Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=170

Juillet 2017



« La nuit du destin » dans la basilique Sainte-Sophie

 

16 octobre 2017 2017

21 juillet 2017 / Istanbul

La Conférence des Églises européennes a publié un communiqué au lendemain de la prière musulmane dite dans la basilique Saint-Sophie à Istanbul à l’occasion de « la nuit du destin » [1], en s’alarmant que « l’un des plus grands lieux de culture et de religion de l’humanité », soit « utilisé à des fins politiques ». En effet, le président de la Direction des Affaires religieuses turques, Mehmet Görmez, a participé à la prière, retransmise en direct sur la chaine de télévision de l’État turc TRT Diyanet. Cependant, la basilique chrétienne, érigée au VIe siècle par l’empereur Justinien et transformée en mosquée, sous l’occupation ottomane, près de mille ans plus tard, bénéficie depuis 1934, en vertu d’un décret de Kemal Atatürk, du statut de musée, au sein duquel les célébrations religieuses sont proscrites.

Ce statu quo, a été respecté jusqu’à l’année dernière, quand pour la première fois dans sa nouvelle histoire le Coran y a été récité par différents imams durant le mois de Ramadan. À cette occasion le patriarche œcuménique Bartholomée a déclaré : « nous respectons la plus grande fête de l’Islam. Nous respectons leur foi, mais nous demandons qu’on respecte la nôtre, ainsi que les lieux de prière de nos ancêtres ».

Par ailleurs, le 23 mai 2014, à la suite des déclarations de l’actuel président turc Recep Tayyip Erdoğan (Premier ministère à l’époque) au sujet de la reconversion de la cathédrale chrétienne en mosquée, le Conseil d’Églises chrétiennes en France a rappelé dans une lettre adressée à Mme Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, sur la liste où le site figure depuis 1985, qu’il est « un musée ouvert à tous », appartenant à « l’héritage historique de l’humanité ». (d’après ceceurope.org et unitedeschretiens.fr)

Photo : © hurriyetdailynews.com
Un muezzin appelle les musulmans à la prière depuis la basilique chrétienne en 2016.



[1Ayant lieu un jour impair, parmi les dix dernières nuits du mois de Ramadan, la nuit d’Al-Qadr est décrite dans la sourate 97 comme celle où le Coran fut révélé pour la première fois.

 


« Fidélité et innovation dans l’Église » : session annuelle des Avents-Amitié

 

17 octobre 2017 2017

10-14 juillet 2017 / Angers

L’association interconfessionnelle lancée en 2015 « Les Avents-Amitié entre chrétiens » s’installe dans la durée. L’an dernier, la réforme de Luther, généralement mal connue en France, avait occupé l’essentiel de la session annuelle . La présente rencontre s’est déroulée à Angers du 10 au 14 juillet 2017. Avec pour thème « Fidélité et innovation dans l’Église », elle a prolongé la réflexion en direction d’autres réformes, protestantes et catholiques, tout en se penchant sur les réformes nécessaires aujourd’hui.

La partie historique a consisté en deux exposés du pasteur Roland Poupin sur la réforme de Zwingli puis sur celle de Calvin. Éric Boone, directeur du centre théologique de Poitiers, a parlé du concile de Trente et de la réforme catholique qu’il a opérée. Le travail biblique, guidé par Marianne Seckel, pasteure de La Rochelle et de l’île de Ré, a porté sur la réforme de Josias (2 Rois, 22 et 23) et sur Actes 15.

La réflexion sur les réformes à faire aujourd’hui dans les Églises a bénéficié de l’apport d’Isabelle Grellier, professeur de théologie pratique à l’université de Strasbourg. Elle a donné une conférence publique sur « La longue marche des Églises protestantes vers le ministère féminin ». Jean-Marie Ploux, prêtre de la Mission de France, a traité la question de la réforme comme appel à la conversion.

Les exposés et conférences [1], bien que denses, n’ont constitué qu’une partie de l’activité. Les échanges d’idées ou d’informations entre participants (anglicans, catholiques, protestants), les célébrations communes, les moments de détente, ont eu leur place, et nourriront le témoignage de tous dans leur Église respective. (d’après Francine Wild et Avents-unite-des-chretiens.org)

Photo : © avents-unite-des-chretiens.org
Célébration de la Sainte Cène au cours de la session.



[1Accessibles déjà en partie sur le site : www.Avents-unite-des-chretiens.org.

 


La Communion mondiale d’Églises réformées rejoint la déclaration commune sur la justification

 

17 octobre 2017 2017

5 juillet 2017 / Wittenberg

Le 5 juillet 2017 à Wittenberg la Communion mondiale d’Églises réformées [CMER] s’est jointe officiellement à la Déclaration commune sur la doctrine de la justification [1]. Ce consensus œcuménique entre la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique fut initialement signé en 1999, par la suite le Conseil méthodiste mondiale y a adhéré en 2006 [2], et la Déclaration commune est actuellement à l’étude par d’autres confessions chrétiennes mondiales. À cette occasion, le pape François et le patriarche œcuménique Bartholomée ont envoyé des messages. La CMER a esquissé les raisons de cette démarche, survenue lors de son assemblée dans l’année commémorant le cinquième centenaire de la Réforme, dans un « préambule » de la déclaration de 21 articles, explicitant notamment « la relation intrinsèque » entre justification et justice (§15-21).

