Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=44

Mai 2012



Neuf Églises des Pays-Bas signent un accord de reconnaissance du baptême

 

4 décembre 2012 2012

29 mai / Pays-Bas

La reconnaissance du baptême existait déjà aux Pays-Bas de manière bilatérale, par exemple entre catholiques et réformés. La nouveauté de l’accord signé le 29 mai est qu’il est multilatéral, et qu’il comporte deux textes, qui entérinent des niveaux d’accord différents : dans le premier, les neuf signataires reconnaissent comme unique et valide le baptême administré par leurs Églises respectives, prononcé « au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit », que ce soit par immersion complète ou par simple aspersion ; ce sont l’Église anglicane des Pays-Bas, l’Église protestante aux Pays-Bas [luthéro-réformée], l’Église catholique, l’Église syriaque orthodoxe, l’Église vieille catholique de l’Union d’Utrecht, l’Union des Églises évangéliques libres, l’Église morave, l’Église protestante des Moluques et la Fraternité remonstrante. Ces neuf Églises ont également signé une Déclaration de rapprochement avec deux autres familles ecclésiales : la Fraternité mennonite et l’Association des communautés évangéliques et pentecôtistes, qui ne reconnaissent pas le baptême des enfants. (d’après H. Munsterman)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Message du pape au catholicos de l’Église assyrienne d’Orient

 

4 décembre 2012 2012

27 mai / Vatican

Le 27 mai, le primat de l’Église assyrienne d’Orient Mar Dinkha IV a reçu du pape, à l’occasion du cinquantième anniversaire de son ordination épiscopale, un message de remerciements pour la promotion d’un dialogue constructif, d’une coopération féconde et d’une amitié croissante entre les deux Églises. « Je me souviens de votre présence lors des funérailles de Jean-Paul II et, auparavant, de votre visite de 1994 à Rome, pour signer la Déclaration conjointe sur la christologie », écrit le pape. (d’après Zenit, 29 mai)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Deuxième Nuit des églises

 

4 décembre 2012 2012

27 mai / Lausanne

La seconde édition de la Nuit des églises a eu lieu le 27 mai entre 19h et 2h à Lausanne et dans sa région. 32 lieux de culte de toutes confessions – catholiques, protestants, orthodoxes – ont ouvert leurs portes à un large public. Des manifestations culturelles, spirituelles, liturgiques y étaient organisées. Chaque heure était « criée » par une personnalité depuis le beffroi de la cathédrale, en souvenir du guet d’autrefois. À Neuchâtel aussi, toutes les églises catholiques et protestantes sont restées ouvertes et de nombreux événements y étaient prévus.

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Forum des Jeunes adultes chrétiens

 

4 décembre 2012 2012

26 mai / Paris

Tout au long du week-end de Pentecôte, les Jeunes Professionnels, en collaboration avec plusieurs mouvements chrétiens, organisaient un « événement national ». Cette rencontre, la troisième du genre, a rassemblé un millier de jeunes professionnels chrétiens venus de la France entière, autour du thème : « Aimons en actes et en vérité » (1 Jn 3,14-24). Conférences, temps de prière, moments de fête et ateliers – certains animés par des œcuménîmois (jeunes ayant participé aux rencontres œcuméniques de Nîmes), ont jalonné ce rassemblement. (d’après cojp.cef.fr)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


XIVe Congrès panorthodoxe européen

 

4 décembre 2012 2012

26 mai / Strasbourg

Sous l’égide de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale organisait du 26 au 28 mai son XIVe Congrès. Le but est de rassembler tous les trois ans les orthodoxes de toutes juridictions, venus de divers pays d’Europe, « pour prier, débattre et manifester l’unité de l’orthodoxie autour de ses évêques ». Plus de 600 personnes se sont rassemblées cette année sur le thème La vérité vous rendra libres. Notant que « partout en Europe les communautés se multiplient à l’envi selon des critères juridictionnels et non locaux, créant une situation de malaise pour les fidèles orthodoxes et de confusion pour (nos) frères catholiques et protestants », la Fraternité orthodoxe a appelé une nouvelle fois à une organisation de la diaspora « conforme à la nature et aux canons de l’Église : en chaque lieu un seul évêque, car il y a un seul peuple de Dieu ». Ce XIVe Congrès a eu la particularité d’intégrer à différents endroits de son programme la participation de personnalités catholiques et protestantes de Strasbourg, pasteurs, prêtres ou laïcs, et de bénéficier de l’hospitalité des Églises protestantes et catholiques pour célébrer ses offices. (d’après D. Gousseff, in Œcuménisme Informations n° 427, juillet-août-septembre 2012)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Hommage aux chrétiens morts pour leur foi

