignace Joseph III Younan (primat de l’Église syro-catholique) a demandé aux « nations libres qui adhèrent à la charte des droits de l’homme […] d’être fidèles à leurs principes ». Le patriarche Louis Raphaël Ier Sako, hôte de la réunion, a souligné que « seules les forces de l’État devraient prendre en charge » la défense des personnes agressées, en estimant que la création de milices sur une base ethnique et culturelle pourrait « anéantir l’Irak ». (d’après Fides et APIC).

Photo : D.R.



 


Dix-huitième colloque de la Societas Oecumenica

 

29 janvier 2015 2015

21-26 août 2014 / Budapest

Du 21 au 26 août 2014 s’est tenu à Budapest le dix-huitième colloque de l’association européenne pour la recherche œcuménique, la Societas oecumenica, sur le thème « La catholicité sous tension : la relation ambigüe entre diversité et unité ». Les participants y ont étudié le concept de catholicité dans les différentes traditions chrétiennes, tout en essayant de clarifier les diversités qui font obstacle à la communion ecclésiale et celles qui, au contraire, sont légitimes.

Créée en 1978, la Societas oecumenica compte parmi ses membres diverses facultés de théologie des universités européennes, des instituts œcuméniques affiliés aux Églises, mais aussi, à titre individuel, des théologiens investis dans la recherche œcuménique. (d’après societasoecumenica.net)

Photo (Pasteure Dagmar Heller, présidente de la Societas oecumenica.) : D.R.



 


Les patriarches orientaux dénoncent l’extrémisme religieux

 

26 août 2014 2014

7 août 2014 / Liban

Dans une déclaration commune datée du 7 août 2014, des patriarches orientaux catholiques et orthodoxes réunis au siège patriarcal maronite de Dimane (Liban) ont dénoncé « l’expulsion forcée des chrétiens de leurs foyers » ainsi que « les agressions contre les minorités religieuses et leurs églises » comme des « crimes contre l’humanité ». Le même jour, des troupes jihadistes de l’État islamique avaient mené une offensive dans la plaine de Ninive au nord de l’Irak.

Les signataires étaient les patriarches Jean X (grec-orthodoxe), Béchara Raï (maronite), Ignace Ephrém II Karim (syrien-orthodoxe), Ignace Joseph III Younan (syriaque-catholique), Grégoire III Laham (grec-catholique), Nersès Bedros (arménien-catholique) auxquels s’étaient joints le catholicos arménien orthodoxe Aram I et le nonce apostolique Gabriele Caccia, le patriarche des Chaldéens Louis Raphaël Sako retenu par la situation sans précédent en Irak, étant représenté.

En décrivant les actions menées contres les chrétiens de toutes confessions comme un acte qui « a été planifié par l’État islamique en Irak et au Levant et d’autres groupes jihadistes », les responsables d’Églises ont uni leurs voix pour demander « aux instances islamiques, sunnites et chiites, de promulguer des décrets religieux clairs jetant l’interdit sur l’agression contre les chrétiens et tous les autres innocents » ainsi qu’à « tous les Parlements du monde arabe et islamique de voter des lois favorisant l’ouverture, rejetant clairement toute forme d’exclusion religieuse de l’autre (takfir) ». En affirmant que « les prises de position islamiques, arabes et internationales restent timides et insuffisantes », le document condamne « le fait que quelques États européens encouragent l’exode des chrétiens, sous prétexte de les protéger ». Les hiérarques ont aussi souligné que contre l’extrémisme religieux « chrétiens et musulmans ont le devoir d’y faire face ensemble », tout en demandant au Conseil de sécurité des Nations Unies d’adopter une résolution claire pour la restitution des maisons et des biens spoliés « par tous les moyens possibles ». (d’après Patriarcat latin de Jérusalem)

Photo : DR

La lettre ‘noun’, initiale du mot arabe ‘nasrani’ - nazaréens, qui était dessinée sur les habitations des chrétiens expulsés de Mossoul est devenue le symbole par lequel des chrétiens de confessions différentes de par le monde ont manifesté leur soutien aux persécutés.



 


Le Forum œcuménique des femmes chrétiennes d’Europe tient son assemblée

 

29 janvier 2015 2015

4-10 août 2014 / Grèce

Du 4 au 10 août 2014, le Forum œcuménique des femmes chrétiennes d’Europe a tenu, comme tous les quatre ans, son assemblée générale. C’est sur l’île de Tinos (Grèce) que 93 déléguées de toutes confessions, issues de 27 pays, ont partagé ces jours de prière et de réflexion sur le thème « Né d’une femme ». Femmes chrétiennes : une énergie créative en Europe.

La semaine s’est ouverte par les interventions de Myrto Theocharous, bibliste protestante, et de Marina Kiroudi, théologienne orthodoxe, et par celle de Jillian van Turnhout, sénatrice irlandaise catholique, qui a témoigné de son engagement en faveur des droits des enfants. En effet, le Forum œcuménique est un espace qui permet aux chrétiennes d’Europe de chercher ensemble des solutions nouvelles pour soutenir la dignité de chacun, et tout particulièrement celle des femmes et des enfants, et à faire entendre la voix des migrants et des réfugiés présents en Europe.

Bénéficiant de l’hospitalité généreuse des habitants de Tinos où les communautés orthodoxes et catholiques vivent en bonne intelligence, les participantes se sont réjouies de l’intérêt croissant que les femmes d’Europe de l’Est portent à ce Forum œcuménique (d’après Michèle Lefeuvre ; efecw.net)

Photo (Les déléguées élues à l’assemblée du Forum œcuménique des femmes chrétiennes d’Europe.) : D.R.



 


Célébration de la création

 

29 janvier 2015 2015

30 septembre 2014 / Besançon

Plusieurs rassemblements œcuméniques se sont déroulés en France entre le 1er septembre et le 4 octobre 2014, à l’occasion du temps annuel de réflexion et de prière en faveur de la création. Ainsi, le 30 septembre 2014 à Besançon, dans l’espace chrétien d’accueil et de rencontre « Escale Jeunes », quatre-vingts catholiques, protestants et orthodoxes se sont réunis pour un temps de partage et de louange, permettant d’échanger non seulement des informations sur la dégradation de la planète, mais aussi de présenter des réalisations concrètes montrant qu’un changement dans les comportements est en cours.