Un « Témoignage de Wittenberg », coécrit par la CMER et la Fédération luthérienne mondiale invitant les « Églises membres » des deux confessions, à « rendre [leur] unité plus visible » a été rendu public dans la journée, qualifiée d’« historique » par le président de la CMER. (d’après wcrc.ch, oikoumene.org et protestants.org)

photo : © Anna Siggelkow / wcrc.ch

Association de la Communion mondiale d’Églises réformées à la Déclaration commune sur la doctrine de la justification
Témoignage de Wittenberg











[1Lire la Déclaration commune sur la doctrine de la justification par la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique.

 


Les premiers réfugiés « sauvés des eaux » sont arrivés par les couloirs humanitaires œcuméniques

 

17 octobre 2017 2017

5 juillet 2017 / Paris

Seize réfugiés syriens et irakiens – quatre familles, trois enfants en très bas âge et un adulte handicapé - ont évité le ‘voyage de la mort’ [1] à travers la méditerranée en arrivant à Paris par avion, en provenance du Liban, grâce aux couloirs humanitaires fondés sur la collaboration œcuménique entre la Communauté de Sant’Egidio [2] la Fédération protestante de France, la Conférence des évêques de France, la Fédération de l’entraide protestante et le Secours catholique – Caritas France et avec le soutien du ministère de l’Intérieur et le ministère des Affaires étrangères. Par un protocole signé à l’Élysée le 14 mars 2017, les organisations chrétiennes se sont engagées à fournir aux demandeurs d’asile, non seulement un hébergement et un accueil, mais aussi un accompagnement au processus d’intégration à travers notamment l’apprentissage de la langue française, la scolarisation des mineurs et l’accès aux professionnels de santé. Le projet entend, en l’espace de dix-huit mois, permettre à cinq cents personnes en « condition de vulnérabilité » - telles « les familles avec enfants, les femmes seules, les victimes de persécutions, torture ou violence » ou encore les personnes « âgées, malades ou handicapées » – d’entrer en France, Après avoir obtenu leurs visas auprès de leur consulat français respectif.

Plusieurs responsables d’Églises et des représentants des organismes chrétiens impliqués sont allés personnellement souhaiter la bienvenue aux migrants originaires d’Homs, ville syrienne aujourd’hui rasée au sol, de Beyrouth et de Ninawa (Irak). Ainsi, le pasteur François Clavairoly a fait part de la joie face à la découverte « des visages des frères et des sœurs » dévoilés par « l’histoire de la fraternité », « la seule […] qui importe dans le monde ».

Véronique Fayet, présidente du Secours catholique, a souligné, dans son allocution, l’importance du chantier œcuménique, soutenu par l’État, prouvant qu’« une immigration sûre et légale est possible », avant de rappeler : « nous n’oublions pas » les migrants du Moyen-Orient présents « sur le sol français », ni « vos ami(e)s et vos familles […] resté(e)s en Syrie ». (d’après protestants.org, eglise.catholique.fr et Claire Rocher)

Photo : © Karine Bouvatier
Conférence de presse à l’arrivée des premiers réfugiés à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, Terminal 2 E.



[1Seulement en 2016, la méditerrané a englouti la vie de plus de 5000 réfugiés.

[2En Italie, un projet pilote des Coridoi umanitari a été initié grâce à la collaboration œcuménique entre la Communauté de Sant’Egidio, la Fédération des Églises protestantes et la Table vaudoise, par un protocole signé en décembre 2015 avec les ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères offrant ainsi l’opportunité à 700 migrants fuyant la Syrie de bénéficier non seulement d’une voie d’accès sûre en Europe, mais aussi d’un programme complet d’intégration.

 


Qu’est-ce que l’identité de la Réforme ?

 

11 septembre 2017 2017

3-10 juillet 2017 / Strasbourg

45 participants venus d’une quinzaine de pays pour représenter huit confessions chrétiennes se sont interrogés sur le sujet « Qu’est-ce l’identité de la Réforme » lors du 51e séminaire annuel de Centre d’études œcuménique à Strasbourg [1], du 3 à 10 juillet 2017. Le colloque œcuménique a décliné la problématique en explorant dans un premier temps l’identité luthérienne et en présentant ensuite des regards œcuméniques sur les Églises marquées par la Réforme. Ainsi, Eva-Maria Faber, ancien recteur de la Haute école de théologie catholique de Coire (Suisse), a souligné le progrès accompli par le cheminement œcuménique y compris dans le domaine de l’ecclésiologie. Le père Christos Filiotis, professeur à la Faculté de théologie de l’Université Aristote de Thessalonique (Grèce), a mis en exergue le rapport positif de la Réforme à la réflexion théologique orthodoxe, tout en ne passant pas sous silence le fait que le dialogue bilatéral ne fait que commencer et demeure difficile. La professeure anglicane Charlotte Methuen de l’Université de Glasgow insista, quant à elle, sur la dette, bien plus complexe qu’on ne le pense généralement, de sa tradition à l’égard de la Réforme.

Une visite de l’exposition « Le vent de la Réforme. Luther 1517 » à la bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg a complété le programme des journées œcuméniques, dédiées au cinquième centenaire de la Réforme. (d’après André Birmelé)

Photo : © strasbourginstitute.org
Des participants au 51e séminaire annuel de Centre d’études œcuménique à Strasbourg.



[1Créé sur la décision de l’assemblée de la Fédération luthérienne mondiale de 1963 (Helsinki), il a célébré le 22 avril 2015 ses cinquante ans.

 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=170


Document