Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=118

Novembre 2013



La joie de l’Évangile

 

24 juin 2014 2014

26 novembre 2013 / Vatican

Dans sa première exhortation apostolique Evangelii gaudium (La joie de l’Évangile), rendue publique le 26 novembre 2013, le pape François aborde la question œcuménique d’une manière substantielle. En se basant sur son expérience personnelle, il souligne que dans les relations avec les chrétiens d’autres confessions il s’agit avant tout de pérégriner ensemble et de « confier son cœur au compagnon de route, sans méfiance » (n° 244). Pour entendre et répondre à la prière de Jésus qui demande à Son Père « que tous soient un » (Jn 17,21) le pape François indique deux pistes. Il s’agit, d’une part, de croire en « la libre et généreuse action de l’Esprit » et ainsi de reconnaître et de « recueillir ce que l’Esprit a semé » dans les différentes communautés chrétiennes « comme don aussi pour nous » (n° 246). D’autre part, d’entreprendre des « conversions ecclésiales », puisque l’engagement pour l’unité « ne peut être pure diplomatie, ni un accomplissement forcé » (n° 246). Il mentionne en particulier une « conversion de la papauté », qui aura comme objectif de rendre ce ministère « davantage fidèle à la signification que Jésus Christ entend lui donner » en corrigeant par exemple « une excessive centralisation » (n° 32). Refusant l’uniformité monolithique, le pape affirme que seul l’Esprit Saint a le pouvoir de « susciter la diversité, la pluralité, la multiplicité et, en même temps, réaliser l’unité » (n° 131).

Photo : D.R.



 


Dialogue entre orthodoxes et orthodoxes orientaux

 

24 juin 2014 2014

19 novembre 2013 / Paris

Le 19 novembre 2013, l’association Dialogue entre orthodoxes et orthodoxes orientaux a organisé sa réunion annuelle à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge. Fondée en France en l’an 2000, cette association a pour objectif de favoriser l’échange et le dialogue pratique entre chrétiens orthodoxes chalcédoniens (acceptant pleinement les formulations du IVe concile œcuménique du Chalcédoine en 451) et orthodoxes orientaux ou préchalcédoniens (arméniens, coptes, éthiopiens, syriaques). Christine Chaillot, fondatrice de cette association, a donné une conférence intitulée « Rôle des images et vénération des icônes dans les Églises orthodoxes orientales », en s’appuyant sur le livre qu’elle avait publié en 1993 sous le même titre. Dans son exposé, elle a rappelé qu’il existe un accord fondamental entre les deux familles d’Églises concernant la vénération des icônes et le 7e concile œcuménique, exprimé d’ailleurs par une déclaration commune de la commission mixte de dialogue théologique officiel (Chambésy, 1990).

Dans une lettre envoyée à l’assemblée le père Boris Bobrinskoy, président de l’association, a rappelé les souffrances des chrétiens du Moyen-Orient. Il a également mentionné les rencontres entre les délégués des deux familles d’Églises à l’occasion de l’assemblée du Conseil œcuménique des Églises à Busan (République de Corée) entre le 30 octobre et le 8 novembre.

Le doyen de l’Institut Saint-Serge, le père Nicolas Ozoline, professeur d’iconologie, a également pris part à la rencontre. Il a souligné que l’argumentation christologique est à la base de la vénération des images, tout en précisant « qu’on ne peut pas être monophysite au sens technique du terme et en même temps vénérer une icône du Christ ».

Photo : D.R.



 


Réunion du Groupe Saint-Irénée

 

24 juin 2014 2014

13-17 novembre 2013/ Thessalonique (Grèce)

Le Groupe de travail catholique-orthodoxe Saint-Irénée, qui se compose de 26 théologiens (13 orthodoxes et 13 catholiques), s’est réuni pour sa dixième session à Thessalonique (Grèce) du 13 au 17 novembre 2013. Cette session a été présidée par l’évêque de Magdebourg Gerhard Feige (la coprésidence orthodoxe était vacante du fait de l’élection comme patriarche d’Antioche du métropolite Jean). Les participants ont discuté de rapports entre histoire et théologie, de la conciliarité, de la primauté dans la théologie moderne, plus spécifiquement dans la pensée d’Yves Congar et d’Olivier Clément, et des réactions orthodoxes au concile Vatican II.

Sur le rapport entre histoire et théologie, le groupe rappelle que même les dogmes – ces « énoncés doctrinaux qui obligent l’Église » – sont « historiquement conditionnés car ils répondent à des défis historiques spécifiques ».

Concernant la conciliarité et la primauté, le groupe constate « qu’en Orient l’ecclésiologie a pris un cours surtout conciliaire et en Occident un cours surtout primatial », tout en ajoutant que ces modèles « ne sont pas nécessairement exclusifs l’un de l’autre et peuvent coexister dans une tension créatrice ». Par ailleurs, les orthodoxes ont accueilli de manière générale le concile Vatican II « comme un pas positif vers la conciliarité ».

C’est à Malte en novembre 2014 que se tiendra la prochaine session du Groupe Saint-Irénée, qui aura désormais comme coprésident orthodoxe l’archevêque Job (Getcha), déjà membre du groupe.

(d’après le compte rendu du frère Hervé Legrand, o.p.)

Photo : D.R.



 


Assemblée plénière du CECÉF : les chrétiens d’Égypte

 

24 juin 2014 2014

13 novembre 2013 / Paris

Lors de son assemblée plénière du 13 novembre 2013 à la Métropole orthodoxe grecque, le Conseil d’Églises chrétiennes en France a reçu trois responsables religieux qui ont exposé la situation des chrétiens d’Égypte.

