Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=52

Janvier 2012



Les évangéliques de France en convention

 

18 juin 2014 2014

Créé en juin 2010, le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a tenu sa première convention les 26 et 27 janvier 2012.

Créé en juin 2010, le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a tenu sa première convention les 26 et 27 janvier 2012 : un événement dans le paysage ecclésial français. 850 pasteurs et responsables d’œuvres étaient rassemblés à Montreuil (93) pour deux jours de conférences, d’informations et de louange.

Selon les mots d’ouverture de son président, le pasteur baptiste Étienne Lhermenault, c’est un CNEF « encore dans les langes » qui organisait sa première grande manifestation nationale. Unissant aujourd’hui une trentaine de fédérations d’Églises [1], le CNEF regroupe environ 75% des évangéliques français (soit 450 000 sur 600 000).

Ce Conseil national naissant a déjà permis aux évangéliques français d’exprimer des positions communes, par exemple sur la présence dans les manuels scolaires de la « théorie du genre » ou encore sur la prostitution. Indiscutablement cette nouvelle instance ecclésiale prend progressivement sa place dans le paysage religieux de notre pays : qu’on pense à l’invitation de son président pour les vœux de Nicolas Sarkozy à l’Élysée en janvier 2012. Qu’on pense aussi au discours chaleureux du président Baty, présent à cette convention [2], signe de relations apaisées avec la Fédération protestante de France ; un bon climat qui doit beaucoup à Étienne Lhermenault et plus largement à la Fédération baptiste, devenue passerelle importante entre le CNEF et la FPF.

Cette première convention a tout d’abord permis de faire mieux connaître les différents groupes de travail du CNEF : commission juridique, comité théologique (qui prépare une note doctrinale critique sur la « théologie de la prospérité »)… sans oublier le groupe de Conversations catholiques-évangéliques.
Une ambition de forte croissance a été clairement affichée au cours de cette convention. On dénombre aujourd’hui 2000 lieux de culte évangéliques en France métropolitaine, soit environ une église locale pour 30 000 habitants. Le projet est de créer 4000 nouvelles églises sur le territoire français d’ici trente ans, pour atteindre le ratio d’une église pour 10 000 habitants ; un objectif que le CNEF a choisi de promouvoir [3]. Dans un discours de la méthode, Daniel Liechti a récusé la stratégie de « l’essaimage » – qui n’a pas donné de fruits durables et a fragilisé des communautés trop petites –, et a préconisé un ministère d’« implanteur d’église ». C’est ainsi que sera mis en place, dès la rentrée universitaire 2012, un « master de missiologie en implantation d’églises », qui pourra être préparé à la faculté de théologie de Vaux sur Seine.

Si la naissance du CNEF avait été rendue possible par une réconciliation entre responsables nationaux des grands pôles d’Églises évangéliques (charismatiques et non charismatiques), tous reconnaissent qu’il faudra encore du temps pour que ces relations apaisées se vivent partout au niveau local où demeurent parfois des crispations, notamment en ce qui concerne l’implication dans un œcuménisme institutionnel.

Cette convention – qui avait pour thème « Évangéliques, évangélistes ? » – a permis de mieux percevoir des traits communs à toutes les Églises évangéliques. Un goût certain pour la prière de louange, bien sûr ; mais surtout l’accent mis résolument sur l’évangélisation, tous azimuts. « Au nom de l’amour de mon prochain musulman, je ne me crois pas autorisé à caricaturer sa foi ou à tourner en dérision les symboles de sa religion », déclarait Étienne Lhermenault, tout en s’estimant libre de l’inviter « à se tourner vers le Christ qui seul sauve et permet d’aimer vraiment son prochain ». Typique des Églises dites « libres », on pouvait également observer cette prudence dans les relations avec l’État, l’un des orateurs n’hésitant pas à pointer « le piège de la recherche d’une légitimité institutionnelle ».
Ici ou là s’est manifestée une frilosité à l’égard de l’engagement œcuménique : Nick Tramper, de l’Alliance évangélique européenne, présentait encore l’influence du catholicisme parmi « les menaces pour l’évangélisme », même s’il sut saluer la présence de 30 000 jeunes à la rencontre de Berlin en décembre 2011 à l’initiative de la communauté œcuménique de Taizé, en la comparant au rassemblement organisé par « Mission Net » pour 3 000 jeunes évangéliques à Erfurt la même semaine.

