Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Marc-Lienhard.html

Marc Lienhard

Rencontre avec Marc Lienhard, pasteur et théologien luthérien

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er avril 2006

Doyen de la Faculté de Théologie protestante de Strasbourg de 1991 à 1996 ; président du directoire de l’Eglise de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine, la première Eglise protestante d’Alsace, de 1997 à 2003, le pasteur Marc Lienhard est à la fois un homme de terrain et un théologien, spécialiste de Luther et des non-conformismes religieux du XVIe s. Toute sa vie il s’est efforcé d’harmoniser son activité pastorale et son activité théologique. Il a mis ce souci de ne jamais penser les idées sans les hommes au service du dialogue avec les protestants réformés comme avec les catholiques. Une longue pratique du dialogue et de la réalité quotidienne des communautés chrétiennes l’a amené à penser que, même marquées par le sceau du péché, nos divisions confessionnelles doivent être acceptées et intégrées dans notre cheminement vers la communion, comme une richesse voulue par Dieu - à condition d’abandonner leur exclusivité séparatrice.

Monsieur le pasteur, d’où vous est venu votre “penchant œcuménique” ?

Je suis né en 1935. Mon père était juriste, mais mes grands-pères étaient pasteurs ; j’ai passé mon enfance près de Saverne, dans le gros bourg de Dettwiller. Nous célébrions le culte dans un simultaneum, qui avait la particularité d’avoir deux autels distincts ; ce n’était certes pas une manifestation d’unité : cette occupation successive d’un même lieu de culte par protestants et catholiques entraînait des tensions et des conflits. Il y avait deux écoles séparées dans le village, l’une pour les enfants protestants, l’autre pour les catholiques... chaque communauté avait ses commerçants. Mes parents étaient engagés dans la vie de leur Église, mais étaient peu concernés par l’œcuménisme.

Je me suis marié en 1961, et mon beau-père, le pasteur Fritz Guerrier, a eu une forte influence sur moi ; il était, lui, très engagé dans le mouvement œcuménique, et il l’est resté toute sa vie. Dès avant la Seconde Guerre, il avait fait partie des cercles de réflexion religieuse Una-Sancta, qui réunissaient prêtres et pasteurs. Longtemps, il a fait partie de la Confrérie Saint-michel : venu d’Allemagne, c’était un mouvement un peu “haute Église”, en réaction contre le protestantisme libéral, qui cherchait à retrouver le sens de l’Église en redonnant toute leur place aux sacrements, et qui œuvrait pour l’unité. Le théologien Paul Tillich avait été lié à sa création. Fritz Guerrier, pasteur dans plusieurs villages alsaciens puis inspecteur ecclésiastique, propageait ces idées dans les nombreuses conférences qu’il a données tout au long de sa vie.

Puis, pendant mes études universitaires à Strasbourg, je suis allé plusieurs fois à Taizé – la première fois en 1954. C’était à ce moment-là une communauté monastique protestante (il n’y avait pas encore de membres catholiques) à vocation clairement œcuménique. Ces séjours m’ont beaucoup ouvert à ce questionnement.

J’ai passé un an à la faculté de théologie réformée de Montpellier, où l’on n’était pas encore très œcuménique à l’époque. J’ai terminé mes études académiques à Bâle, où j’ai eu la chance d’avoir Oscar Cullmann comme professeur. Dans les années soixante, j’ai rencontré le P. Congar, qui était à cette époque relégué en Alsace : j’ai fait partie du petit groupe qui a rédigé avec lui le Vocabulaire œcuménique. Ce fut ma troisième grande “chance œcuménique”.

Comment avez-vous accueilli le concile ?

J’avais 30 ans au moment du concile, j’étais jeune pasteur. Nous, luthériens, nous sentions concernés de près par le concile ; tout ce qui y était dit par l’Église catholique sur elle-même (la notion de “peuple de Dieu”, le rôle des laïcs, la vision eschatologique), mais aussi le regard sur les autres Églises, avaient une résonance particulière chez nous. Dès l’annonce, en 1959, nous nous sommes doutés que cela allait être intéressant. N’a-t-on pas dit que “Luther était l’observateur caché du concile” ? Nous avons salué l’émergence du Centre d’Études œcuméniques de Strasbourg, créé en 1965 par la Fédération luthérienne mondiale comme une réponse à Vatican II, et installé dans la capitale alsacienne à cause de sa proximité de grands pays catholiques : la France, l’Italie et l’Espagne.

Quel a été votre itinéraire après votre engagement au service de l’Église ?

