Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=168

Mai 2017



Le patriarche Bartholomée se rend en Allemagne pour les 500 ans de la Réforme

 

16 octobre 2017 2017

29 mai – 3 juin 2017 / Allemagne

Le patriarche œcuménique Bartholomée, s’est rendu en Allemagne du 29 mai au 2 juin 2017, sur l’invitation de l’évêque Heinrich Bedford-Strohm, président du Conseil de l’Église protestante d’Allemagne (EKD), à l’occasion du cinquième centenaire de la Réforme.

Un doctorat honoris causa de la Faculté de théologie protestante de Tübingen lui a été conféré le 30 mai. Le doyen de la Faculté, le professeur Michael Tilly, a insisté, dans son allocution, sur l’engagement pour la paix, la liberté et la justice sociale, ainsi que sur le rôle du patriarche œcuménique dans la poursuite du dialogue protestant-orthodoxe, sans oublier, sa constante préoccupation en faveur de la préservation de l’environnement.

Qualifiant l’université du Tübingen de « symbole de l’esprit de dialogue », l’hiérarque orthodoxe a rappelé le rôle important que ses professeurs avaient joué déjà dans les années 1573-1581 lorsqu’avec le patriarche Jérémie II Tranos, ils avaient posé les jalons « sur lesquels nous pouvons construire aujourd’hui » le dialogue protestant-orthodoxe. En faisant écho de l’intérêt grandissant des théologiens orthodoxes à l’égard de Martin Luther et en particulier de sa compréhension de la liberté humaine, le patriarche a souhaité à ses hôtes un anniversaire « béni » de la Réforme. Il a par ailleurs donné une conférence le 2 juin à l’invitation de la fondation Konrad Adenauer à Berlin sur l’orthodoxie et les droits de l’homme, (d’après patriarchate.org, elk-wue.de et ecupatria.org)

Photo : © Andreas Föhl / www.elk-wue.de
Le patriarche Bartholomée a présenté au doyen de la Faculté de théologie protestante de l’Université du Tübingen, le professeur Michael Tilly, une édition fac-similé de l’Ancien Testament en grec, en présence notamment du président du Conseil de l’Église protestante d’Allemagne Heinrich Bedford-Strohm (à droite).



 


Huitième Colloque œcuménique international de spiritualité de la Réforme

 

17 octobre 2017 2017

26-28 mai 2017 / Bose

Le huitième colloque œcuménique international de spiritualité de la Réforme s’est déroulé sous les auspices de la communauté monastique du Bose du 26 au 28 mai 2017 sur le thème « Justification. L’Évangile de la grâce ». Plusieurs intervenants ont creusé le sujet, choisi à l’occasion du cinquième centenaire de la Réforme protestante, devant une centaine de participants venus d’Italie, de France, de Suisse, d’Allemagne, des Pays-Bas, de Belgique, de Grande-Bretagne et des États-Unis. Le frère Enzo Bianchi, fondateur de Bose, a présenté la Déclaration commune sur la justification (1999), élaboré par la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique, comme document « d’une actualité absolue », clé pouvant « aider à ouvrir la voie à une pleine unité visible entre les disciples du Christ ». Le théologien luthérien André Birmelé en partant de la parabole du fils prodigue (Lc 15,11-32) a appelé de ses vœux l’élaboration de nouveaux langages, aptes à transmettre de manière « existentielle » à nos contemporains la réalité de la grâce offerte par Dieu. En comparant les lettres pauliniennes et l’épître de Jacques, le bibliste protestant Élian Cuvilier a souligné les diverses expressions de cette même réalité, présentes dans le canon néotestamentaire. Sarah Coakley, théologienne anglicane, a refusé de choisir entre « justification et miséricorde », mettant en évidence leur lien intrinsèque.

Les principaux textes en français paraîtront dans divers numéros de la revue Positions luthériennes dans l’année à venir, alors que les actes du colloque seront publiés par les éditions Qiqajon de la Communauté de Bose. (d’après monasterodibose.it/fr)

Photo : © monasterodibose.it
Le professeur André Birmelé et le frère Enzo Bianchi lors du colloque.