De manière plus originale, certains intervenants ont souligné les traits particuliers que prend l’évangélisme français (ou francophone). Un pasteur tchadien, Daniel Bourdanné (Groupes bibliques universitaires), s’est ainsi clairement démarqué des options politiques ou théologiques des évangéliques anglo-saxons et sud-américains. Et dans une remarquable conférence prédicative, Étienne Lhermenault, a pointé un risque de « multitudinisation » des Églises évangéliques en France en ne cachant pas sa perplexité : « à l’écoute des derniers chiffres sur le protestantisme, les évangéliques ne comptent que 460 000 pratiquants réguliers. Qui sont donc les 140 000 peu ou pas pratiquants d’un milieu qui se veut quasiment exclusivement professant ? »

« Proclamer l’Évangile est trop sérieux pour être fait en dilettante ». Dans ces propos du président Lhermenault, on reconnaîtra tout le sérieux évangélique de cette famille ecclésiale, dont le CNEF constitue désormais un outil précieux.

Franck LEMAÎTRE



[1regroupées en quatre pôles : les Assemblées de Dieu, les Églises non pentecôtisantes, l’aile évangélique de la Fédération protestante de France et les Églises pentecôtistes et charismatiques.

[2Et la présence d’Étienne Lhermenault à l’assemblée de la Fédération protestante de France en janvier 2012.

[3Cf. le site internet www.1pour10000.fr.

 


Nouveaux défis pour le témoignage des Églises en Europe

 

17 juin 2014 2014

26 janvier / Genève

Le comité conjoint de la Conférence des Églises européennes (KEK) et du Conseil des Conférences épiscopales européennes (CCEE) s’est réuni du 26 au 28 janvier à Genève. Il a mis l’accent sur la nécessité du témoignage commun des chrétiens face aux nouveaux défis spirituels, démographiques, politiques et économiques du continent.

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



 


BD : prix du Jury œcuménique

 

4 décembre 2012 2012

26 janvier / Angoulême

Dans le cadre du Salon de la bande dessinée d’Angoulême, un Jury œcuménique présidé par le pasteur J.P. Molina, a décerné son prix le 26 janvier à une œuvre qui, selon les critères qu’il s’est donnés, « allie à l’élégance du trait la profondeur des causes défendues par ses valeurs humaines et esthétiques ». C’est l’album Les larmes de l’assassin, de Thierry Murat et Anne-Laure Bondoux (éditions Futuropolis), qui a été primé cette année : une réflexion sur le bien et le mal, avec pour décor un coin perdu de l’extrême sud de la Patagonie, où un voyou débarque chez des gens très pauvres. La mention spéciale du Jury a été attribuée à Ismahane, de Sasha et Christophe Giraud (éditions Les Enfants rouges), qui raconte une histoire d’amour contrarié dans le Liban actuel. (d’après juryoecumenique.free.fr )

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



 


Le Forum chrétien mondial invité au Vatican

 

4 décembre 2012 2012

25 janvier / Vatican

À l’invitation du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, le Rev. Larry Miller, secrétaire depuis le 1er janvier du Forum chrétien mondial, a rencontré au Vatican Mgr Brian Farrell, secrétaire du Conseil. Pour Larry Miller, cela indique « un renforcement de la volonté des deux parties de construire des ponts entre toutes les Églises ». « Nos relations avec l’Église catholique sont pour nous de la plus haute importance, et reflètent notre désir d’aller plus loin dans notre voyage commun avec Jésus Christ », a-t-il ajouté.