Une méditation sur le récit biblique de l’alliance après le déluge a été proposée, avant que les participants ne partagent un verre d’eau, s’inscrivant ainsi dans l’appel lancé par la Fédération luthérienne mondiale à jeûner pour préserver la création. La collecte, destinée aux enfants de la rue du Tchad, a été récoltée à la fin de ce temps œcuménique, montrant que la sobriété et la générosité sont loin d’être contradictoires. (d’après Jean-Pierre Rougeot, Pax Christi et escalejeunes.fr)

Photo : D.R.



 


Nouvelle traduction œcuménique de la Bible en italien

 

29 janvier 2015 2015

29 septembre 2014 / Vatican

Le pape François a salué le 29 septembre 2014 la nouvelle traduction de la Bible en italien courant, réalisée par l’Alliance biblique mondiale et approuvée par la Conférence épiscopale italienne et la Fédération des Églises évangéliques. Dans son discours aux membres de l’Alliance biblique venus lui remettre un exemplaire de cette Bible, le pape a souligné la portée de ce projet interconfessionnel « particulièrement significatif » pour l’Occident chrétien, où les discussions au sujet de l’Écriture Sainte ont « fomenté les divisions ». En partageant son expérience d’une initiative analogue réalisée en Argentine, il a aussi souligné l’intérêt pastoral de la Bible en langue courante. (d’après fr.radiovaticana.va)

Photo : © L’Osservatore romano



 


Réunion de la Commission internationale orthodoxe-catholique

 

29 janvier 2015 2015

23 septembre 2014 / Amman

La XIIIe réunion de la Commission internationale mixte pour le dialogue théologique entre l’Église orthodoxe et l’Église catholique s’est conclue le 23 septembre 2014 à Amman (Jordanie). Vingt-trois membres de l’Église catholique et des représentants de l’ensemble des Églises orthodoxes autocéphales (à l’exception du Patriarcat de Bulgarie) ont pris part aux travaux coprésidés par le cardinal Kurt Koch et le métropolite Jean de Pergame. Comme il est de coutume, avant de se retrouver ensemble les deux délégations ont tenu des réunions distinctes pour synthétiser leurs travaux sur le texte « Synodalité et primauté », élaboré à Paris par le Comité de coordination en 2012, à la suite des recommandations de la XIIe session plénière (Vienne, 2010). En raison de nombreuses questions soulevées, une nouvelle version du document a été proposée. La Commission a décidé de renvoyer le nouveau texte au Comité de coordination, qui se réunira en 2015, afin qu’il soit retravaillé et approfondi.

Dans le communiqué final, outre des remerciements au patriarche orthodoxe de Jérusalem, Sa Béatitude Théophile III, hôte de la rencontre, les participants ont exprimé « leur profonde préoccupation ainsi que leur solidarité » avec les chrétiens et les membres d’autres traditions religieuses de la région « qui sont persécutés, déplacés et assassinés ». Ils ont aussi « rejeté totalement l’idée que des crimes si horribles puissent être justifiés au nom de Dieu ou de la religion », tout en remerciant ceux qui se sont engagés à porter secours aux réfugiés, notamment le roi Abdullah II ibn al-Hussein de Jordanie. (d’après amen.gr et mospat.ru)

Photo : D.R.



 


Inauguration d’un Institut œcuménique

 

29 janvier 2015 2015

19-20 septembre 2014 / Maroc

L’Institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa a été inauguré les 19 et 20 septembre 2014 à Rabat (Maroc). Les festivités ont commencé par une célébration œcuménique dans la cathédrale de Rabat où la prédication était assurée par le pasteur Laurent Schlumberger, président de l’Église protestante unie de France. Le lendemain s’est tenu un colloque international sur le thème « Penser avec l’autre la foi et les cultures : les conflictualités créatives » où intervenaient une vingtaine d’universitaires chrétiens, juifs et musulmans venus d’Europe et d’Afrique. Il a réuni près de 200 participants, en présence de représentants des ministères marocains.

Les Églises catholique et protestante présentes au Maroc connaissent depuis quelques années une forte croissance numérique, du fait de l’afflux de ressortissants d’Afrique subsaharienne. Créé en 2012 à l’initiative de l’archevêque de Rabat, Mgr Vincent Landel, et du président de l’Église évangélique au Maroc, le pasteur Samuel Amedro, l’Institut Al Mowafaqa (qui signifie en arabe « l’accord ») permet de répondre aux besoins de formation des communautés chrétiennes multiethniques par l’apprentissage du dialogue interculturel et interconfessionnel. Cet établissement francophone dont les cours sont souvent dispensés à deux voix bénéficie de conventions avec l’Institut catholique de Paris et avec la faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg, les étudiants (60% de catholiques et 40% de protestants) préparant un premier cycle de théologie ou un certificat pour le dialogue des cultures et des religions. (d’après almowafaqa.com)

Photo : © almowafaqa.com
Un cours à l’Institut Al Mowafaqa



 


Orthodoxes et évangéliques discutent de la mission

 

29 janvier 2015 2015

15-19 septembre 2014 / Albanie

Du 15 au 19 septembre 2014 une centaine d’évangéliques et d’orthodoxes, représentant une soixantaine d’Églises et d’organismes missionnaires de par le monde, ont participé à une session organisée par une plateforme de dialogue intitulée « Lausanne-Orthodox Initiative ». Celle-ci veut favoriser une meilleure connaissance mutuelle entre orthodoxes, orthodoxes orientaux et évangéliques du Mouvement de Lausanne.

Accueillie par l’archevêque orthodoxe Anastasios d’Albanie dans le monastère Saint-Vlash, cette session fut coprésidée par l’évêque Angaelos de l’Église copte orthodoxe et par Grace Matthews, vice-présidente du Mouvement de Lausanne. Elle a permis d’aborder des sujets comme la relation entre l’ecclésiologie et la mission, l’éthique de l’évangélisation et le prosélytisme.