 

4 décembre 2012 2012

25 mai / Paris

Après Grenoble, Bayonne et Lille, la Nuit des Témoins a été célébrée le 25 mai à Paris : il s’agissait de rendre hommage aux chrétiens qui ont donné leur vie pour leur foi au cours de l’année écoulée, mais également à tous ceux qui restent fidèles aujourd’hui malgré les dangers encourus. Plus de 3500 personnes ont participé à la messe célébrée à Notre Dame de Paris. Le lendemain avait été installée sur le parvis de la cathédrale une véritable palmeraie, les croyants de différentes confessions morts pour leur foi étant symbolisés chacun par un palmier. Cette exposition très visitée avait été mise sur pied par l’Aide à l’Église en Détresse, en lien avec l’association évangélique Portes Ouvertes pour les martyrs protestants (Guled Jama Muktar, en Somalie ; John et Wanda Casias, au Mexique ; Mark Ojunta, au Nigeria). Un manifeste pour la liberté religieuse a été signé à cette occasion par la Fédération protestante de France, le Conseil national des évangéliques de France, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et la Conférence des évêques [catholiques] de France – comme par le Grand Rabbin de France, le Conseil français du culte musulman et l’Union bouddhiste de France. (www.aed-france.org)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Les évangéliques français rejettent la théologie de la prospérité

 

18 juin 2014 2014

L’assemblée plénière du Conseil national des Évangéliques de France (CNEF) a adopté à l’unanimité un document qui condamne la « théologie de la prospérité.

Le 22 mai 2012 l’assemblée plénière du Conseil national des Évangéliques de France (CNEF) a adopté à l’unanimité un document qui condamne la « théologie de la prospérité », une dérive théologique qui marque la vie de certaines Églises.

Préparé par son Comité théologique [1], le texte du CNEF précise tout d’abord les contours de ce courant théologique qui enseigne « qu’en plus du salut, le Christ promet et assure à ceux qui mettent en œuvre leur foi, la richesse matérielle, la santé et le succès ».

Les rédacteurs sont bien conscients que la promesse d’une prospérité matérielle répond « aux aspirations matérialistes d’une frange du christianisme occidental, qui y trouve enfin un langage “décomplexé” sur l’argent » et qu’elle rejoint aussi, par les espoirs qu’elle suscite, « bien des populations dont la réalité quotidienne est la souffrance et la misère ». Toutefois les théologiens du CNEF pointent la faiblesse des fondements bibliques de cet « évangile de la prospérité ». Ils rejettent également une loi divine de « retour au centuple » selon laquelle plus un croyant donne, plus il lui serait donné [2].

Ce document du CNEF constitue un premier accord théologique pour les évangéliques français de sensibilités aussi différentes que les pentecôtistes et les « piétistes-orthodoxes ». Sur le fond, cette clarification doctrinale était attendue par de nombreux évangéliques mal à l’aise avec la « théologie de la prospérité ». Elle rassurera également dans d’autres familles ecclésiales où l’on ne peut qu’approuver l’argumentaire du CNEF [3].

Ce rejet clair d’un courant doctrinal jugé déviant n’est pas sans conséquences ecclésiologiques. En effet l’Annuaire évangélique, un outil de référence édité par le CNEF, écarte délibérément les communautés qui professent « l’évangile de la prospérité », en refusant donc de les considérer comme « Églises évangéliques » [4]. Sans doute est-il exagéré de voir dans le CNEF – né en juin 2010 – un nouveau « Saint Office », comme certains l’ont déjà regretté [5]. Mais il faut reconnaître que, dans une famille ecclésiale de tradition congrégationaliste insistant sur l’autonomie des Églises locales, il n’est sans doute pas facile d’accepter l’existence d’un organisme régulateur, habilité à intervenir sur le terrain théologique, et par conséquent à déterminer une doctrine officielle.

