Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=116

Décembre 2013



Le pape Tawadros II en faveur d’une date de Pâques commune

 

24 juin 2014 2014

23 décembre 2013 / Berlin

À l’occasion d’une visite en Allemagne du 18 au 23 décembre, le pape copte orthodoxe Tawadros II qui est primat de la plus importante Église du Proche-Orient, a plaidé en faveur d’une date de Pâques commune pour tous les chrétiens. En octobre 2012, le Patriarcat latin de Jérusalem avait annoncé que les catholiques latins de Terre Sainte célébreraient désormais Pâques selon le calendrier julien en vigueur dans la plupart des Églises orientales. Le 23 décembre, lors de son entretien avec le cardinal Rainer Woelki à l’archevêché de Berlin, Tawadros II a déclaré qu’il entendait mettre la question à l’ordre du jour lors d’une prochaine rencontre avec les représentants de l’Église catholique.

(d’après blogcopte.fr)

Photo : © Œuvre d’Orient



 


Message de Noël du CÉCEF

 

24 juin 2014 2014

19 décembre 2013 / Paris

C’est un message centré sur la Parole de vie venue faire route avec l’humanité que le Conseil d’Églises chrétiennes en France a publié le 19 décembre 2013. Cosigné par les trois coprésidents du CÉCEF – le pasteur François Clavairoly, le métropolite Emmanuel et Mgr Georges Pontier – ce message de Noël souligne le fait que la Parole de vie « est en contraste complet avec les flots de mots qui nous submergent : des paroles qui ne donnent ni vie, ni sens, ni avenir ». Au contraire la Parole de vie « gémit pour la paix avec les réfugiés syriens, […] elle chuchote le réconfort et la réconciliation […] en Centrafrique, en Irak, en République démocratique du Congo, en Égypte… ». Voici pourquoi, conclut le message, les chrétiens doivent annoncer ensemble cette Parole de vie, car « une espérance nous est offerte, un avenir nous est ouvert, un Sauveur nous est donné ».

(d’après cecef.fr)

Photo : D.R.



 


Remise d’une relique de saint Vigor le Grand

 

24 juin 2014 2014

14 décembre 2013 / Saint-Vigor le Grand (Calvados)

L’évêque catholique de Bayeux et Lisieux, Mgr Jean-Claude Boulanger, assisté par l’archiprêtre Laurent Berthout, curé de la cathédrale Saint-Vigor le Grand, a remis une relique de saint Vigor (évêque de Bayeux du VIe siècle) à la communauté orthodoxe de Colombelles. Le don de la relique a eu lieu le 14 décembre 2013 lors de l’office des vêpres célébré dans cette cathédrale, en présence de membres du clergé catholique, des moniales bénédictines du monastère Sainte-Trinité de Bayeux, de fidèles catholiques et du maire de Saint-Vigor-le-Grand, Benoît Ferrut. La chorale orthodoxe de la paroisse de Colombelles a accompagné la réception et translation de la relique avec le tropaire dédié au saint. Le père Pierre Argouet, recteur de la paroisse Saint-Serge et Saint-Vigor, a invité tous les fidèles à la paroisse de Colombelles le 1er février pour un office d’intercession et de vénération, suivi d’une rencontre fraternelle.

(d’après orthodoxie.com)

Photo : orthodoxie.com



 


Des responsables d’Églises chrétiennes arrêtés

 

24 juin 2014 2014

11 décembre 2013 / New Delhi

L’archevêque catholique de Delhi Anil Couto, l’évêque anglican Alwan Masih, secrétaire général de l’Église de l’Inde du Nord, le pasteur presbytérien Roger Gaikwad, et le pasteur Vijayesh Lal, responsable de l’Evangelical Fellowship of India, ainsi que le secrétaire général du Conseil chrétien panindien John Dayal ont été arrêtés par la police le 11 décembre à Delhi. Ils prenaient part à une marche pacifique dans la capitale indienne en faveur de l’égalité des droits pour les dalits (chrétiens et musulmans), co-organisée par le Conseil national des Églises chrétiennes en Inde, la Conférence des évêques catholiques d’Inde et le Conseil national des dalits chrétiens. Lorsque les manifestants se sont dirigés vers le Parlement, la police est intervenue avec force, faisant usage de canons à eau et de bâtons pour les disperser. Elle a arrêté les responsables des Églises, avant de les relâcher quelques heures plus tard.

Les dalits (littéralement « les écrasés ») sont exclus du système des castes en raison de l’impureté attachée traditionnellement à leur statut. Ils souffrent toujours d’une forte discrimination allant jusqu’à l’interdiction d’accès à l’eau potable. Les manifestants demandaient l’abolition de la disposition spéciale (le Presidential Order de 1950) qui exclut les dalits non hindous des mesures de discrimination positive (les Scheduled Castes) facilitant l’intégration sociale des ex-intouchables.

Parmi les quelque 25 millions de chrétiens en Inde, 70% seraient des dalits. Cependant, ce chiffre reste sous-évalué car des dalits chrétiens se déclarent officiellement hindous, par crainte de perdre leur emploi ou d’être persécutés.

(d’après EDA)

Photo : © ucanews



 


Hommages unanimes à Nelson Mandela

 

24 juin 2014 2014

5 décembre 2013 / Afrique du Sud

5 décembre 2013 / Afrique du Sud

Le premier président noir d’Afrique du Sud s’est éteint le 5 décembre 2013, à 95 ans. Sa personnalité a été unanimement saluée par les responsables chrétiens.

Après vingt-sept ans de détention, sa lutte sans répit, mais aussi sans violence, contre l’oppression de l’apartheid aura été celle, souligne le président de la Fédération protestante de France le pasteur François Clavairoly « de tous ceux qui combattent contre l’injustice et la violence, y compris, parfois, et avec courage, au nom de l’Évangile ».