Conscients que dans le domaine de l’évangélisation les relations entre les deux familles d’Églises « n’ont pas toujours été positives », les participants ont toutefois signalé comment elles ont déjà trouvé des façons d’y collaborer dans diverses parties du monde. (d’après loimission.net)

Photo : D.R.



 


Les Églises unies contre la persécution des chrétiens

 

29 janvier 2015 2015

8-9 septembre 2014 / Strasbourg

Réunis à Strasbourg du 8 au 9 septembre 2014, à l’invitation du Forum chrétien mondial [FCM], des représentants du Conseil œcuménique des Églises, du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, de l’Alliance évangélique mondiale et de la Conférence pentecôtiste mondiale ont décidé de préparer ensemble un colloque international sur « la discrimination, la persécution et le martyre des chrétiens ». En vue de cet événement, prévu pour la fin de l’année 2015, les participants comptent recueillir auprès des organisations internationales et des Églises les toutes dernières données sur le sort des chrétiens opprimés. Des visites de délégations dans quatre pays concernés, ainsi que l’élaboration d’un glossaire sur le langage de la discrimination, sont également à l’ordre du jour. Confirmant les orientations prises au rassemblement mondial du FCM à Manado (Indonésie) en 2011, son secrétaire, le pasteur Larry Miller, a souligné que le Forum veut « permettre aux Églises de toutes traditions d’affronter ensemble les difficultés qui leur sont communes ». (d’après globalchristianforum.org)

photo : © GCF/Kim Cain



 


Prière œcuménique pour les victimes en Syrie et en Irak

 

29 janvier 2015 2015

7 septembre 2014 / Berne (Suisse)

Le 7 septembre 2014, une célébration œcuménique a rassemblé environ 500 personnes dans l’église vieille-catholique Saints-Pierre-et-Paul à Berne. Plusieurs responsables d’Églises ont pris part à cette « prière nationale pour les victimes de la guerre et de la violence en Syrie et en Irak », organisée par la Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse [CTEC] et par le Réseau évangélique suisse. La pasteure Rita Famos, présidente de la CTEC, a souhaité que cette prière débouche sur une « mise en œuvre de ce pour quoi nous prions ». D’ailleurs, pour le pasteur Gottfried Locher, président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, la paix « n’est pas seulement un état », mais « une mission que nous avons à remplir tous les jours de notre vie ». Dans le même esprit d’action, Mgr Isa Gürbüz, archevêque de l’Église syriaque orthodoxe pour la Suisse, a invité les participants à ouvrir leurs yeux et leurs cœurs aux chrétiens d’Orient avant qu’ils ne disparaissent. Pour sa part, Mgr Charles Morerod, vice-président de la Conférence des évêques suisses, a rappelé la responsabilité humaine de faire cesser l’agression, tout en soulignant que devant ce drame la seule réponse possible est le Christ, « qui nous invite à pardonner ».

La célébration, pendant laquelle le Notre Père a été chanté dans la langue du Christ – l’araméen – s’est clôturée par un cercle de silence sur la place de l’hôtel de ville de Berne. (d’après APIC et eerv.ch)

© APIC
Dans la foule, de nombreuses personnes portaient un tee-shirt avec la lettre « noun », devenue symbole des chrétiens persécutés.



 


Célébration des 500 ans de la Réforme sur le thème de la réconciliation

 

29 janvier 2015 2015

6 septembre 2014 / Paris

Dans une interview à l’hebdomadaire Réforme publiée le 6 septembre 2014, le président de la Fédération protestante de France [FPF] a souligné qu’il est inconcevable pour les protestants de « célébrer la Réforme seuls ». Alors que le prochain rassemblement Protestants en fête, qui aura lieu à Lyon en 2017 pour marquer le cinquième centenaire de la Réformation, aurait pu être centré sur des thématiques spécifiquement protestantes comme le sola fide, le pasteur François Clavairoly a annoncé qu’il aurait pour thème général « la réconciliation ». Il ne s’agit pas seulement d’« un thème biblique à multiples facettes », mais aussi d’une réalité dont la « dimension œcuménique » est explicite.

Tout en admettant que la Réformation reste « une blessure pour l’Église catholique » et peut être « un obstacle pour l’unité de l’Église », F. Clavairoly a affirmé que c’est aussi « une interpellation évangélique qui s’adresse à toutes les Églises, à commencer par les Églises protestantes ». (d’après reforme.net)

Photo : D.R.



 


Chrétiens d’Irak : réunion au Quai d’Orsay

 

2 décembre 2014 2014

3 septembre 2014 / Paris

Une réunion sur la situation des chrétiens d’Irak et de toutes les minorités opprimées par l’« État islamique » a eu lieu le 3 septembre 2014 au Quai d’Orsay. À cette occasion, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, ont reçu des représentants des Églises et associations chrétiennes. L’objectif de cette rencontre était « d’évaluer et d’amplifier l’action menée sur les plans politique, sécuritaire et humanitaire ». Tout en affirmant qu’un départ massif des chrétiens d’Irak « serait un échec pour les droits de l’homme », les participants ont souligné que l’accueil en France de réfugiés devait être accompagné par les Églises et les associations, afin que soit évité « un éparpillement des familles qui nuirait à leur installation ». Estimant que Bagdad devait rester « un gouvernement d’unité nationale », ils ont suggéré la création d’une « zone sécuritaire chrétienne », à l’instar des zones d’exclusion pour les kurdes et les chiites. Patrick Karam, président de la Coordination des chrétiens d’Orient en danger [CHREDO], une association dont les membres appartiennent à différentes Églises, a demandé « des fonds européens pour aider les chrétiens d’Irak à reconstruire et rester dans leur pays d’origine ». (d’après basedoc.diplomatie.gouv.fr et œuvre-orient.fr)

Photo : D.R.



