Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=196

Année 2018



Index mondial de persécutions 2018

 

5 avril 2018 2018

Janvier 2018

Un chrétien sur douze subit un niveau de persécution fort dans notre monde » [1], écrit dans le nouvel index mondial de persécutions de l’association Portes ouvertes, son directeur Michel Varton. Publié en janvier 2018, l’écrit dénombre une cinquantaine de pays, où les chrétiens sont sujets à une « persécution forte », dont onze – Corée du Nord, Afghanistan, Somalie, Soudan, Pakistan, Érythrée, Libye, Irak, Yémen, Iran, Inde – où la persécution est qualifiée « d’extrême ». Pour la période du 1er novembre 2016 au 31 octobre 2017, l’étude relate qu’« au moins 3066 chrétiens », de différentes confessions, sont tués « en raison de leur foi », contre 1 207 pour la même période en 2015-2016 et 7106 en 2014-2015. Ces chiffres se réfèrent seulement aux faits vérifiés « de manière certaine », et sont donc « en dessous de la réalité ». L’analyse, dénombrant également 793 églises ciblées, distingue deux types de répressions : « la persécution marteau », s’exprimant par « une violence physique et matérielle soudaine et brutale », parfois « manifeste pour les médias […] : le but recherché par ceux qui la perpètrent » et « la persécution étau : l’oppression discrète, faite de rejets, de discriminations, de déni des droits, d’exclusions ». En outre la statistique dénombre 33 967 chrétiens obligés de fuir leur foyer en raison de leur croyance,issus pour la plupart d’Afrique, le continent le moins favorable pour les chrétiens, où un chrétien sur huit est « gravement persécuté ». (d’après portesouvertes.fr)



[1Soit 215 millions parmi les 2,48 milliards de chrétiens dans le monde.

 


Prix œcuménique à l’occasion du 45e festival de la BD d’Angoulême

 

5 avril 2018 2018

25 janvier 2018 / Angoulême

Lors du 45e festival de la bande dessinée d’Angoulême, « Au pied de la falaise » de Bymöko chez Soleil (Nuctambule) a remporté le prix du jury oecuménique, remis par son président, le pasteur Jean-Pierre Molina en l’église Saint-Martial d’Angoulême, le 25 janvier 2018. L’équipe oecuménique composée de dix spécialistes, historiens, critiques, bibliothécaires, dessinateurs, a vu dans le récit un « roman d’éducation » qui « évite la leçon de morale, tout en mettant en valeur l’altruisme, la patience, le courage, la sagesse » d’un des fils du chef de tribu en Afrique, appelé à succéder à son père même s’il n’est pas le fils aîné. L’auteur, « alternant couleurs claires et couleurs sombres dans des teintes grise et sépia » nous introduit « au coeur d’une Afrique intemporelle ». En outre, il « aime créer des passerelles entre différents arts », aussi un clip a été produit avec la participation notamment d’un photographe, d’un batteur et d’un danseur.

Par ailleurs, « Les petites victoires » d’Yvon Roy aux éditions Rue de Sèvres a remporté la mention spéciale du jury. « Une bouleversante leçon de vie », centrée sur l’enfant de Chloé et Marc : Olivier. Le bébé semble en bonne santé, on s’étonne simplement de son manque de réaction à telle ou telle stimulation. Les années passent et le diagnostic tombe : autisme. Un monde s’écroule et commence un long et douloureux combat avec son « lot de crises », mais aussi, progressivement avec ses « petites victoires ». Ce livre est adressé « aux parents », car « chacun sans exception aura des défis à relever avec son gamin, le plus grand d’entre eux étant d’aimer sans condition (…) l’enfant qui nous est donné ». (d’après joedlbd.fr)



 


Couloirs humanitaires œcuméniques

 

2 mars 2018 2018

27 février 2018 / Paris

Encore quatre familles - seize personnes, principalement de jeunes adultes - sont arrivées de Syrie et d’Irak en France le 27 février 2018, par les couloirs humanitaires œcuméniques, crées, grâce à la collaboration entre la Communauté de Sant’Egidio, la Fédération protestante de France, la Conférence des évêques de France, la Fédération de l’entraide protestante et le Secours catholique – Caritas. Depuis le 5 juillet 2017, le projet « pour une migration sûre, légale et ordonnée » a permis l’accueil de 91 personnes « en condition de vulnérabilité » - telles « les familles avec enfants, les femmes seules, les victimes de persécutions, torture ou violence » ou encore les personnes « âgées, malades ou handicapées ».

« Les chrétiens sont en danger. Il faut que tout le monde se sente concerné » a confié Tanil, à son arrivée avec ses quatre enfants et son épouse. « Le froid n’est rien face à l’inquiétude de la mort », a-t-il encore poursuivi au sujet de la météo parisienne.
« Votre arrivée fait beaucoup de bien à la France et aux Français », a souligné Mme Valérie Régnier, présidente de la Communauté de Sant’Egidio, alors que le président de la Fédération protestante de France, le pasteur François Clavairoly, a encouragé les jeunes à être « volontaires ». (d’après Claire Rocher et migrations.catholique.fr)

Photo : © Communauté de Sant’Egidio - France
Les nouveaux arrivés avec Mme Valérie Régnier et le pasteur François Clavairoly (à droite) à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, le 27 février 2018.



 


« Jouer à Dieu ? – les sciences, la théologie et la société sur l’édition de gènes »

 

5 avril 2018 2018

27 - 28 février 2018 / Paris

Du 27 au 28 février 2018, à l’Institut protestant de théologie à Paris, s’est tenue une conférence internationale sous l’intitulé « Jouer à Dieu ? – les sciences, la théologie et la société sur l’édition de gènes ». Organisé par le Groupe de référence thématique pour la bioéthique de la Conférence des Églises européennes (CEC) en partenariat avec l’Institut protestant de théologie et l’Institut de théologie orthodoxe « Saint-Serge », et avec le soutien du Conseil des relations inter-ecclésiastiques de l’Église évangélique luthérienne du Danemark et le site orthodoxie.com, le rendez-vous a réuni une cinquantaine de délégués. Les participants, venus de toute l’Europe, se sont penchés principalement sur deux questions majeures : est-ce que les humains qui éditent des gènes ‘jouent à Dieu’ ? Et dans quelles conditions pourrait-on et devrait-on permettre moralement et légalement l’édition de gènes, moralement et légalement ?

Le père Bruno Saintôt, sj, directeur du Département de l’éthique biomédicale de la Faculté jésuite de Paris a souligné que l’Église catholique romaine est l’une des rares Églises, qui désigne, avec le concept de personne, l’être humain depuis le moment de la fécondation. Dans cette logique, « la valeur intrinsèque de la personnalité a des implications bien au-delà de cette question brûlante », d’où l’importance d’éclaircir des notions telles que « jouer à Dieu », « hérédité génétique », « loi naturelle » ou « la nature biologique de l’homme comme intangible ».

Le professeur Peter Dabrock, de la Faculté de théologie protestante de l’Université Friedrich-Alexander de l’Allemagne, a présenté « l’éthique protestante de responsabilité » comme une base à partir de laquelle des Églises pourront bâtir un discours « urgent, transparent et participatif sur les questions controversées de l’édition génétique ».

Le professeur Miltiadis Vantsos de la Faculté de théologie orthodoxe de l’Université de Thessalonique a souligné l’importance du principe de précaution quant à l’application de nouvelles méthodes de l’édition de gènes sur l’être humain pour éviter de causer des dommages irréversibles à la nature en général et à l’homme en particulier. Ce dernier « n’est pas une simple existence biologique, mais aussi une existence spirituelle qui, dans ce type de débats, ne devrait pas être sous-estimée » a-t-il rappelé.

Selon Mark Hunyadi, professeur de philosophie à l’Université catholique de Louvain, la bioéthique contemporaine est entre les mains d’« une petite éthique », centrée sur l’individu. Il a appelé de ses vœux à dépasser ce « paradoxe bioéthique de notre temps.

Le professeur Lovell-Badge, directeur du laboratoire de génétique du développement de l’Institut national pour la recherche médicale à Mill Hill, près de Londres, a déclaré, qu’il manquerait à son devoir de scientifique s’il ne délimitait clairement le champ d’application des nouvelles méthodes de recherche : « l’édition génétique ne devrait pas être étendue à autre chose qu’à la prévention ou la curation de la maladie » a-t-il conclu. (d’après Julija Vidovic)



 


Fermeture du Saint-Sépulcre

 

25 avril 2019

25 février 2018 / Jérusalem

Les hiérarques [1] des Églises responsables du Saint-Sépulcre à Jérusalem, ont pris le 25 février 2018 une décision inédite : la fermeture de la basilique, abritant le tombeau du Christ [2], en raison de « la campagne systématique contre les Églises et la communauté chrétienne en Terre sainte ».

Préalablement, la municipalité de Jérusalem a fait geler les comptes bancaires de plusieurs Églises chrétiennes, leur demandant de payer des impôts sur une vaste partie de leurs biens immobiliers, dont ils étaient exemptés jusqu’aujourd’hui, et ce depuis près de 800 ans. Son directeur général, Amnon Merhav, a chiffré la dette des Églises pour 887 propriétés à quelque 150 millions d’euros, sans préciser sur quelle période portaient les arriérés.