Franck LEMAÎTRE

La prospérité matérielle

Ce qu’enseigne la « théologie de la prospérité »
La richesse est acquise au chrétien, avec le salut. Dieu veut que ses enfants prospèrent matériellement (3 Jn 2) et qu’ils connaissent la réussite, y compris financière (Jos 1,8 ; 1 Ch 20, 20 ; Neh 2,20 ; Ps 1,3).

Ce que dit le document du CNEF

Si la guérison physique fait partie des signes du Royaume inaugurés par Jésus, il n’en va pas de même pour la prospérité matérielle. Où et quand a-t-il enrichi matériellement la moindre personne, ou invité à venir à lui pour être béni financièrement ? Au contraire, les mises en garde abondent, dans la bouche de Jésus, contre l’amour de l’argent et contre l’idolâtrie de la réussite matérielle. Lorsque Jésus invite à le suivre, il n’utilise pas le langage aguicheur de la prospérité, mais il souligne l’exigence du don de soi, selon son propre exemple. […] Affirmer que Dieu associe la prospérité financière de ses enfants au don du salut et faire de la prospérité matérielle une motivation pour le salut, c’est contourner l’évidence massive de l’enseignement de Jésus sur le royaume de Dieu.



[1En sont membres des évangéliques de toutes sensibilités : Jacques Buchhold (Faculté libre de théologie de Vaux sur Seine), Yannick Imbert (Faculté libre de théologie réformée d’Aix en Provence), Lydia Jaeger (Institut biblique de Nogent), Kelly Akarasis (Assemblées de Dieu), Jean-Marie Ribay (Fédération des Églises du plein évangile en francophonie) et Thierry Huser (Église du Tabernacle, Association baptiste).

[2Exemple de cette loi de la compensation : « J’ai commencé à constater que de bonnes choses se manifestaient autour de moi. Je donnais une paire de chaussures, et j’ai constaté que trois ou quatre paires revenaient. J’ai continué à donner des montres, et j’ai constaté qu’une Rolex de très grande valeur a sauté jusqu’à mon poignet » (Robert TILTON, God’s Laws of Success).

[3Même si, dans le document du CNEF, la critique d’une croyance en l’efficacité du rite pourrait gêner d’autres Églises dans leur théologie des sacrements.

[4Il est facile de repérer des Églises – même de grande taille – qui n’y figurent pas (cf. www.eglises.org).

[5Cf. actu-chretienne.net

 


Un 3e forum sur le leadership chrétien

 

4 décembre 2012 2012

21 mai / Londres

C’est au Royal Albert Hall que la paroisse anglicane londonienne Holy Trinity Brompton a organisé sa rencontre annuelle sur le leadership chrétien. Holy Trinity Brompton, qui est à l’origine des parcours Alpha, y a réuni les 21 et 22 mai plus de 4000 responsables chrétiens, de toutes confessions, de tous pays d’Europe, pour réfléchir à ce que veut dire animer une communauté chrétienne, mais aussi assumer, en chrétien, des responsabilités dans les divers domaines de la vie. Des personnalités comme l’ancien premier ministre Tony Blair ou des pasteurs évangéliques américains célèbres ont fait part de leur expérience au cours de ces deux journées. (d’après uk-england.alpha.org)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Il n’y a plus d’Église d’État en Norvège

 

4 décembre 2012 2012

21 mai / Oslo

Le parlement norvégien, à une large majorité, a aboli le 21 mai la disposition constitutionnelle qui faisait du luthéranisme la religion d’État. La conséquence pour l’Église est que c’est dorénavant elle, et non plus l’État, qui nomme évêques et doyens. L’impôt ecclésiastique tel qu’il existe actuellement est supprimé et les membres du gouvernement ne sont plus obligatoirement membres de l’Église luthérienne. L’État cependant continuera à soutenir l’Église comme communauté de croyants. L’Église luthérienne de Norvège était en faveur de ce changement : « Nous vivons dans une société pluraliste et beaucoup des habitants de ce pays ne sont pas membres de l’Église luthérienne. La nouvelle loi est un signe en vue d’une égalité de toutes les confessions et religions », expliquait dès avant le vote Trude Evenshaug, porte-parole du Conseil de l’Église luthérienne. C’est en 1537 que le roi Christian III de Danemark avait imposé le luthéranisme comme religion d’État dans son pays, auquel la Norvège était alors unie.