 


Visite historique des évêques vieux-catholiques à Rome

 

29 janvier 2015 2015

30 octobre 2014 / Vatican

Le pape François a reçu une délégation d’évêques vieux-catholiques de l’Union d’Utrecht le 30 octobre 2014. C’était la première fois que la Conférence des évêques vieux-catholiques était reçue en audience par l’évêque de Rome, depuis la rupture de 1889 (en raison de la proclamation du dogme de l’infaillibilité pontificale).

Le pape a salué le travail de la Commission internationale de dialogue entre catholiques et vieux-catholiques [1], en déplorant toutefois « de nouveaux désaccords » sur « des sujets liés au ministère et au discernement éthique ». Cependant, dans une Europe « confuse sur sa propre identité et sa vocation », il a souligné l’importance de l’engagement des deux familles ecclésiales dans ce « voyage spirituel qui va de la rencontre à l’amitié, de l’amitié à la fraternité, de la fraternité à la communion ».
Primat de l’Union d’Utrecht – qui rassemble aujourd’hui 500 000 vieux catholiques répartis dans une vingtaine de pays –, l’archevêque Joris Vercammen a mis en avant les progrès œcuméniques accomplis depuis le concile Vatican II ; il a également reconnu le rôle unique de l’évêque de Rome, « en tant que primus inter pares », dans la communion des Églises. (d’après fr.radiovaticana.va et utrechter-union.org)

Photo : D.R.



[1En 2009, elle a achevé la rédaction d’un document d’accord intitulé Église et communion ecclésiale (publié en traduction française dans le numéro 2012/1 de la revue Istina).

 


Le patriarche Cyrille reçoit le pape Tawadros II

 

29 janvier 2015 2015

29 octobre 2014 / Moscou

Le patriarche Cyrille de Moscou a reçu le 29 octobre le patriarche de l’Église copte orthodoxe Tawadros II en voyage en Russie. Le primat de l’Église orthodoxe russe a souligné que le dialogue théologique entre les deux Églises a permis de mieux comprendre les positions respectives sur les questions christologiques, en déplorant toutefois le fait que « rien n’a été entrepris » à ce sujet pendant les dernières années.
En rappelant les événements récents qui ont fait fuir près de 200 000 coptes d’Égypte, le patriarche Cyrille a émis l’espoir que « les bonnes idées » du président Abdel Fattah al-Sissi concernant la restauration des églises détruites et la défense « par tous les moyens de la population chrétienne du pays » seront mises en pratique.

Le pape Tawadros II a rendu grâce à Dieu pour cette « nouvelle étape, récemment débutée dans l’histoire de l’Égypte », tout en remerciant l’Église russe pour le soutien apporté aux chrétiens du Proche-Orient. Il a aussi souligné l’importance du dialogue entre les deux Églises en vue de leur unité.

À l’issue de la rencontre, le patriarche copte a annoncé la création d’une commission mixte, coprésidée par le métropolite russe Hilarion de Volokolamsk et l’évêque copte Sérapion de Los Angeles, qui se penchera sur des questions relatives à « l’enseignement, la vie monastique, le dialogue théologique et l’œuvre sociale ». (d’après mospat.ru et popetawadros.org)

Photo : © mospat.ru



 


Millénaire du baptême de saint Olav

 

29 janvier 2015 2015

18 octobre 2014 / Rouen

La ville de Rouen, où le futur roi de Norvège saint Olav (995-1030) fut baptisé en l’an 1014, a reçu près de 300 protestants et 150 catholiques norvégiens pour les festivités liées au millénaire de son baptême. Le 18 octobre 2014, dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen, une célébration œcuménique a eu lieu en présence de nombreux responsables d’Église, y compris reformés et anglicans. La présidente de l’Église luthérienne de Norvège, l’évêque Helga Haugland Byfuglien, a insisté sur « l’héritage commun » que les deux peuples partagent grâce à Olav et qui permet « de bâtir des ponts entre l’Église luthérienne et l’Église catholique ». Dans un parallèle entre Olav et Clovis, Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen, a souligné le rôle du viking Olav pour l’évangélisation de la Norvège. Au cours de la célébration une plaque commémorative du baptême de saint Olav a été dévoilée par M. Rolf Einar Fife, ambassadeur de Norvège en France, à l’entrée de la crypte de la cathédrale, qui abrite désormais une relique du patron de la Norvège. (d’après rouen.catholique.fr)

Photo : D.R.



 


Déclaration commune entre le catholicos Karékine II et le patriarche Ignace-Ephrem II

 

29 janvier 2015 2015

13 octobre 2014 / Etchmiadzine

Karékine II, catholicos de tous les Arméniens, et Ignace Éphrem II, patriarche de l’Église orthodoxe syriaque, ont signé une déclaration commune le 13 octobre 2014, qui affirme l’ « unité de la foi » et le « désir de poursuivre la coopération » entre leurs deux « Églises sœurs ». « Fondées par les apôtres », partageant « la même christologie » aussi bien qu’un patrimoine patristique commun, les deux Églises se disent « très préoccupées » par la situation au Moyen-Orient, tout en espérant que la guerre contre le terrorisme permettra aux exilés de rentrer dans leurs foyers. En réitérant l’engagement des Églises orthodoxes orientales dans le mouvement œcuménique, les deux patriarches ont invité l’ensemble des chrétiens à participer en 2015 aux commémorations des centenaires des génocides arménien et syriaque. (d’après Philippe Sukiasyan)

Photo : D.R.