En 1961 je suis devenu pasteur en paroisse, d’abord à Bischheim, un faubourg de Strasbourg, puis à Uhrwiller, dans l’Alsace profonde, un village de paysans très attachés à l’Église. Je me souviens qu’en hiver les cultes du dimanche après-midi attiraient 150 fidèles (sur 500 habitants)... Cela m’a confirmé dans l’idée que la théologie se vit dans la pastorale. La théologie a un aspect “technique”, mais son rôle est aussi de dégager les enjeux et les réponses à certaines problématiques qui ne sont pas théoriques : qu’est-ce que la foi ? Qu’est-ce qu’un sacrement ? Qu’est-ce que diriger l’Église ? Comment concevoir les réformes dans l’Église ? Ainsi, en enseignant l’histoire, j’ai toujours cherché le lien avec les enjeux pastoraux. A Uhrwiller j’ai travaillé à rendre plus fréquente la célébration de la Sainte Cène - au moins une fois par mois. Sous l’influence des Lumières elle s’était raréfiée au XVIIIe et aux XIXème siècles : le rationalisme reprochait aux sacrements leur aspect “magique”... Et certains luthériens insistaient à ce point sur la “dignité” nécessaire du communiant, qu’on n’osait plus communier qu’une ou deux fois par an. Avec un groupe d’hommes de ma paroisse, nous abordions des problèmes de société, dont la question œcuménique : nous sommes allés en groupe constitué à la rencontre des catholiques d’une bourgade voisine, où nous avons été très bien accueillis. La Semaine de l’unité donnait lieu à des rencontres, des conférences, des échanges de chaire : j’allais prêcher dans des églises catholiques.
De 1968 à 1973, j’ai été attaché de recherches puis professeur au Centre d’Études œcuméniques de Strasbourg ; j’ai contribué à rédiger la Concorde de Leuenberg, accord capital entre luthériens et réformés européens, et, plus tard, un accord avec les mennonites. J’ai aussi participé au dialogue avec les catholiques, en particulier comme aumônier d’un groupe de Foyers Mixtes d’une dizaine de couples ; mon homologue catholique était un franciscain, le P. Chary, dont je garde un souvenir émouvant. Nous nous réunissions tous les mois et avions l’autorisation de Mgr Elchinger, archevêque de Strasbourg, de pratiquer “l’hospitalité eucharistique”. Il avait longuement réfléchi à notre demande et y avait répondu par un document intitulé L’hospitalité eucharistique pour les foyers mixtes (1972), à quoi il avait ajouté quelques réflexions complémentaires l’année suivante. Il disait parler “en tant que pasteur”, soulignant à la fois la “nécessité spirituelle” d’une telle autorisation, et son caractère exceptionnel. Nous célébrions donc soit un culte protestant, soit une messe catholique, en invitant tout le monde à partager l’eucharistie. J’ai vécu dans ce groupe de foyers mixtes une expérience tout à fait fondamentale de lien entre pastorale, théologie et eucharistie.

Pendant cette période j’ai participé à de nombreuses rencontres internationales avec des théologiens catholiques, en particulier à Salamanque sur la Réforme luthérienne et le catholicisme espagnol (1971). De 1969 à 1973 j’ai enseigné à l’Institut supérieur d’Études œcuméniques à Paris – j’animais un séminaire sur Luther avec le P. Olivier. En 1971 j’ai soutenu ma thèse sur Luther, témoin de Jésus Christ : genèse et développement de la christologie du réformateur. J’ai ensuite enseigné l’histoire du christianisme à la faculté de théologie de Strasbourg (1973-1997). De 1997 à 2003, j’ai été président de mon Église (l’ECAAL). Le président du directoire coordonne, visite, administre, supervise la doctrine pour l’Église tout entière : cet aspect est si essentiel que, depuis 32 ans, le choix du président se porte toujours sur un théologien. C’est lui aussi qui assure la représentation de l’Église auprès des pouvoirs publics. Comme président du directoire, j’ai eu des rapports très chaleureux avec Mgr Doré, archevêque de Strasbourg, ancien doyen de l’Institut catholique de Paris. Nous avons pris des initiatives communes : par exemple lors de l’inauguration d’une rue Bigeard dans un village alsacien en 2000 (Bigeard, dans un discours, avait justifié la torture en Algérie), nous avons rédigé une protestation commune. Pour la publication de l’Accord sur la justification, j’ai rédigé une préface commune avec Mgr Doré, et nous avons célébré ensemble l’événement dans la cathédrale de Strasbourg.

L’Accord sur la justification signé en 1999 entre l’Église catholique et la Fédération luthérienne mondiale vous paraît une étape décisive dans le dialogue ?

L’adoption d’un « consensus différencié », c’est un pas très important : on ne considère plus obligatoire d’atteindre sur tous les points une position unanime, on cherche à se mettre d’accord sur l’essentiel dans le cadre d’une “diversité réconciliée”. Ces deux notions fondamentales sont des trouvailles faites au Centre d’Études œcuméniques de Strasbourg, qui a ainsi beaucoup contribué à faire avancer les choses, et pas seulement dans le cadre du seul Accord sur la Justification... il faut maintenant poursuivre le dialogue en ecclésiologie, et rechercher une communion ecclésiale, même si les structures sont différentes. Les ministères font partie de l’être même de l’Église : l’Église catholique pourrait-elle reconnaître nos ministères, même si la succession apostolique est exprimée autrement chez nous - par le Canon de l’Écriture interprétée par des instances reconnues ? Par ailleurs un ministère de l’unité est envisageable pour beaucoup de protestants des grandes traditions historiques, mais pas dans les formes de la fonction papale aujourd’hui : ce serait un porte-parole, un représentant de toute la chrétienté qui respecterait l’autonomie des conférences épiscopales et des Églises locales. Rien n’empêcherait d’ailleurs les catholiques de conserver un lien plus fort, plus direct avec le pape.