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Une vision chrétienne de la communication ?

 

4 décembre 2012 2012

21 mai / Paris

À l’occasion de la 46e Journée mondiale des communications sociales, le Collège des Bernardins a organisé le 21 mai, en collaboration avec le site orthodoxie.com, une soirée sur la vision chrétienne des médias et de la communication. À cette occasion a été présenté le livre du P. Christophe Levalois, Prendre soin de l’autre – une vision chrétienne de la communication, tout juste publié au Cerf, qui montre que la communication chrétienne doit être basée sur la communion et non pas, comme ailleurs, sur des rapports de force.

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Catholiques et évangéliques disent non ensemble à l’assistance au suicide

 

4 décembre 2012 2012

21 mai / Lausanne

Catholiques et évangéliques dans le canton de Vaud ont exprimé ensemble leur refus de l’assistance au suicide dans les établissements médico-sociaux . « C’est une première que catholiques et évangéliques s’engagent côte à côte pour alerter la population vaudoise sur les enjeux d’une votation », écrit dans un communiqué le 16 mai la Fédération romande d’Églises évangéliques (FREE). Du 21 au 24 mai, les Églises de la FREE et des représentants de l’Église catholique dans le canton de Vaud ont organisé à Vevey, Lausanne et Yverdon-les-Bains trois tables rondes, pour « permettre à chacun d’entendre ce que des catholiques et des évangéliques ont à dire sur les votations du 17 juin ». (d’après APIC, 16 mai) Les Vaudois ont finalement voté le 17 juin à une large majorité pour le contre-projet du Conseil d’État, qui encadre la possibilité de recourir à l’assistance au suicide.

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Luthériens et réformés créent l’Église protestante unie

 

4 décembre 2012 2012

19-20 mai / Belfort

Par un vote historique qui concluait un long processus, l’Église évangélique luthérienne de France et l’Église réformée de France, réunies en synode commun à Belfort, ont approuvé leur union. Le premier synode national de l’Église protestante unie de France se tiendra du 9 au 12 mai 2013 à Lyon. (lire Unité des Chrétiens, N°167 - juillet 2012, Naissance de l’Église protestante unie de France)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Être orthodoxe en Suisse

 

4 décembre 2012 2012

17 mai / Chambésy (suisse)

Une journée de rencontre pour tous les orthodoxes de Suisse, à quelque patriarcat qu’ils appartiennent, était organisée pour la première fois le 17 mai par l’Assemblée des évêques orthodoxes de Suisse [AEOS] [1], au Centre du Patriarcat œcuménique de Chambésy près de Genève. Les six évêques orthodoxes en Suisse ont concélébré la liturgie (en utilisant tour à tour le grec, le slavon, l’arabe, le serbe, le roumain et le français) avec tous les prêtres présents, en l’église Saint Paul du Centre du Patriarcat œcuménique, en présence d’environ 300 fidèles venus de toutes les régions de Suisse. Mgr Silvano Tomasi, représentant le Saint Siège auprès des Nations Unies à Genève, Mme Charlotte Kuffer, présidente de l’Église protestante de Genève, Mgr Charles Morerod, évêque catholique de Lausanne, Genève et Fribourg, Mgr Hans Gerny, évêque catholique-chrétien, et le chanoine John Gibaut, représentant le Conseil œcuménique des Églises, étaient présents. À la fin de la liturgie, Mgr Jérémie, métropolite de Suisse (Patriarcat de Constantinople) et président de l’AEOS a souligné l’importance de l’unité des orthodoxes pour le témoignage au monde d’une même et unique foi en Jésus-Christ.