« Des avis scandaleux », violant « les accords existants et les obligations internationales qui garantissent les droits et les privilèges des Églises », « une tentative d’affaiblir la présence chrétienne à Jérusalem » ont ripostés les gardiens du Saint-Sépulcre. Ils ont décrié ce « projet de loi discriminatoire et raciste », « visant uniquement les biens de la communauté chrétienne en Terre sainte » et comparable aux « lois de la même nature » promulguées « contre les Juifs pendant les périodes les plus sombres de l’Histoire de l’Europe ».

Encore le 14 février 2018, treize responsables d’Églises [3] ont averti, dans un communiqué commun, « qu’une telle mesure sape à la fois le caractère sacré de Jérusalem et compromet la capacité de l’Église à mener son ministère ». Ils avaient demandé à la municipalité « de retirer sa déclaration et de continuer à veiller à ce que le statu quo, sanctionné par l’Histoire sainte, soit maintenu », tout en rappelant « la grande contribution des Églises chrétiennes », investissant « des milliards dans la construction d’écoles, d’hôpitaux et de maisons, et ce particulièrement pour les personnes âgées et défavorisées, en Terre sainte ».

Le 28 février 2018, le Saint-Sépulcre a ouvert à nouveau ses portes, à l’issue d’une déclaration du Premier ministre d’Israël, annonçant la suspension des actions fiscales et législatives, ayant conduit les Églises à la décision exceptionnelle. Benyamin Netanyahou a également ordonné la création d’une commission, avec « la participation de toutes les parties concernées », afin de trouver une solution au sujet des impôts municipaux sur les immeubles des Églises non utilisés à des fins cultuelles. (d’après lpj.org, vatican.va, jp-newsgate.net, AFP et orthodoxie.com)



[1Théophile III, patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem, Francesco Patton, custode de la Terre sainte, Nourhan Mannougian, patriarche arménien de Jérusalem.

[3Dont voici les noms : le patriarche Théophile III (Patriarcat grec-orthodoxe), le patriarche Nourhan Manougian (Patriarcat orthodoxe apostolique arménien), Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur Apostolique (Patriarcat latin), frère Francesco Patton, Custode de Terre Sainte, l’archevêque Anba Antonious (Patriarcat copte orthodoxe), Mgr Swerios Malki Murad (Patriarcat syrien orthodoxe), l’archevêque Aba Embakob (Patriarcat éthiopien orthodoxe), Mgr Joseph-Jules Zerey (Patriarche grec-melkite-catholique), l’archevêque Mosa El-Hage (Exarchat patriarcal maronite), l’archevêque Suheil Dawani (Église épiscopale de Jérusalem et du Moyen-Orient), Mgr Ibrahim Sani Azar (Église évangélique luthérienne de Jordanie et de Terre Sainte), Mgr Pierre Malki (Exarchat patriarcal syro-catholique) et Mgr Georges Dankaye’ (Exarchat patriarcal arménien catholique).

 


Décès du pasteur évangélique Billy Graham

 

26 février 2018 2018

21 février 2018 / Caroline du Nord

L’influent prédicateur évangélique Billy Graham (né William Franklin Graham) est décédé le 21 février 2018, à l’âge de 99 ans chez lui en Caroline du Nord (États-Unis). Issu d’une famille de fermiers presbytériens, il vit une conversion à l’âge de seize ans et devient cinq ans plus tard, pasteur d’une Église baptiste. Auteur de plus de trente livres, traduits en trente-huit langues, le prédicateur évangélique le plus populaire des États-Unis a prêché en personne devant plus de 210 millions d’auditeurs, dans 185 pays. Conseiller spirituel de la Maison-Blanche pendant plus d’un demi-siècle, en pleine guerre froide, il va prêcher derrière le Rideau de fer, en Hongrie, en URSS et même en Corée du Nord. Dans son ministère, il rencontre de nombreux responsables d’Églises, dont le pape Jean-Paul II, à plusieurs reprises, et le patriarche Pimen de Moscou. Deux de ses cinq enfants continuent son ministère. Son fils Franklin dirige l’importante fondation Billy Graham Evangelistic Association. Une librairie à son nom a ouvert ses portes en Caroline de Nord en 2007. Elle reçoit plus d’un million de visiteurs par an.

« Dans les années 1950 et 1960, il était difficile de ne pas être impressionné par le Révérend Billy Graham », déclarait le cardinal Timothy Dolan, archevêque de New York dans un communiqué à l’issue de son décès. Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des affaires extérieures du Patriarcat de Moscou écrivait dans une lettre adressée à son fils Franklin : « votre père […] était toujours prêt à prêcher sans crainte la Parole de Dieu », « à réaffirmer avec courage et détermination la vision biblique du mariage et de la morale ». (d’après memorial.billygraham.org, regardsprotestants.com, La Croix et mospat.ru)

Photo : D.R.
Billy Graham avec le pape Jean Paul II.



 


Soixante-dix ans de COE : les festivités débutent avec la visite de l’archevêque Justin Welby

 

5 avril 2018 2018

16 février 2018 / Genève

Le 16 février 2018, l’archevêque du Canterbury, Justin Welby, a inauguré par sa visite au siège du Conseil œcuménique des Églises [COE] à Genève, les festivités liées au soixante-dixième anniversaire de la fondation de l’institution œcuménique. Dans sa conférence intitulée « Le printemps œcuménique », il a insisté sur l’importance de « l’œcuménisme de l’action », ce témoignage « face au mal », permettant aux chrétiens « d’avancer ensemble dans l’amour ». « L’objectif de l’Église […] est la célébration et la mission : la justice et la paix dans, avec et par toute la création », a souligné le primat de la Communion anglicane, avant de poursuivre « tout le reste est […] une décoration, dont vous ne souhaitez pas vous séparer, mais elle n’est pas l’essentiel ». Il a invité les chrétiens à combattre « l’habitude » des divisions, particulièrement au niveau « psychologique », et « face au cri du monde », « d’apporter la lumière du Christ dans les ténèbres ».

Le Conseil œcuménique des Églises, dont la première assemblée constitutive a eu lieu en 1948 à Amsterdam est une communauté fraternelle d’Églises qui confessent le Seigneur Jésus Christ comme Dieu et Sauveur selon les Écritures et s’efforcent de répondre ensemble à leur commune vocation pour la gloire du seul Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit. Le COE rassemble Églises, dénominations et communautés d’Églises d’une bonne centaine de pays et territoires du monde entier, représentant plus de 500 millions de chrétiens et comprenant la plupart des Églises orthodoxes, un grand nombre d’Églises anglicanes, baptistes, luthériennes, méthodistes et réformées, ainsi que de nombreuses Églises unies et indépendantes. Si les Églises fondatrices du COE se trouvaient pour la plupart en Europe et en Amérique du Nord, de nos jours ce sont les Églises membres en Afrique, en Asie, aux Caraïbes, en Amérique latine, au Moyen-Orient et dans la région du Pacifique qui sont en majorité. Le COE compte actuellement 348 Églises membres.

L’Église catholique romaine n’est pas membre à part entière, mais y collabore activement non seulement au sein de la commission « Foi et constitution » [1], mais aussi par le biais d’un Groupe mixte de travail où les deux institutions œuvrent depuis plus de cinquante ans . Pour honorer l’anniversaire, le pape François se rendra au siège du COE le 21 juin 2018. (d’après oikoumene.org et archbishopofcanterbury.org)



[1« Foi et constitution » est une commission d’étude du COE, constituée de représentants des Églises appartenant aux principaux courants historiques du christianisme. Ce forum mondial et multilatéral de théologie œcuménique, unique en son genre, a pour vocation d’aider les Églises à « tendre vers l’unité visible en une seule foi et en une seule communauté eucharistique ».

 


Nouveau secrétaire du Forum chrétien mondial

 

2 mars 2018 2018

12 Février 2018 / Taizé

Le pasteur Casely Essamuah, a été élu à la tête du Forum chrétien mondial [FCM] lors d’une réunion du son comité le 12 février 2018 à Taizé. Ordonné dans l’Église méthodiste au Ghana, en Afrique, il a œuvré pendant les treize dernières années à Annapolis, la capitale de l’État du Maryland, situé à cinquante kilomètres à l’est de Washington. Dans sa thèse soutenue à l’université de Boston en 2003, il a étudié l’histoire de l’Église méthodiste du Ghana dans les 1960-2000 et les enjeux missiologiques liés à elle. Succédant dès le 1er juillet 2018 au pasteur mennonite Larry Miller, qui prend sa retraite à l’issue de six ans de ministère à la tête du FCM, il sera officiellement présenté lors du prochain rassemblement de FCM à Bogota (Colombie) du 24 au 27 avril 2018.

Le pasteur Casely Essamuah « est parfaitement équipé pour servir la cause de l’unité », a commenté le révérend Wes Granberg-Michaelson, coprésident du comité de recherche, insistant notamment sur ses connaissances du christianisme de l’hémisphère sud, devenu majoritaire. Le secrétaire du Conseil œcuménique des Églises [COE], le pasteur Olav Fykse Tveit, a salué la nomination, ainsi que le travail du FCM, cet « espace dans lequel les chrétiens d’une grande variété d’Églises et de traditions se réunissent pour favoriser le respect mutuel et relever les défis communs ».