 


La christologie unit anglicans et orthodoxes orientaux

 

29 janvier 2015 2015

13-17 octobre 2014 / Caire

La troisième réunion de la Commission internationale de dialogue entre anglicans et orthodoxes orientaux s’est tenue au Caire (Égypte) du 13 au 17 octobre 2014. Lors de la session, un document d’accord portant sur la christologie a été cosigné par les deux coprésidents des délégations : l’évêque Geoffrey Rowell de l’Église d’Angleterre et le métropolite Bishoy de l’Église copte orthodoxe d’Alexandrie. Fruit d’un travail débuté lors de la première réunion de la commission en 2002, le texte considère que le terme « monophysite » est utilisé « à tort » pour qualifier la christologie des Églises orthodoxes orientales, qu’il est à la fois « trompeur et blessant ». En suivant « leur père commun saint Cyrille d’Alexandrie », anglicans et orthodoxes orientaux confessent donc que « dans l’unique nature du Verbe Incarné, deux natures différentes, séparables uniquement d’un point de vue intellectuel, continuent d’exister ». Les signataires ont rejeté aussi bien les hérésies d’Eutychès que celles de Nestorius, en s’opposant à ceux « qui confondent la nature humaine du Christ avec sa nature divine » de telle sorte que l’humanité soit absorbée par la divinité. Le document doit maintenant être soumis aux responsables des Églises respectives.

La prochaine rencontre de la commission, consacrée au Saint-Esprit, aura lieu au pays de Galles en octobre 2015. (d’après anglicannews.org)

Photo : D.R.



 


Des « thèses pour l’Évangile »

 

7 novembre 2014 2014

11 octobre 2014 / Vienne

C’est en 2017 que la déclaration de foi de l’Église protestante unie de France [ÉpudF] sera adoptée par son Synode national. Dans cette perspective une journée de réflexion permettant de discerner des « thèses pour l’Évangile » a été organisée le 11 octobre 2014 dans tous les consistoires de l’ÉpudF.

En certains lieux, c’est de manière interconfessionnelle qu’a été menée cette réflexion. À Vienne (Isère) par exemple, les différents paragraphes du document de la Commission internationale catholique-luthérienne Du conflit à la communion ont été placardés sur les portes de douze églises, pour affirmer qu’en 2017 luthériens et catholiques commémoreront ensemble la Réforme puisqu’aujourd’hui « ce qui les unit est plus important que ce qui les sépare ». Ce « rallye placardage », qui a débuté par le temple de l’ÉpudF de Vienne, s’est achevé dans la cathédrale catholique Saint-Maurice avec deux conférences : l’une d’Anne-Noëlle Clément, déléguée à l’œcuménisme du diocèse de Valence sur le document luthéro-catholique, et une autre du père Philippe Biyong sur l’histoire de la Réforme. Les participants ont poursuivi la soirée œcuménique avec l’ensemble de cuivre de la paroisse de Gärtringen en Allemagne et avec le groupe Afro Gospel Connections, qui les ont conduits à un temps de louange. (d’après le pasteur Romain Gavache, et theses2017.fr)

Photo (L’affiche placardée sur les portes des églises à Vienne. ) : D.R.



 


Regards croisés sur le baptême

 

29 janvier 2015 2015

4-12 octobre 2014 / Poissy

Du 4 au 12 octobre 2014, une exposition œcuménique a été proposée à Poissy, le lieu où le roi saint Louis fut baptisé. À l’occasion du 800e anniversaire de ce baptême, le groupe œcuménique local – commun à la paroisse catholique de Poissy-Médan-Villennes, à l’Église orthodoxe roumaine de Louveciennes et à l’Église protestante unie de Poissy, chez qui l’exposition s’est déroulée – a réalisé huit grands panneaux illustrés sur la nature, l’histoire et le déroulement du baptême. Inaugurée en présence du maire de Poissy, Karl Olive, et de nombreux élus, l’exposition a également permis de voir les créations de douze peintres (catholiques et protestants) et d’une calligraphe qui ont œuvré sur les textes bibliques faisant référence au baptême dans l’Ancien et le Nouveau Testaments. (d’après ville-poissy.fr et caholique78.fr)

Photo : © ville-poissy.fr



 


Décès de Bernard Dupuy, acteur majeur de l’œcuménisme

 

29 janvier 2015 2015

3 octobre 2014 / Paris

Artisan du dialogue œcuménique, le frère dominicain Bernard Dupuy est décédé le 3 octobre 2014 à l’âge de 89 ans. Ce témoin et promoteur de l’essor de l’œcuménisme a assuré pendant trente-sept ans, de 1967 à 2004, la direction de la revue et du centre œcuménique Istina. Expert de la Commission épiscopale française pour l’unité dès sa création en 1965, il fait partie en 1968 de la première délégation de douze membres catholiques de la Commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises. Connu par ailleurs pour ses travaux sur le dialogue entre juifs et chrétiens, le père Dupuy fut membre de deux comités mixtes de dialogue théologique en France : catholique/orthodoxe et catholique/luthéro-réformé.

Ses obsèques ont été célébrées le 6 octobre 2014 à Paris au couvent dominicain Saint-Jacques en présence de responsables d’Églises, notamment de Mgr Borys Gudziak, évêque de l’éparchie de Saint-Vladimir-le-Grand des Ukrainiens catholiques et du métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France. (d’après istina.eu)

Photo : Archives Istina
Bernard Dupuy, dans sa jeunesse dominicaine.



 


Le pape François rencontre le patriarche de l’Église assyrienne

 

2 décembre 2014 2014

2 octobre 2014 / Vatican

Le pape François a reçu le 2 octobre 2014 au Vatican Mar Dinkha IV, catholicos et patriarche de l’Église assyrienne de l’Orient, qui avait signé en 1984 avec Jean-Paul II une déclaration historique selon laquelle les deux Églises confessent « la même foi dans le Fils de Dieu ».

Outre la joie du chemin œcuménique que ce document a ouvert, les primats ont partagé aussi leur préoccupation au sujet de la persécution des chrétiens au Moyen-Orient. Pour le pape François, face à leur souffrance, « il est naturel d’aller au-delà de toute distinction de rite ou de confession », car « en eux, c’est le Corps du Christ, qui encore aujourd’hui est blessé, frappé, humilié ». En remerciant son hôte pour le soutien apporté à ces chrétiens, le catholicos de l’Église assyrienne a estimé que les atrocités commises récemment dans la plaine de Ninive étaient un « témoignage vivant que le Christ est encore persécuté et rejeté par le monde ». (d’après vatican.va et assyrianchurch.org)

Photo : D.R.