Après la célébration, la rencontre s’est prolongée par un repas fraternel dans les locaux du Centre orthodoxe. Le sociologue des religions Jean-François Mayer a présenté de façon détaillée les communautés orthodoxes de Suisse [2], puis le hiéromoine Gabriel (Bunge) a parlé de la signification théologique de la présence orthodoxe en Occident. La rencontre s’est conclue par un message d’espoir et de soutien adressé à toute l’assistance par des jeunes issus de toutes les communautés. (d’après orthodoxie.com, mai 22)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



[1L’Assemblée des évêques orthodoxes de Suisse a été créée en 2010, suite à la recommandation de la 4e Conférence panorthodoxe préconciliaire de 2009.

[2Il y a environ 130 000 fidèles orthodoxes en Suisse, dont la moitié viennent de l’ex-Yougoslavie.

 


Jury œcuménique : un choix d’après les valeurs de l’Évangile

 

4 décembre 2012 2012

16 mai / Cannes

Le jury œcuménique du Festival de Cannes (16-27 mai) était composé en 2012 des Français Magali van Reeth, secrétaire générale de Signis-France (Association catholique mondiale pour la communication), du pasteur Jean-Luc Gadreau, rédacteur en chef du magazine Horizons évangéliques, du Togolais Kodjo Ayetan, rédacteur au journal Présence chrétienne et directeur de publication de Camera, de la cinéaste canadienne Marianne Smiley et du Bulgare Bojidar Manov, doyen de la faculté des Arts de l’écran à l’Académie nationale de l’art du théâtre et du film à Sofia ; son président était le Suisse Charles Martig, directeur du Service catholique alémanique de médias (Katholischer Mediendienst/KM). Le Jury a attribué son Prix à Jagten (La Chasse) du Danois Thomas Vinterberg, qui met en scène « une partie de chasse où le gibier est un homme bon, en proie à la méfiance et à la manipulation d’une communauté déchirée, à la recherche du pardon et de l’harmonie perdue ». La mention spéciale est allée à Beasts of the Southern Wild (Les Bêtes du sud sauvage) de l’Américain Benh Zeitlin, film « où les rôles fondamentaux de la liberté, des relations humaines et de la famille sont développés avec beaucoup d’émotion et d’originalité. » (d’après cannes.juryoecumenique.org)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Un « bateau œcuménique » sur le lac Léman

 

4 décembre 2012 2012

12 mai / Vevey (Suisse)

Un événement original a réuni près de 750 chrétiens de divers horizons confessionnels le samedi 12 mai à bord du Lausanne, le plus gros bateau de la Compagnie générale de navigation. Au cours d’une « croisière œcuménique » de deux heures, les participants étaient invités, après une prière commune, à se répartir en divers lieux de réflexion, de louange, de jazz chrétien, d’improvisation théâtrale, les enfants étant conviés à une « pêche miraculeuse ». Sur le site internet de la Communauté des Églises chrétiennes dans le canton de Vaud, le P. Paul Frochaux commente : « l’ambiance a été très fraternelle et l’expérience très symbolique : nous sommes tous sur le même bateau, le bateau de la foi en Jésus, et nous allons tous vers le même port qui sera un jour le Ciel ». Au terme de l’expédition, les participants étaient invités à une célébration à l’église Saint Martin de Vevey. (www.ceccv.ch)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Ensemble pour l’Europe

 

4 décembre 2012 2012

12 mai

Mouvements et communautés de toutes confessions et de toute l’Europe ont manifesté le 12 mai leur attachement à une vision spirituelle de la construction européenne, à l’occasion d’un rassemblement à Bruxelles, retransmis simultanément dans plus de 140 villes. (voir UDC n° 167 p. 5)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Ensemble pour l’Europe : une vision spirituelle pour le continent

 

18 juin 2014 2014

Le 12 mai 2012 Ensemble pour l’Europe organisait pour la troisième fois une manifestation pro-européenne et pan-européenne.