Sous l’impulsion du pasteur Konrad Raiser, alors secrétaire général du COE, un comité autonome reçoit la tâche de développer un espace ouvert indépendamment des structures existantes, mais en relation étroite et constructive avec elles. À l’issue de plusieurs petites rencontres, une consultation internationale a eu lieu en septembre 2000 au séminaire théologique Fuller à Pasadena aux États-Unis, puis une autre en juin 2002. Cette dernière réunit près de 60 participants représentant les Églises catholique, orthodoxes, anglicanes, protestantes, évangéliques, les Églises d’institution africaine et un certain nombre d’organisations chrétiennes internationales issues pour beaucoup des milieux évangéliques et pentecôtistes. (d’après globalchristianforum.org et oikoumene.org)

Photo : © Global Christian Forum
Le pasteur Casely Essamuah.



 


« Le concile de Florence, histoire et mémoires »

 

28 juin 2018 2018

17 mars 2018 / Paris

Le 17 mars 2018 s’est tenu au collège des Bernardins, en partenariat avec le Centre Sèvres et l’Université catholique d’Ukraine, un important colloque sur le concile de Florence (1438-1439) qui est le dernier concile d’unité de l’histoire du christianisme byzantin et latin. Or, comme l’a indiqué Antoine Arjakovsky, un des organisateurs de cette manifestation, « ce concile est aujourd’hui refoulé de la mémoire officielle de l’Église orthodoxe ». Les historiens, nombreux à ce colloque, ont analysé la complexité de la réception ou de la non réception de ce rendez-vous historique en mettant en avant, selon les pays et le contexte, les enjeux politiques qui ont été et sont déterminants encore à la fois dans la mémoire et l’historiographie de l’événement. La table ronde conclusive a mis en avant le besoin d’un récit commun du christianisme d’Orient et d’Occident au second millénaire, condition indispensable à la guérison des mémoires et au rétablissement de l’unité. (d’après Christine Roberge)

Photo : © Thomas Wallut



 


Dialogue international entre Méthodistes et Baptistes

 

21 juin 2018 2018

14 - 21 mars 2018 / Salisbury

Des représentants de l’Alliance baptiste mondiale (BWA) et du Conseil méthodiste mondial (WMC) se sont retrouvés du 14 au 21 mars 2018 à Salisbury au Royaume-Uni pour la dernière rencontre de ces délégations concluant un dialogue de cinq ans.

Le thème général choisi pour le dialogue entre ces deux branches importantes et historiques du Protestantisme est « La foi qui agit par l’amour ». Cette dernière session a permis la rédaction commune d’un rapport reprenant les sujets traités au cours de ce dialogue bilatéral : l’histoire et l’héritage des deux traditions, la nature de l’Église, l’autorité et le rapport à la Bible, la doctrine de la justification et de la sanctification, le baptême et l’initiation chrétienne, la louange et la mission. Le rapport (en anglais) s’est conclu avec des recommandations pour encourager davantage de collaboration, selon le principe de Lund : « agir ensemble en toutes matières sauf en celles où des différences de convictions profondes obligent à agir séparément ».

Ce rapport, soulignant les nombreuses convergences théologiques et missionnaires entre les baptistes et les méthodistes, traite également d’un des points encore divergents, la question du (re)baptême [1]. Les pistes proposées sur le processus d’initiation pourraient se révéler fécondes pour d’autres dialogues entre chrétiens évangéliques et chrétiens de tradition pédo-baptiste [2].

Le rapport sera présenté au prochain Conseil méthodiste mondial (juillet 2018), ainsi qu’au Comité exécutif de l’Alliance baptiste mondiale. Un guide d’étude du rapport, spécialement conçu pour les groupes, sera également mis à disposition.

La photo officielle du groupe a été prise dans la cathédrale anglicane de Salisbury, devant le baptistère… tout un symbole pour ces deux traditions issues de l’anglicanisme, ayant échangé sur leur conception du baptême et voulant ensemble œuvrer à plus d’unité ! En ce lieu, les deux délégations ont prié ensemble en récitant le Notre Père et une prière associant reconnaissance, repentance et envoi, prière qui conclut le rapport. (d’après Valérie Duval-Poujol, membre de la délégation baptiste pour ce dialogue)

Photo : D.R.
La photo officielle du groupe devant le baptistère de la cathédrale anglicane de Salisbury.



[1Sur l’enjeu, à la fois subtil et important entre baptême et (re)baptême, lié à la place accordée à la profession personnelle de foi, lire Pierre de MAREUIL « Les évangéliques et les autres chrétiens : pratiques et reconnaissance de baptême », in Unité des Chrétiens, n°172, octobre 2013, p. 15-18.

[2La tradition pédo-baptiste approuve le baptême des jeunes enfants et des nouveau-nés, effectué sur l’engagement de foi des parents et/ou celle du parrain ou de la marraine, et pas seulement sur une profession personnelle de foi. Or, la dernière est la condition préalable de l’administration du sacrement notamment dans les Églises évangéliques.

 


Dixième Nuit des Témoins

 

28 juin 2018 2018

12 - 19 mars 2018

La 10e Nuit des Témoins, organisée par l’Aide à l’Église en Détresse pour les chrétiens persécutés et morts martyrs, a réuni des centaines de chrétiens du 12 au 19 mars 2018 à Montpellier, Rouen, La Roche-sur-Yon, Paris [1], Luxembourg et Rome.

Trois grands témoins ont conduit la veillée, durant laquelle un martyrologe avec les noms des fidèles assassinés lors de l’année écoulée en raison de leur fidélité au Christ, a été proclamé. Mgr Ramon Castro, évêque catholique romain de Cuernavaca en Mexique, où 55 prêtres et sœurs ont été tués depuis 1990, s’est attardé sur la violence liée au narcotrafic, auquel l’Église est l’une des rares institutions à s’opposer. « Pour les politiciens corrompus et le crime organisé, c’est déjà trop », a-t-il commenté. Mgr Kyrillos Samaan, évêque copte catholique d’Asiout en Égypte, a rappelé que derrière les nombreux attentats, visant les communautés chrétiennes dans cette région, se trouve « la volonté des islamistes de nettoyer le Proche-Orient de ses chrétiens en les poussant au départ ». Or, « les chrétiens sont les premiers citoyens de l’Égypte ». Le père Paul-Elie Cheknoun, prêtre catholique converti de l’Islam est revenu sur la difficulté de l’annonce de l’Évangile en Algérie. « Je ne porte ni croix, ni soutane. Tant que tu rases les murs, tu es toléré », a-t-il confié.

En dix ans, les veillées en faveur des chrétiens persécutés ont eu lieu dans 29 villes, mobilisant plus de 25 000 participants. (d’après aed-france.org)

Photo : D.R.




[1Voir la vidéo ci-dessus.

 


Décès du cardinal allemand Karl Lehmann

 

21 juin 2018 2018

11 mars 2018 / Mayence

Le cardinal Karl Lehmann s’est éteint le 11 mars 2018 à Mayence (Allemagne), à l’âge de 81 ans. Président de la Conférence épiscopale d’Allemagne de 1987 à 2008 et également président du Conseil des Conférences épiscopales d’Europe [CCEE], il a œuvré tout au long de son ministère pour l’unité des chrétiens. L’ancien évêque de Mayence (1983–2016) fut, membre et président de la délégation catholique du dialogue entre la Fédération luthérienne mondiale et le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, tout en travaillant activement au sein du Cercle pour le dialogue entre la Conférence épiscopale allemande et le Conseil de l’Église protestante d’Allemagne [EKD]. Cet ancien assistant du grand théologien jésuite Karl Rahner avait reçu en 2016 pour son engagement œcuménique la médaille Martin Luther de l’EKD, devenant ainsi le premier prélat catholique honoré. (d’après vaticannews.va et fr.zenit.org)

Photo : D.R.



 


Dixième concert œcuménique de l’EEChO

 

10 avril 2018 2018

10 mars 2018 / Paris

Pour la 10e année consécutive, le concert interecclésial organisé par l’association EEChO (Enjeux de l’étude du christianisme des origines) a réuni dix chorales d’Orient et d’Occident le 10 mars 2018 à la paroisse St Eugène-Ste Cécile à Paris. Ainsi des chorales arménienne apostolique, coptes catholique, chaldéenne, melkite, maronite, roumaine-orthodoxe, bulgare-orthodoxe… et grégorienne se sont succédé pour chanter sur le thème de « Jésus, Lumière de l’Orient et de l’Occident ».

Ce rendez-vous œcuménique a offert la possibilité dans un même lieu d’écouter chanter dans leur langue liturgique propre des chrétiens de ces différentes Églises, catholiques ou orthodoxes, dont chacune a témoigné à sa manière de la même la Lumière sans déclin. Pour permettre d’en apprécier la richesse spirituelle, un livret comportant la traduction en français des chants exécutés en arabe, arménien, copte, grec, latin, slavon… a été remis à chacun à l’entrée.

À mi- concert, tous les participants se sont associés par un priant « Kyrie eleison » à l’intention de la prière formulée par chaque communauté. Une bénédiction finale, donnée ensemble par les prêtres présents des différentes confessions, a clôturé l’événement œcuménique, à l’issue duquel tous étaient conviés à faire connaissance dans une salle voisine autour d’une collation. (d’après Marie-B. Riondel et eecho.fr)



 


Conférence mondiale sur la mission et l’évangélisation

 

28 juin 2018 2018

5 -13 mars 2018 / Tanzanie

Plus de mille chrétiens de différentes Églises se sont retrouvés du 8 au 13 mars 2018, à Arusha en Tanzanie à la Conférence mondiale sur la mission et l’évangélisation, qui avait pour thème « Agir selon l’Esprit : appelés à être des disciples transformés ». Dans le communiqué final, les participants ont mis en garde contre « le système impérialiste mondial, ayant fait du marché financier, l’une des idoles de notre temps », responsable de « plusieurs guerres, conflits, crises écologiques et souffrances ». Le document comprend douze appels « à vivre en disciples », dont notamment celui « à discerner la Parole de Dieu dans un monde qui communique de nombreux messages contradictoires, faux et déroutants ».