Pendant les Vêpres à Saint Paul hors-les-murs qui ont marqué la clôture de la Semaine de prière pour l’unité, Benoît XVI a souhaité la bienvenue à la délégation du Forum chrétien mondial. Mgr Brian Farrell lui a exprimé à la délégation sa grande estime pour ce que représente le Forum. Son existence et ses progrès ne font pas débat, a-t-il ajouté, il lui faut maintenant articuler son travail au plan théologique et au plan pratique. Larry Miller a répondu que le Forum chrétien mondial avait planifié ses activités pour plusieurs années, et décidé « d’exprimer en termes théologiques » le sens de son cheminement avec le Christ. (d’après les ENI, 2 février)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



 


« Transformés par la victoire de notre Seigneur Jésus Christ » Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2012

 

18 juin 2014 2014

La Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2012 a inspiré une fois encore une multitude d’initiatives en tout genre.

Célébrée du 18 au 25 janvier – du moins dans l’hémisphère nord [1] –, cette Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2012 a inspiré une fois encore une multitude d’initiatives en tout genre.

À Paris on relèvera l’idée, simple mais très parlante, des paroisses de l’Annonciation (réformée) et de l’Assomption (catholique) : afficher à l’extérieur de leurs lieux de culte la même banderole pour annoncer les événements de la Semaine.

À Montauban, c’est par le théâtre que l’unité a été célébrée : la troupe œcuménique « Le Bouquet » (Toulouse) a donné son spectacle Nul n’est prophète en son pays. À Monaco, la traditionnelle célébration œcuménique organisée sous le chapiteau de Fontvieille a vu se produire des artistes primés au cours du Festival du cirque, et a accueilli ministres et fidèles anglicans, arméniens, catholiques, orthodoxes, et protestants (3200 personnes), avec le concours de diverses chorales et de la Fanfare des Carabiniers du Prince.

Dans la métropole lilloise les Églises ont vécu un Festival de l’unité « dans un esprit de découverte et de fête », avec comme fil rouge la prière que tous les chrétiens partagent, le Notre Père.

À Montesson la veillée de prière était suivie d’un dîner avec les membres des conseils pastoraux / presbytéraux des paroisses catholiques, protestantes et orthodoxe de la Boucle.

À Orléans, dans le cadre de l’exposition Bible, patrimoine de l’humanité, a été organisée une lecture publique de la Bible : 96 chrétiens de tous âges se sont relayés pendant 24 heures pour une lecture non-stop de la Bible.
À Nice était proposée une « catéchèse œcuménique pour tout âge », tandis qu’à Lyon était organisée pour les enfants une découverte de la paroisse orthodoxe grecque.

À Saint Étienne les chrétiens étaient invités à découvrir les Quakers. À Nogent-sur-Marne, c’est la communauté copte – hébergée par la paroisse catholique en l’église Notre Dame du Val – qui se présentait aux catholiques et aux protestants (luthériens, baptistes, étudiants et professeurs de l’Institut biblique de Nogent) : les paroissiens, le P. Moussa, moine, et le P. Joseph, recteur de cette communauté, ont décrit leur vie ecclésiale et leurs traditions, mais aussi les difficultés rencontrées par les coptes en Égypte ; suivaient un temps de prière et des agapes conviviales.

Enfin, sur France 2, c’est la célébration œcuménique proposée par le Comité des responsables d’Églises de Lyon qui était retransmise depuis le sanctuaire Saint Bonaventure. Dans sa prédication, le cardinal Barbarin invitait les communautés chrétiennes à se lancer « hardiment dans l’œuvre de transformation que la Résurrection rend possible ».

En charge de la préparation de cette Semaine de prière 2012, les Églises de Pologne avaient en effet choisi pour thème cette affirmation de l’apôtre Paul : « tous, nous serons transformés par la victoire de Notre Seigneur Jésus Christ ». La semaine précédente, du 8 au 15 janvier, avait eu lieu la Semaine universelle de prière organisée depuis 1846 par l’Alliance évangélique mondiale, et c’est le même verset de l’épitre aux Corinthiens qui avait été retenu comme thème.

Assurément l’inventivité des communautés locales témoigne de cette transformation à l’œuvre pour que cesse le scandale de la division des chrétiens.

