Unité des chrétiens
http://unitedeschretiens.fr/Posterite-de-Luther-chez-tous-les-chretiens.html
      Postérité de Luther chez tous les chrétiens

Postérité de Luther chez tous les chrétiens

N° 181 (janvier 2016) : sommaire et éditorial

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er janvier 2016

Revue Unité des Chrétiens, n° 181 (janvier 2016)

Sommaire

ÉDITORIAL : Se réformer (Emmanuel GOUGAUD)

ESSENTIEL : Synode romain sur la famille

CÉCEF : Célébration œcuménique à Notre-Dame à l’occasion de la COP 21

DOSSIER : Postérité de Luther chez tous les chrétiens

Luther et le catholicisme : Fécondités de la rencontre (Michel DENEKEN)

Premier vice-président de l’Université de Strasbourg, ancien doyen de la Faculté de théologie catholique, professeur de théologie dogmatique, le père Michel Deneken se livre à un éloge de la rencontre entre la théologie catholique et le geste christologique de Martin Luther. Sans complaisance ni abdication de sa tradition, il expose les questions existentielles sur Dieu et sur l’homme que le Père de la Réforme ne cesse de poser à tout chrétien.

Luther et l’Église d’Angleterre (Charlotte METHUEN)

Professeur en histoire de l’Église à l’Université de Glasgow et prêtre anglican, Charlotte Methuen, membre de la commission internationale anglicane – luthérienne de 2005 à 2011, esquisse ici l’itinéraire mouvementé de l’héritage luthérien dans l’Église d’Angleterre.

Un regard orthodoxe sur Martin Luther (Constantin DELIKOSTANTIS)

Professeur de philosophie et théologie systématique à l’Université d’Athènes et au Centre orthodoxe de Patriarcat oecuménique à Chambésy-Genève, Constantin Delikostantis nous offre une description de l’évolution de la vision orthodoxe sur Luther. À travers l’exemple de la compréhension de Luther de la liberté chrétienne, il montre la dimension ecclésiale de cette notion dans la pensée orthodoxe : l’œcuménisme, loin d’être une « pseudomorphose », devient un enrichissement mutuel.

Luther, un réformateur stimulant
Quatre aspects de l’actualité de Luther (James WOODY)

Théologien, pasteur à l’Oratoire du Louvre à Paris et président d’ « Évangile et Liberté », mouvement du protestantisme libéral de France, James Woody évoque la pertinence contemporaine de Luther, à travers le point de vue d’un réformé. Par la relativisation de la ritualité et de l’institution, la primauté insubstituable de l’expérience subjective du chrétien et la valorisation du métier comme vocation, la théologie de Martin Luther demeure particulièrement prégnante tandis que l’intra lutheranum ne peut que stimuler le dialogue interreligieux.

Luther vu par les mennonites (Neal BLOUGH)
Directeur du Centre mennonite de Paris, professeur d’histoire de l’Église à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, le Professer Neal Blough relate les relations du mouvement anabaptiste et mennonite avec Luther. Simultanément inspirateur et persécuteur, Luther fut aussi critiqué pour ne pas être allé assez loin. Neal Blough appelle de ses vœux une purification de la mémoire à l’occasion de 2017, moins pour changer le passé que la façon dont on s’en souvient.

RENDEZ-VOUS avec Élisabeth Parmentier

JALONS SUR LA ROUTE DE L’UNITÉ : août, septembre, octobre 2015

LECTURES

AGENDA


Editorial

Se réformer

Chaque année, les Archives de France publient la liste des commémorations nationales particulièrement mises en valeur par la République française. Dans sa présentation des anniversaires retenus pour 2015, Jean-Noël Jeanneney, membre du Haut comité des commémorations nationales, explique que « la commémoration ne pourra jamais se prétendre une science exacte » « « [1]. Nous ne savons pas si le cinquième centenaire du début de la Réforme protestante sera inscrit au nombre des commémorations nationales en France. En effet, la publication par Luther de ses fameuses 95 thèses fut un évènement d’une portée mondiale, concernant aussi bien le christianisme que la vie culturelle et les États. S’il ne nous appartient pas de décider à la place du Haut comité, ce numéro 181 d’Unité des Chrétiens nous invite cependant à faire nôtre, mutatis mutandis, la réflexion de M. Jeanneney.