Durant cet événement, organisé tous les dix ans, par le Conseil œcuménique des Églises, une nouvelle traduction, en swahili, du document « L’Église – Vers une vision commune », a été présentée. Ainsi, le texte, issu de trois décennies de débats œcuméniques internationaux, est désormais disponible en quinze langues.

Durant la manifestation œcuménique, un Institut de théologie œcuménique [GETI 2018] a réuni une centaine de jeunes étudiants en théologie, autour du sujet « Traduire la Parole, transformer le monde », afin de leur transmettre des outils pour une missiologie chrétienne commune. (d’après oikoumene.org)

Photo : © Albin Hillert / COE



 


JMP 2018 avec les chrétiennes du Suriname

 

28 juin 2018 2018

2 mars 2018

Sous l’intitulé « Voilà, c’était très bon », en référence au premier chapitre de la Genèse, la journée mondiale de prière [JMP] s’est déroulée le 2 mars 2018. Le sujet a été choisi par les femmes du Suriname, un petit état d’Amérique du Sud, constitué à 90 % de forêt tropicale à la biodiversité spectaculaire, de plus en plus éprouvée par le réchauffement climatique de la planète. Par le biais de la prière, les habitantes de ce pays ont souhaité, non seulement partager leurs préoccupations pour leur terre natale, mais aussi pour le système écologique de la planète dans son ensemble.

Organisée chaque année le premier vendredi du mois de mars, la JMP, conçue « par les femmes pour toute la communauté : hommes et femmes » réunit des chrétiens de 180 pays. Près de 300 lieux de culte sont mobilisés chaque année en France, où une association de dix membres, coordonnés par Mme Odile Leleu, anime l’événement. À présent, une Française – Laurence Gangloff, pasteure de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine – assure la présidence au niveau mondial. Mère de trois enfants et investie dans le Service de l’enseignement religieux et de la catéchèse, elle a été élue lors de l’assemblée mondiale de la JMP au Brésil en août 2017 pour un mandat de cinq ans. (d’après jmp.protestants.org)

Photo : © Alice Pomstra-Elmont
Un cadeau divin, reçu et transmis aux générations à venir : voici la manière, dont l’artiste a présenté la nature du Suriname (avec ses richesses propres : le colibri, l’ibis, l’ara, la grenouille bleue…) sur l’af fiche de la célébration.



 


Des Églises chrétiennes réagissent aux frappes

 

28 juin 2018 2018

14 avril 2018 / Syrie

Le 14 avril 2018, les patriarches Jean X, grec-orthodoxe, Ignace Ephrem II, syriaque-orthodoxe et Joseph Absi grec-melkite catholique ont publié une déclaration conjointe pour dénoncer les frappes aériennes perpétrées le jour même sur le sol syrien par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni. Ils ont décrié « une violation manifeste des lois internationales » par de puissants pays « auxquels la Syrie n’a causé aucun préjudice ». Selon eux, « les allégations » de recours aux armes chimique par le gouvernement syrien « sont injustifiées et non étayées par des preuves suffisantes et claires » et cette « agression brutale » non seulement « sape » le travail de la Commission d’enquête internationale indépendante, mais aussi « encourage les organisations terroristes et leur donne un élan pour poursuivre leurs actes barbares ».

Le même jour, le pape François et le patriarche Cyrille de Moscou ont convenu lors d’une conversation téléphonique de lancer un appel à la paix au Proche Orient, soutenu également, par le pape copte Tawadros II et les patriarches grec-orthodoxes Théophile III de Jérusalem et Théodore II d’Afrique. (d’après antiochpatriarchate.org et mospat.ru)

Photo : D.R.



 


Décès du père Jean Rogues

 

28 juin 2018 2018

5 avril 2018 / Paris

Le père Jean Rogues, ancien directeur de l’Institut supérieur d’études œcuméniques [ISÉO], s’est éteint le 5 avril 2018, à l’âge de 93 ans à Paris. Ce normalien fut ordonné prêtre en 1954, à l’âge de 29 ans, avant de poursuivre ses études théologiques à Rome. Au ministère pastoral intense qu’il assumait s’ajoutait celui de délégué à l’œcuménisme (1969-1987), puis de l’enseignement d’ecclésiologie œcuménique au sein de l’ISÉO (1978 - 1990) et enfin de la direction de l’établissement œcuménique du 1982 à 1990. Il a participé à plusieurs ouvrages collectifs et a publié d’autres livres, dont une méditation sur l’Église : Quand la foi prend corps (Paris, Seuil, 1996). (d’après Katherine Shirk Lucas et montparnasse.chapellesaintbernard.fr)

Photo : D.R.



 


Inauguration œcuménique d’une statue de saint Grégoire de Narek

 

26 juin 2018 2018

5 avril 2018 / Vatican

Le pape François, avec les deux patriarches de l’Église apostolique arménienne, Karékine II, catholicos de tous les Arméniens et Aram Ier, catholicos de l’Église apostolique arménienne de Cilicie et le patriarche de l’Église catholique arménienne Grégoire Ghabroyan ont procédé le 5 avril 2018, en présence du président arménien Serge Sargsyan, à l’inauguration d’une statue en bronze de saint Grégoire de Narek dans les jardins du Vatican. Ce moine, compositeur et écrivain mystique, fêté respectivement le 9 octobre dans l’Église arménienne et le 27 février dans l’Église latine, fut proclamé le 36e docteur de l’Église catholique par le pape François le 12 avril 2015. Il est resté dans l’histoire non seulement par ses nombreuses « sharagans » ou hymnes, mais avant tout par son « Livre des Lamentations ».

L’œuvre de l’artiste David Erevantsi, mesurant près de deux mètres, a été réalisée en deux exemplaires. La seconde sera inaugurée à la fin de l’année 2018 dans les jardins de la cathédrale d’Etchmiadzine, église mère de l’Église apostolique arménienne.

Le 22 février 2008, sous le pontificat du pape Benoît XVI, une imposante statue en pierre dédiée à un autre grand saint arménien – Grégoire l’Illuminateur, fondateur de l’Église apostolique arménienne, a été dévoilée dans l’atrium conduisant à la coupole de Saint-Pierre. (d’après president.am, fr.zenit.org et vaticannews.va)

Photo : © president.am



 


Retour des dépouilles des 21 martyrs

 

28 juin 2018 2018

14 mai 2018 / Égypte

Le 14 mai 2018 au soir, les cloches des églises et des monastères ont sonné à toute volée en Égypte, afin de célébrer le rapatriement des dépouilles des 21 chrétiens enlevés par Daech au mois de janvier 2015 et tués avant le 15 février de la même année, lorsque la vidéo de leur décapitation fut mise en ligne. Les dépouilles des 20 coptes et du chrétien ghanéen, mort martyr avec eux, ont été accueillies à l’aéroport du Caire par le pape Tawadros II, qui décida de les inscrire dans le martyrologe de l’Église copte orthodoxe 7, une semaine après leur massacre.

Leurs corps ont été retrouvés dans une fausse commune de la côte libyenne en octobre 2017. Avant leur rapatriement, des échantillons médico-légaux ont été comparés à l’ADN de leurs proches.

La nouvelle cathédrale, construite en leur mémoire à Al Our, village natale de 13 d’entre eux, et inaugurée le 15 février 2018, a accueilli ses saints patrons, trois ans après leurs assassinats pour leur fidélité au Christ. (d’après fides.org et portesouvertes.ch)

Photo : © Opendoors International



 


Capharnaüm reçoit le prix du jury oecuménique

 

28 juin 2018 2018

9 mai 2018 / Cannes

Le 45e jury œcuménique a remis son prix au film Capharnaüm de Nadine Labaki le 19 mai 2018 lors du 71e festival de Cannes. Les six jurés, venus de trois continents (Australie, Europe, États-Unis) ont salué ce voyage « initiatique empreint d’altruisme », à travers lequel la réalisatrice libanaise présente une enfance maltraitée, celle de Zain, un garçon de 12 ans. Il ne supporte pas que ses parents livrent à un adulte sa jeune sœur préférée de 11 ans. Quand elle meurt en fausse couche, il quitte le foyer pour faire sa vie dans la grande ville, s’occupe du bébé abandonné par une jeune réfugiée, est emprisonné, puis intente un procès à ses parents pour mauvais traitements.

Une mention spéciale a été également attribuée à BlacKKKlansam de Spike Lee (États-Unis). Ce « cri d’alarme contre un racisme persistant », condamne l’appropriation perverse de la religion pour justifier la haine.

Les membres du jury, nommés par Signis (Association catholique mondiale de la communication) et Interfilm (Organisation protestante internationale du cinéma), font leur choix non seulement en fonction de la qualité artistique du film, mais avant tout au message évangélique et aux qualités humaines positives, qu’il véhicule. (d’après Denyse Muller et cannes.juryoecumenique.org)

Photo : D.R.