La dynamique d’Ensemble pour l’Europe est la résultante du travail commun de mouvements protestants depuis la fin des années 1960, que sont venus rejoindre à la fin des années 1990 toutes sortes de communautés et mouvements d’origine catholique (certaines marquées par le Renouveau charismatique, d’autres avec une forte dimension œcuménique), ainsi que des mouvements de jeunesse orthodoxes. Le 12 mai 2012 Ensemble pour l’Europe organisait pour la troisième fois une manifestation pro-européenne et pan-européenne.

Pour s’inscrire dans la démarche d’Ensemble pour l’Europe [1], un mouvement anglican, catholique, orthodoxe ou protestant doit d’abord et avant tout s’engager à respecter les autres communautés et mouvements, avec leurs charismes spirituels spécifiques (c’est-à-dire leurs manières de comprendre et de vivre l’Évangile), en abandonnant tous les préjugés qui ont pu, autrefois, marquer les relations entre les confessions chrétiennes. De ce point de vue, il est très clair que le rapprochement des nations jadis ennemies à la faveur de la construction européenne peut être comparé aux réconciliations vécues entre dénominations. Les 250 communautés et mouvements représentés à Bruxelles le 12 mai entendaient donc « être partie prenante de la construction de l’Europe et lui apporter leurs valeurs communes de fraternité et d’unité ».

Si les deux rassemblements de Stuttgart organisés par Ensemble pour l’Europe en 2004 et 2007 avaient permis de manifester la relation entre ces mouvements – composés essentiellement de laïcs – et les ministres des Églises (des dizaines d’évêques et de présidents d’Église étaient présents), la manifestation du 12 mai 2012 entendait établir un lien avec les personnalités politiques européennes [2]. D’où l’importance du message télévisé adressé par Herman van Rompuy, président du Conseil européen, ou de l’intervention de Romano Prodi, ancien président de la Commission européenne, qui a dénoncé « la renaissance de l’Europe des égoïsmes nationaux ».

Dans un contexte de morosité européenne, mouvements et communautés ont exprimé, dans le Manifeste de Bruxelles 2012, leur volonté de faire grandir l’attachement des citoyens à la construction européenne : « Face à la crise qui frappe notre continent, nous sentons, en tant que chrétiens et européens, qu’il nous appartient de ne pas nous replier sur nous-mêmes, dans des revendications nationales, dans l’antagonisme ou l’opposition, dans le chauvinisme, ni même de nous protéger derrière de nouveaux murs d’égoïsme politique et économique qui nous diviseraient les uns les autres, aussi bien au sein de notre continent, qu’entre le Nord et le Sud du monde. L’Europe a besoin de davantage d’unité. Si nos pays, nos peuples, veulent affronter seuls les défis d’un monde globalisé, ils seront voués à ne compter que pour peu de chose. L’Europe est un destin et une nécessité pour chacun de nos pays ».

Techniquement très réussi, Ensemble pour l’Europe 2012 a permis d’allier une manifestation internationale à Bruxelles et 144 rencontres locales simultanées dans toute l’Europe, dans une douzaine de villes françaises notamment. À Angers, Antibes, Besançon, Bordeaux, Le Mans, Lyon, Montpellier, Nice, Paris, Strasbourg, Toulouse, Versailles… ce sont les communautés et mouvements implantés en France qui ont animé cette journée : l’ACAT, l’ACER-MJO, l’Arche, le Chemin Neuf, les Parcours Alpha, les Focolari, Fondacio, Sant’Egidio, Sève, Taizé… pour ne citer que ceux dont l’engagement œcuménique est bien connu. À Nantes par exemple, c’est en présence de l’évêque Mgr Jean-Paul James, du pasteur Caroline Schrumpf, et du P. Lambert Van Dinteren, recteur de la paroisse orthodoxe, qu’a été donné le spectacle Je voudrais passer le flambeau, réalisé par quarante jeunes du mouvement des Focolari.

Catherine AUBÉ-ELIE



[2Un temps, il avait même été envisagé que le rassemblement central se tienne dans l’hémicyclique du Parlement européen.