 


Le pape François célèbre avec le patriarche Bartholomée la fête de saint André

 

2 avril 2015 2015

28-30 novembre 2014 / Istanbul

La rencontre avec son « frère » Bartholomée a constitué le cœur de la première visite du pape François en Turquie du 28 au 30 novembre 2014. Les deux primats ont prié ensemble à plusieurs reprises, pendant la messe dans l’église catholique du Saint-Esprit puis au cours de l’office œcuménique à la cathédrale orthodoxe Saint-Georges le 29 novembre. Le lendemain, ils ont poursuivi cette action de grâce lors de la divine liturgie patriarcale célébrée à l’occasion de la fête du saint apôtre André, patron du patriarcat œcuménique.

Dans son homélie, le patriarche Bartholomée a souligné l’urgence de l’unité des chrétiens, « plus impérieuse que jamais », face aux défis du monde contemporain : aujourd’hui, les chrétiens n’ont plus « le luxe d’agir séparément » ; « l’unité qui occupe tant nos réflexions est en train de se réaliser dans certaines régions, malheureusement, par le martyre ». En demandant les prières de son hôte pour la réussite du concile panorthodoxe prévu en 2016, il a émis l’espoir que des observateurs catholiques puissent y participer.

Pour sa part, le pape François a souligné que, pour la réalisation de la pleine communion à laquelle catholiques et orthodoxes tendent, l’Église catholique « n’entend pas imposer une quelconque exigence, sinon celle de la profession de la foi commune ». « Nous sommes prêts à chercher ensemble », a-t-il déclaré « les modalités par lesquelles garantir la nécessaire unité de l’Église dans les circonstances actuelles », marquées par la pauvreté, les victimes des conflits et les « jeunes qui vivent sans espérance ».

Dans une déclaration commune les deux primats ont affirmé leur « sincère et ferme intention », non seulement de poursuivre, mais « d’intensifier » les efforts pour la promotion de la pleine unité entre les disciples du Christ, notamment en soutenant le dialogue théologique promu par la Commission mixte internationale catholique-orthodoxe. Face à la « terrible situation » des chrétiens au Moyen-Orient, ils ont sollicité « une réponse appropriée de la part de la communauté internationale », tout en appelant à « un dialogue constructif avec l’islam ». (d’après vatican.va et patriarchate.org)

Photo : © N. Manginas



 


Le dialogue entre orthodoxes et orthodoxes orientaux se poursuit

 

13 mars 2015 2015

24-25 novembre 2014 / Athènes

Cinquante ans après la première consultation informelle entre Église orthodoxe et Églises orthodoxes orientales (Danemark, 1964), un groupe de travail de la Commission officielle de dialogue entre ces deux familles ecclésiales s’est réuni à Athènes les 24 et 25 novembre 2014. Dans son discours d’ouverture, le métropolite Emmanuel de France, coprésident de la Commission, a rappelé la priorité que l’Église orthodoxe accorde à ce dialogue avec les Églises orthodoxes orientales. Afin que les résultats de ces conversations théologiques soient davantage reçus, il a suggéré l’organisation de rencontres régulières entre des théologiens ou des moines des Églises concernées.

L’autre coprésident, le métropolite Bishoy de Damiette, a mentionné les nombreuses visites qu’il a accomplies avec le métropolite Damaskinos (Papandreou) – décédé en 2011 – auprès de différentes Églises locales afin « de communiquer personnellement » les résultats du dialogue de la Commission. Ceux-ci montrent clairement que les deux familles d’Églises « ont toujours maintenu loyalement la même foi orthodoxe concernant la christologie ».

Les participants à la réunion d’Athènes ont élaboré « une feuille de route » pour la reprise des travaux de la Commission, interrompus depuis 1993 en raison de « certaines incompréhensions relatives à la terminologie élaborée ». Ils ont estimé que devaient être abordées des questions importantes telles que la levée des anathèmes, une liste commune des sept conciles œcuméniques ou encore la reconnaissance mutuelle des saints. (d’après metropolegrecque.fr et mitropolia.eu)

Photo (Les deux coprésidents lors de la réunion d’Athènes.) : D.R.



 


Prédication en contexte œcuménique

 

12 mars 2015 2015

21 novembre 2014 / Paris

Une note sur les « échanges de chaire » a été publiée par le Conseil pour l’unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme de la Conférence des évêques de France. Elle a été rendue publique le 21 novembre 2014, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la promulgation du décret conciliaire sur l’œcuménisme Unitatis redintegratio. Après avoir rappelé les fondements théologiques de la prédication en contexte œcuménique et les textes officiels normatifs (pour l’homélie et l’hospitalité eucharistique), le document signé de Mgr Vincent Jordy formule des recommandations pastorales. En plus des célébrations œcuméniques qui peuvent ne réunir que des fidèles déjà sensibilisés à l’œcuménisme, le texte encourage « des visites réciproques entre communautés chrétiennes voisines au moins une fois par an, au cours d’un office dominical habituel ». Du côté catholique, c’est donc pendant une messe que le ministre de l’autre communauté sera invité à intervenir pour une méditation biblique.

Photo : D.R.



 


L’ACAT célèbre son 40e anniversaire

 