 


Fête de fin d’année à la Maison d’Unité

 

9 octobre 2018 2018

19 juin 2018 / Paris

La Maison d’Unité à Paris propose aux jeunes de différentes confessions chrétiennes de se connaître entre eux. La formule : habiter, se former, et prier ensemble, offre l’opportunité aux jeunes de découvrir le visage du Christ, dans l’autre chrétien.

Le 19 juin 2018, la fête de fin d’année a permis aux anciens, actuels et futurs colocataires de se retrouver, autour des responsables de la maison, pour écouter une conférence de Sébastien Fath sur le Gospel. Deux chorales (la chorale Mosaïque et la chorale méthodiste ivoirienne) ont illustré parfaitement le propos du conférencier sur l’enracinement biblique, la joie et l’action de grâce caractéristiques du Gospel. Un court reportage du KTO ci-dessous a retransmis l’ambiance festive de la soirée et la motivation des participants à ce projet œcuménique. (d’après Christine Roberge)

Photo : © Christine Roberge
La chorale méthodiste ivoirienne dans la chapelle où les colocataires se retrouvent mardi soir pour une prière œcuménique, précédée d’un temps d’enseignement.




 


Christian Krieger – nouveau président de la CEC

 

9 octobre 2018 2018

5 juin 2018 / Novi Sad (Serbie)

Pour la première fois au suffrage direct, les membres de la Conférence des Églises européennes [CEC] ont élu, lors de l’assemblée générale du 31 mai au 6 juin 2018, à Novi Sad (Serbie) leur nouveau président en la personne du pasteur Christian Krieger. Membre du Conseil d’Églises chrétiennes en France, président du Conseil synodal de l’Église protes¬tante réformée d’Alsace et de Lorraine, vice-président de l’UEPAL et de la Fédération protestante de France, il suc¬cède à Chris¬topher Hill, évêque anglican émérite de Guildford. Le métropolite Cleopas de Suède et l’évêque anglican Gulnar Francis-Dehqani ont été élus vice-présidents.

La CEC est une association de 116 Églises orthodoxes, protes¬tantes, anglicanes et vieilles-catholiques de toute l’Europe et de plus de 40 conseils nationaux d’Églises et organisations en partenariat. Fondée en 1959 pour maintenir les relations entre Églises séparées par le rideau de fer, elle est aujourd’hui un outil de dialogue entre Églises et institu¬tions européennes (Commission européenne et Conseil de l’Europe). Elle dispose de bureaux à Bruxelles et à Strasbourg. (d’après assembly 2018.ceceurope.org, ceceurope.org et uepal.fr)

Photo : © Albin Hillert / CEC



 


Dimanche œcuménique

 

18 juin 2018 2018

3 juin 2018 / Clermont-Ferrand

Chrétiens de tous âges et de différentes confessions (baptistes, catholiques, orthodoxes, protestants), se sont rassemblés le 3 juin 2018 pour découvrir l’église de Mozac dans le Puy de Dôme, dont les fondations remontent au septième siècle. À la suite d’un chaleureux pique-nique partagé et d’une rapide introduction historique, ils ont formé des équipes qui ont suivi un parcours ludique de découverte de l’abbatiale. Dans cette église ancienne, beaucoup d’éléments ont rappelé l’histoire chrétienne commune et le temps où les disciples du Christ vivaient sous le toit d’une même Église. Les groupes devaient retrouver et observer quelques chapiteaux en s’appuyant sur leur sens biblique. Ils étaient aidés dans leur quête par des représentants de différentes Églises présentes.

Cette proposition nouvelle, largement appréciée, a été une suite organique des partages vécus lors de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. (d’après Rémi Bruant, délégué diocésain à l’œcuménisme du diocèse de Clermont)

Photo : D.R.



 


Présentation de l’édition complète de la TOB 2010 en braille

 

28 juin 2018 2018

3 juin 2018 / Lausanne

Le 3 juin 2018, une célébration œcuménique de dédicace a eu lieu dans la cathédrale de Lausanne au cours de laquelle a été présentée l’édition intégrale en braille (avec les livres deutérocanoniques catholiques et orthodoxes) de la dernière édition (2010) de la Traduction œcuménique de la Bible [TOB]. La Mission évangélique braille [MEB] a œuvré durant six ans sur cet important chantier, se concrétisant par 44 gros volumes, soit trois mètres et demi de rayonnage pour la version intégrale en braille (où toutes les lettres sont écrites). Une deuxième édition en braille “abrégée”, une sorte de sténo, que les aveugles éduqués dans les écoles spécialisées ont appris, est paru en même temps.

Si dans l’hémisphère Nord, la tâche fondamentale de la MEB est de mettre la Bible et la littérature chrétienne à la portée des aveugles et malvoyants, dans les pays du Sud elle coopère activement au développement des aveugles en soutenant des projets d’alphabétisation et de formation. (d’après Alain Décoppet et mebraille.ch)

Photo : © MEB Vevey



 


« Les Voix de l’Unité »

 

28 juin 2018 2018

2 juin 2018 / Issy-les-Moulineaux

Le séminaire catholique Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux et le séminaire orthodoxe russe Sainte-Geneviève d’Épinay-sous-Sénart ont bâti une solide amitié spirituelle. Les séminaristes se visitent réciproquement, autour de la prière en commun, d’études théologiques, de réflexions sur la pastorale. En outre, chacun séjourne une semaine dans l’autre communauté. Ils vivent ainsi un œcuménisme pratique au cœur même de leurs identités de futurs prêtres.

Le samedi 2 juin 2018, dans le cadre de la Journée des portes ouvertes du Séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux, les séminaristes des deux communautés ont donné un concert commun dans la chapelle du Séminaire. Il comportait des chants de l’album « Les Voix de l’Unité ». Le CD vient d’être enregistré et paraîtra en automne 2018.

Le 17 mai 2018 sur KTO a été diffusé le reportage ci-dessous « Les Voix de l’Unité. L’œcuménisme en chantant » du séminariste orthodoxe Alexey Vozniuk, retraçant les racines de ce projet œcuménique. (d’après seminairesaintsulpice.fr et seminaria.fr)

Photo : © seminairesaintsulpice.fr





 


L’Église orthodoxe d’Éthiopie : fin du schisme

 

9 octobre 2018 2018

26 juillet 2018 / Washington

Le 26 juillet 2018, lors d’une cérémonie à la cathédrale Debre Mihret Saint-Michael de Washington, la fin du schisme, ayant divisé pendant 27 ans l’Église orthodoxe Tewahedo d’Éthiopie, a été proclamée. En 1991, à la suite d’un changement politique, l’ancien patriarche avait dû s’exiler aux États-Unis, scindant la plus grande des Églises chrétiennes orthodoxes orientales en deux parties, conduites respectivement par le « Synode d’Addis-Abeba » et le « Synode en exil ». Dans une déclaration commune 4 les deux parties ont stipulé que les deux patriarches seraient considérés « sur un pied d’égalité ». Sa Sainteté le patriarche Merkorios rentrera dans son pays natal et reprendra sa place de patriarche. Le patriarche Mathias continuera à diriger l’Église en effectuant les tâches administratives. Les excommunications respectives adressées par les deux synodes ont été levées pour donner lieu à la naissance d’un seul synode guidé par les deux hiérarques.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, ayant joué un rôle clé dans cette réconciliation, a participé à la cérémonie.

Présente en Afrique depuis l’an 330, l’Église orthodoxe Tewahedo d’Éthiopie, autocéphale depuis 1959, est en communion avec l’Église orthodoxe copte d’Alexandrie. (d’après oikoumene.org et theorthodoxchurch.info)

Photo : D.R.
L’aéroport d’Addis Abeba, le 1er août 2018 : le patriarche Merkorios rentre en Éthiopie après 27 ans d’exil.



 


Session annuelle « Les Avents-Amitié »

 

9 octobre 2018 2018

9-13 juillet 2018 / Sées

L’association interconfessionnelle « Les Avents-Amitié entre chrétiens » a tenu sa session du 9 au 13 juillet 2018 sur le thème « Envoyés en mission ». Les deux rencontres précédentes étaient consacrées aux grandes réformes, de Luther à Vatican II. Un début de ré¬flexion sur les réformes qui s’imposent aujourd’hui, avait mené au constat que le message chrétien, le kérygme, n’est pas reçu dans le monde où nous vivons et sur la question qui en découlait : comment le croyant peut-il trouver un langage adéquat, ne serait-ce que pour témoigner de la joie d’être chrétien ?

La réflexion commune s’est appuyée sur les textes bibliques – notamment Jn 20 et Es 6 –, sous la conduite de Marianne Seckel, pasteure à La Rochelle et à l’Île de Ré. L’exégèse biblique et l’expérience dialoguaient : Thomas Wild, pasteur de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (l’UÉPAL), ancien vice-président du Service pro¬testant de mission (DÉFAP), a fait une conférence sur l’histoire des missions et des modèles missionnaires, marquée par son expérience. Deux témoignages venaient ensuite, l’un d’Anne Soncarrieu de la Mission de France, l’autre du pasteur Jacques Walter de la Mission populaire évan¬gélique. La synthèse fut faite par Eric Boone, du groupe des Dombes, et Agathe Brosset, théologienne catho¬lique.