Catherine AUBÉ-ELIE



C’est le dimanche 22 janvier 2012, au cœur de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne, qu’a été officiellement installé le nouveau secrétaire du Forum chrétien mondial. De nombreuses personnalités de toutes les Églises étaient réunies pour le « culte d’envoi » de Larry Miller, à l’invitation de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, sa communauté d’origine. Indépendant des structures œcuméniques existantes, mais avec leur soutien, le Forum chrétien mondial est un espace ouvert où les représentants de toutes les Églises chrétiennes peuvent se rassembler. Larry Miller a désormais son bureau au centre luthérien d’études œcuméniques de Strasbourg.

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



[1Dans l’hémisphère sud, la Semaine de prière pour l’unité chrétienne est souvent célébrée entre l’Ascension et la Pentecôte.

 


Guy Liagre, nouveau secrétaire général de la KEK

 

4 décembre 2012 2012

24 janvier / Genève

Le Comité central de la Conférence des Églises européennes (KEK), qui s’est tenu les 24 et 25 janvier à Genève, a élu un secrétaire général pour succéder à Colin Williams, qui avait démissionné en mai 2010. C’est le P. Viorel Ionita qui avait assuré l’intérim jusqu’en octobre dernier, date à laquelle il a pris sa retraite. Guy Liagre, 55 ans, est président de l’Église protestante unie de Belgique depuis 2005, après avoir été pasteur à Menin et Bruxelles. Il est également président du Conseil des responsables religieux de Belgique et de la Concertation des Églises chrétiennes en Belgique. Le pasteur Liagre a commenté ainsi son élection : « Pendant de longues années la KEK a travaillé pour que la voix des chrétiens ne soit pas négligée sur la scène européenne. C’est pour moi très intéressant de devenir secrétaire général d’une organisation œcuménique européenne à un moment où l’Europe et le monde se transforment rapidement, dans une direction très difficile à prévoir. La KEK est en pleine réorganisation, je suis heureux de pouvoir participer à cette rénovation et de la stimuler ». (d’après le Bureau d’information de la KEK)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



 


La Fédération protestante de France en assemblée

 

4 décembre 2012 2012

21-22 janvier 2012 / Paris

En pleine Semaine de prière pour l’unité chrétienne, la Fédération protestante de France réunissait son assemblée annuelle. Devant les 150 participants (une centaine avec voix délibérative), le pasteur Claude Baty a annoncé la mise en place d’une « Année de la Bible » jusqu’au rassemblement « Protestants en fête », qui aura lieu en septembre 2013 sur le thème Paris d’espérance. Il a également informé qu’il mettrait un terme à son mandat de président en 2013, pour prendre sa retraite.

L’assemblée a voté favorablement en faveur de l’admission de nouveaux membres, notamment l’Union des Églises évangéliques arméniennes et l’Union des Églises pentecôtisantes indépendantes (UNÉPI) ; occasion pour le président Baty de se réjouir de cet élargissement de l’assise de la FPF et de l’attrait dont témoignent les nouvelles demandes d’adhésion. L’assemblée a également ratifié la nomination d’un nouveau trésorier en la personne de Thierry Besançon, un réformé marié à une catholique.

C’est la question des aumôneries (prisons, forces armées, hôpitaux…) qui constituait le thème central de travail. L’exposé de la théologienne de Strasbourg Isabelle Grellier a pointé la dimension kérygmatique de la présence protestante dans les aumôneries : une « diaconie du sens » dans des lieux de non-sens.

Commentant la recomposition du protestantisme français, Claude Baty a rejeté les « analyses rapides sur l’essor irrésistible des uns et le déclin inéluctable des autres » comme « décidément plus proches de la propagande que de la science ».