En effet, lorsque les chrétiens commémorent un évènement, ils ne regardent jamais en arrière vers un passé à jamais révolu. Ils ne se veulent pas des archéologues ou des gardiens de musées. Ils ne s’évadent pas du monde actuel en se rappelant un hypothétique âge d’or du christianisme. Dans les traditions juives et chrétiennes, la commémoration oriente vers le futur. La foi chrétienne est engendrée par cette mémoire de l’avenir ! Nous rappelons devant Dieu des actions du passé à la fois pour le remercier et aussi pour reconnaître que nous n’avons pas toujours été fidèles à l’Évangile. Cependant, la mémoire du passé est aussi simultanément prophétique. À la suite de Jésus dans son repas pascal, les chrétiens ne remercient pas le Père uniquement pour les événements déjà survenus. En rappelant le passé, nous vivons aussi notre avenir comme la manifestation de la victoire de la résurrection du Christ. Dans cet esprit, la commémoration des évènements de 1517 se présente à nous riche d’opportunités, invitant à la redécouverte de la figure de Martin Luther, dans toutes ses acceptions.

Poursuivant la réception du Rapport de la Commission luthéro-catholique romaine sur l’unité : Du conflit à la communion, Commémoration luthéro-catholique commune de la Réforme en 2017 [2], cet anniversaire est paradigmatique de cette vision chrétienne de la mémoire mais aussi du mouvement œcuménique lui-même. Sur nos propres itinéraires de foi, nous sommes invités à recevoir de Luther la question, force motrice de toute sa vie : comment puis-je avoir un Dieu miséricordieux ? Si elle revêt une acuité particulière pour les catholiques romains, en raison de l’année sainte à venir, elle reçoit toute sa pertinence dans le monde occidental contemporain. Notre continent est aussi prompt à vivre comme si Dieu n’existait plus qu’à tout permettre, relativiser, auto-justifier. En outre, le processus historique de la Réforme de Luther rappelle le besoin permanent de réforme de l’Église. Il nous aide à comprendre que la vie chrétienne est fondamentalement une conversion permanente jamais achevée. Une telle démarche spirituelle invite à discerner les ruptures nécessaires avec des habitudes seulement humaines et les continuités indispensables avec toute la tradition de l’Église universelle. Ici, Unité des Chrétiens souhaite faire résonner les dimensions œcuméniques de la préparation de 2017, vous offrant les commentaires de théologiens de différentes confessions chrétiennes dans leur regard sur Luther et leur appréciation de son apport à leur tradition. Ce numéro 181 montre comment Luther aide les réformés, les mennonites, les anglicans, les orthodoxes, les catholiques à devenir, dans leur confessions respectives, davantage disciples du Christ. Dans le numéro 182, un théologien luthérien livrera ses impressions quant à ces regards croisés. Plus que jamais, l’œcuménisme est ainsi compris comme un échange de dons pour faire grandir dans la foi. L’unité des chrétiens réside dans cette volonté de pardonner et de guérir les mémoires, d’entrer dans cette admiration mutuelle de l’action de la grâce chez l’autre et aussi d’agir pour la restauration de l’unité chrétienne. Voilà pourquoi cette commémoration de 2017 ne sera pas une science exacte ! Elle ne relève d’abord pas de nos efforts humains mais de notre docilité à l’Esprit de Dieu. Et, Celui-ci ne souhaite que se donner. Sans compter.

Père Emmanuel GOUGAUD

Notes

[2Commission luthéro-catholique romaine sur l’unité, Du conflit à la communion, Commémoration luthéro-catholique commune de la Réforme en 2017, Lyon, 2014. Une version de cette traduction a été publiée par Istina, LVIII (2013), p. 269-332.


Document