13 mars 2015 2015

15 novembre 2014 / Paris

Se lamenter, s’indigner, protester, intervenir en faveur des personnes victimes de « traitements inhumains, cruels ou dégradants ». Tel est le combat des militants de l’ACAT [Action des chrétiens pour l’abolition de la torture] depuis quarante ans. C’est en effet en 1974 qu’Édith du Tertre et Hélène Engel acquirent la certitude qu’il n’était pas possible de se taire, qu’il fallait nommer l’innommable et dénoncer la torture. Rassemblant autour d’elles des chrétiens de toutes confessions dans une coalition de courage, de prière et de plumes, les deux fondatrices de cette association œcuménique étaient convaincues que le partage fraternel et la communion de prière étaient une nécessité vitale face au choc qu’est la torture.
Au fil des décennies, l’ACAT n’a cessé d’inviter les Églises à mobiliser leurs ressources spirituelles pour prendre part à la lutte contre la torture. C’est donc avec une célébration œcuménique qu’a été marqué ce quarantième anniversaire à Paris, le 15 novembre 2014. Parrainé par le Conseil d’Églises chrétiennes en France, et en présence de trois de ses représentants, ce temps de prière évoqua la persévérance du peuple de Dieu au désert pendant quarante ans et celle des militants de l’ACAT dans leur combat pour que jamais ne soit oublié le supplicié que personne ne défend. Dans sa prédication, l’actuel président de l’ACAT, le père François Picart, exhorta les militants de l’ACAT à rester un peuple de prophètes pour aujourd’hui, en matière de droit d’asile par exemple.
Depuis quarante ans, l’ACAT rappelle combien la démarche œcuménique est précieuse pour agir en faveur de l’abolition de la torture : alors que le tortionnaire s’approprie la vérité et cherche à la façonner selon ses intérêts, l’action œcuménique « engage dans un rapport dialogal à la vérité qui la préserve de toute mainmise humaine, fût-elle religieuse ».

Photo : D.R.
Le père François Picart, Mgr Pascal Delannoy, le métropolite Emmanuel et le pasteur François Clavairoly.



 


Chrétiens dans un nouveau monde

 

10 mars 2015 2015

11 novembre 2014 / Paris

Le 11 novembre 2014, une dizaine d’intervenants de différentes confessions chrétiennes et d’horizons ecclésiaux très divers ont pris part à une journée de réflexion organisée par le réseau interconfessionnel Témoins. Sur le thème « Chrétiens dans un nouveau monde », il s’agissait d’explorer des scénarios possibles pour « vivre et partager la foi chrétienne avec les aspirations et questions nouvelles de nos contemporains », en analysant les mutations de notre monde (aspirations simultanées à l’autonomie et à la convivialité) et en recherchant ensemble de nouvelles manières de penser la vie ecclésiale. (d’après temoins.com)

Photo : D.R.



 


« Nouvelle étape » dans les relations entre catholiques et évangéliques

 

28 novembre 2014 2014

6 novembre 2014 / Vatican

Une délégation de l’Alliance évangélique mondiale [AÉM], qui représente quelque 600 millions de chrétiens dans le monde, s’est rendue au Vatican le 6 novembre 2014. Dans son discours d’accueil, le pape François s’est réjoui que les efforts conjoints du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et de la commission théologique de l’Alliance évangélique mondiale « ont ouvert de nouvelles perspectives, en clarifiant des malentendus ». Le secrétaire général de l’AÉM, Geoff Tunnicliffe, a rappelé que malgré les différences entre les deux traditions il y a déjà « de nombreux partenariats existants » et il a proposé que d’autres collaborations puissent se mettre en place dans la lutte contre l’extrême pauvreté, le désarmement nucléaire ou la défense des chrétiens persécutés. (d’après worldea.org et zenit.org)

Photo : D.R.



 


Décès du pasteur Marc Chambron

 

10 mars 2015 2015

2 novembre 2014 / Paris

Le pasteur luthérien Marc Chambron est décédé le 2 novembre 2014 à l’âge de 82 ans. Après avoir été directeur de la communication de la Fédération luthérienne mondiale de 1976 à 1984, il est devenu inspecteur ecclésiastique de l’Église évangélique luthérienne de France (1986-1996), et à ce titre membre du Conseil d’Églises chrétiennes en France. Résolument engagé dans le dialogue œcuménique, il a été membre du Groupe des Dombes (1986-2010) et du Comité mixte catholique/luthéro-réformé en France. Il a aussi coordonné l’équipe chargée du recueil œcuménique de chants et de prières Ensemble (Réveil /Bayard, 2002).

Le culte de ses funérailles a eu lieu à l’église catholique de Saint-Julien-en-Genevois, en présence d’une vingtaine de ministres de différentes confessions et de plusieurs nationalités.

Photo : LWF/C. Rothenbühler



 


Trente-septième Rencontre européenne de Taizé

 

21 avril 2017 2017

29 décembre 2014 / Prague

Plus de 30 000 jeunes chrétiens de confessions différentes ont investi Prague du 29 décembre au 2 janvier à l’occasion de la 37e Rencontre européenne organisée par la communauté de Taizé, en collaboration avec la Conférence épiscopale catholique et le Conseil œcuménique des Églises tchèques. Leur séjour, conjuguant prières communes, interventions et ateliers de réflexion, avait été placé sous l’appel du Christ à être « le sel de la terre » (Mt 5,13). Sur ce thème, le prieur de la communauté, le frère Alois, a diffusé à cette occasion ses « Propositions 2015 », en rappelant l’urgence de la question adressée à tous les chrétiens : « comment montrer par notre vie que l’unité est possible dans le respect du pluralisme ? ».

Plusieurs responsables d’Églises avaient adressé un message aux participants. C’est ainsi que le pape François a rappelé les martyrs et confesseurs de la foi qui furent « sel de la terre » en Tchéquie. L’archevêque Justin Welby de Cantorbéry a appelé les jeunes à constituer « une nation sans frontières, sans armées et sans politiciens, sans lutte pour le pouvoir, sans haine et sans hostilité ». Le patriarche œcuménique Bartholomée a insisté, quant à lui, sur la nécessité « d’un engagement véritablement œcuménique » sur les questions environnementales, car les chrétiens peuvent être le sel de la terre « à la seule condition qu’il reste encore une terre ».

Rappelant la chute du mur de Berlin 25 ans auparavant, le pasteur Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale a déclaré : « Cela ne veut pas dire que tous les murs aient disparu. Ils ont été repoussés aux frontières de l’Europe où ils empêchent les réfugiés d’atteindre un havre de salut. Ils ont été construits, parfois invisibles, entre ceux qui ont un emploi et ceux qui n’en ont pas ».

La prochaine Rencontre européenne de Taizé aura lieu du 28 décembre 2015 au 1er janvier 2016 dans la ville espagnole de Valence, qui accueillera pour la première fois cet évènement. (d’après taize.fr)

Photo : © taize.fr.



