Unité des chrétiens
https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=161

Octobre 2016



Journée œcuménique avec et pour les personnes handicapées

 

3 janvier 2017 2017

16 octobre 2016 / Huttenheim

Le 16 octobre 2016, une journée œcuménique avec et pour les personnes handicapées, leur famille et leurs amis s’est déroulée à Huttenheim. Cette journée est née de la fructueuse collaboration des équipes respectives du diocèse de Strasbourg et de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Après les ateliers de danse, poterie, chant, bricolage…, réunissant 300 personnes et un repas convivial, une célébration œcuménique rassembla quelques 500 participants dont plusieurs prêtres et pasteurs. Dans cette belle journée œcuménique, « chacun a pu se reconnaître égal à l’autre », grâce au « Père commun », qui aime avec le même amour et « ne fait aucune différence entre aveugles, sourds, boiteux, grands, petits, jeunes et aînés ». (d’après Jean-Marc Faesch)

Photo : D.R. Les ministres lors de la célébration, conduite et vécue de manière œcuménique.



 


Cinquième centenaire du concordat de Bologne

 

3 janvier 2017 2017

13 – 14 octobre 2016 / Paris

Un colloque, intitulé : « Le religieux et la cohésion nationale : du concordat de Bologne à la séparation » s’est déroulé le 13 et le 14 octobre 2016 à l’Institut catholique de Paris, à l’occasion du cinquième centenaire du concordat de Bologne [1]. Il fut animé par des historiens et théologiens de différentes confessions chrétiennes. Approfondissant les rapports entre le temporel et le spirituel du XVIe siècle à nos jours, les intervenants ont mis en évidence cette tradition de volonté de contrôle de la religion par le pouvoir politique en France. Le rôle joué par le catholicisme dans la cohésion nationale, aussi bien que le dilemme pour l’Église de la conformité au monde ou/et la fidélité au message évangélique se trouvaient également au cœur des débats. (d’après Christine Roberge)



[1Signé en 1516 entre la papauté et le roi François 1er, le concordat prévoyait que le roi nommait aux bénéfices ecclésiastiques majeurs et que le pape donnait l’investiture canonique. Le texte, accentuant les liens de dépendance de l’Église de France à l’égard de la monarchie et valable jusqu’à la révolution française, fut à l’origine du gallicanisme.

 


Déclaration de l’UNESCO sur Jérusalem : les Églises réagissent

 

3 janvier 2017 2017

13 octobre 2016 / Paris

Le 13 octobre 2016, le Conseil exécutif de l’UNESCO a adopté une résolution sur l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’Islam et site le plus sacré pour les juifs, puisqu’il s’agit du Mont du Temple (Jérusalem-Est). Le 20 mai 2016, le Conseil d’Églises chrétiennes en France (CÉCEF) avait déjà adressé une lettre à la directrice générale de l’UNESCO, Madame Irina Bokova. Le CÉCEF y faisait part de ses inquiétudes concernant le « déséquilibre flagrant dans la mention des noms des lieux » présent déjà dans la résolution n°199 du 11 avril 2016.

Le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a affirmé, dans un communiqué du 27 octobre 2016, que « l’usage exclusif des termes arabes pour désigner les lieux saints de la Vieille ville » va à l’encontre du « lien millénaire qui unit les juifs à ces lieux ». « Jésus foula-t-il le sol d’un Temple en terre juive ou d’une mosquée en terre musulmane ? », s’interroge le CNEF. Il souligne que si le monde acceptait « une telle falsification de l’histoire », « Jésus ne serait plus qu’une légende inventée ». (d’après cecef.fr et lecnef.org)



 


L’Institut d’études œcuméniques de l’Université de Fribourg et l’Institut Saint-Serge signent un accord de collaboration

 

28 mars 2017 2017

7-8 octobre 2016 / Paris

L’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge et l’Institut d’études œcuméniques de l’Université de Fribourg (Suisse) ont signé à Paris, le 8 octobre 2016, un accord de collaboration, à l’issue d’une rencontre doctorale de deux jours, dont le thème était « Penser en diaspora. Découverte des archives de l’Institut Saint-Serge ». Le groupe, comprenant une vingtaine d’étudiants et d’enseignants, était conduit par le recteur émérite de l’Université Fribourg, le père Guido Vergauwen, accompagné de sa Vice-rectrice actuelle et professeur de droit canon, Astrid Kaptijn et de Barbara Hallensleben, professeur de dogmatique et de théologie œcuménique. Après l’accueil par le doyen de l’Institut Saint-Serge, le père Nicolas Cernokrak et une présentation mutuelle des recherches des doctorants présents, les professeurs Michel Stavrou et André Lossky ont donné une conférence à deux voix sur « l’héritage vivant de Saint-Serge pour toute l’Église orthodoxe : quels défis pour un enseignement de la théologie orthodoxe en France ? ». Ensuite une intervention en miroir a été donnée par Barbara Hallensleben et le diacre Augustin Sokolovski sur « la signification de l’héritage de Saint-Serge pour les Églises de l’Occident ». Ayant pris part aux vigiles de la fête de saint Serge de Radonège, patron de l’Institut, et le lendemain à la liturgie pontificale, conduite par l’archevêque Jean de Charioupolis, les participants ont également découvert les archives grâce à Goran Sekulovski, chargé de cours en patrologie et responsable de la bibliothèque. (d’après saint-serge.net et unifr.ch)