Après deux sessions où les exposés instructifs avaient été nombreux, celle-ci s’appuyait bien plus sur les témoignages, par un effet de balancier sans doute inévitable. Elle a montré à quel point ces rencontres visent moins à dialoguer entre confessions qu’à mener une réflexion commune entre chrétiens qui se ressentent d’emblée comme frères et qui font face aux mêmes défis dans le monde actuel. Moments de prière ou moments de détente sont en effet préparés et partagés sans souci d’étiquette.

On peut en trouver les échos sur le site ou sur la page Facebook de l’association : Les Avents - Amitié entre chrétiens. (d’après Francine Wild)

Photo : D.R.
Lors des temps de prières les participants se mettent à l’écoute du Maître.



 


« Jésus-Christ, notre justice »

 

10 août 2018 2018

4-10 juillet 2018 / Selbitz (Allemagne)

La 37e Rencontre internationale et interconfessionnelle des religieux et religieuses [EIIR] a eu lieu du 4 au 10 juillet 2018 sous l’intitulé « Jésus-Christ, notre justice. La vie consacrée comme expérience de grâce ». Rassemblant une quarantaine de participants de quinze pays divers, elle s’est tenue à Selbitz au nord de la Bavière où une communauté protestante très vivante, fondée il y a 70 ans, la Christus Bruderschaft a merveilleusement accueilli le groupe. Justice et grâce, ces deux thèmes centraux de la Réforme protestante, ont été le fil conducteur des journées. Les participants, lors de la visite d’un pan de mur symbolisant l’ancienne frontière du rideau de fer ayant séparé longtemps l’Allemagne, se sont vivement interrogé : « que signifie être aujourd’hui ouvriers de paix et de réconciliation » ?

Des messages fraternels du patriarche œcuménique Bartholomée, du cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et du secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale, le pasteur Martin Junge leur ont été envoyés. « Au cours des derniers mois, nous avons beaucoup réfléchi et discuté à propos de la justice de Dieu et de la justification du croyant, guérissant la mémoire commune de l’Église et reconnaissant notre culpabilité » a confié aux participants le métropolite Stephanos, président de la Conférence épiscopale orthodoxe en Allemagne, faisant écho à la fois aux travaux suscités par le cinquième centenaire de la Réforme et les prières œcuméniques vécues à cette occasion.

Chaque conférence a été d’une grande tenue, ouvrant des horizons à une vie religieuse qui soit toujours davantage témoin de la justice et de la grâce. Mendiants de l’Esprit, là se situaient l’attente et le désir portés par chacun(e), jeunes et moins jeunes. La grâce n’est-elle pas au cœur de la vie monastique dont le secret est de s’unir à la lumière du Thabor ? Dieu se révèle à ses biens aimés, à ceux qui ont le cœur pur, convoqués à une prière intense pour que des chemins d’unité ne cessent de s’affermir au sein des diverses Églises et que le monde soit transfiguré. « Témoigner ensemble de l’Évangile dans un monde qui résiste à la grâce est l’urgence de notre temps », a conclu Mgr Athénagoras, président des EIIR. (d’après Sœur Bénédicte et Martin Hoegger)

Photo : © eiir.wordpress.com
Le bureau actuel de l’EIIR – Mgr Athénagoras, Sœur Bénédicte et père Jose Maria Hernandez.



 


Soixante-cinquième semaine d’études liturgiques Saint-Serge

 

9 octobre 2018 2018

2-5 juillet 2018 / Paris

Du 2 au 5 juillet 2018 sur le thème « Le corps humain dans la liturgie », la 65e Semaine d’études liturgiques s’est déroulée à Paris à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge. Trente-cinq théologiens de différentes confessions chrétiennes, venus principalement de France, mais aussi de Belgique, Israël, Italie, Suisse, Pologne et Roumanie, se sont succédés sur neuf sections thématiques : exposés introductifs et liturgies anciennes, sacralité du corps, Eucharistie, vie sacramentelle, postures corporelles, onctions et autres gestes, langage et voix, corps du défunt, reliques.

Ouvert par l’archevêque Jean de Charioupolis, chancelier de l’Institut organisateur, le colloque comprenait, outre les exposés, la célébration des vêpres, la visite de la cathédrale orthodoxe russe, nouvellement inaugurée et dédiée à la Sainte Trinité, ainsi que la présentation des derniers Actes intitulés « Liturgie et religiosité ».

Face à une méfiance, voire un mépris du corps humain dans certains milieux chrétiens, la diversité des pratiques analysées durant le colloque a révélé un rapport très positif à l’égard de celui-là. Ce dernier a été en effet considéré comme un instrument du salut de la personne dans son intégra¬lité. (d’après saint-serge.net)

Photo : © saint-serge.net



 


Église verte : plus de 100 paroisses engagées

 

9 octobre 2018 2018

28 août 2018 / France

Plus de 100 paroisses ont adhéré au label oecuménique Église verte, annonce un communiqué du 28 août 2018, veille du temps pour la création [1]. Ce projet, choisi comme destinataire des collectes de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2018 par le Conseil d’Églises chrétiennes en France, entend placer les questions écologiques et le climat au centre des échanges, des cultes, des prières et des actions. Son objectif : encourager les communautés chrétiennes à réduire leur empreinte écologique et vivre un rapport transformé à la nature grâce à une « conversion écologique ». Il propose un écodiagnostic en ligne de 80 questions, permettant d’évaluer le point de départ d’une communauté dans des domaines aussi variés que le bâtiment, le terrain, mais aussi la catéchèse, les modes de vie et l’engagement local et global. Cinq plantes bibliques correspondent aux cinq niveaux de ce système progressif. À ce jour plus de 125 communautés ont été labellisées, 40 % ont atteint le premier niveau (graine de sénevé), 35 % de ni¬veau suivant (lys de champs), 10 % cep de vivre, 15 % figuier et encore aucun cèdre du Liban. (d’après Laura Morosini et egliseverte.org)



[1Le temps pour la création s’étend, conformément à la décision prise au troisième rassemblement oecuménique européenne à Sibiu en 2007, du 1er septembre (début de l’année liturgique orthodoxe) au 4 octobre (saint François d’Assise) en passant la fête des récoltes, célébrée en milieu protestant.

 


Université d’été

 

9 octobre 2018 2018

24 août - 2 septembre 2018 / Russie

Une délégation de l’Église catholique conduite par Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié et président du Conseil pour la promotion de l’unité des chrétiens à la Conférence des évêques de France, a participé du 24 août au 2 septembre 2018 à une quatrième université d’été dédiée à la découverte de l’Église orthodoxe russe. Des collaborateurs des dicastères du Vatican, des prêtres et des séminaristes catholiques d’Italie, de France, d’Espagne, de Roumanie et de Tchéquie, étudiant dans les universités pontificales de Rome ont parcouru plusieurs églises et monastères dans le pays. Ils furent reçus le 27 août au sein du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou par le secrétaire des relations interchrétiennes l’hiéromoine Stéphane (Igoumnov). La discussion a porté sur l’action commune des deux Églises pour la protection des chrétiens et la promotion commune des valeurs chrétiennes dans la société d’aujourd’hui. (d’après mospat.ru)

Photo : © mospat.ru



 


Barbecues géants pour évangéliser ensemble

 

9 octobre 2018 2018

21-25 août 2018 / Lille

L’association oecuménique « En route ensemble » a organisé du 21 au 25 août 2018 la dix-neuvième édition des barbecues d’évangélisation à la place Mitterrand à Lille. Totalement gratuits et ouverts à tous, ces rendez-vous conjuguant le partage, la louange, l’écoute et le témoignage, ont été portés, par une équipe d’une cinquantaine de bénévoles de différentes confessions chrétiennes : tous engagés au sein de leurs paroisses respectives.

« En route ensemble » est une association ayant pour objectif d’œuvrer pour l’unité des Églises chrétiennes par le biais de l’évangélisation commune à travers les barbecues géants. L’initiative a été inaugurée pour la première fois en l’an 2000. Depuis, au moins une fois par an au cœur de Lille se produit cette démarche originale. (d’après enrouteensemble.com et rcf.fr)

Photo : © enrouteensemble.com
L’équipe, le 25 août 2018.



 


Dixième assemblée générale du Forum œcuménique de femmes chrétiennes d’Europe

 

18 mars 2019

7 - 11 août 2018 / Serbie

Plus de cent femmes membres du Forum œcuménique de femmes chrétiennes d’Europe [FOFCE], venues de 22 pays et de différentes Églises chrétiennes, se sont rassemblées au monastère orthodoxe Sveti Nicolaj à Soko Grad en Serbie du 7 au 11 août 2018. Dans leur message final, elles ont condamné « le viol, la maltraitance, les tortures et les violences faites aux femmes », tout en critiquant certaines « politiques actuelles, nationales et européennes, qui poussent les femmes », pour assurer leur survie, à des actes dégradant leur dignité de femme. En outre, elles ont demandé que la visibilité et la participation des femmes « soient pleinement reconnues et de façon significative » dans les Églises. (Source : Michelle Lefeuvre ; efecw.net)

EFECW est l’abréviation du nom du Forum en anglais : The Ecumenical Forum of European Christian Women.



