Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=134

Novembre 2014



Le pape François célèbre avec le patriarche Bartholomée la fête de saint André

 

2 avril 2015 2015

28-30 novembre 2014 / Istanbul

La rencontre avec son « frère » Bartholomée a constitué le cœur de la première visite du pape François en Turquie du 28 au 30 novembre 2014. Les deux primats ont prié ensemble à plusieurs reprises, pendant la messe dans l’église catholique du Saint-Esprit puis au cours de l’office œcuménique à la cathédrale orthodoxe Saint-Georges le 29 novembre. Le lendemain, ils ont poursuivi cette action de grâce lors de la divine liturgie patriarcale célébrée à l’occasion de la fête du saint apôtre André, patron du patriarcat œcuménique.

Dans son homélie, le patriarche Bartholomée a souligné l’urgence de l’unité des chrétiens, « plus impérieuse que jamais », face aux défis du monde contemporain : aujourd’hui, les chrétiens n’ont plus « le luxe d’agir séparément » ; « l’unité qui occupe tant nos réflexions est en train de se réaliser dans certaines régions, malheureusement, par le martyre ». En demandant les prières de son hôte pour la réussite du concile panorthodoxe prévu en 2016, il a émis l’espoir que des observateurs catholiques puissent y participer.

Pour sa part, le pape François a souligné que, pour la réalisation de la pleine communion à laquelle catholiques et orthodoxes tendent, l’Église catholique « n’entend pas imposer une quelconque exigence, sinon celle de la profession de la foi commune ». « Nous sommes prêts à chercher ensemble », a-t-il déclaré « les modalités par lesquelles garantir la nécessaire unité de l’Église dans les circonstances actuelles », marquées par la pauvreté, les victimes des conflits et les « jeunes qui vivent sans espérance ».

Dans une déclaration commune les deux primats ont affirmé leur « sincère et ferme intention », non seulement de poursuivre, mais « d’intensifier » les efforts pour la promotion de la pleine unité entre les disciples du Christ, notamment en soutenant le dialogue théologique promu par la Commission mixte internationale catholique-orthodoxe. Face à la « terrible situation » des chrétiens au Moyen-Orient, ils ont sollicité « une réponse appropriée de la part de la communauté internationale », tout en appelant à « un dialogue constructif avec l’islam ». (d’après vatican.va et patriarchate.org)

Photo : © N. Manginas



 


Le dialogue entre orthodoxes et orthodoxes orientaux se poursuit

 

13 mars 2015 2015

24-25 novembre 2014 / Athènes

Cinquante ans après la première consultation informelle entre Église orthodoxe et Églises orthodoxes orientales (Danemark, 1964), un groupe de travail de la Commission officielle de dialogue entre ces deux familles ecclésiales s’est réuni à Athènes les 24 et 25 novembre 2014. Dans son discours d’ouverture, le métropolite Emmanuel de France, coprésident de la Commission, a rappelé la priorité que l’Église orthodoxe accorde à ce dialogue avec les Églises orthodoxes orientales. Afin que les résultats de ces conversations théologiques soient davantage reçus, il a suggéré l’organisation de rencontres régulières entre des théologiens ou des moines des Églises concernées.

L’autre coprésident, le métropolite Bishoy de Damiette, a mentionné les nombreuses visites qu’il a accomplies avec le métropolite Damaskinos (Papandreou) – décédé en 2011 – auprès de différentes Églises locales afin « de communiquer personnellement » les résultats du dialogue de la Commission. Ceux-ci montrent clairement que les deux familles d’Églises « ont toujours maintenu loyalement la même foi orthodoxe concernant la christologie ».

Les participants à la réunion d’Athènes ont élaboré « une feuille de route » pour la reprise des travaux de la Commission, interrompus depuis 1993 en raison de « certaines incompréhensions relatives à la terminologie élaborée ». Ils ont estimé que devaient être abordées des questions importantes telles que la levée des anathèmes, une liste commune des sept conciles œcuméniques ou encore la reconnaissance mutuelle des saints. (d’après metropolegrecque.fr et mitropolia.eu)

Photo (Les deux coprésidents lors de la réunion d’Athènes.) : D.R.



 


Prédication en contexte œcuménique

 

12 mars 2015 2015

21 novembre 2014 / Paris

Une note sur les « échanges de chaire » a été publiée par le Conseil pour l’unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme de la Conférence des évêques de France. Elle a été rendue publique le 21 novembre 2014, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la promulgation du décret conciliaire sur l’œcuménisme Unitatis redintegratio. Après avoir rappelé les fondements théologiques de la prédication en contexte œcuménique et les textes officiels normatifs (pour l’homélie et l’hospitalité eucharistique), le document signé de Mgr Vincent Jordy formule des recommandations pastorales. En plus des célébrations œcuméniques qui peuvent ne réunir que des fidèles déjà sensibilisés à l’œcuménisme, le texte encourage « des visites réciproques entre communautés chrétiennes voisines au moins une fois par an, au cours d’un office dominical habituel ». Du côté catholique, c’est donc pendant une messe que le ministre de l’autre communauté sera invité à intervenir pour une méditation biblique.