Que pensez-vous de l’influence grandissante en Europe des pentecôtistes et charismatiques ?

Il y a deux mondes dans le protestantisme : celui des Églises luthéro-réformées et celui des Églises dites libres et des Églises plus radicales dans la protestation : baptistes, méthodistes, pentecôtistes... La place donnée à la vie communautaire, au sentiment, au corps (et à la guérison) attire beaucoup de monde dans les Églises pentecôtistes et évangéliques. Cela nous montre que nos formes culturelles doivent bouger, qu’il nous faut affirmer la foi de façon plus simple, plus directe, que dans le style protestant traditionnel - sans abandonner l’exigence de rigueur théologique.

Comment voyez-vous l’avenir du mouvement œcuménique ?

En ce qui concerne les finalités du mouvement, on peut discerner trois grandes phases :

1961 : l’objectif, c’était la fusion, l’unification des structures. Karl Barth disait : « La division des confessions est un péché ».

À partir des années soixante-dix : on parle de « diversité réconciliée », sous l’influence des recherches faites au Centre de Strasbourg.

Aujourd’hui : on a tendance à penser que la diversité confessionnelle est une bonne chose : c’était la position d’Oscar Cullmann, et même celle du cardinal Ratzinger : Se fondant sur 1 Co 11, 19 (« il faut qu’il y ait aussi des scissions parmi vous »), Joseph Ratzinger écrivait en 1986 : « Même si les divisions sont d’abord une œuvre humaine et relèvent de la culpabilité des hommes, il y a en elles aussi une dimension qui correspond à une volonté divine. C’est pourquoi notre repentance et notre conversion ne peuvent les surmonter que jusqu’à un certain point. Quant à savoir quand nous n’aurons plus besoin de cette déchirure et quand disparaîtra sa nécessité, Dieu seul en décidera : c’est lui qui juge, c’est lui qui pardonne [...]. N’était-ce pas bon à bien des égards pour l’Église catholique, en Allemagne et ailleurs, qu’il y ait eu, à côté d’elle, le protestantisme avec son attachement à la liberté, avec sa piété, avec ses divisions et ses hautes exigences intellectuelles ? [...] Inversement, pourrait-on concevoir le monde protestant à lui tout seul ? Les affirmations du protestantisme, et en particulier sa protestation, n’existent-elles pas justement en référence au catholicisme, au point qu’il pourrait difficilement s’imaginer sans ce dernier ? [1] »

L’unification des structures n’est plus le but recherché. Le but qui reste, plus difficile à atteindre, c’est la confession commune de la foi apostolique, la communion sacramentelle, la reconnaissance des ministères. Il n’est évidemment pas question de se contenter d’une coexistence pacifique. En ce qui concerne l’eucharistie, nous sommes déjà d’accord avec les catholiques sur ce qui nous y est donné, à savoir le Christ en son corps et son sang liés au pain et au vin. Nous affirmons ensemble la présence réelle du Christ. Quant à la notion de sacrifice – seul celui du Christ sur la croix est propitiatoire, mais il est actualisé dans la Cène – les convergences sont évidentes. Avec les réformés, nous disons dans la Concorde de Leuenberg : « A la Cène Jésus Christ le ressuscité se donne lui-même en son corps et son sang, livrés à la mort pour tous, par la promesse de sa parole, avec le pain et le vin. » Les catholiques ne pourraient-ils acquiescer à cette formule qui cible le cœur du mystère, sans l’épuiser bien sûr ? Reste le débat sur l’intercommunion. Faut-il attendre un accord plus large, en particulier sur les ministères, pour partager l’eucharistie, ou considérer, comme le pensent les protestants, que le partage eucharistique est un moyen pour progresser dans la communion ?

Nous avons à apprendre les uns des autres, et l’Évangile même nous incite à rechercher la communion dans la Parole, les sacrements et le ministère. Il faut donc persévérer dans le travail théologique, l’accompagner d’une prière commune, d’engagements communs. On pourrait faire bien plus dans ce domaine. Il faut surmonter nos peurs, en particulier la peur de perdre nos identités - tout en nous corrigeant les uns les autres, car nous sommes complémentaires. Ce qui n’empêche pas que chaque confession a le droit d’affirmer ses particularités : le P. Couturier parlait “d’émulation spirituelle”.
On ne peut pas forcer la quête de l’unité ; elle ne dépend pas entièrement de nous... mais rappelons-nous qu’il s’agit de rendre visible quelque chose qui est déjà là. Notre vocation, c’est de rendre visible notre fond commun, et d’en tirer les conséquences pour notre vie en commun.

Propos recueillis par Catherine Aubé-Elie

En savoir +

Source : revue Unité des Chrétiens, N°142 - avril 2006

Notes

[1In Theologische Quartalschrift n° 166 (1986), pp. 245-46.


Document