Mgr Louka, évêque copte orthodoxe pour les communautés en Suisse et dans le sud de la France, a souligné que la situation difficile des chrétiens d’Égypte n’est pas nouvelle. D’après lui la persécution de ces chrétiens ne diminue pas leur foi mais la renforce. De son côté, le père Hani Bakhoum Kiroulos, secrétaire du patriarche copte catholique, a détaillé dans son exposé les crises par lesquelles est passé le pays, tout en soulignant que des perspectives nouvelles s’ouvraient. « Dans le passé récent », a-t-il dit, « on avait tendance à considérer les chrétiens comme des étrangers, ou comme des citoyens de seconde classe ». Cependant dans les événements réents qui ont frappé l’Égypte, ils ont montré qu’ils « aiment vraiment leur pays », et que « les chrétiens et les musulmans, ensemble, ne sont qu’un seul peuple ». Il a salué la création du Conseil des Églises d’Égypte, qui a vu le jour le 18 février 2013, en précisant que l’œcuménisme est « crucial » pour les chrétiens d’Égypte aujourd’hui. Pour sa part, le pasteur Mathieu Busch de l’Action chrétienne en Orient a également insisté sur la complexité de la situation actuelle en Égypte entre le soulagement des chrétiens après la destitution de Mohamed Morsi et le désir des communautés chrétiennes de vivre au quotidien dans une paix durable avec leurs concitoyens.

Le CÉCEF a proposé les chrétiens d’Égypte comme destinataires des offrandes de la Semaine pour l’unité chrétienne 2014.

Photo (L’évêque copte orthodoxe Louka) : © eglisecopte.ch



 


Message des évêques anglicans et vieux-catholiques en Europe

 

24 juin 2014 2014

7 novembre 2013

Le 7 novembre 2013, Mgr David Hamid – évêque auxiliaire pour le diocèse en Europe de l’Église d’Angleterre – a fait part d’une décision importante prise à l’occasion de l’assemblée de la Conférence des Églises européennes, qui s’est tenue à Budapest entre le 3 et le 8 juillet 2013 : il a en effet été formellement reconnu qu’au sein de la KEK les Églises anglicanes et vieilles-catholiques seraient désormais considérées comme formant une seule et même famille, avec une même identité à la fois catholique et réformée.

Cette décision s’enracine sur l’Accord de Bonn qui a autorisé dès 1931 l’intercommunion entre les fidèles de la Communion anglicane et ceux des Églises vieilles-catholiques de l’Union d’Utrecht. Aujourd’hui une Commission internationale de coordination anglicane/vieille-catholique encourage les initiatives pour incarner cet accord.

Ce communiqué publié au nom des évêques anglicans et vieux-catholiques d’Europe a symboliquement été rendu public à l’occasion de la fête de saint Willibrord, premier archevêque d’Utrecht, venu d’Angleterre au VIIe siècle.

Mgr David Hamid, tout en rendant grâce pour la communion sacramentelle existante, a souligné qu’elle « doit être rendue visible » dans une proclamation commune de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.

(d’après anglicannews.org)

Photo : © Peter Feenstra



 


« Paix aux Grands Lacs » : une initiative des Églises catholique et anglicane

 

24 juin 2014 2014

5 novembre 2013 / Afrique centrale

« Paix aux Grands Lacs » est une initiative conjointe des conférences épiscopales catholiques de l’Afrique centrale et des évêques de la Province anglicane du Congo, du Burundi et du Rwanda – les trois pays de la région des Grands Lacs. Ouverte aux autres confessions religieuses, cette campagne œcuménique pour la paix a lieu du 1er décembre 2013 au 1er décembre 2014. Mgr Fridolin Ambongo, coordinateur de l’initiative, rappelle dans un communiqué du 5 novembre 2013 « qu’une paix obtenue au bout du canon ou par des tractations diplomatiques n’est pas suffisante ». Il souligne au contraire qu’il faut « un processus de guérison et de pacification des cœurs blessés en vue de l’émergence d’une véritable culture de paix ». Voici pourquoi le programme, en développant le partenariat entre l’Église catholique et l’Église anglicane, a pour objectif principal de témoigner de Jésus Christ – le Prince de la paix – et d’aider ainsi les populations à fraterniser davantage.

(d’après cenco.cd)

Photo : D.R.



 


Prière œcuménique dans les cimetières militaires

 

24 juin 2014 2014

2 novembre 2013 / Normandie

Pour promouvoir une spiritualité de la paix et rendre hommage aux victimes à l’occasion de la commémoration du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, une équipe œcuménique composée d’anglicans, d’orthodoxes, de protestants et de catholiques des trois diocèses bas-normands – Coutances et Avranches, Bayeux-Lisieux et Séez (Calvados, Manche et Orne) – a conçu le déroulement pour un temps de prière. En effet, 14 000 civils ont péri dans les différents bombardements effectués du 6 juin au 26 juillet 1944. Ces bombardements ont aussi provoqué sur le sol normand la mort de 37 000 militaires des forces alliées ainsi que celle de 80 000 soldats allemands. L’hommage s’est concrétisé, le 2 novembre, par la présence des communautés paroissiales dans tous les cimetières militaires et carrés des victimes civiles.

(d’après le communiqué du diocèse de Coutances et Avranches)

Photo : D.R.



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=118


Document