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



 


Cardinal Koch : le grand concile panorthodoxe est indispensable

 

4 décembre 2012 2012

21 janvier : Bad Boll (Allemagne)

La Commission internationale de dialogue théologique catholique-orthodoxe est arrivée « à une situation très difficile », a déclaré le cardinal Kurt Koch, dans une interview accordée à l’agence de presse de l’épiscopat italien Sir, le 16 janvier. Selon le président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, le dialogue théologique entre les deux confessions ne peut vraiment progresser tant que le grand concile panorthodoxe n’aura pas eu lieu : pour le cardinal Koch, « un pas important pour l’œcuménisme dépend du succès de ce Concile ».
Les relations sont bonnes avec Constantinople et Moscou, a-t-il précisé, mais « en ce qui concerne la Commission mixte internationale de dialogue, il faut dire honnêtement que nous sommes arrivés à une situation très difficile. Nous pensions avoir franchi un pas important après la rencontre de Ravenne de 2007, mais les orthodoxes n’ont pas voulu continuer ».
Lors de l’assemblée plénière de septembre 2010, à Vienne, la commission n’est pas parvenue à se mettre d’accord sur la publication d’un document commun sur le rôle du pape dans la communion de l’Église au premier millénaire. (d’après APIC, 17 janvier)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



 


Les chrétiens condamnent les violences

 

17 juin 2014 2014

7 janvier / Abuja (Nigeria)

Suite à un ultimatum de trois jours, publié le 2 janvier par la secte islamiste radicale Boko Haram et enjoignant les chrétiens du Nord à quitter les zones à majorité musulmane, les violences ont repris au Nigeria. Réunis en urgence, les délégués protestants et catholiques de l’Association chrétienne du Nigeria (CAN) ont décidé de « définir les moyens nécessaires pour se défendre face à ces tueries insensées ». « Nous avons le droit légitime de nous défendre, a averti Ayo Oritsejafor, responsable de la CAN, quoiqu’il en coûte », avant d’ajouter que « le schéma de ces tueries fait penser de fait à un nettoyage ethnique et religieux systématique ». Les responsables de la CAN ont dénoncé l’incapacité des gouverneurs des États du Nord à protéger les chrétiens. En trois jours, plus de trente d’entre eux ont été assassinés, entre autres dans les villes de Mubi et Gombe. Suite aux menaces et aux exactions de Boko Haram, des centaines de chrétiens ont abandonné leur domicile et fui vers le Sud.
La secte Boko Haram terrorise depuis des années le Nord du Nigeria. Les violences ont fortement augmenté en 2010, avec 550 personnes assassinées. Le jour de Noël 2011, plusieurs attaques à la bombe contre des églises ont fait 39 morts. (d’après APIC, 8 janvier)

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



 


Année de la foi : des idées œcuméniques

 

17 juin 2014 2014

6 janvier / Vatican

Benoît XVI a décidé qu’une « Année de la foi » débuterait le 11 octobre 2012, pour le 50e anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II pour s’achever le 24 novembre 2013, solennité du Christ Roi de l’univers. Le 6 janvier 2012, la Congrégation pour la doctrine de la foi a rendu public un texte destiné aux pasteurs de l’Église catholique. À tous les niveaux – Église universelle, conférences épiscopales, diocèses, paroisses, associations et mouvements –, cette Note avec indications pastorales pour l’Année de la foi donne des idées, en particulier au plan œcuménique, pour faire vivre cette Année de la foi.
Au niveau de l’Église universelle, il est recommandé qu’en collaboration avec le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, diverses initiatives œcuméniques soient mises sur pied, pour implorer et à favoriser « la restauration de l’unité entre tous les chrétiens » qui est l’un des objectifs principaux du saint concile œcuménique Vatican II ». On signale en particulier l’organisation d’une célébration œcuménique solennelle « pour réaffirmer la foi au Christ de la part de tous les baptisés ».
La Note rappelle combien le monde contemporain est sensible au rapport entre la foi et l’art. On recommande donc aux conférences épiscopales de mettre en valeur, dans une perspective catéchétique et en collaboration œcuménique, « le patrimoine des œuvres d’art repérables dans les lieux confiés à leur charge pastorale ».
Au plan diocésain, l’œcuménisme sera également au programme, notamment pour la la formation permanente du clergé, celle-ci étant axée sur les textes de Vatican II. Au plan des paroisses enfin, le texte invite « tous les fidèles » à chercher à communiquer leur expérience de foi en dialoguant, en particulier avec leurs frères et sœurs des autres confessions chrétiennes.

Source : revue Unité des Chrétiens, N°166 - avril 2012



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=52


Document