 


« Tous chrétiens »

 

12 octobre 2018 2018

29 septembre 2018 / Trappes

Pour leur fête de rentrée de l’aumônerie le 29 septembre 2018, des collégiens et lycéens de Trappes sont allés à la rencontre d’autres chrétiens des environs. Ils ont entendu la prière du Notre Père récité en arabe par des catholiques maronites de Trappes. Puis, en rencontrant les protestants de Miss Pop (Fraternité Mission Populaire), ils ont appris qu’ils pratiquent l’évangélisation en actes plutôt qu’en paroles, tout en étant ouverts au dialogue quand une relation de confiance existe. Lors de leur rencontre avec des membres de la communauté orthodoxe roumaine à la chapelle de la Boissière, ils ont compris que pour eux chaque geste, chaque détail de la liturgie est chargé de sens. Après une fervente prière commune pour demander un bon début d’année scolaire, ils ont apprécié un grand goûter avec de la brioche aux loukoums. L’après-midi s’est terminé par une messe à l’église Saint-Médard d’Élancourt. Une collégienne a commenté : « c’était intéressant grave ! » (d’après Claire Mathieu, animatrice d’aumônerie)

Photo : D.R.
La paroisse orthodoxe roumaine Saint Jean Cassien – Sainte Geneviève de Trappes a constitué l’avant-dernière étape de la journée œcuménique des étudiants.



 


HackmyBible

 

10 janvier 2019

28-30 septembre 2018 / Paris

Paris – Le projet HackmyBible (littéralement : pirater ma Bible) de l’Alliance biblique française [ABF] a réuni du 28 au 30 septembre 2018 plus de quarante participants et une trentaine de bénévoles à Paris. Programmeurs, développeurs, biblistes, communicants, entrepreneurs, tous de confessions différentes et passionnés par la Bible, ont travaillé sur sept projets en développant durant le week-end des prototypes d’applications, par exemple Biblink : pour établir le lien entre la Bible et l’art, Bibliscop : pour générer des liens entre les textes de la Bible, Raconte-moi la Bible : un assistant vocal pour mieux connaître la Bible ou Biblia : un réseau social chrétien rassemblant des groupes d’animations d’Églises locales autour de versets bibliques.

Selon un sondage commandité par l’ABF en 2010, 66 % des Français considéraient la Bible comme une référence culturelle, pourtant moins de 1 % déclarait la lire régulièrement. Aussi le présent projet a pour objectif de mieux présenter la Bible dans l’espace numérique, en multipliant les voies d’accès.

Source : hackmybible.com

Photo : © ABF



 


« Accueillir les migrants, jusqu’où ? »

 

27 septembre 2018 2018

20 septembre 2018 / Montbéliard

Les conférences « Parlons-en ! » sont une initiative du diocèse de Belfort-Montbéliard, mise en place par Mgr Blanchet, pour accompagner la parole de l’Église dans l’espace public, sur des sujets d’actualité et de société.

À l’espace Saints Pierre et Paul de Montbéliard, catholiques et protestants se sont retrouvés et invitaient à une soirée d’échanges sur la question de l’accueil des migrants et des réfugiés, animée conjointement par Mgr Dominique Blanchet, et l’Inspecteur ecclésiastique luthérien, le pasteur Mayanga Elysé Pangu. Deux cent cinquante personnes étaient présentes. Cette conférence a été préparée par les deux intervenants et donnée à deux voix. Ils ont donné un point de vue commun confessionnel, protestant et catholique, sur la question.

Dans un premier temps, Mr Nicolas Jeune, adjoint de direction chez Forum réfugiés - Cosi à Lyon, a parlé du droit d’asile et de la situation actuelle en France sur l’application de ce droit, d’un point de vue professionnel.

Dans un second temps, Mgr Blanchet et le pasteur Pangu ont, ensemble, interpelé l’assemblée sur les points de vigilance à partir de la Bible et de la foi chrétienne. Parcourant l’Ancien et le Nouveau Testament, ils ont montré que l’accueil de l’étranger est au cœur de la révélation biblique, malgré les tensions qui traversent les diverses traditions. L’Évangile peut-il éclairer notre action aujourd’hui ? Pas de parole possible sans actes. Malgré des tensions normales dans le discernement, l’Évangile nous donne des repères éthiques pour agir.

Après un temps d’écoute, le public fut invité à partager ses questions, dans un débat nourri et respectueux. Le témoignage de deux demandeurs d’asile a concrétisé les propos de la soirée. (D’après père Jean Bouhelier, délégué épiscopal à l’oecumenisme)

Photo : D.R.
De gauche à droite : Mgr Blanchet, le pasteur Mayanga Pangu, l’animateur du débat, Mr Nicolas Jeune.



 


Journée nationale œcuménique des soins palliatifs

 

10 janvier 2019

12 septembre 2018 / Zurich

Zurich – Organisée le 12 septembre 2018 conjointement par la Fédération des Églises protestantes de Suisse [FÉPS] et la Conférence des évêques suisses, la Journée nationale oecuménique « Communautés de soins : les soins palliatifs dans les paroisses » a rassemblé à Zurich quelques 80 experts et responsables protestants et catholiques. Aujourd’hui, l’accompagnement spirituel des personnes malades ou en fin de vie par des aumôniers « n’est plus une évidence » et de « nouvelles réponses » sont nécessaires selon Esther Gaillard, vice-présidente du FÉPS. Aussi, l’investissement des paroisses dans la prise en charge des malades, notamment dans le cadre des soins palliatifs ambulatoires, est vital. Une manière de vivre l’Église « en dehors des murs des églises » selon Christoph Sigrist, enseignant en diaconie à l’Université de Berne, permet aux personnes atteintes d’une maladie incurable, même en fin de vie et malgré leur isolement, d’appartenir à une communauté élargie.

Sources : kirchenbund.ch et cath.ch

Photo : © Erangi Kaushalya / www.flickr.com



 


Discernement et vie chrétienne

 

10 janvier 2019

5 - 8 septembre 2018 / Bose

Bose – Le 26e colloque oecuménique international de spiritualité orthodoxe s’est tenu au monastère de Bose du 5 au 8 septembre 2018 sur le thème « Discernement et vie chrétienne ». Plusieurs hiérarques, dont le pape François et le patriarche oecuménique Bartholomée, ont adressé des messages aux participants, lus au début de la session. Le frère Enzo Bianchi, fondateur de la communauté, a défini le discernement comme « art de choisir » lié non seulement à la vie personnelle, mais aussi à la vie ecclésiale et aux relations entre les Églises. Une vingtaine d’orateurs venus du monde entier ont approfondi le sujet chez les Pères de l’Église. Ils ont précisé le rapport du discernement au temps présent et l’histoire ecclésiale, sans oublier le rôle précieux de cette vertu pour la vie chrétienne, les dialogues œcuméniques et les accords théologiques.

Source : monasterodibose.it

Photo : ©monasterodibose.it



 


Le groupe catholique-orthodoxe Saint-Irénée adopte un texte sur la primauté et la synodalité

 

10 janvier 2019

17-21 octobre 2018 / Graz (Autriche)

Graz (Autriche) – La quinzième session annuelle du groupe international de travail catholique-orthodoxe Saint-Irénée s’est déroulée à Graz (Autriche) du 17 au 21 octobre 2018. Les sessions se tinrent à Mariatrost, maison de formation du diocèse, sous la présidence de Gerhard Feige, évêque de Magdebourg, co-président catholique du Groupe de travail, et du nouveau co-président orthodoxe, Mgr Serafim (Joantă), métropolite roumain d’Allemagne, d’Europe centrale et d’Europe du Nord. Le document « Au service de la communion. Repenser les relations entre primauté et la synodalité » auquel les 26 théologiens (13 de chaque Église) travaillent depuis quelques années fut adopté à l’unanimité. Disponible pour l’heure en anglais 2, le rapport de 42 pages explorant la question de point de vue herméneutique, historique et systématique sera prochainement traduit et édité également en français et en allemand.

La prochaine réunion du groupe aura lieu en octobre 2019 à Trbinje (Bonsnie-Herzégovine) et portera sur les questions posées par le schisme et l’unité.

Source : Hervé Legrand, o.p.

Photo : D.R.



 


Le mouvement Sève fête ses 80 ans

 

10 janvier 2019

13 octobre 2018 / Paris

Paris – Le mouvement oecuménique et laïc Sève a fêté ses 80 ans le 13 octobre 2018 à Paris sous le chapiteau du cirque Bormann 1 en présence d’un grand nombre de ses adhérents et de responsables d’Églises. Fondé en 1938 par Marguerite Hoppenot, laïque et mère de famille, à l’appel du cardinal Verdier, archevêque de Paris, il propose à ses 1400 membres en France et à l’étranger, un accompagnement spirituel des personnes en quête de sens. Une place importante à la recherche de l’unité entre les hommes et les chrétiens est accordée en son sein. Aux yeux de sa fondatrice, ces derniers parviendront à l’unité s’ils deviennent : « plus chrétiens que catholiques, plus chrétiens que protestants, plus chrétiens qu’orthodoxes, plus chrétiens qu’anglicans,
plus chrétiens que progressistes… qu’intégristes. »

Source : mouvement-seve.fr



 


« Les voix de l’Unité »

 

18 octobre 2018 2018

11 octobre 2018 / Paris

Le 11 octobre 2018 à la cathédrale orthodoxe russe Sainte-Trinité à Paris a eu lieu le concert de lancement du CD « Les Voix de l’Unité » : des séminaristes du séminaire orthodoxe russe d’Épinay-sous-Sénartet et du séminaire catholique Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux, unis en un seul chœur. Devant une église pleine, où était présents, entre autres, Mgr Nestor (Sirotenko), évêque de Chersonèse, Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique en France, Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié et président du Conseil pour l’unité des chrétiens au sein de la Conférence des évêques de France et Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, les choristes ont interprété ensemble des chants propres aux deux traditions, entrecoupés par des méditations dont voici la première : « Nous tous qui partageons le même baptême voulons témoigner. Nos traditions latine et byzantine révèlent l’universalité de l’Évangile. Avant que les défauts de compréhension ou de charité provoquent une dramatique séparation, n’oublions pas combien cette pluralité de traditions reflète la richesse inépuisable du mystère de Dieu. »

L’intégralité des bénéfices du concert et de la vente du CD, sorti le 28 septembre 2018 aux éditions Jade, sont reversés à un fonds pour la reconstruction d’églises en Syrie, géré par l’AED : Aide à l’Église en Détresse. (d’après facebook.com/lesvoixdelunite)

Photo : © Les Voix de l’Unité



 


Décès du métropolite Bishoy

 

16 octobre 2018 2018

2 octobre 2018 / Damiette (Égypte)

Le métropolite Bishoy de Damiette est décédé le 3 octobre 2018 à l’âge de 76 ans.