Photo : D.R.



 


L’ACAT célèbre son 40e anniversaire

 

13 mars 2015 2015

15 novembre 2014 / Paris

Se lamenter, s’indigner, protester, intervenir en faveur des personnes victimes de « traitements inhumains, cruels ou dégradants ». Tel est le combat des militants de l’ACAT [Action des chrétiens pour l’abolition de la torture] depuis quarante ans. C’est en effet en 1974 qu’Édith du Tertre et Hélène Engel acquirent la certitude qu’il n’était pas possible de se taire, qu’il fallait nommer l’innommable et dénoncer la torture. Rassemblant autour d’elles des chrétiens de toutes confessions dans une coalition de courage, de prière et de plumes, les deux fondatrices de cette association œcuménique étaient convaincues que le partage fraternel et la communion de prière étaient une nécessité vitale face au choc qu’est la torture.
Au fil des décennies, l’ACAT n’a cessé d’inviter les Églises à mobiliser leurs ressources spirituelles pour prendre part à la lutte contre la torture. C’est donc avec une célébration œcuménique qu’a été marqué ce quarantième anniversaire à Paris, le 15 novembre 2014. Parrainé par le Conseil d’Églises chrétiennes en France, et en présence de trois de ses représentants, ce temps de prière évoqua la persévérance du peuple de Dieu au désert pendant quarante ans et celle des militants de l’ACAT dans leur combat pour que jamais ne soit oublié le supplicié que personne ne défend. Dans sa prédication, l’actuel président de l’ACAT, le père François Picart, exhorta les militants de l’ACAT à rester un peuple de prophètes pour aujourd’hui, en matière de droit d’asile par exemple.
Depuis quarante ans, l’ACAT rappelle combien la démarche œcuménique est précieuse pour agir en faveur de l’abolition de la torture : alors que le tortionnaire s’approprie la vérité et cherche à la façonner selon ses intérêts, l’action œcuménique « engage dans un rapport dialogal à la vérité qui la préserve de toute mainmise humaine, fût-elle religieuse ».

Photo : D.R.
Le père François Picart, Mgr Pascal Delannoy, le métropolite Emmanuel et le pasteur François Clavairoly.



 


Chrétiens dans un nouveau monde

 

10 mars 2015 2015

11 novembre 2014 / Paris

Le 11 novembre 2014, une dizaine d’intervenants de différentes confessions chrétiennes et d’horizons ecclésiaux très divers ont pris part à une journée de réflexion organisée par le réseau interconfessionnel Témoins. Sur le thème « Chrétiens dans un nouveau monde », il s’agissait d’explorer des scénarios possibles pour « vivre et partager la foi chrétienne avec les aspirations et questions nouvelles de nos contemporains », en analysant les mutations de notre monde (aspirations simultanées à l’autonomie et à la convivialité) et en recherchant ensemble de nouvelles manières de penser la vie ecclésiale. (d’après temoins.com)

Photo : D.R.



 


« Nouvelle étape » dans les relations entre catholiques et évangéliques

 

28 novembre 2014 2014

6 novembre 2014 / Vatican

Une délégation de l’Alliance évangélique mondiale [AÉM], qui représente quelque 600 millions de chrétiens dans le monde, s’est rendue au Vatican le 6 novembre 2014. Dans son discours d’accueil, le pape François s’est réjoui que les efforts conjoints du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et de la commission théologique de l’Alliance évangélique mondiale « ont ouvert de nouvelles perspectives, en clarifiant des malentendus ». Le secrétaire général de l’AÉM, Geoff Tunnicliffe, a rappelé que malgré les différences entre les deux traditions il y a déjà « de nombreux partenariats existants » et il a proposé que d’autres collaborations puissent se mettre en place dans la lutte contre l’extrême pauvreté, le désarmement nucléaire ou la défense des chrétiens persécutés. (d’après worldea.org et zenit.org)

Photo : D.R.



 


Décès du pasteur Marc Chambron

 

10 mars 2015 2015

2 novembre 2014 / Paris

Le pasteur luthérien Marc Chambron est décédé le 2 novembre 2014 à l’âge de 82 ans. Après avoir été directeur de la communication de la Fédération luthérienne mondiale de 1976 à 1984, il est devenu inspecteur ecclésiastique de l’Église évangélique luthérienne de France (1986-1996), et à ce titre membre du Conseil d’Églises chrétiennes en France. Résolument engagé dans le dialogue œcuménique, il a été membre du Groupe des Dombes (1986-2010) et du Comité mixte catholique/luthéro-réformé en France. Il a aussi coordonné l’équipe chargée du recueil œcuménique de chants et de prières Ensemble (Réveil /Bayard, 2002).

Le culte de ses funérailles a eu lieu à l’église catholique de Saint-Julien-en-Genevois, en présence d’une vingtaine de ministres de différentes confessions et de plusieurs nationalités.

Photo : LWF/C. Rothenbühler



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=134


Document