Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=164%27A=0

Janvier 2017



Neuvième concert œcuménique de l’EEChO

 

28 mars 2017 2017

28 Janvier 2017 / Paris

L’association Enjeux de l’étude du christianisme des origines [EEChO] a organisé son neuvième concert œcuménique, intitulé « Douze apôtres, une seule Foi ». Il a réuni sept chorales d’Orient et d’Occident, catholiques et orthodoxes, le samedi 28 janvier 2017 à la paroisse St-Christophe-de-Javel à Paris.

Les chorales chaldéenne-catholique de Sarcelles, syriaque-orthodoxe de Montfermeil, melkite de St-Julien-le-Pauvre, maronite de Notre-Dame du Liban, copte-catholique de Notre-Dame d’Égypte, éthiopienne-orthodoxe de Chatenay-Malabry et le chœur grégorien de Paris se sont succédé. Elles ont chanté, chacune dans sa langue liturgique, leur foi commune en Dieu. Distribuée à l’entrée, la traduction française des chants permettait de goûter la richesse spirituelle de ces Églises, dont la diversité des traditions ancestrales se conjugue avec l’unique révélation chrétienne apostolique.

Une intention de prière, présentée par chaque communauté, permettait à l’assemblée de s’unir aux Églises d’Orient représentées, toutes victimes aujourd’hui de persécutions ou menaces dans les lieux mêmes de leur fondation apostolique.

La récitation de l’Évangile des Béatitudes dans une traduction tirée directement de l’araméen, puis la bénédiction de l’assemblée par les prêtres de toutes les confessions présentes clôturaient la manifestation œcuménique. (d’après Marie-B. Riondel et eecho.fr)



 


Conclusion de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne

 

26 janvier 2017 2017

25 janvier 2017 / Rome

La Semaine de prière pour l’unité chrétienne avait cette année pour thème « Parole de réconciliation : “L’amour du Christ nous presse” (2 Co 5,14-20) ». En la solennité de la Conversion de saint Paul, le pape François a présidée des vêpres œcuméniques sur le tombeau de l’apôtre, à Rome, dans la basilique Saint Paul Hors les Murs. François a prié avec des représentants de diverses Églises, dont son éminence le métropolite Gennadios, du patriarcat œcuménique de Constantinople et sa Grâce David Moxon, représentant personnel à Rome de l’archevêque de Cantorbury.

« Comment proclamer cet évangile de réconciliation après des siècles de divisions ? », s’est demandé le pape dans son homélie. « La réconciliation dans le Christ, a-t-il répondu, ne peut se réaliser sans sacrifice. Jésus a donné sa vie, en mourant pour tous. De même, les ambassadeurs de la réconciliation sont appelés, en son nom, à donner leur vie, à ne plus vivre pour eux-mêmes, mais pour Celui qui est mort et ressuscité pour eux (cf. 2 Co 5,14-15). »

Le pape a ensuite développé le thème si précieux à ses yeux d’une Église en sortie vers les périphéries. « Pour l’Église, pour chaque confession chrétienne, c’est une invitation à ne pas se fonder sur les programmes, sur les calculs et les avantages, à ne pas se fier aux opportunités et aux modes du moment, mais à chercher la vie en regardant toujours la croix du Seigneur : voilà notre programme de vie. C’est également une invitation à sortir de tout isolement, à surmonter la tentation de l’autoréférentialité, qui empêche de saisir ce que l’Esprit Saint réalise hors des milieux de chacun. Une réconciliation authentique parmi les chrétiens pourra se réaliser lorsque nous saurons reconnaître les dons les uns des autres et que nous serons capables, avec humilité et docilité, d’apprendre les uns des autres, sans attendre que ce soient les autres qui apprennent d’abord de nous. »

Le mouvement œcuménique est pensé par l’Église catholique comme un échange de dons spirituels entre communautés chrétiennes. L’œcuménisme s’inscrit dans ce processus de décentrement auquel le pape invite l’Église catholique. Ainsi, l’unité des chrétiens appartient fondamentalement à un processus spirituel de conversion. Il s’agit de sortir de soi pour aller vers le Christ. Une fois de plus, le pape rappelle la finalité et la fécondité des efforts œcuméniques.

Emmanuel GOUGAUD

Photo : D.R.



 


Ve Forum catholique-orthodoxe européen

 

2 février 2017 2017

9-12 janvier 2017 / Paris

À l’invitation du cardinal André Vingt-Trois, le cinquième forum européen catholique-orthodoxe [1] s’est tenu à Paris du 9 au 12 janvier 2017. Douze délégués du Conseil des Conférences épiscopales européennes et autant de représentants de l’Église orthodoxe en Europe ont réfléchi sur « l’Europe dans la crainte de la menace du terrorisme fondamentaliste, et la valeur de la personne et la liberté religieuse ». Coprésidés par le cardinal Péter Erdő, archevêque d’Esztergom-Budapest et le métropolite Gennadios de Sassime du Patriarcat œcuménique, les membres ont publié un message final. Rappelant les persécutions religieuses recensées dans le monde, visant « à quatre-vingts pour cent des chrétiens », les participants condamnent, « sans appel », « la violence terroriste » exercée à l’égard des personnes « considérées comme ‘mécréants’ ou ‘infidèles’ ». « Il n’est pas question de stigmatiser la religion musulmane », poursuivent-ils. Cependant, ils invitent « les autorités religieuses musulmanes à veiller à ce que ne se propage pas une image systématiquement hostile du monde non-musulman ». Ils remarquent que « la vision chrétienne personnaliste de l’homme est très minoritaire » face au discours dominant « d’individualisme hédoniste ». Le message met aussi en garde contre « les ravages que la liberté des uns peut causer à la liberté des autres », oubliant ainsi qu’ « aucune liberté n’est jamais illimitée ». Les participants ont déploré « certaines conceptions de la laïcité », conduisant « des générations entières à une forme d’illettrisme religieux ». L’école, selon le communiqué, ne doit pas être « un lieu d’expérimentation de thèses anthropologiques sans fondement scientifique, comme les théories du gender, ou certaines idéologies écologistes qui vont jusqu’au transhumanisme ». Le système éducatif doit donner la possibilité de suivre « des heures de catéchèse confessionnelle », afin qu’ils soient éduqués non seulement dans leur propre foi, mais également dans le respect de celle de l’autre. (d’après ccee.eu et ecupatria.org)

Photo : D.R.



[1Le Forum catholique-orthodoxe, dont le premier a eu lieu en 2008 à Trente (Italie), découle de la volonté de discuter des questions anthropologiques, pastorales et culturelles d’une importance cruciale pour le présent et l’avenir de l’humanité dans le but de contribuer à définir des positions communes sur les questions sociales et morales. Ainsi, il ne se substitue nullement à la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe, qui œuvre depuis 1980.

 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=164%27A=0


Document