« Non seulement les Églises du Moyen-Orient, mais aussi les chrétiens du monde entier regretteront la disparition de ce leader dynamique de l’œcuménisme », a confié le secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises [COE] le pasteur Olav Fykse Tveit. Coprésident du dialogue entre les Églises orthodoxes orientales et la Communion anglicane et de celui avec les Églises orthodoxes, le métropolite copte-orthodoxe a œuvré activement au sein du COE en tant que membre du Comité exécutif (de 2006 à 2013), de « Foi et constitution » et du Comité central (respectivement de 1991 et 2013 jusqu’à son décès). (d’après oikoumene.org)

Photo : © Odair Pedroso Mateus / WCC



 


80 ans d’Association française des foyers mixtes

 

10 janvier 2019

25 novembre 2018

Créteil – L’Association française des foyers mixtes interconfessionnels chrétiens [AFMIC] organisait une journée de rencontre le 25 novembre 2018 en la cathédrale de Créteil : plus de 80 personnes étaient réunies avec une volonté commune de mettre l’accent sur ce qui les unit, qui est plus important que ce qui divise. Être foyer mixte, c’est être dans une « conversation continue » entre les deux conjoints, et vivre ensemble la richesse des différences.

Le baptême, l’éducation religieuse des enfants, les sacrements, la foi, la réconciliation dans le couple, le dimanche, la prière, la lecture de la Bible en couple, autant de sujets sur lesquels il est toujours important d’échanger et de partager nos expériences, très variables selon les générations ! Et en cette période de déchristianisation et de risque d’exaspérer ses enfants, on n’a plus le luxe de se diviser !

Les foyers mixtes ont un rôle particulier pour faire avancer l’Église et les chrétiens chrétiens dans l’approfondissement de la foi : renoncer à « détenir seul la vérité », et témoigner de la différence comme richesse. En somme, il s’agit d’un modèle vécu de l’unité des Églises.

Mgr Santier a rappelé l’importance de la formation des prêtres sur ces sujets et le rôle clé des foyers mixtes dans les paroisses pour rayonner de l’amour de Dieu. Il a aussi demandé pardon pour les éventuelles maladresses commises et les blessures involontaires.

La journée s’est terminée par une messe. Elle était un témoignage fort d’accueil et d’ouverture pour avancer ensemble sur le chemin de l’unité.

Source : Éric Lombard, président de l’AFMIC



 


Rencontre européenne de Taizé à Madrid

 

14 janvier 2019

28 décembre 2018 - 1er janvier 2019 / Madrid

La quarante et unième rencontre européenne, organisée par la communauté de Taizé , a rassemblé 15 000 jeunes chrétiens de différentes confessions à Madrid du 28 décembre 2018 au 1er janvier 2019. Le thème « n’oublions pas l’hospitalité » est, selon le frère Alois, « une valeur fondamentale pour tout être humain ». Le prieur de la communauté a souligné, dans ses méditations, l’importance de cette vertu pour l’existence même de chacun : « nous sommes venus à la vie comme de petits bébés fragiles qui ont eu besoin d’être accueillis pour vivre », a-t-il poursuivi, avant d’inviter à une certaine ascèse : « nous accueillir mutuellement suppose […] d’accepter des limites, les miennes et celles des autres ».

Silence, prières rythmées par les chants de la communauté et de nombreux ateliers – « découvrir la pastorale des prisons », « l’expérience de l’hospitalité des premiers chrétiens », ou bien « découverte de la vie de Thérèse d’Avila, mystique et réformatrice du siècle d’or espagnol », « réflexion sur la Philocalie, recueil de textes spirituels anciens de la tradition orthodoxe »… - ont permis aux participants d’approfondir le sujet par et dans l’échange avec d’autres chrétiens.

La prochaine rencontre européenne de jeunes aura lieu en Pologne dans la ville de Wrocław du 28 décembre 2019 au 1er janvier 2020.
(Source : taizé.fr)

Photo : © Taizé



 


Sainte Lioudmila de Tchéquie unit catholiques et orthodoxes

 

25 avril 2019

13 décembre 2018 / Prague

Le 13 décembre 2018, le cardinal de Prague Dominik Duka a offert une relique de sainte Lioudmila (860- 921), princesse de Tchéquie, à l’église dédiée à cette sainte, située sur le site de l’ambassade de Russie à Prague. La cérémonie a eu lieu au palais des archevêques de la capitale de Tchéquie. L’archiprêtre Nicolas Lichtcheniouk, recteur du métochion [1] de l’Église orthodoxe russe à Karlovy Vary, et l’archiprêtre Vladimir Abrossimov, recteur de l’église Sainte Lioudmila de Tchéquie, ont reçu les reliques. En signe de gratitude, une icône de la Mère de Dieu a été offerte au cardinal Duka.
Source : mospat.ru

Photo : © mospat.ru



[1Un métochion est un territoire dépendant d’un monastère ou d’une Église orthodoxe. Il s’agit, le plus souvent, d’un monastère, qui maintient son lien spirituel avec la communauté dont il est issu, même si parfois des centaines de kilomètres peuvent séparer les deux.

 


Face à la fusillade : les chrétiens prient ensemble

 

8 avril 2019

11 décembre 2018 / Strasbourg

Le 11 décembre 2018 un homme a tué trois personnes et blessé grièvement une douzaine d’autres en tirant sur des passants au marché de Noël de Strasbourg. L’acte a été revendiqué par Daesch. Des chrétiens de différentes confessions ont eu le courage de répondre à la barbarie par la prière commune : des célébrations œcuméniques ont eu lieu le 12 décembre dans le Temple Neuf et le 13 décembre dans la cathédrale de Strasbourg. « Nous condamnons fermement tout acte de violence » a déclaré Christian Albecker, président du Conseil de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine, dans un communiqué, rappelant que les Églises protestantes du monde entier ont choisi pour mot d’ordre de l’année 2019 ce verset du Psaume 34 : « Recherche la paix et poursuis-là ! ». « Le message de Noël n’a pas été contredit, mais confirmé par cette nuit dramatique », a analysé dans son homélie Mgr Ravel, faisant écho au massacre des enfants innocents accomplis sur l’ordre du roi Hérode, en raison même de la Nativité. « Capitale européenne, Strasbourg est aussi capi¬tale de Noël », comme jadis « le mal et le bien sont présents » et pourtant, a poursuivi l’archevêque, « c’est le bien qui aura le dernier mot […] si nous ne nous laissons pas piéger par les vieux démons ».
Source : protestants.org et alsace.catholique.fr



 


Célébration œcuménique pour les chrétiens du Moyen-Orient

 

25 avril 2019

4 décembre 2018 / Londres

Une célébration œcuménique dédiée à « la contribution des chrétiens au Moyen-Orient » s’est tenue le 4 décembre 2018 à l’Abbaye de Westminster à Londres. Plusieurs hiérarques dont une douzaine de représentants des différentes Églises chrétiennes du Moyen-Orient et Afrique du Nord, ont pris part à l’office. « Lorsque l’Église de Jésus-Christ est attaquée, c’est une attaque contre le Christ Lui-même », a remarqué dans son homélie l’archevêque de Canterbury Justin Welby, avant de pour suivre : « quand une partie de l’Église souffre, nous souffrons aussi, et pourtant la distance et l’ignorance font disparaître la douleur que nous devrions ressentir ». « Nous sommes originaires de la terre […] arrosée non seulement par le sang de nombreux martyrs, mais par le sang du plus grand des martyrs, notre Seigneur Jésus-Christ » a déclaré le patriarche grec orthodoxe de Jérusalem Théophile III, tout en demandant que cette région reste « ouverte à tous ».

Dans son allocution, le prince Charles, également présent à la célébration, s’est fait l’écho de ses rencontres avec « plusieurs chrétiens habités d’une foi et d’un courage si inspirants ». Rappelant leur lutte « contre l’oppression et la persécution », il a partagé son admiration à l’égard de « la grâce extraordinaire et la capacité de pardon » véhiculées par ceux « qui ont tant souffert ».
Source :westminster-abbey.org

Photo : © westminster-abbey.org



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=196


Document