 


Colloque œcuménique biblique

 

29 mai 2017 2017

18 mai 2017 / Lyon

Sous l’intitulé « L’animation biblique de toute la pastorale : Dialogue avec nos frères protestants », s’est tenu le 18 mai 2017 le colloque annuel de l’Institut pastoral d’études religieuses de l’Université catholique de Lyon. Dédié au cinquième centenaire de la Réforme, l’événement a non seulement réuni plusieurs intervenants (essentiellement protestants), mais aussi a proposé une dizaine d’ateliers pratiques sur les méthodes d’animations, des parcours bibliques, sans oublier les ressources numériques. L’animateur biblique de l’Église protestante unie de France Jean-Pierre Sternberger a ouvert la journée en présentant une méthode ludique et interactive de lecture, consistant à remplir des trous dans le texte et en discuter avec son voisin. Élisabeth Parmentier, professeure en théologie pratique à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Genève a mis en exergue le lien établi par Luther entre la sola scriptura et le catéchisme et le credo de l’Église, en le proposant comme antidote au danger du solus ego (chacun avec sa lecture subjective), de plus en plus présent aujourd’hui. Louis Schweitzer, professeur d’éthique et de spiritualité à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, a rappelé que les deux expressions du monde protestant luthéro-réformée et évangélique sont loin d’être irréconciliables dans le domaine de la lecture biblique et ils auront intérêt à l’approfondir ensemble. François Xavier Amherdt, professeur de théologie pastorale, pédagogie religieuse et homilétique à l’Université catholique de Fribourg, invitait toutes les structures ecclésiales « à irriguer leur service chrétien de la lecture de la Bible ». Une reprise finale à deux voix par Gérard Billon, directeur de la revue Cahiers Évangile et Katie Badie, responsable du Service biblique de la Fédération protestante de France, a souligné l’importance des nombreux outils dans le domaine de l’animation biblique. En se déployant de manière transversale aux différentes Églises, ils les aident dans la lecture et l’annonce de la Bonne Nouvelle, commune à tous les chrétiens et au monde entier. (d’après Katie Badie)

Photo : D.R.
François-Xavier Amherdt, Élisabeth Parmentier et Louis Schweitzer lors du colloque.



 


Décès de Jeanne Carbonnier

 

29 mai 2017 2017

12 mai 2017 / Angers

Le 12 mai 2017 Jeanne Carbonnier, âgée de 96 ans est décédée à la maison de retraite Saint-Charles à Angers. Catholique, issue d’un couple mixte et « née avec l’œcuménisme dans [la] chair », engagée dans plusieurs groupes et associations œcuméniques, dont « L’Amitié-rencontre entre chrétiens » [1], elle fut également productrice de l’émission « En marche vers l’unité des chrétiens », diffusée sur les ondes de la radio diocésaine de Rouen et la première laïque en 1982, membre de la commission diocésaine pour la pastorale œcuménique. Ancien professeur de mathématiques, Chevalier de l’ordre national du Mérite, Officier des Palmes académiques, cette passionnée par l’unité des disciples du Christ avait accordé en 2013 un entretien à la revue Unité des Chrétiens. (d’après Michel Mallèvre o.p., et unitedeschretiens.fr)

Photo : © C. Aubé-Elie



 


« Comment prendre une décision éthique à la lumière de la Bible »

 

22 mai 2017 2017

8 mai 2017 / Versailles

La formation diocésaine annuelle, organisée par le Service pour l’unité des chrétiens du diocèse de Versailles s’est tenue le 8 mai 2017 sur le thème « Comment prendre une décision éthique à la lumière de la Bible ». Plus d’une cinquantaine de participants, dont une douzaine de médecins, personnels de la santé et une quinzaine de prêtres et diacres, ont répondu présent au rendez-vous annuel, animé par le père Emmanuel Gougaud, au cours duquel sont intervenus sœur Geneviève Médevielle, professeur et secrétaire du département de théologie morale à l’Institut catholique de Paris et le pasteur Étienne Lhermenault, président du Conseil national des évangéliques de France. En partant de deux documents de la commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises L’Église. Vers une vision commune [1] et Le discernement moral dans les Églises [2], l’intervenante catholique a insisté sur le tournant que l’œcuménisme vit au sujet des débats éthiques, en les comparant aux discussions dogmatiques ayant jalonné la deuxième moitié du XXe siècle. Le conférencier évangélique, en posant la question du discernement communautaire, est allé jusqu’à aborder celle de la désobéissance civile, avec trois injonctions conclusives : « renverser les raisonnements, pas les autorités ; respecter la loi, pas être servile ; avoir le courage de la vérité, pas l’ambition du pouvoir ».

Le 8 mai 2018 se tiendra la prochaine session de formation, dédiée à l’orthodoxie. (d’après catholique78.fr)

Photo : D.R.
Du droit à gauche : pasteur Etienne Lhermenault, sœur Geneviève Médevielle, père Emmanuel Gougaud et père Patrick Bonafé, vicaire générale du diocèse de Versailles.



[1Adopté en 2013 par le Conseil œcuménique des Églises, le document stipule, entre autres, dans son 63e paragraphe : « Si les tensions à propos de questions morales ont toujours posé des problèmes à l’Église, les évolutions dans les domaines philosophique, social et culturel ont amené le monde d’aujourd’hui à repenser de nombreuses normes morales, ce qui provoque, à propos des principes moraux et des questions éthiques, de nouveaux conflits qui affectent l’unité des Églises. »

 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=168


Document