 


Le pape François et l’archevêque Justin Welby célèbrent ensemble une rencontre historique

 

17 octobre 2016 2016

5 octobre 2016 / Rome

Le 5 octobre 2016, des vêpres œcuméniques, présidées par le pape François et l’archevêque de Canterbury Justin Welby ont été célébrées dans l’église San Gregorio al Celio à Rome à l’occasion du cinquantième anniversaire de la rencontre historique entre le pape Paul VI et le primat anglican Michael Ramsey. Une déclaration commune, mentionnant non seulement le témoignage de la « foi commune en Christ », mais également la personne humaine « rabaissée par le péché personnel et sociétal », a été signée par les deux prélats à cette occasion. Face à la culture de l’« indifférence », du « déchet » ou encore de la « haine », ils ont exhorté à agir en « disciples du Christ », non simplement en considérant chaque personne comme « sacrée », mais aussi en devenant ses « avocats », en défendant « les plus vulnérables dans la société », ainsi que « nos frères et sœurs en Christ » en raison de « leurs luttes et souffrances » qu’ils « endurent encore aujourd’hui ». Malgré les « sérieux obstacles » empêchant la pleine communion, constitués par « les nouveaux désaccords » concernant « l’ordination des femmes » ou encore les « récentes questions sur la sexualité humaine », les deux signataires ont appelé à ne pas « négliger ou sous-estimer » le chemin parcouru ensemble. Ils font ainsi référence notamment aux deux instances officielles de dialogue : la Commission internationale anglicane-catholique [ARCIC], chargée d’étudier les questions théologiques et la Commission internationale anglicane-catholique pour l’unité et la mission [IARCCUM], destinée, quant à elle, à traduire en gestes concrets les accords de la foi, élaborés par la première. Aussi, lors des vêpres une quarantaine d’évêques anglicans et catholiques ont symboliquement été envoyés en mission « deux par deux », « comme le Seigneur a envoyé ses soixante-douze disciples », vers « ceux qui se trouvent aux marges de la société ».

L’évêque de Rome a reçu le 6 octobre 2016 le primat de la Communion anglicane et les évêques qui l’accompagnaient au Palais apostolique. Un colloque à l’Université pontificale grégorienne sur le dialogue entre les deux Églises a également marqué les deux jours de festivités, célébrant aussi le cinquantième anniversaire du Centre anglican de Rome, inauguré à l’occasion de la rencontre historique de 1966. (d’après archbishopofcanterbury.org et w2.vatican.va)

Photo : © L’Osservatore Romano
L’archevêque Justin Welby et le pape François lors des vêpres œcuméniques.



 


Soixante-dixième anniversaire de l’Institut œcuménique de Bossey

 

3 janvier 2017 2017

2 octobre 2016 / Bossey

Le 2 octobre 2016, une grande célébration œcuménique a clôturé les festivités liées au 70e anniversaire de l’Institut œcuménique de Bossey. Elle a rassemblé les étudiants, anciens étudiants, professeurs, partenaires et amis de l’établissement. Conférences, débats, visites guidées du château abritant l’école théologique… et un concert de chant grégorien accompagné de lectures bibliques furent proposés aux participants. Ils écoutèrent également le rapport du directeur de l’Institut, le père Ioan Sauca, sur les contributions de l’institution pour le dialogue œcuménique, ainsi que l’intervention du professeur Ahmed al-Tayebn, grand imam et cheikh de l’université al-Azhar al-Sharif sur le thème « L’établissement de la paix et le rôle des religions ». Une nouvelle édition du livre L’Histoire de Bossey : un laboratoire de la vie œcuménique [1] du Hans-Reudi Weber revue et augmentée par Robert Welsh, a été présentée également à cette occasion en présence des deux auteurs. (d’après institute.oikoumene.org)

Photo : © COE
À l’Institut œcuménique de Bossey en 1970.



[1Cf. Hans-Reudi WEBER & Robert K.WELSH, The Story of Bossey : A Laboratory for Ecumenical Life, World Council of Churches, 2016.

 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

https://unitedeschretiens.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=161


Document