 


Évêques catholiques et anglicans parlent d’une seule voix

 

4 décembre 2012 2012

9 mai / Juba (Soudan du Sud)

Au terme d’une rencontre qui a eu lieu du 9 au 11 mai à Yei, les évêques catholiques et épiscopaliens (anglicans) du Soudan du Sud ont publié un message commun dans lequel ils demandent à la communauté internationale de faire preuve de davantage de compréhension vis-à-vis des aspirations de la population du Sud-Soudan.

Les évêques font « le rêve de deux nations démocratiques et libres au sein desquelles toutes les religions, tous les groupes ethniques, toutes les cultures et toutes les langues jouiraient des mêmes droits basés sur la citoyenneté […] chrétiens et musulmans pouvant se rendre à l’église ou à la mosquée sans peur ». (d’après APIC, 17 mai)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


Office œcuménique pendant la vénération de la Tunique du Seigneur

 

4 décembre 2012 2012

5 mai / Trèves (Allemagne)

À l’occasion de l’exposition, en la basilique Saint Constantin à Trèves, de la relique de la Tunique du Seigneur, un office œcuménique rassemblant 2000 pèlerins a eu lieu le 5 mai. Toutes les confessions chrétiennes étaient représentées : catholiques (parmi lesquels des gréco-catholiques), vieux-catholiques, protestants de différentes confessions, coptes et orthodoxes. Les participants ont commémoré symboliquement leur baptême : les représentants des différentes Églises se sont tracé mutuellement, puis ensuite ont tracé sur tous les pèlerins, une croix avec de l’eau, sur le front ou sur les mains ouvertes, en prononçant les paroles : « Tu es baptisé au nom du Dieu trinitaire ». En souvenir, chacun a reçu une écharpe blanche de baptême. Le métropolite Augustin (Patriarcat de Constantinople) a ainsi reçu symboliquement une onction commémorant son baptême de l’évêque catholique de Spire Mgr Wiesemann. (d’après orthodoxie.com, 22 mai, et bistumspyer.de)

Ce geste a suscité un certain nombre de réactions négatives dans l’Église de Grèce et a valu au métropolite Augustin une lettre ouverte du métropolite Jérémie de Gortyna, mise en ligne sur le site de son diocèse le 28 juin. Après avoir souligné qu’il priait pour l’union avec les catholiques, dans la mesure où ceux-ci renonceraient à la primauté et à l’infaillibilité papales, le métropolite Jérémie conclut : « j’exprime avec les nombreux évêques, prêtres, hiéromoines, diacres, moines et moniales et la multitude innombrable des pieux chrétiens orthodoxes, la profonde affliction devant ce spectacle que nous avons vu sur internet, vous voyant ondoyé (bien que cela ait été avec de l’eau et dans une cérémonie symbolique), vous, évêque de l’Église orthodoxe, par un évêque catholique romain ». (d’après orthodoxie.com, 9 juillet et imgorrt.gr)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



 


ARCIC III : dialogue sur les fondamentaux de l’éthique

 

4 décembre 2012 2012

4 mai / Hong Kong

Réunie du 4 au 10 mai à Hong Kong pour la deuxième fois dans sa troisième phase [1], la commission internationale anglicane-catholique (ARCIC) a travaillé sur les thèmes qui lui ont été confiés : l’Église comme communion (au niveau local et universel) et le discernement éthique. Des études de cas ont été menées dans trois domaines : des questions qui semblaient résolues mais sont considérées sous un angle différent aujourd’hui (l’esclavage) ; des questions sur lesquelles l’enseignement des deux Églises diffère (le divorce, la contraception) ; et des questions sur lesquelles la réflexion est en pleine évolution (la théologie du travail et de l’économie). Parallèlement à ce dialogue théologique d’experts (ARCIC), un autre dialogue plus institutionnel entre évêques – la Commission internationale anglicane-catholique pour l’unité et la mission (IARCCUM) – va se poursuivre, sous la présidence de l’évêque anglican David Hamid (suffragant pour le diocèse en Europe de l’Église d’Angleterre) et de l’évêque catholique canadien Donald Bolen.

Source : revue Unité des Chrétiens, N°168 - octobre 2012



[1Lire dans UDC n° 164 (octobre 2011) p. 29 ce qui concerne la première rencontre.

 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=44


Document