 


Réveillon œcuménique pour les personnes seules

 

29 janvier 2015 2015

24 décembre 2014 / Cambrai

Pour la troisième année consécutive, les Églises baptiste, catholique et protestante unie de Cambrai ont organisé le 24 décembre 2014 un réveillon pour les personnes seules. Pour la fête de la Nativité, ce sont quatre-vingts personnes – dont certaines sans domicile fixe – qui ont souhaité participer à cette soirée, parfois sur proposition de la Croix Rouge ou du Secours catholique. Dans une salle prêtée par la mairie de Cambrai et décorée par les élèves du collège Saint-Luc, une trentaine de bénévoles – dont deux pasteurs et quatre prêtres – ont accueilli les invités pour savourer des produits locaux généreusement offerts par des entreprises locales, pour jouer à un quiz sur Noël ou encore chanter avec la chorale baptiste.

Cette coopération des Églises au service des personnes seules a généré d’autres initiatives œcuméniques : c’est ainsi qu’a été créée la chorale « D’un même cœur » avec les choristes des trois communautés chrétiennes de Cambrai ; elle est intervenue le 20 décembre sur le marché de Noël. (d’après Marie-Agnès Yameundjeu)

Photo : D.R. / © Emmanuel Bastien



 


Lumière de Bethléem

 

3 mars 2015 2015

14 décembre 2014

Depuis 2003, des groupes de Scouts et Guides de France (Église catholique) et les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France (mouvement protestant) se donnent rendez-vous chaque troisième dimanche de l’Avent pour recevoir la lumière de la Paix, allumée dans la grotte de la Nativité à Bethléem et ensuite transmise « de bougie en bougie » partout en Europe.

Sur le thème « En partageant la lumière, propage la joie », ce sont 75 000 scouts qui se sont ainsi mobilisés dans l’Hexagone. Des étapes spirituelles telles que « S’ouvrir pour recevoir la lumière », « Appréhender la lumière sur la route » ou encore « Trouver avec qui la partager » accompagnent cette transmission de la lumière, qui s’effectue de plus en plus lors des célébrations œcuméniques. Le 14 décembre 2014, plus de 500 jeunes de 11 à 14 ans étaient ainsi rassemblés à l’église Saint-Merri à Paris, tandis qu’à Lille 600 scouts ont aussi partagé cette lumière pour devenir artisans de paix. (d’après Marc Schaefer et sgdf.fr)

Photo : D.R.



 


Une délégation de l’Armée du Salut se rend au Vatican

 

2 avril 2015 2015

12 décembre 2014 / Vatican

Sous la conduite du général André Cox, une délégation de l’Armée du Salut a rencontré le pape François au Vatican le 12 décembre 2014. Après avoir salué les conversations théologiques qu’ont menées entre 2007 et 2012 le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et l’Armée du Salut, le pape a insisté sur la « place spéciale dans le cœur de Dieu » qu’ont les nécessiteux. Il a aussi exprimé le souhait que tous les disciples du Christ puissent offrir leur contribution « avec la même conviction et le même dynamisme dont l’Armée du Salut fait preuve dans son service ».

Pour sa part, le général Cox a souligné l’importance de la bonne coopération qu’il a observée dans de nombreuses régions du monde entre les prêtres catholiques et les officiers de l’Armée de Salut. Il a également offert à son hôte, à la veille de sa publication, le recueil Conversations with the Catholic Church, qui rassemble les interventions faites aux sessions annuelles de ce dialogue bilatéral. (d’après VIS et salvationarmy)

Photo : © L’Osservatore romano



 


Le COE s’engage pour la justice climatique à la COP 20

 

2 avril 2015 2015

11 décembre 2014 / Lima

À Lima (Pérou), ce sont des questions de justice et de droit des personnes qui ont été soulevées par les membres du Conseil œcuménique des Églises (COE) présents à la 20e Conférence des Parties (COP) réunissant les 195 pays signataires de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Pour le COE, il s’agissait d’attirer l’attention des participants sur l’impact que les changements climatiques peuvent avoir sur les populations les plus pauvres et les plus vulnérables. D’après le pasteur Henrik Grape, responsable du développement durable au sein de l’Église de Suède et membre de la délégation de COE aux discussions sur le climat conduites par l’ONU à Lima, les personnes que « les changements climatiques affectent le plus sont celles qui en sont le moins responsables ». Lors d’une conférence de presse, Guillermo Kerber, directeur du programme du COE sur la justice climatique, a souligné l’importance des groupes de travail sur « les populations déplacées pour raisons climatiques » mises en place par l’Organisation internationale pour les migrations et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Une dizaine d’évêques catholiques de tous les continents étaient également présents à Lima. Dans un message adressé au ministre péruvien de l’Environnement, le pape François a souhaité une lutte efficace contre le réchauffement climatique, en dénonçant « l’incurie et l’inaction alors que les délais se réduisent pour trouver des solutions ». (d’après oikoumene.org et VIS).



 


Alpha – Forum Leadership

 

2 avril 2015 2015

6-7 décembre / Paris

Pour la deuxième fois, l’association Alpha France (qui gère les parcours du même nom), a organisé un « Forum Leadership » afin de favoriser la rencontre des chrétiens engagés dans le défi missionnaire de l’évangélisation. Sorte d’incubateur d’idées pour faire grandir l’Église et multiplier le nombre de disciples de Jésus, cette agora permet de partager des expériences pour une Église vivante et dynamique.

Les 6 et le 7 décembre 2014, environ 800 catholiques, protestants et évangéliques se sont retrouvés à Paris : responsables chrétiens, blogueurs, acteurs des médias et du cinéma, de la musique et de l’entreprise… Quatre intervenants principaux ont illustré que l’Église a des talents « qui peuvent bousculer le monde » et ont proposé le lancement de « start-up de Dieu » [1], guidées par l’Esprit Saint. (d’après forum-leadership.com)

Photo : © Alpha France



[1L’anglicisme « start-up » désigne une jeune entreprise à fort potentiel de croissance

 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=151


Document