D’après le patriarche Cyrille de Moscou, ce combat a fait de lui « le leader et le symbole de la lutte pour les droits et la dignité de la personne humaine ». Nelson Mandela qui avait reçu le prix Nobel de la paix est devenu, selon l’expression d’un autre titulaire de ce prix, l’archevêque anglican Desmond Tutu, « l’icône mondiale de la réconciliation » ; une réconciliation qui est, comme l’affirmait Nelson Mandela en 1994 au cours de la conférence annuelle de l’Église méthodiste d’Afrique du Sud, « un processus spirituel qui requiert autre chose qu’un simple cadre légal. Il faut qu’elle ait lieu dans le cœur et dans l’esprit des individus ». Dans un message à la famille de Nelson Mandela, les évêques sud-africains ont exprimé la gratitude de l’Église catholique en Afrique du Sud au leader « pour son sacrifice offert pour tous les peuples d’Afrique du Sud » et pour la façon dont « il nous a guidés sur la voie de la réconciliation ».

(d’après protestants.org, mospat.ru, www.la-croix.com)

Photo : D.R.



 


Un professeur de l’ISÉO à la tête de l’Archevêché russe en Europe occidentale

 

24 juin 2014 2014

5 décembre 2013 / Paris

L’archimandrite Job (Getcha), professeur à l’Institut supérieur d’études œcuméniques de Paris, [ISÉO] a été élu lors de l’assemblée diocésaine clérico-laïque, du 1er novembre 2013, à la tête de l’Archevêché russe en Europe occidentale. Le 2 novembre, le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique a procédé à son élection canonique et l’a élevé au rang d’archevêque de Telmessos. Son ordination épiscopale a eu lieu le 30 novembre au Phanar (Istanbul) lors de la liturgie pontificale présidée par le patriarche œcuménique Bartholomée. Le pasteur Jacques-Noël Pérès, directeur de l’ISÉO, était présent à l’office auquel assistait également une délégation catholique venue pour la fête du saint apôtre André – le patron du Patriarcat œcuménique – et conduite par le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens.

L’intronisation a eu lieu le 5 décembre dans la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky à Paris en présence de nombreux représentants d’autres confessions. Dans son discours, Mgr Job a réaffirmé l’engagement œcuménique de l’exarchat qui a, « dès le commencement sous l’inspiration du métropolite Euloge… su témoigner de l’Orthodoxie en Europe occidentale et être ouvert aux autres Églises chrétiennes dans un dialogue de vérité ».

Auteur de plusieurs ouvrages et articles dans le domaine de la théologie liturgique, Mgr Job a été doyen de l’Institut Saint-Serge de 2005 à 2007. Il enseigne, par ailleurs, à l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy (Genève).

L’assemblée des évêques orthodoxes en France connaît donc un renouvellement, puisqu’elle accueille également deux autres nouveaux membres : Mgr Ignatios, le nouveau métropolite de l’Archevêché antiochien qui succède à Mgr Jean (devenu patriarche d’Antioche) et Mgr Anthony, métropolite bulgare de l’Europe occidentale et centrale succédant à Mgr Siméon, qui a démissionné pour des raisons de santé. (d’après exarchat.org et aeof.fr)

Photo : © exarchat.org.



 


36e Rencontre européenne de Taizé

 

24 juin 2014 2014

28 décembre 2013 / Strasbourg

Au lendemain de la 36e Rencontre européenne de Taizé, qui a réuni à Strasbourg, entre le 28 décembre et le 1er janvier, 30 000 jeunes de différentes confessions chrétiennes, le prieur de la communauté, Frère Alois, a lancé un appel en faveur de la construction européenne : « on vit l’Europe comme si c’était quelque chose de tout à fait normal. Mais, en réalité, l’Europe est un miracle fondé sur la réconciliation franco-allemande », dont la ville de Strasbourg est un symbole. « Beaucoup de familles qui accueillent aujourd’hui des pèlerins », a souligné Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg, « ont le souvenir d’avoir été chassées de chez elles pendant la guerre, et d’avoir été hébergées dans le reste de la France ». Cette mémoire vivante du passé explique, sans doute, l’accueil chaleureux que les habitants ont offert aux pèlerins dans ce « pèlerinage de confiance », qui est également passé par le parlement européen. En rappelant l’importance du vote de mai 2014, les députés ont salué les jeunes en les qualifiant d’« ambassadeurs d’Europe ». Encouragée par le Conseil d’Églises chrétiennes en France, cette rencontre avait été préparée de concert par les catholiques, les orthodoxes et les protestants d’Alsace et du pays de Bade en Allemagne. Pour l’évêque protestant Ulrich Fischer ce rassemblement montrait combien le vivre-ensemble en Europe ne relève pas seulement de l’économie ou de la politique, mais qu’il a aussi une dimension spirituelle.

Les Églises, d’après le frère Alois, ont aussi un rôle à jouer dans la construction d’une « conscience européenne », en particulier chez les jeunes : en effet, les chrétiens étant unis au-delà des frontières, ils pourraient « beaucoup plus encore créer des occasions, des rencontres », qui sont vitales pour l’Europe car, d’après le prieur, « sans les rencontres de personne à personne, l’Europe ne peut pas se construire ».

C’est précisément au cœur de l’Europe, à Prague qu’aura lieu la prochaine Rencontre européenne de jeunes, du 29 décembre 2014 au 2 janvier 2015.

(d’après www.taize.fr ; www.diocese-alsace.fr ; Radio Notre Dame)

Photo : © Communauté de Taizé



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=116


Document